[21 décembre 2013] Soutenance de thèse de Boévi LAWSON

Boévi Lawson

présentera publiquement sa thèse

LA PERSONNE SELON EMMANUEL MOUNIER

ET LE DEVELOPPEMENT DE L’AFRIQUE


le 21 décembre 2013 à 14h

en salle des Actes Hôtel Fumé

UFR Sciences Humaines et Arts  – campus Centre-Ville

Son travail a été mené sous la direction de Sylvain ROUX et Emmanuel FALQUE.

 

Membres du jury :

  • Michaël FOESSEL   –   Professeur, Ecole Polytechnique de Paris (Examinateur)
  • Emmanuel HOUSSET   –   Professeur d’Université, Université de Caen (Rapporteur)
  • Philippe CAPELLE   –   Professeur d’Université, Université de Strasbourgl (Rapporteur)
  • Andrea BELLANTONE   –   Maître de Conférences, Université de Poitiers (Examinateur)
  • Emmanuel FALQUE  –  Professeur, Institut Catholique de Paris (Co-Directeur de thèse)
  • Sylvain ROUX  –  Maître de Conférences-HDR, Université de Poitiers (Co-Directeur de thèse)

 

 Résumé

A travers la philosophie de la «personne», Emmanuel Mounier (1905-1950) vise le renouvellement de la civilisation, l’accomplissement et l’épanouissement de l’homme. La question est de rechercher ce qui dans «la personne» constitue le fondement principiel et métaphysique du développement, puis mettre en place une heuristique qui rende compte de l’impact de cette philosophie de la personne sur le «développement en Afrique». L’objectif est triple: apprécier sous mode systématique la puissance de rayonnement historique de la pensée de Mounier chez les penseurs d’Afrique; en mesurer les effets d’appropriation; relever, de là, les enjeux anthropologiques liés au sein du continent africain, à la notion du «développement». Le propos mobilise les corpus des théoriciens africains soucieux de l’enracinement et de l’interculturalité, mais aussi de penseurs occidentaux refondateurs de la question de l’homme et du monde. Le fondement métaphysique, anthropologique et éthique, n’exclut pas le mécanisme juridique supranational légitime.

Mots-clés: Personne, communauté, développement, spiritualité, écologie, Dieu, complexité, éthique, droit, genre, altérité, interculturalité, valeur, métaphysique, éducation, politique, économie, mondialisation.

 

Abstract

According to the philosophy of the «person», Emmanuel Mounier (1905-1950) aims at the rebirth of civilization, the accomplishment and fulfillment of man. The question is to find out what within «the person», constitutes the  principal  and  metaphysical  foundation of development, then to put in place heuristics that emphasize the impact of this philosophy of person on «development in Africa». There are three sides to this objective: to appreciate in a systematical fashion the power of the historical influence of the opinion of Mounier on the philosophers from Africa; to measure its appropriation effects; and then to identify the anthropological issues connected to the notion of «development» within the African continent.   The statement mobilizes not only the corpuses of the African theorists concerned about deep-rootedness and interculturality, but also those of western thinkers, reformer of the question of mankind and the world. The metaphysical, anthropological and ethical foundation, does not exclude the legitimate supranational legal mechanism.

Keywords : person, community, development, spirituality, ecology, God, complexity, ethics, rights, gender,  otherness, interculturality, values, metaphysics, education, political, economy, globalization.

 

 

[20 décembre 2013] Soutenance de thèse de Stéphanie FAVREAU

Stéphanie Favreau

présentera publiquement sa thèse

LES STRUCTURES DE LA CONSCIENCE CHEZ BERGSON? VERS UN NOUVEAU PARADIGME EPISTEMOLOGIQUE

le 20 décembre 2013 à 14h

en salle des Actes Hôtel Fumé

UFR Sciences Humaines et Arts  – campus Centre-Ville

Son travail a été mené sous la direction de Philippe SOUAL.

Membres du jury :

  • Jean-Louis VIEILLARD-BARON   –   Professeur émérite d’Université, Université de Poitiers (Examinateur)
  • Philippe SOUAL   –   Professeur en CPCGE-HDR, Université de Poitiers (Directeur de thèse)
  • Paul-Antoine MIQUEL   –   Professeur d’Université, Université de Toulouse 2-Le Mirail (Rapporteur)
  • Andrea BELLANTONE   –   Professeur d’Université, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Rapporteur)
Résumé

Dans son œuvre majeure, L’évolution créatrice, Bergson propose une réflexion originale sur le sens de l’évolution des espèces qui part des données scientifiques de l’époque. Si celles-ci ont pour le moins évolué depuis le début du siècle, la perspective dynamique que le philosophe a mise en œuvre pour appréhender les phénomènes biologiques résonne aujourd’hui avec certains paradigmes épistémologiques, dans différents champs de recherche.

