[11 avril 2014] 4e journée d’étude sur le projet patrimoine – Fonds Dubois

Dans le cadre d’une ACI Université de Poitiers et de l’axe Humanités de la MSHS de Poitiers

4e Journée d’études Patrimoine : Fonds Dubois

(English version here)

(MIMMOC – CRIHAM) 

MSHS Poitiers et

Bibliothèque universitaire Droit-Lettres, Poitiers 

le 11 avril 2014 

 

Source : Susan Finding
Source : Susan Finding

 

MSHS : 10h – 12h30

  • Myriam-Isabelle Ducrocq (Paris Ouest Nanterre) : «  Les héritages intellectuels de James Harrington dans la pensée politique européenne »

  •  Pierre Le Masne (Poitiers) : « La physiocratie et l’économie politique anglaise : pistes de recherche sur des influences croisées »

11h – 11h15 : Pause

12h30 – 14h15 : Déjeuner

14h15 Hall d’entrée, Bibliothèque universitaire Droit-Lettres

  • Anne-Sophie Traineau-Durozoy (Conservatrice Fonds ancien, SCD Université Poitiers) et Nathalie Bremand (Responsable BU Michel Foucault – SHA et Moyen Age) : « Sociétés réelles, sociétés rêvées : une histoire de l’utopie : – autour de l’exposition et de la Bibliothéque virtuelle des premiers socialismes »

16h00 Fonds ancien, SCD, Bibliothèque universitaire Droit-Lettres :

  • Atelier de travail autour des projets « Patrimoine Fonds Dubois » (programmes de recherche, bibliothèque virtuelle, expositions, collaborations).

Contacts: Susan Finding, Marie-Christine Mérine (Secrétariat (MIMMOC)

[13 décembre 2013] Journée d’études : Corpus oraux et multimodaux : segmentation, transcription, annotation et exploitation

« Pa r o l e 5 »
Corpus oraux et multimodaux :
segmentation, transcription, annotation et exploitation

Journée d’études organisée par le laboratoire FoReLL (EA3816) et l’axe 1 « Langage et cognition» de la MSHS de Poitiers

Maison des Sciences de l’Homme et de la Société
Bâtiment A5
5 rue Théodore Lefebvre, 86000 Poitiers
Salle Guillaume Le Troubadour

Contacts :
Secrétariat FoReLL :
Marie-Christine Mérine
mcmerine@univ-poitiers.fr
05.49.45.46.51
Organisateurs :
sylvie.hanote@univ-poitiers.fr
gilles.col@univ-poitiers.fr
jeremy.castanier@univ-poitiers.fr

 

Programme
(Communications : 35 min + 10 min d’échanges)
9h : Accueil des participants — Pause café
9h30 : Sylvie Hanote, Gilles Col (FoReLL A, EA3816) et Manuel Gimenes (CERCA, UMR 7295) : Introduction de la journée.
10h : Sylvie Hanote et Nicolas Videau (Université de Poitiers, FoReLL A) : « Corpus Parole : Etude de quelques phénomènes de saillance ».
10h45 : Claudia S. Bianchini (Université de Poitiers, FoReLL A) : « La notation des corpus de Langues des Signes : un défi encore ouvert ».
11h30 : Yann Fuchs (Université Paris XIII, (CRIDAF) Pléiade) : « De l’intérêt des corpus multimodaux pour l’étude des quotatifs en anglais oral : l’exemple du Cambridge Student Corpus ».
12h15-14h : Pause déjeuner (Petite Ville)

14h : Sophie Herment (Université Aix-Marseille, Laboratoire Parole et Langage, UMR 7309) : « Corpus oraux, transcription et annotation : le cas du corpus AixOx ».
14h45 : Anne Lacheret (Université Paris Ouest Nanterre, Laboratoire Modyco, UMR7114) : « Analor, outil pour l’annotation prosodique de corpus oraux : illustration sur le corpus Rhapsody ».
15h30 : Paola Pietrandrea, (Université de Tours, Laboratoire Ligérien de Linguistique, UMR 7270) : « Like, what’s the deal? Une étude sémantique syntaxique sur l’occurrence de like dans un corpus d’anglais spontané ».
16h15 : Discussion et échanges / Clôture de la journée – Pause café

