[11 décembre 2013] L’Université n’est pas en crise ! Faux diagnostics pour vraies réformes : quelques idées reçues sur la situation actuelle des universités

9782365120302fsConférence de Romuald Bodin, maître de conférences ensociologie à l’Université de Poitiers, chercheur au GRESCO et Sophie Orange, maître de conférences en sociologie à l’Université de Nantes autour de leur ouvrage : L’université n’est pas en crise. Les transformations de l’enseignement supérieur : enjeux et idées reçues, Editions du Croquant, 2013.

Date Le 11/12/2013, de 17:00 à 19:00
Lieu Poitiers – Centre-ville
BU Michel Foucault, 8 rue René Descartes, UFR SHA, Poitiers centre ville

[10 décembre 2013] Séminaire Conjoint d’Alcoologie 2013-2014. L’alcool en corps !

Source : GRESCO
Source : GRESCO

Le CSAPA Alcoologie CIPAT et le GRESCO partagent le fait de penser l’alcoologie comme une discipline transversale convoquant différents champs de connaissane : psychologie, médecine, sociologie, philosophie, droit…Ce rapprochement disciplinaire s’inscrit dans l’héritage de Pierre Fouquet, pour qui l’alcoologie se devrait d’être une discipline plurielle, au croisement de tous les savoirs sur l’alcool. Le séminaire est un espace de réflexions et d’échanges trandisciplinaires en alcoologie.
► Deux conférences : – Le corps sous influences : le vendredi 8 novembre de 14h00 à 17h30 – Le rapport de l’alcool au corps participe-t-il à la construction identitaire ? : le jeudi 15 mai de 14h à 17h30
► Trois séances : – L’addiction peut-elle se réduire à une maladie du corps ?  : le mardi 10 décembre de 17h30 à 19h30 – L’alcool à corps perdu : le mardi 4 février de 17h30 à 19h30 – Le corps dont on parle, le corps qui parle : le mardi 1er avril de 17h30 à 19h30
Télécharger le programme. [PDF – 2 Mo]

Date Du 10/12/2013 au 01/04/2014
Lieu Poitiers – Campus                                                        Maison des Sciences de l’Homme et de la Société (MSHS) – Bâtiment A5 – 5 rue Théodore Lefebvre – Poitiers

[18 octobre 2013] Séminaire 50 ANS APRES LES HÉRITIERS inter-laboratoires

http://gresco.labo.univ-poitiers.fr/sites/gresco.labo.univ-poitiers.fr/squelettes/css-specifique/images/bandeau.jpg

Organisé par le CENS (Université de Nantes), le CESSP-CSE (CNRS/Université de Paris-1 Panthéon Sorbonne), le CRESSPA-CSU (CNRS-Université de Paris 8), le CURAPP (CNRS-Université de Picardie Jules Verne), le Circeft Escol (Université de Paris 8) et le GRESCO (Universités de Poitiers et de Limoges)

La parution en 1964 du premier livre écrit par Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron, Les Héritiers. Les étudiants et la culture apparaît aujourd’hui comme un des actes fondateurs de la sociologie de l’éducation française. L’ouvrage est en effet rapidement au cœur des discussions sociologiques et politiques qui s’intensifient autour de l’augmentation des effectifs étudiants et des inégalités scolaires. Au fur et à mesure que la sociologie s’institutionnalise et s’enseigne à l’université, le livre devient même, aux côtés de La Reproduction. Éléments pour une théorie du système d’enseignement, publié par les mêmes auteurs en 1970, un classique de la discipline. Ce projet de séminaire part du constat que cet ouvrage classique demeure paradoxalement peu connu pour ses conclusions sur l’université et l’enseignement supérieur. Il semble dès lors opportun d’entrer dans la mécanique des Héritiers pour comprendre la rupture qu’il représente dans l’espace académique de l’époque mais aussi en matière de perspectives de recherches et de résultats.

L’université n’est pas en crise. Les transformations de l’enseignement supérieur : enjeux et idées reçues

L’université n’est pas en crise
Source (image et contenu) : Atheles.org

Romuald Bodin et Sophie Orange

L’université n’est pas en crise. Les transformations de l’enseignement supérieur : enjeux et idées reçues

Bellecombe en Bauges : Éditions du Croquant, 2013, 216 p.