A travers l’analyse détaillée de ces résonances, non seulement en biologie du développement mais aussi en neurologie, en éthologie, en psychologie, en sociologie et jusqu’en anthropologie, ce travail propose une lecture de l’œuvre qui mette en avant les enjeux et la nécessité d’une recherche transdisciplinaire et non réductionniste, dont la définition même implique qu’elle soit avant tout un effort toujours à reprendre.

Pour regrouper les différents champs épistémologiques convoqués et suivre une progression cohérente, le plan suivi procède en trois moments. Le premier moment est consacré à la dimension organique ou biologique de l’individualité, le deuxième à sa dimension psychologique, le troisième à la dimension intersubjective et aux tendances anthropologiques fondamentales qui encadrent l’expérience humaine. Imbriquées les unes dans les autres, ces différentes dimensions de l’expérience ne sont toutefois distinguées que pour plus de clarté.

En dégageant de cette lecture croisée un nouveau paradigme épistémologique qui soit tout à la fois global et soucieux du caractère changeant et de la diversité du réel, il s’agit de montrer l’importance et l’actualité de la pensée de Bergson. Il s’agit également de déjouer, grâce aux résonnances mises en lumière dans les différentes disciplines, les mauvaises lectures de cet auteur « qui ont fait tenir sa philosophie, par des penseurs souvent médiocres, dans un discrédit ridicule.[1] »

Mots clés : Bergson, épistémologie, structures de la conscience, transdisciplinarité

 

Summary

In is main work, L’évolution créatrice, Bergson suggest an original thought about the evolution of species who lean on the scientific data of the time. In this data have change a lot since the begin of the century, the dynamic perspective that he used to understand biological phenomenon resound today with some paradigm in epistemology in differents fields of search.

Throught a detailed analysis of this connotations in biology of development, neurology, ethology, sociology and anthropology, this work suggest a reading of Bergson who show the stakes and the necessity of an interdisciplinary search.

To merge the differents fields of search convened and follow a coherent progression, this work proceed in three moments. The first is devote to the biological feature of individuality, the second to his psychological feature and the last to the intersubjectivity feature and anthropological leanings who lead humain experience. However, this differents features are clearly separated only for the analyse.

To derive a new epistemological paradigme of this cross reading, we want to show the importance and the actuality of Bergson’work. We want also show the obsolete character of any famous reading who have discredited Bergson’s philosophy.

Key words : Bergson, epistemology, awareness structures, interdisciplinarity


[1] Henri Ey, Des idées de Jackson à un modèle organo-dynamique en psychiatrie, Paris, L’Harmattan, 1997, p.229, note 2

[07 décembre 2013] Soutenance de thèse de Libère PWONGO BOPE

Libère Pwongo Bope

présentera publiquement sa thèse

SE COMPRENDRE HISTORIQUEMENT.

ENJEU HERMENEUTIQUE DU RAPPORT AU TEXTE ET A LA TRADITION.

GADAMER VERSUS RICOEUR

le 7 décembre 2013 à 14h

en salle des Actes – Hôtel Fumé – UFR Sciences Humaines et Arts

Son travail a été mené sous la direction de Jérôme de Gramont et Bernard Mabille.

 

Membres du jury :

  • Jean-Claude GENS   –   Professeur d’Université, Université de Bourgogne – Dijon
  • Christian BERNER  –   Professeur d’Université, Université de Lille 3
  • Emmanuel HOUSSE   –  Professeur d’Université, Université de Caen
  • Bernard MABILLE   –   Professeur d’Université, Université de Poitiers (Co-Directeur de thèse)
  • Jérôme de GRAMONT   –   Maître de Conférenes-HDR, Institut Catholique de Paris (Co-Directeur de thèse)

 