[10 décembre 2013] Soutenance de thèse d’Hélène ROY

Hélène Roy

présentera publiquement sa thèse

LE ROYAUME NEO-INCA DE VILCABAMBA (PEROU, 1537-1572) :

ETUDE HISTORIQUE ET ANTHROPOLOGIQUE

le 10 décembre 2013 à 14h

en salle Gargantua, à la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société

(MSHS) – campus universitaire de Poitiers

Son travail a été mené sous la direction de Jean-Philippe HUSSON.

Résumé
Le royaume néo-inca de Vilcabamba est communément assimilé à une cité perdue. Refuge où les derniers souverains du Tawantinsuyu continuèrent, trente-six ans durant (1537-1572), de perpétuer les traditions d’un Empire déchu par la colonisation, il n’a eu de cesse de susciter la curiosité des explorateurs puis des historiens. Longtemps confondue avec le célèbre Machu Picchu, cette cité a été localisée et est désormais connue des chercheurs. Pourtant, de nombreuses interrogations demeurent encore aujourd’hui. Quel fut le rôle exact de cette formation étatique indigène dans la société coloniale ? Des composantes de sa contestation ont-elles survécu ? Peut-on voir dans le royaume néo-inca, comme certains l’affirment, l’origine de certaines traditions dramatiques et mythiques contemporaines ? Telles sont les questions que nous nous sommes posées dans ce travail de thèse. Pour tenter d’y répondre, nous avons mené un travail de recherches inédites combinant deux disciplines : l’histoire et l’anthropologie. Mots-clés : Royaume néo-inca de Vilcabamba, stratégie des élites indigènes vaincues, relations dominants/dominés, résistance indigène, Taki unquy, extirpation de l’idolâtrie, étude de filiations, théâtre contemporain, mythologie andine.

Abstract

The neo-Inca kingdom of Vilcabamba is usually taken as a lost city. As a shelter where the last Tawantinsuyu sovereigns kept carrying on for thirty six years (1537-1572) the traditions of an Empire fallen because of colonisation, it never stopped arousing the curiosity of explorers and then historians. Mistaken for the famous Machu Picchu for a long time, this city has since been located and is now well-known by researchers. Nevertheless, many questions still remain unanswered. What was the real part played by this indigenous state formation in the colonial society? Did some parts of its protest survive? Can the neo-Inca kingdom be considered, as some people assert, as the origin of some contemporary dramatic and mythical traditions? These are the questions dealt with in this thesis. As an attempt to answer them, we led unprecedented research works in two domains: history and anthropology.

Key words: neo-Inca kingdom of Vilcabamba, defeated indigenous elite strategy, dominant/dominated relationship, indigenous opposition, Taki unquy, idolatry eradication, filiation study, contemporary theatre, Andean mythology.

Membres du jury :

  • Jean-Philippe HUSSON   –   Professeur émérite d’Université, Université de Poitiers (Directeur de thèse)
  • Caroline LEPAGE   –   Professeure d’Université, Université de Poitiers (Examinateur)
  • Patrick LESBRE   –   Professeur d’Université, Université de Toulouse 2-Le Mirail (Rapporteur)
  • Isabelle TAUZIN   –   Professeure d’Université, Université de Bordeaux 3 (Rapporteur)
  • Nathan WACHTEL   –   Professeur honoraire, Collège de France (Examinateur)

[29 novembre 2013] Soutenance de thèse de Nicolas VIDEAU

Nicolas Videau

présentera publiquement sa thèse

PREFIXATION ET PHONOLOGIE DE L’ANGLAIS :

ANALYSE LEXICOGRAPHIQUE, PHONETIQUE ET ACOUSTIQUE

le 29 novembre 2013 à 14h

en salle Mélusine, à la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société

(MSHS) – campus universitaire de Poitiers

Son travail a été mené sous la direction de Jean-Louis Duchet et Sylvie Hanote.

