Vient de paraître : Norois, N°228 (2013)

norois

La patrimonialisation des paysages de l’eau dans l’ouest de la France

Sous la direction de Régis Barraud, Claire Portal et Hervé Davodeau

[11 décembre 2013] Soutenance de thèse de Vonnick RIBERAUD

Vonnick Ribéraud

présentera publiquement sa thèse

DEVENIR UN PROFESSIONNEL DE LA SOLIDARITE INTERNATIONALE :

DE L’APPRENTISSAGE DU METIER DE CHARGE DE PROJET A LA CONFIRMATION

A UN MILIEU PROFESSIONNEL SELECTIF

le 11 décembre 2013 à 14h

en salle des Actes, à l’Hôtel Fumé – UFR Sciences Humaines et Arts

 – Centre ville de Poitiers

 Son travail a été mené sous la direction de Laurent Willemez.

Résumé :

Cette thèse a pour objectif d’analyser le processus d’entrée ou de tentative d’entrée de jeunes adultes dans le milieu de la solidarité internationale et plus spécifiquement dans le métier de chargé de projets, ainsi que les raisons qui les poussent à s’orienter vers ce secteur. Dans cette recherche, il est à la fois question de leur socialisation au sein de formations, de leurs trajectoires biographiques et des parcours menant à leur insertion professionnelle mais aussi de la nature de leur engagement, de leur rapport au travail ainsi que de leur rapport “à l’autre lointain”.

Un travail d’enquête quantitatif et qualitatif a été réalisé auprès de l’ensemble des étudiants et des anciens étudiants d’une formation universitaire professionnalisante en sciences humaines de niveau II d’une ville importante de province.

Ce terrain principal a été complété par l’analyse de dispositifs permettant aux jeunes adultes de s’engager dans la solidarité internationale, d’offres d’emploi proposés par les associations de solidarité internationale, de la littérature grise et de discours de professionnels bien implantés dans ce milieu et intervenant, pour beaucoup, dans des formations préparant à ce métier. À l’aune de l’histoire et de la structuration du champ, du marché du travail et de la conception idéale des pratiques professionnelles, cette recherche montre comment la segmentation et la fermeture de ce milieu conduit, une part importante de la population étudiée, in fine, à un processus de désillusion, de désaffection puis de reclassement, ou d’ajustement.

Mots clés : Solidarité internationale, engagement, socialisation, formation, insertion professionnelle, rapport au travail, rapport à l’autre, désillusion, reclassement.

Abstract :

This thesis analyzes the process of entry, or attempt of entry, of the young adults in the field of the international solidarity and especially in projects officer occupation. This thesis explains the reasons which encourage them to turn towards to this sector. In this research it is at the same time question of their socialization in trainings, of their biographical trajectories, the itineraries leading to occupational integration. It is also about their commitment, their work relations, and their “other one distant” relationship. A quantitative and qualitative investigation was conducted with all students and ex-students of a level II humans sciences professionalizing university training, in an important French city. This important ground investigation was completed by the analysis of measures which enable young adults to invest themselves in the international solidarity, of job offers from international solidarity associations, of grey literature and of speeches from established professionals, most of them teaching in professionalizing university training. In the light of history and field’s organization, of labor market, and ideal conception of professional’s practices, this research shows how the segmentation and the selectivity of this environment lead the majority of studied population to disillusion process, disaffection, then finally, professional reassignment or adjustment.

Membres du jury :

  • Pascal DAUVIN   –   Maître de Conférences HDR, Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines ((Rapporteur)
  • Henri ECKERT   –   Professeur d’Université, Université de Poitiers (Examinateur)
  • Anne-Catherine WAGNER   –   Professeure d’Université, Université de Paris I (Rapporteur)
  • Laurent WILLEMEZ   –   Professeure d’Université, Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines (Directeur de thèse)

Vient de paraître : « Les îles de la Caraïbe : enjeux et perspectives » / Michel Desse

9782336291307j

Michel Desse est Professeur de Géographie à l’Université de Poitiers. Il dirige le laboratoire Ruralités. Il a co-écrit La Caraïbe, données environnementales et Les littoraux antillais : des enjeux de l’aménagement à la gestion durable. Ses travaux portent sur l’évolution socio-économique des îles ainsi que sur les modes d’utilisation et de gestion des littoraux de la Caraïbe, thème de son habilitation à diriger des recherches.