Depuis quelques années, les rapports ministériels et les controverses (politiques, médiatiques, sociologiques) se multiplient et alimentent la thèse d’une crise de l’Université liée à l’échec important en premier cycle, l’insertion difficile des diplômés et le faible niveau des « nouveaux étudiants ». À ces trois maux sont proposés trois remèdes : sélection, professionnalisation, « propédeutisation ». Or ce diagnostic repose sur une cartographie erronée de l’enseignement supérieur et sur une connaissance partielle des publics universitaires. En mobilisant les résultats d’enquêtes sociologiques menées auprès d’étudiants de premier cycle universitaire, d’IUT, de STS et d’écoles spécialisées, cet ouvrage remet en cause ces trois constats. Tout d’abord, la dénonciation de ces trois maux apparaît comme une constante des discours sur l’Université depuis les années 1960 : ils ne permettent en rien de comprendre sa situation actuelle. Ensuite, en dressant un tel portrait à charge de ces établissements d’enseignement supérieur, des universitaires et des étudiants, ces discours entretiennent surtout le phénomène qu’ils prétendent combattre et contribuent à la dévaluation de l’Université et à la mise en cause de son service public. Enfin, la rhétorique déployée autour de la « crise de l’Université » ne se contente pas de diffuser une image biaisée de la réalité, elle détourne l’attention de ce qui est vraiment en question : les objectifs politiques et sociaux assignés à l’enseignement supérieur, les désordres actuels du marché du travail et le désengagement progressif de l’État.

Table des matièresIntroduction
Actualité et pertinence d’un discours sur la crise ?
Un livre pour quoi faire ?Chapitre 1. La tentation sélective. Rompre avec une vision duale de l’enseignement supérieur
La fausse division de l’enseignement supérieur entre filières ouvertes et filières sélectives
– Une pénurie d’étudiants ?
– De « nouveaux étudiants » : le péril pro ?
– Les filières sélectives : un espace discontinu
La fausse solution de la sélection
– Sélectionner les réprouvés
– Sélectionner l’élite, mais laquelle ?
L’Université incontournable
– Penser l’enseignement supérieur en 3D
– Un jeu à plusieurs bandes

Chapitre 2. L’Université pour quoi faire ? Le mythe de la désorientation universitaire
Et pourtant, ils viennent…
– « L’Université c’est pour ceux qui savent ce qu’ils veulent faire plus tard »
– « Quand on peut faire ce que l’on veut faire, on ne fait pas un BTS »… ou une école de commerce
– L’Université ne forme pas que des chômeurs !
Les logiques d’orientation dans l’enseignement supérieur
– Une carte incomplète
– Des idées (bien) reçues sur l’enseignement supérieur
– Application post-bac : les implicites d’un outil de gestion des orientations scolaires
– Fonctionnement de l’application « Admission post-bac » (APB) : ordre des chances contre ordre des préférences
– Une fausse solution : se contenter de « faire un peu de pédagogie »

Chapitre 3. Échecs et abandons à l’Université. Dysfonctionnement ou régulation ?
Un taux d’échec « catastrophique », « nouveau » et « croissant » en licence ?
Le paradigme de l’échec
Un processus de régulation et de maintien des hiérarchies
– La normalité des parcours « atypiques » : les conditions de la construction d’un parcours intellectuel
– Le maintien des hiérarchies
Des disciplines très inégales face à l’abandon en première année

Chapitre 4. Des étudiants en situation irrégulière. L’ère du soupçon
Une orientation indue
– Ne pas être à sa place
– La distance scolaire
Le contrôle aux frontières
– L’injonction au projet
– La mise en cause des publics plutôt que des conditions d’études
L’ouverture des possibles
– Les « bac + rien » : une gabegie universitaire ?
– « T’es fier d’aller à la fac ? », pourtant « tout le monde y va »

Conclusion
Logique scolastique et logique universitaire
Les conditions sociales du miracle ordinaire

Liste des sigles

Bibliographie

[Octobre 2013 – Avril 2014] Séminaires du GRESCO

Le séminaire du GRESCO accueille des chercheurs d’autres universités ou du CNRS qui viennent présenter leurs travaux de recherche et leurs résultats d’enquêtes de terrain pour en débattre avec les chercheurs du laboratoire.

Ce séminaire s’adresse en priorité aux chercheurs et doctorants du GRESCO et aux étudiants de Master. Il reste néanmoins ouvert à tous, dans la limite des places disponibles.

Le GRESCO étant un laboratoire bi-site, les séminaires sont organisés tantôt à la MSHS de l’Université de Poitiers, tantôt à la Faculté des Lettres et sciences humaines (FLSH) de l’Université de Limoges.

Les séminaires organisés à Limoges sont articulés avec les rencontres « Débats sociologiques » initiées par le département de sociologie limougeaud.

 

Le CAP : Un diplôme du peuple, 1911-2011

http://www.pur-editions.fr/couvertures/1364552299.jpg
Source image : PUR
Source contenu : Association française d’histoire économique

Sous la direction de Guy Brucy, Fabienne Maillard et Gilles Moreau

Le CAP : Un diplôme du peuple, 1911-2011

Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2013, 316 p. (Histoire)

Présentation de l’éditeur

Le certificat d’aptitude professionnelle (CAP), centenaire en 2011, a toujours fait l’objet de polémiques. Cet ouvrage, le premier consacré à ce diplôme toujours vivace, à la fois « lieu de mémoire » de la formation et enjeu d’avenir propose de rendre compte des rapports entre apprentissages professionnels, certifications et société. À travers cet exemple emblématique, ce sont les conflits et les compromis générés par la mise en place d’un diplôme professionnel, quel qu’il soit, qui sont à l’étude.