Résumé :

La prononciation des préfixés en anglais contemporain s’appuie traditionnellement sur la distinction suivante : un préfixe séparable reçoit un accent tandis qu’un préfixe inséparable est généralement inaccentué et réduit. Cette thèse a pour but de montrer que cette approche n’est pas satisfaisante dans la mesure où elle ne permet pas de rendre compte de la prononciation de nombreux mots, particulièrement en discours. Nous proposons ici une analyse approfondie des préfixés en de-, re-, dis-, mis-, un- et in-, réalisée à partir de la première édition du Longman Pronunciation Dictionary (1990), qui montre que ces six pr ́efixes se comportent de manière très différente sur le plan accentuel. Les résultats obtenus et les hypothèses formulées sont ensuite confrontés à un corpus oral de 80 000 mots (8 heures d’audio). Afin d’expliquer l’apparente variabilité de la prononciation des préfixés en discours, nous nous éloignons de la traditionnelle distinction morphologique établie entre les deux types de préfixes et montrons comment la transparence sémantique a un impact plus important, tant du point de vue de la production que de la perception du message. Nous montrons enfin qu’il est nécessaire de prendre en compte d’autres paramètres, comme le co-texte, afin de justifier certaines prononciations, notamment dans le cas de contraste explicite ou implicite.

Mots-clés : phonétique anglaise, phonétique acoustique, phonologie, morphologie, sémantique, préfixation, prononciation des préfixes en anglais, corpus oral.

Membres du jury :

  • Nicolas BALLIER   –   Professeur d’Université, Université de Paris VII ((Rapporteur)
  • Jean-Louis DUCHET   –   Professeur émérite d’Université, Université de Poitiers (Directeur)
  • Jean-Michel FOURNIER   –   Professeur d’Université, Université de Tours (Rapporteur)
  • Sylvie HANOTE   –   Professeure d’Université, Université de Poitiers (Co-directrice)
  • Sophie HERMENT   –   Maître de Conférences, Université d’Aix-en-Provence (Examinateur)

 

 

La Licorne, n°105 (21 octobre 2013)

Source  (image et contenu) : La Licorne
Source (image et contenu) : La Licorne

Numéro 105

Le Genre et ses qualificatifs

Publié en ligne le 21 octobre 2013

Etudes réunies et présentées par Henri SCEPI

Faisant suite au volume Le Genre de travers : littérature et transgénéricité (La Licorne, n° 82, 2008), le présent ouvrage prolonge une réflexion collective consacrée aux enjeux théoriques de la généricité. L’angle d’approche privilégie la qualification conçue comme un ensemble de procédures d’évaluation, relevant soit d’une appréciation individuelle, soit d’un mécanisme plus largement institutionnel, par quoi l’œuvre littéraire est à la fois située dans sa spécificité et rendue à ses conditions actuelles d’intelligibilité. Le propos vise moins, dans un premier temps, à interroger les œuvres littéraires approchées isolément (et à mesurer par là leur degré de conformité à tel ou tel seuil de généricité) qu’à procéder à une critique de la critique, prenant pour objets prioritaires les discours et les savoirs, les doctrines et les théories. C’est pourquoi la perspective d’ensemble de cette réflexion s’ancre dans le champ de la réception et s’attache à cerner les modes de constitution relatifs – relatifs parce que par nature historiques – par lequel un discours sur les genres ouvre la voie à une théorie de la généricité, autre versant d’une théorie de la littérature. Dans Les Fleurs de Tarbes, Jean Paulhan, se livrant à une archéologie critique de la modernité, écrivait : « Je ne sache pas de danger plus insidieux ni de malédiction plus mesquine que ceux d’un temps où maîtrise et perfectiondésignent à peu près l’artifice et la convention vaine, où beautévirtuosité et jusqu’à littérature, signifient avant tout ce qu’il ne faut pas faire. » Si puissant que soit le démon de l’original, il n’échappe pas à la généricité. S’il témoigne d’abord de la pluralité des discours critiques, le terme de « qualificatifs » révèle aussi ces déplacements, ces déports, ces détours qui fondent la « relation générique » à l’œuvre.