Résumé

À notre connaissance, Ricoeur et Gadamer n’ont peut-être jamais véritablement débattu sur leur conception respective de la nature et de la tâche herméneutiques. Il semble que ce débat soit souhaitable, voire urgent. Si Ricoeur a toujours témoigné un grand intérêt pour l’herméneutique philosophique de celui qu’il appelait « mon maître » et dont il discutait les thèses, il est frappant de constater que Gadamer ne s’est contenté que de très vagues allusions aux enjeux herméneutiques de l’oeuvre du philosophe français. Il nous revient aujourd’hui de circonscrire le cadre de ce dialogue et d’en déterminer les conditions de possibilité. Il n’est pas sûr, comme le soutiennent de nombreuses études, qu’il faille reconduire l’enjeu de ce débat au ressort supposé fondamental : d’une part, l’opposition entre l’exigence des méthodes et des règles d’interprétation, seules susceptibles de garantir la scientificité de l’acte d’interprétation ; et, d’autre part, la revendication d’une visée originellement ontologique du phénomène de la compréhension, incapable par essence d’échapper, sans aucune possibilité de se défendre, à l’accusation de l’arbitraire subjectif. C’est pourquoi, se tenant à distance de ces présuppositions – quelque motivé qu’elles soient -, la présente thèse suggère plutôt que la possibilité du dialogue entre Ricoeur et Gadamer est fonction de la capacité à parcourir préalablement, et avec une grande patience, le long détour qu’emprunte l’un et l’autre herméneute : il n’y a de dia-logue que si ce dont il est question est médiatisé par la « chose même » qui, nous le croyons, est irréductible à l’opposition entre « méthode » et « non-méthode ». Car, la « chose même », c’est le sens en tant qu’horizon vers lequel s’achemine tout procès d’interprétation ou de compréhension. En ce sens, nous soutenons que la notion gadamérienne de l’expérience herméneutique trouve son meilleur allié dans la catégorie ricoeurienne de l’appropriation du monde que le texte déploie et découvre au lecteur. Chez l’un comme chez l’autre, l’enjeu fondamental est la quête de compréhension de soi du « sujet », c’est-à-dire, élargissement et accroissement de son horizon de sens mais dont le rapport à l’histoire demeure somme toute problématique. C’est que, d’un côté, la compréhension de soi n’est pas affranchissement à l’égard de cette part brumeuse de l’histoire qui nous constitue ; de l’autre côté, elle ne peut se dire que dans les limites et à l’intérieur de l’historicité constitutive de notre horizon langagier.

Mots-clés : appartenance, compréhension, conscience, culture, dialogue, discours, épistémologie, événement, expérience, expliquer, comprendre, herméneutique, histoire, horizon, interprétation, jeu, langage, méthode, monde, objectivité, oeuvre d’art, participation, référence, sens, sciences humaines, temps, texte, tradition, vérité, vie.

Abstract

To our knowledge, Ricoeur and Gadamer may have never really discussed in their respective understanding of the nature and the hermeneutical task. It seems that this debate is desirable, even urgent. If Ricoeur has always shown great interest in the philosophical hermeneutics of the man he called « my master » and that he discussed the thesis, it is striking that Gadamer contents itself with vague allusions to hermeneutic stakes of the work of the French philosopher. It is our today’s responsibility to define the framework of this dialogue and to determine the conditions of possibility. It is not clear, as argued by many studies, we should renew the challenge of this supposed spring fundamental debate: on the one hand, the conflict between the requirement of the methods and rules of interpretation only likely to ensure the scientific nature of the act of interpretation, and, on the other hand, the demand of an ontological aim originally referred to the phenomenon of understanding, in essence unable to escape without any opportunity to defend himself, the charge of subjective arbitrariness. Therefore, standing away from these assumptions – they are some reasons – this thesis suggests rather that the possibility of dialogue between Gadamer and Ricoeur is based on the ability to go before, and with great patience, along the detour borrowed by both hermeneutist: there is the dia-logue if, and only if, what it referred to is mediated by the « thing itself  » which, we believe, is irreducible to the opposition between « method » and  » non- method ». Because the « thing itself» is defined as the Horizon towards which moves any interpretation or understanding trial. In this sense, we argue that Gadamer’s notion of hermeneutic experience is his best ally in the Ricoeur’s category of the appropriation of the world that the text unfolds and the reader discovers. In one as in the other, the fundamental issue is the quest for self-understanding of the « subject » that is to say, enlargement and increasing its horizon of meaning but whose relationship to history any way remains problematic. It’s that on the one hand, self-understanding is not freedom from the foggy part of the story that makes us; on the other hand, it can be said only within the limit and within the constitutive historicity of our linguistic horizon.

Keywords : belonging, understanding, consciousness, culture, dialogue, discourse, epistemology, event, experience, explain, understand, hermeneutics, history, horizon, interpretation, game, language, method, world, objectivity, artwork, participation, reference, meaning, humanities, time, text, tradition, truth, life.