Table des matières

Introduction

Première partie : Le CAP : un diplôme professionnel

  • Guy Brucy : Penser historiquement le CAP
  • Lucie Tanguy : Mort et résurrection du CAP dans les années 1980-1990
  • Fabienne Maillard : La « refondation » du CAP : ambitions et limites d’une politique
  • Anissa Belhadjin et Maryse Lopez : L’enseignement du français en CAP depuis 1945
  • Xavier Sido : L’enseignement des mathématiques en CAP, 1945-1985
  • Pascal Caillaud : Certifier la capacité professionnelle : un débat juridique centenaire

Deuxième partie : le CAP face au marché du travail

  • Nicolas Divert : Le CAP de l’habillement : la fin d’un diplôme ouvrier emblématique ?
  • Marie-Cécile Bouju : Les CAP des métiers du livre de la Belle époque aux années 1970.
  • Marianne Thivend : Le genre des CAP « commerciaux » dans les années 1950
  • Stéphane Lembré : Les CAP et le marché de l’emploi dans le Nord et le Pas-de-Calais (1919-1939)
  • Marc Suteau : Les artisans du bâtiment et le CAP (1920-2000)
  • Henri Eckert : CAP : la lente agonie d’un symbole ?

Troisième partie : le CAP et son public

  • Gilles Moreau : Le CAP, quel genre de diplôme ?
  • Ugo Palheta : Le CAP comme voie de salut : le cas des apprentis du bâtiment
  • Joanie Cayouette-Remblière : Le CAP dans l’espace des trajectoires scolaires
  • Thibault Cizeau : Le CAP, un échauffement pour aller plus loin ?
  • Valérie Capdevielle-Mougnibas et Amélie Courtinat-Camps : Préparer un CAP en 2011

Conclusion générale
Bibliographie indicative

[17 juin 2013] Journée d’études « Du terrain en thèse. Découvrir de nouveaux objets, interroger les méthodes »

Organisée par les doctorants et les post-doctorants du laboratoire GRESCO
MSHS – Salle Mélusine

http://gresco.labo.univ-poitiers.fr/sites/gresco.labo.univ-poitiers.fr/squelettes/css-specifique/images/bandeau.jpg
Source : GRESCO

Programme :

9h30 – 12h30 : La normalisation des corps. Impositions, appropriations et subversions – Discutant : Ludovic Gaussot

  • Colette Le Petitcorps : La construction du corps dans l’expérience domestique en migration : un enjeu de rapport de domesticité employeuse/employée.
  • Fabienne Montmasson-Michel : Le corps dans le langage: un impensé de la socialisation langagière de la petite enfance scolarisée.
  • Sabine Lambert : Un corps à soi : l’avortement comme réappropriation de son corps.

14h00-17h00 : Observer à l’hôpital de l’entrée sur le terrain aux enjeux de la restitution – Discutante : Hélène Stevens

  • Fanny Thomas : Observer pour négocier son terrain : rompre avec les représentations sociales que les administrateurs des hôpitaux et les professeurs des universités praticiens hospitaliers en médecine se font du sociologue.
  • Emmanuelle Zolesio : Observer et écrire sur le bloc opératoire après Jean Peneff. De la présence de l’enquêtrice sur le terrain au compte-rendu d’observation.

Retrouvez ici une version imprimable du programme :

[6 juin 2013] Conférence « Migration in Europe, Europe and Migration »

Source : MediHAL Migrinter
Source photo : MediHAL Migrinter

Salle de conférence de la MSHS
Le 6 juin 2013
De 9h30 à 16h00

Dans le cadre de la rencontre annuelle du réseau IRUN, une dizaine de doctorant(e)s venant de Cracovie (PL), Nimègue (NL), Duissbour-Essen (DE) et Poitiers présenteront des posters sur leurs travaux.
De nature pluridisciplinaire & internationale, cette conférence permettra de confronter et comparer les perspectives de ces jeunes chercheurs géographes, linguistes, sociologues ou économistes!
Doctorants, étudiants, vous êtes invités à assister à ces présentations & à participer aux débats!
Pour tout renseignement, contactez : irunmeeting2013@univ-poitiers.fr

[27-29 mai 2013] La réception de la langue et de la culture françaises dans les pays d’Europe de l’Est

journée mimmoc

Ateliers de travail et Table ronde organisés par le MIMMOC.
MSHS, 5 rue Théodore Lefebvre, 86000
Poitiers, Salle Mélusine et Gargantua

Programme

  • Lundi 27 mai 2013 (MSHS, Salle Mélusine)

–   9h : Ouverture des Ateliers de travail

–   9h15 – 12h30 (Coordinatrice des Ateliers : Sanja Boskovic, Université de Poitiers) :

Participants :