24 x 32 cm / Broché / 300 pages / L’Harmattan / ISBN : 978-2-33629-130-7

[4e de couv.]

Destinations touristiques, croisières de luxe, paradis fiscaux : zones grises de la crise financière, manifestations contre la vie chère et tremblement de terre le plus meurtrier de l’histoire ; les îles de la Caraïbe qui occupent une part importante de l’actualité, restent largement méconnues. L’objectif de cet ouvrage est d’aborder ces îles, en dresser un diagnostic, à des échelles différentes et sur le temps long afin de comprendre les dynamiques contemporaines et les capacités insulaires à s’adapter voire à dépasser les crises. Sur ces espaces parfois étroits, données environnementales, sociales, économiques et géostratégiques se chevauchent, nécessitant leur prise en compte pour un développement durable et équilibré.

L’ouvrage est structuré en quatre parties. La première interroge l’hypothétique unité de la Caraïbe. La diversité des histoires politiques, des alliances, des ancrages aux Etats-Unis ou à l’Union Européenne composent une mosaïque insulaire où chaque territoire connaît une évolution originale. Cette diversité se retrouve aussi à toutes les échelles des données environnementales, diversité des Petites et des Grandes Antilles, des îles volcaniques ou calcaires, des côtes-au-vent ou sous-le-vent. La seconde partie s’intéresse aux dynamiques fédératrices, les principes d’une histoire coloniale commune, d’une culture et d’une identité créole partagée, la dépendance et l’influence des diasporas qui constituent une autre Caraïbe aspatiale. Le troisième chapitre présente l’originalité de ces économies insulaires qui ont largement fait l’impasse de la révolution industrielle, passant directement d’économies coloniales à large base agricole à des économies tertiaires. Les choix économiques sont divers, poursuite de l’agriculture d’exportation et tourisme, primauté au développement touristique, utilisation du large spectre de la déréglementation pour devenir des plaques tournantes du commerce, de la finance, des sièges d’entreprises ou des compagnies maritimes internationales. Enfin la quatrième partie aborde la nécessité de conduire des politiques publique de développement durable. Les fortes densités, les déséquilibres spatiaux entraînant la congestion urbaine et économique s’oppose à la richesse des écosystèmes et leur fragilité. Les risques environnementaux, sismiques, cycloniques laissent présager des menaces qui doivent aussi être prises en compte.

Les Cahiers d’Outre-Mer, n°260 (2012/4)

Les Cahiers d'Outre Mer 2012/4
Source : Cairn

L’Afrique face aux changements climatiques

Sommaire

  • Alain François et Mohamed Taabni : L’Afrique face aux changements climatiques – Introduction

  • Serge Janicot : État des recherches sur l’attribution de la variabilité décennale récente en Afrique de l’Ouest

  • Pierre V. Vissoh et al. : Perceptions et stratégies d’adaptation aux changements climatiques : le cas des communes d’Adjohoun et de Dangbo au Sud-Est Bénin

  • Mohamed Taabni et Moulay-Driss El Jihad : Eau et changement climatique au Maghreb : quelles stratégies d’adaptation ?

  • Kadidia N. Bouaré : L’irrigation des périmètres villageois face à la réduction des réserves hydro‑pluviométriques dans la commune de Konna (Delta intérieur du fleuve Niger, Mali)

  • Dorothée Lobry : Une étude juridique des crises humanitaires résultant de catastrophes climatiques : l’exemple du continent africain

  • Luc Vacher : La découverte récréative des eaux tropicales… et on inventa l’eau chaude et le blue lagoon

[31 mai 2013] Les politiques d’innovation dans les territoires

journéeruralités

Résumé

Cette journée d’étude s’adresse aux géographes, historiens, sociologues, urbanistes, professionnels, élus etc. désireux de faire partager leurs expériences.
Les communications questionneront les thématiques suivantes :

  • Les conditions de développement et d’application de l’innovation
  • Les systèmes de gouvernance de ces politiques innovantes
  • Les formes que revêt l’innovation sur les territoires
  •  Cas pratiques