[04 décembre 2013] Soutenance de thèse de Bertrand MAZABRAUD

Bertrand MAZABRAUD

présentera publiquement sa thèse

DE LA JURIDICITE. 

APPROCHE DE PHENOMENOLOGIE HERMENEUTIQUE

le 04 décembre 2013 à 14h

en salle des Actes à l’UFR Sciences Humaines et Arts

 – campus Centre-Ville

Son travail a été mené sous la direction de Hubert Faes et Philippe Soual.

Résumé

Bien que tout un chacun use du droit au quotidien, nul ne semble parvenir à s’accorder sur la juridicité. Pour approcher celle-ci, la phénoménologie-herméneutique, à la manière dont elle fut pratiquée par Ricœur, offre de précieux jalons.

D’abord, elle invite à entrer en dialogue avec les théories positivistes, afin de mieux expliquer la structure du droit, ses objets (les normes, les institutions), et son ordonnancement. Cependant, le positivisme est incapable d’expliquer ce qui fonde ou autorise une telle structure (I).

Ensuite, la juridicité peut être approchée à travers ses modalités linguistiques et herméneutiques. Le droit se manifeste comme la formulation de significations sociales prioritaires qui, pour être appliquées, doivent être en permanence amendées et enrichies. L’herméneutique juridique se comprend comme la dialectique entre l’invention de la solution la plus juste et son acceptabilité par rattachement au droit existant. Toutefois, si la raison judiciaire est mieux comprise, il reste que ce n’est pas cette dernière seule qui valide l’existence d’un énoncé normatif, mais le dispositif conventionnel d’habilitation à dire le droit. Alors que le normativisme aboutissait à un primat de la loi, l’herméneutique judiciaire aboutit à un primat du juge. Or l’un présuppose l’autre et vice-versa (II).

Enfin, l’herméneutique philosophique de Ricœur permet de reconduire la juridicité aux paradoxes du politique et de l’éthique. Au regard du paradoxe politique, le droit s’entend du moyen pour une communauté historique de se doter de la capacité de décider et se trouve autorisé de rendre durable le concert d’action qui fonde ladite communauté. Au regard de la justice, le droit se comprend comme l’exception que le tiers peut opposer à la sollicitude illimitée due au prochain. Par suite, la raison de la validité instituée des énoncés juridiques tiendrait au tragique de l’action, de sorte qu’elle peut se comprendre comme une présomption de validité morale et politique (III).

Synopsis

Although everyone uses law in their daily life, no one seems to agree on juridicity. To approach juridicity, hermeneutic phenomenology, as practiced by Ricoeur, provides valuable milestones.

On the one hand, hermeneutic phenomenology allows a dialogue with the positivist theories with the purpose of better explaining the structure of law, its objects (norms, institutions) and sequencing, though positivism remains incapable of explaining what establishes or authorizes such a structure (I).

On the other, juridicity can be approached through its linguistic and hermeneutical modalities. In fact, law is the formulation of priority social meanings which, to be applied must be constantly amended and enriched. Legal hermeneutics is therefore understood as the dialectics between the invention of the fairest solution and its acceptability as per the existing law. However, if the legal reason is better understood, it cannot, on its own, validate the existence of a normative statement. To do that, it also requires the conventional device which enables to say what is law. Thus, whereas normativism leads to a primacy of law, legal hermeneutics lead to the primacy of the judge though the former presupposes the latter and vice versa (II).

At the end, Ricœur‘s philosophical hermeneutics brings back juridicity to the paradoxes of politics and ethics. Under political paradox, law is the means by which a historic community acquires the ability to decide. It is, thus, endowed with the authority to allow the sustainability of the concert of action which is at the heart of this community’s existence. In the eyes of justice, on the other hand, law is understood as the exception that one can oppose to the indefinite solicitude which one owes to one’s fellows. Hence the reason for the validity of the established legal statements is based on the tragedy of action, and can be understood as a presumption of moral and political validity (III).

Membres du jury :

  • Hubert FAES  –   Professeur émérite d’Université, Institut Catholique de Paris (Directeur de thèse)
  • Philippe SOUAL   –   Professeur d’Université, Université de Poitiers (Directeur de thèse)
  • Jacques LENOBLE   –   Professeur d’Université, Université Catholique de Louvain (Rapporteur)
  • Antoine GARAPON   –   Magistrat, Secrétaire général de l’Institut des Hautes Etudes Judiciaires (Examinateur)
  • Michaël FOESSEL   –   Professeur d’Université, Université de Bourgogne (Rapporteur)