  • Christina Kossogorova, Université d’Iaroslavl-Ouchinsky (Russie)
  • Justyna Bajda, Université de Wrocław (Pologne)
  • Witold Ucherek, Université de Wrocław (Pologne)
  • Ivana Janjic, Université de Novi Sad (Serbie)
  • Selena Stankovic, Université de Nis (Serbie)
  • Vesna Simovic, Université de Nis (Serbie)
  • Dragana Lukajic, Université de Banja Luka (Bosnie-Herzégovine)
  • Natalia Belova, Université de Poitiers
  • Olga Clément, Université de Poitiers
  • Jakub Polaszczyk, Université de Poitiers

Atelier I :

Récupération du matériel de l’enquête et la constitution des groupes de travail selon la langue / le pays slave participant au Campus Européen d’été en juillet 2012 :

Enquête effectuée sur 77 étudiants venant des universités russes (MGU-Moscou, Saint Petersburg, Kostroma, Iaroslavl), de l’université polonaise (l’Université de Wrocław), des universités macédoniennes (Skopje et Bitola), de l’université bosnienne (l’Université de Banja Luka), de l’Université de Novi Sad (Serbie), des universités tchèques (l’Université de Prague) de l’Université de Ljubljana (Slovénie), des universités slovaques (les deux de Bratislava) ;

Analyse des données et les premières systématisations selon les champs thématiques du questionnaire.

–   (10h15 – 10h30 Pause café)

–   (12h30-14h : Pause déjeuner)

–   14h – 17h  (Coordinatrice des Ateliers : Sanja Boskovic, Université de Poitiers) :

Participants :

  • Christina Kossogorova, Université d’Iaroslavl-Ouchinsky
  • Justyna Bajda, Université de Wrocław,
  • Witold Ucherek, Université de Wrocław
  • Ivana Janjic, Université de Novi Sad
  • Selena Stankovic, Université de Nis
  • Vesna Simovic, Université de Nis
  • Dragana Lukajic, Université de Banja Luka
  • Natalia Belova, Université de Poitiers
  • Olga Clément, Université de Poitiers
  • Jakub Polaszczyk, Université de Poitiers

Atelier II:

Enquête effectuée sur 77 étudiants venant des universités russes (MGU-Moscou, Saint Petersburg, Kostroma, Iaroslavl), de l’université polonaise (l’Université de Wrocław) , des universités macédoniennes (Skopje et Bitola), de l’université bosnienne (l’Université de Banja Luka), de l’Université de Zagreb (Croatie), de l’Université de Novi Sad (Serbie), des universités tchèques (l’Université de Prague et de Brno), de l’Université de Ljubljana (Slovénie), des universités slovaques (les deux de Bratislava) ;

Traitement et analyses approfondies des données selon les thématiques du questionnaire (40 questions concernant la réception de la langue et culture françaises, l’enseignement du français dans les écoles et aux établissements de l’enseignement supérieur) ; travail organisé dans chaque groupe constitué et accompagné des statistiques nationaux des pays slaves concernés.

–   (15h30 – 15h45 Pause café)

–   17h clôture de la journée

  • Mardi 28 mai 2013 (MSHS, Salle Mélusine)

–   9h-9h15 : Résumé des données des Ateliers I et II

–   9h15 – 12h30 (Coordinatrice des Ateliers : Sanja Boskovic, Université de Poitiers)

Participants :

  • Christina Kossogorova, Université d’Iaroslavl-Ouchinsky
  • Justyna Bajda, Université de Wrocław,
  • Witold Ucherek, Université de Wrocław
  • Ivana Janjic, Université de Novi Sad
  • Selena Stankovic, Université de Nis
  • Vesna Simovic, Université de Nis
  • Dragana Lukajic, Université de Banja Luka
  • Natalia Belova, Université de Poitiers
  • Olga Clément, Université de Poitiers
  • Jakub Polaszczyk, Université de Poitiers

Atelier III :

Enquête effectuée sur 77 étudiants venant des universités russes (MGU-Moscou, Saint Petersburg, Kostroma, Iaroslavl), de l’université polonaise (l’Université de Wrocław) , des universités macédoniennes (Skopje et Bitola), de l’université bosnienne (l’Université de Banja Luka), de l’Université de Zagreb (Croatie), de l’Université de Novi Sad (Serbie), des universités tchèques (l’Université de Prague et de Brno), de l’Université de Ljubljana (Slovénie), des universités slovaques (les deux de Bratislava) ;

Systématisation des résultats obtenus des analyses précédentes ; créations des tableaux indicateurs concernant la principale question : la réception de la langue et culture françaises dans les pays slaves : Russie, Serbie, Pologne, Slovaquie, République tchèque, Slovénie, Croatie, Bosnie-Herzégovine, Macédoine ; créations des tableaux indicateurs concernant l’enseignement du français (selon les pays), statistiques, évolutions et perspectives.