Cette journée d’étude sera organisée le 31 mai 2013 par le laboratoire Rural, URbain, Acteur, LIens, Territoires, Environnement, Société de l’Université de Poitiers. Cette journée donnera lieu à une publication dans la revue du laboratoire consultable à l’adresse suivante : http://ruralites.labo.univ-poitiers.fr/spip.php?rubrique74&lang=fr
Lieu : Salle des Actes de l’Hôtel Fumé, 8 rue René Descartes, 86022 Poitiers.
Mots clés : innovation, politiques publiques, territoires, acteurs, prospective, expérimentation

Argumentaire

Etymologiquement, innovation vient des mots latins : in (dans) et novare (nouveau, renouveler, transformer, changer). Le Larousse définit l’innovation comme un processus d’influence qui conduit au changement social dont l’effet consiste à rejeter les normes sociales existantes et à en proposer de nouvelles. Cela revient à introduire une nouveauté en termes d’usage, de coutume, de vision, de pratiques et de systèmes par rapport à une situation présente. L’introduction d’une nouvelle donne fait ainsi appel à la créativité pour déboucher sur une réalisation effective et utile, ce qui la différencie des termes d’invention et de découverte. Pour rester en adéquation avec les besoins et les attentes des sociétés, les acteurs publics ou privés, individuels ou collectifs, doivent repenser et remettre en question leurs démarches. L’innovation peut parfois être un retour aux sources, une réinterprétation des pratiques du passé inscrites dans un présent et visant un futur. Le caractère de ce qui est innovant est d’autant plus insaisissable qu’il est labile dans le temps et l’espace, qu’il est relatif à un contexte particulier. S’intéresser aux phénomènes d’innovation, notamment des pratiques territoriales et des usages, permet de mieux comprendre l’organisation de l’espace et son évolution dans le temps. Tout territoire possède des capacités d’innovation et de croissance, encore faut-il les identifier et les mobiliser.1

Les conditions et les formes de l’innovation

Ces dernières années, des limites tant financières, sociales, qu’environnementales ou temporelles, ont contraint les acteurs à sortir des schémas de réponses classiques. Des démarches prospectives se sont ainsi développées ici et là dans l’optique de multiplier des politiques territoriales pertinentes pour répondre à la demande sociale. Ces démarches prospectives aboutissent à la mise en place de politiques parfois innovantes, celles-ci pouvant prendre de multiples formes selon l’environnement et le contexte dans lequel elles s’implantent.
L’innovation, ses formes et ses conditions, nous interroge de multiples façons : Quelles sont les conditions nécessaires à l’émergence d’une innovation ? Quelles sont les modalités pour expérimenter la mise en place de politiques innovantes ? Comment ces politiques répondent à une problématique donnée au travers d’un renouvellement du regard porté sur l’objet et des outils de l’action ? Quels critères objectifs permettent de qualifier une démarche innovante ? Comment passer d’une idée innovante à son application ?

Politiques innovantes, systèmes de gouvernances et développement local

Sur le territoire, les politiques innovantes dépendent principalement de la prise de conscience des acteurs publics et/ou privés face à une situation présente ou à un besoin, mais aussi à leur capacité de mobilisation. C’est également un moyen de rassembler et de fédérer les acteurs locaux qui, autrement, n’auraient pas d’intérêt à s’investir dans une démarche avec leur voisin.2 Dans un même temps, les besoins et les aspirations des populations locales deviennent des paramètres importants dans la compréhension de l’innovation. Bien que certaines idées innovantes soient parfois portées par des organismes extérieurs aux territoires.
Pourquoi [depuis quand], et comment certaines collectivités territoriales et pas d’autres, inscrivent-elles à leur agenda un domaine nouveau de compétences ou problématisent-elles de manière inédite une question récurrente des politiques locales ?3 Est-ce qu’une vision de l’extérieur doit toujours être considérée comme innovante ? Quels critères permettent à un territoire d’innover ? Quelle corrélation entre innovation et développement local ? Comment implique-t-on les populations locales dans ces démarches ? Se sentent-elles impliquées par ces politiques ? Ont-elles des attentes au regard des capacités d’innovations de leurs acteurs territoriaux ? Est-ce que les innovations qui répondent le plus aux besoins des populations ne sont-elles pas celles qui s’inspirent de pratiques socio-spatiales non institutionnalisées ?

1 DATAR (2012), Territoires et innovation, coll. Travaux, n°9, p.7.
2 DATAR (2012), Territoires et innovation, coll. Travaux, n°9, p.7.
3 LEVY, LUSSAULT (2009), Dictionnaire de géographie, p.513.