–   (10h15 – 10h30 Pause café)

–   (12h30-14h : Pause déjeuner)

–   14h-17h (Coordinatrice des Ateliers : Sanja Boskovic, Université de Poitiers) :

Participants :

  • Christina Kossogorova, Université d’Iaroslavl-Ouchinsky
  • Justyna Bajda, Université de Wrocław,
  • Witold Ucherek, Université de Wrocław
  • Ivana Janjic, Université de Novi Sad
  • Selena Stankovic, Université de Nis
  • Vesna Simovic, Université de Nis
  • Dragana Lukajic, Université de Banja Luka
  • Natalia Belova, Université de Poitiers
  • Olga Clément, Université de Poitiers
  • Jakub Polaszczyk, Université de Poitiers

Atelier IV :

Enquête effectuée sur 77 étudiants venant des universités russes (MGU-Moscou, Saint Petersburg, Kostroma, Iaroslavl), de l’université polonaise (l’Université de Wrocław) , des universités macédoniennes (Skopje et Bitola), de l’université bosnienne (l’Université de Banja Luka), de l’Université de Zagreb (Croatie), de l’Université de Novi Sad (Serbie), des universités tchèques (l’Université de Prague et de Brno), de l’Université de Ljubljana (Slovénie), des universités slovaques (les deux de Bratislava) ;

Récupération des données par pays et analyse globale des données : les points communs, les points de différences selon les pays ; analyse des difficultés/spécificités concernant l’enseignement du français dans les pays slaves, l’avenir de l’enseignement du français ; conclusion sur la question de la réception de la culture française : la place de la littérature française, du cinéma français, etc. chez le public étudiant ; la coopération interuniversitaire, les programmes européens (Erasmus, Erasmus Mundus) et la mobilité des étudiants et des enseignants, leurs rôles dans le développement de la francophonie ; traduction et édition des auteurs français, etc.

–   (15h30 – 15h45 Pause café)

–   17h clôture de la journée

  • Mercredi 29 mai 2013 (MSHS, Salle Gargantua)

–   9h-9h15 : Ouverture de la Table ronde par Susan Finding directrice du laboratoire MIMMOC EA3812

–   9h15 – 12h30 (Modérateurs : Witold Ucherek, (Université de Wrocław) puis Dragana Lukajic, (Université de Banja Luka))

–   9h15-9h45 Christina Kossogorova, (Université d’Iaroslavl) : « L’enseignement du français à l’Université d’Iaroslavl – Ouchinsky »

–   9h45-10h15 Dragana Lukajic, (Université de Banja Luka) : « La récente création de la chaire française à l’Université de Banja Luka »

–   10h15-10h45 Ivana Janjic, (Université de Novi Sad), « L’aperçu historique du département des langues romanes à l’Université de Novi Sad »

–   (10h45-11h : Pause café)

–   11h-11h30 Selena Stankovic et Vesna Simovic (Université de Nis) : « L’enseignement de la langue française à l’Université de Nis »

–   11h30-12h Witold Ucherek, (Université de Wrocław), « L’état de l’enseignement du français à l’Université de Wrocław »

–   12h- 12h30 Justyna Bajda, (Université de Wrocław), « L’influence de la culture française sur la culture polonaise de la fin du XIXe siècle »

–   (12h30-14h Pause déjeuner)

–   14h – 17h : Table ronde (Modératrices : Justyna Bajda (Université de Wrocław) et Christina Kossogorova (Université d’Iaroslavl))

Participants :

  • Christina Kossogorova, Université d’Iaroslavl-Ouchinsky
  • Justyna Bajda, Université de Wrocław,
  • Witold Ucherek, Université de Wrocław
  • Ivana Janjic, Université de Novi Sad
  • Selena Stankovic, Université de Nis
  • Vesna Simovic, Université de Nis
  • Dragana Lukajic, Université de Banja Luka
  • Natalia Belova, Université de Poitiers
  • Olga Clément, Université de Poitiers
  • Jakub Polaszczyk, Université de Poitiers

Présentation des résultats obtenus à partir des analyses des données du questionnaire selon les pays : Russie, Pologne, Slovaquie, République tchèque, Serbie, Bosnie-Herzégovine, Slovénie, Macédoine, Croatie. Comparaison et analyse des résultats. Réflexions et études sur l’évolution et l’avenir de la réception de la langue et de la culture françaises dans les pays de l’Europe de l’Est. Préparation du numéro de la Revue du CEES où seront publiés les résultats de l’enquête et des Ateliers et de la Table ronde sur « La réception de la langue et de la culture françaises dans les pays de l’Europe de l’Est ». Réflexions sur les thématiques des futurs rencontres scientifiques et campus d’été dans le domaine de la francophonie et des langues slaves.

–   (15h45-16h pause café)

–   16h-17h : Discussion et clôture des Ateliers de travail et de la Table ronde

Retrouvez une version imprimable du programme en cliquant ici :  

Les périodiques du fonds spécialisé de l’IEAQ

L’Institut d’Études Acadiennes et Québécoises (IEAQ) est une structure de recherche hébergé à la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société (MSHS) de Poitiers. L’IEAQ est l’un des membres du réseau des 18 centres d’études canadiennes de l’Association Française d’Études Canadiennes (AFEC).
Accessible au sein du Centre de documentation de la MSHS, le fonds IEAQ est la plus importante collection consacrée à l’Acadie en Europe. Il regroupe plus de 5 000 ouvrages et une cinquantaine de titres de périodiques. Les domaines qu’il couvre concernent l’histoire, la société, ainsi que la littérature acadienne et québécoise.

Nous avons réalisé un état de collection des périodiques afin de réorganiser les titres par ordre alphabétique. Puis, à l’aide du logiciel Zotero, nous avons construit une base de données en ligne et sur support papier des titres de périodiques, enrichie avec des informations sur l’auteur, l’éditeur, l’ISSN, l’URL de la revue ou la date de publication.

DSCN2308
Source : Photothèque de la MSHS

Exemple de titres + les notices :

  • La revue Voix et Images publie trois numéros par année qui comprennent des analyses approfondies et variées sur la littérature québécoise, des textes inédits et des entrevues avec des écrivains ainsi que des chroniques sur l’actualité.

Voix et images. DIR. DION ROBERT. In : Montréal  : Les Presses de l’Université de Québec. 1975-2012
vol.1,n°1(1975)-n°3(1976) ; vol.2,n°2(1976)-n°3(1977) ; vol.3,n°2(1977)-n°3(1978) ; vol.4,n°2(1978)-n°3(1979) ; vol.5,n°1(1979)-n°2(1980) ; vol.11,n°1(1985)-n°3(1986)-vol.22,n°1(1996)-n°3(1997) ; vol.23,n°1(1997)-n°2(1998) ; vol.29,n°3(2004)

Revue d’histoire de l’Amérique française. INSTITUT D’HISTOIRE DE L’AMÉRIQUE FRANÇAISE. In : Montréal : Institut d’histoire de l’Amérique française. 1947-
vol.3,n°1-3(1949) ; vol.35,n°1(1981)-vol.51,n°3(1998) ; index des volumes 31-40(1977-1987)

  •  La revue Anthropologie et Sociétés créée en 1977 vise à diffuser la recherche anthropologique effectuée par les chercheurs dans tous les champs de la discipline et dans tous les courants.

Anthropologie et sociétés. UNIVERSITÉ LAVAL. DÉPARTEMENT D’ANTHROPOLOGIE. In : Québec : Université Laval. 1977-
vol.2,n°2(1978) ; vol.3,n°2-3(1979) ; vol.4,n°2(1980) ; vol.5,n°1-3(1981) ; vol.6,n°1-2(1982)-vol.7,n°1-2(1983) ; vol.8,n°3(1984) ; vol.9,n°1-3(1985)-vol.11,n°1-3(1987) ; vol.12,n°3(1988) ; vol.13,n°2(1989) ; vol.14,n°2(1990) ; vol.16,n°1-2(1992) ; vol.17,n°1-3(1993)-vol.22,n°1-3(1998) ; vol.23,n°1-2(1999) ; vol.24,n°1(2000) ; vol.25,n°1-2(2001) ; vol.26,n°1(2002) ; vol.27,n°2(2003) ; vol.30,n°1(2006) ; index 1977-1997

  •  La Société des Dix a été fondée en 1935 par un groupe d’historiens québécois. Ses Cahiers des dix sont publiés depuis 1936 pour faire découvrir aux publics divers aspects de la mémoire et du patrimoine de l’Amérique française.

Les Cahiers des Dix. LES DIX. In : Québec. Les Presses de l’Université de Laval. 1936-1983
n°21(1956)  ; n°23(1958)-n°26(1961)  ; n°28(1963)-n°41(1976)

  •  Globe est la seule revue publiée en français qui propose une lecture à la fois interdisciplinaire et internationale de la société québécoise. La revue  présente à ses lecteurs, deux fois par an, un dossier qui traite de manière pluridisciplinaire une question touchant la culture et la société québécoise. Globe réunit des spécialistes venus de tous les savoirs liés aux sciences humaines et sociales interpellés par la perspective pluri ou interdisciplinaire.

Globe : Revue internationale d’études québécoises. MCGILL UNIVERSITY. QUEBEC STUDIES PROGRAMME. In : Montréal : Programme d’études sur le Québec, Université McGill. 1998-
vol.4, n°1-2(2001)

[31 mai 2013] Les politiques d’innovation dans les territoires

journéeruralités

Résumé

Cette journée d’étude s’adresse aux géographes, historiens, sociologues, urbanistes, professionnels, élus etc. désireux de faire partager leurs expériences.
Les communications questionneront les thématiques suivantes :

  • Les conditions de développement et d’application de l’innovation
  • Les systèmes de gouvernance de ces politiques innovantes
  • Les formes que revêt l’innovation sur les territoires
  •  Cas pratiques

Cette journée d’étude sera organisée le 31 mai 2013 par le laboratoire Rural, URbain, Acteur, LIens, Territoires, Environnement, Société de l’Université de Poitiers. Cette journée donnera lieu à une publication dans la revue du laboratoire consultable à l’adresse suivante : http://ruralites.labo.univ-poitiers.fr/spip.php?rubrique74&lang=fr
Lieu : Salle des Actes de l’Hôtel Fumé, 8 rue René Descartes, 86022 Poitiers.
Mots clés : innovation, politiques publiques, territoires, acteurs, prospective, expérimentation

Argumentaire

Etymologiquement, innovation vient des mots latins : in (dans) et novare (nouveau, renouveler, transformer, changer). Le Larousse définit l’innovation comme un processus d’influence qui conduit au changement social dont l’effet consiste à rejeter les normes sociales existantes et à en proposer de nouvelles. Cela revient à introduire une nouveauté en termes d’usage, de coutume, de vision, de pratiques et de systèmes par rapport à une situation présente. L’introduction d’une nouvelle donne fait ainsi appel à la créativité pour déboucher sur une réalisation effective et utile, ce qui la différencie des termes d’invention et de découverte. Pour rester en adéquation avec les besoins et les attentes des sociétés, les acteurs publics ou privés, individuels ou collectifs, doivent repenser et remettre en question leurs démarches. L’innovation peut parfois être un retour aux sources, une réinterprétation des pratiques du passé inscrites dans un présent et visant un futur. Le caractère de ce qui est innovant est d’autant plus insaisissable qu’il est labile dans le temps et l’espace, qu’il est relatif à un contexte particulier. S’intéresser aux phénomènes d’innovation, notamment des pratiques territoriales et des usages, permet de mieux comprendre l’organisation de l’espace et son évolution dans le temps. Tout territoire possède des capacités d’innovation et de croissance, encore faut-il les identifier et les mobiliser.1

Les conditions et les formes de l’innovation

Ces dernières années, des limites tant financières, sociales, qu’environnementales ou temporelles, ont contraint les acteurs à sortir des schémas de réponses classiques. Des démarches prospectives se sont ainsi développées ici et là dans l’optique de multiplier des politiques territoriales pertinentes pour répondre à la demande sociale. Ces démarches prospectives aboutissent à la mise en place de politiques parfois innovantes, celles-ci pouvant prendre de multiples formes selon l’environnement et le contexte dans lequel elles s’implantent.
L’innovation, ses formes et ses conditions, nous interroge de multiples façons : Quelles sont les conditions nécessaires à l’émergence d’une innovation ? Quelles sont les modalités pour expérimenter la mise en place de politiques innovantes ? Comment ces politiques répondent à une problématique donnée au travers d’un renouvellement du regard porté sur l’objet et des outils de l’action ? Quels critères objectifs permettent de qualifier une démarche innovante ? Comment passer d’une idée innovante à son application ?

Politiques innovantes, systèmes de gouvernances et développement local

Sur le territoire, les politiques innovantes dépendent principalement de la prise de conscience des acteurs publics et/ou privés face à une situation présente ou à un besoin, mais aussi à leur capacité de mobilisation. C’est également un moyen de rassembler et de fédérer les acteurs locaux qui, autrement, n’auraient pas d’intérêt à s’investir dans une démarche avec leur voisin.2 Dans un même temps, les besoins et les aspirations des populations locales deviennent des paramètres importants dans la compréhension de l’innovation. Bien que certaines idées innovantes soient parfois portées par des organismes extérieurs aux territoires.
Pourquoi [depuis quand], et comment certaines collectivités territoriales et pas d’autres, inscrivent-elles à leur agenda un domaine nouveau de compétences ou problématisent-elles de manière inédite une question récurrente des politiques locales ?3 Est-ce qu’une vision de l’extérieur doit toujours être considérée comme innovante ? Quels critères permettent à un territoire d’innover ? Quelle corrélation entre innovation et développement local ? Comment implique-t-on les populations locales dans ces démarches ? Se sentent-elles impliquées par ces politiques ? Ont-elles des attentes au regard des capacités d’innovations de leurs acteurs territoriaux ? Est-ce que les innovations qui répondent le plus aux besoins des populations ne sont-elles pas celles qui s’inspirent de pratiques socio-spatiales non institutionnalisées ?

1 DATAR (2012), Territoires et innovation, coll. Travaux, n°9, p.7.
2 DATAR (2012), Territoires et innovation, coll. Travaux, n°9, p.7.
3 LEVY, LUSSAULT (2009), Dictionnaire de géographie, p.513.

 

E-Migrinter, n°10 (2013)

N°10 (2013)
Source (image et contenu de l’article) : e-migrinter

NUMERO 10 – 2013

Genre et imbrication des rapports de domination

dans les médias des minorités ethniques

Dossier coordonné par Claire Cossée, Laura Navarro, Isabelle Rigoni & Eugénie Saitta

le numéro complet à téléchargernuméro complet


Editorial

article PDF Des médias par et pour les minoritaires ? (Re)production du genre et imbrication des rapports de domination
(Claire Cossée, Laura Navarro, Isabelle Rigoni, Eugénie Saitta)

Dossier

article PDF Présence d’une absence : l’embauche et le salaire comme facteurs occultant la discrimination envers les femmes journalistes dans les médias européens en langues minoritaires
(Iñaki Zabaleta, Nicolás Xamardo, Arantza Gutiérrez, Santi Urrutia, Itxaso Fernández)
article PDF Les ambiguïtés de la « presse féminine noire »
(Virginie Sassoon)
article PDF Discours, représentations et images des femmes latino-américaines immigrées dans les journaux ethniques du Pays Basque
(Ana Mendieta)
article PDF Point de vue situé : Médias panafricains francophones et reproduction des rapports de pouvoir – Années 1980/1990
(Carmen Diop)

Vie du labo

article PDF Séjour de Recherche : De la conception du projet de recherche au Cameroun à sa révision à la lumière des avancées théoriques de MIGRINTER.
(Félix Watang Zieba)
article PDF Séminaire d’équipe Migrinter 2012-2013, Première séance par William Berthomière, jeudi 29 novembre : « Street geography : réflexion autour des usages de l’image dans l’étude des migrations au sein d’un espace public comme la rue ».
(Mélanie Pénicaud)
article PDF « Tracing Social inequalities in Environementally-induced Migration », Colloque international, Bielefeld, du 9 au 13 décembre 2012. (Compte-rendu par Émilie Chevalier & Eleonora Guadagno.)

Notes de lecture

article PDF Barrère, Céline ; Lévy-Vroelant, Claire (2012) Hôtels meublés à Paris. Enquête sur une mémoire de l’immigration, Paris, Éditions Créaphis,
300 p.
(Mélanie Pénicaud)
article PDF MIGREUROP (2012) Atlas des migrants en Europe : Géographie critique des politiques migratoires, Paris, Armand Colin, 144 p. (Atlas). (Victoire Cottereau.)

[29-30 mai 2013] Colloque « Territoire(s) et réseaux locaux : quelles perspectives théoriques et méthodologiques en sciences sociales ? »

  • Colloque des doctorant-e-s du GRESCO

L’approche locale d’une institution, d’un mouvement ou d’un fait social renvoie à des conceptions différentes de la construction des objets de recherche en sciences sociales. A l’intersection de plusieurs disciplines (sociologie, géographie sociale, anthropologie et sciences politiques…), ce colloque propose de faire l’état des lieux des méthodes de recherche actuelles permettant de saisir les dimensions spatiales des phénomènes sociaux.

Dans cette perspective, nous nous intéressons aux notions utilisées par les chercheurs telles que « territoire », « local » et « localité ». Comment le local se construit-il comme variable explicative ou comme catégorie d’analyse au sein des différentes disciplines en sciences sociales ? Nous débattrons des ambiguïtés de ces notions comme des manières d’envisager l’action sociale entre espace physique et espace social : des effets du local sur l’action collective et individuelle, aux rôles des acteurs et des actrices dans les réseaux et à la multi-dimensionnalité des interactions entre local, national et global.

Les méthodes d’enquête, monographiques, ethnographiques, quantitatives, et comparatives seront questionnées afin d’appréhender la manière dont elles peuvent être mobilisées par le chercheur. Quels sont les avantages, les limites et les coûts de chacune des méthodes envisagées ? Un ensemble de concepts seront au cœur des discussions, entre autres le capital social (Bourdieu, 1980) et celui d’autochtonie (Chamboredon et al, 1984 ; Retière, 2003, Renahy, 2005). Ceux-ci se situent à l’intersection des réflexions sur les réseaux sociaux – pensés comme un ensemble d’interactions continues entre les individus, sur les sentiments d’appartenance à un groupe, sur les formes de proximités territoriales / sociales ou encore sur les stratégies d’investissements constitutives d’une position sociale à produire ou à reproduire. Enfin, c’est dans une démarche de comparaison internationale que nous souhaitons également engager ce débat autour des formes de mobilisation, de résistance et d’engagement inscrites localement. Nous questionnerons l’enchevêtrement de différentes échelles et notamment celles du local, du national et de l’international. Leur articulation permet-elle de dépasser la notion de territoire ?

  • Les trois axes du colloque :

1. « Faire son territoire » : repenser les inégalités sociales

2. Usages des discours sur le local : transformation et construction d’espaces sociaux

3. L’imbrication du local et du global : de quelle(s) mondialisation(s) parle-t-on ?

Retrouvez ici le programme intégral du colloque.