———————————————————————————————————————————————-

  • Avant-propos.  Par Henri SCEPI

———————————————————————————————————————————————-

IDENTIFICATION

  • Document sans titre.  Par Isabelle JOUTEUR
  • Un objet poétique mal identifié   : l’épopée à la Renaissance… et un peu au-delà.  Par Denis BJAÏ
  • Entre tradition théâtrale et mise en miroir du genre   : Le Matamore dans le théâtre du premier xvii e   siècle.  Par Françoise POULET
  • Quel genre de frontières narratives pour l’utopie   ? L’exemple des utopies françaises du règne de Louis XIV à l’aune de leur lecture ironique.  Par Patricia GAUTHIER
  • De la prose poétique au poème en prose   : Baudelaire, Bertrand et la confusion des genres.  Par Steve MURPHY
  • Une rhétorique martyrisée, ou comment un drame romantique devient poésie moderniste.  Par Ioana BOTH

———————————————————————————————————————————————-

LÉGITIMATIONS

  • Le théâtre contemporain   : un théâtre «   qualifié   ».  Par Françoise DUBOR
  • Le genre comme instance de légitimation du littéraire à l’école   : le cas des philosophes du xviii e   siècle.  Par Laetitia PERRET-TRUCHOT
  • Formes scolaires des genres littéraires ( xix e – xx e siècles).  Par Nathalie DENIZOT
    • Le roman naturaliste   : qualification et disqualification critique d’un genre. Par Alina Iuliana NASTASE
    • De La Harpe à Casimir Delavigne   : le retour problématique du dithyrambe (1780-1815).  Par Jean-Noël PASCAL
    • 2, 3, 1   : «   L’imaginaire théorique du fantastique   ».  Par Denis MELLIER

—————————————————————————————————————————–

  • DÉRIVATIONS / DÉCLINAISONS
    • Une parole qui se veut performative   : considérations génériques sur Une saison en enfer .  Par Yoshikazu NAKAJI
    • Une parole qui se veut performative   : considérations génériques sur Une saison en enfer .  Par Yoshikazu NAKAJI
    • Fantômes qualifiés.  Par Daniel SANGSUE
    • Du dramatique dans le poétique   : Lorca, le poète dramaturge.  Par Henry GIL
    • Laforgue parodiste   ? Examen critique de la dénomination de parodies appliquée aux Moralités légendaires .  Par Madeleine GUY
    • Tragique, spectaculaire, sophistique.  Par Jean-Philippe GUEZ
    ————————————————————————————————————————————–

    L’AUTRE NOM DU GENRE

    • «   A Skilful Artist has Constructed a Tale   » – La nouvelle comme texte/image   : vers une critique intermédiale.  Par Liliane LOUVEL
    • L’emblématique restreinte   : réflexion sur la Delie de Maurice Scève.  Par Pierre MARTIN
    • «   Roman pour femmes de chambre   » et légitimation du romancier (1815-1840).  Par Marie PARMENTIER
      • «   Un certain Loti de convention auquel je m’imaginais ressembler   » , Loti   : autofiction   ?.  Par Jacqueline NIPI-ROBIN
      • L’amour des «   délicates choses grises   »   : quelques variations sur le genre botanique dans la littérature contemporaine, d’André Gide à Claude Simon.  Par Alix TUBMAN-MARY
      • Roland Barthes, essayiste, et son rapport au théâtre.  Par Romain JOBEZ

Poétisation de l’histoire. L’événement en textes et en image

417cj+iTUgL__
Source (image et contenu) : PU Rennes

Elvire Diaz (dir.)

Poétisation de l’histoire. L’évènement en textes et en images

Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2013. 272 p. (Interférences).

La « poétisation », qui est au coeur de l’ouvrage, dépasse le fait de mettre en poésie, stricto sensu. Si dans le discours littéraire, c’est écrire ou parler poétiquement, ou donner une dimension poétique, l’ouvrage englobe non seulement l’écriture poétique et fictionnelle mais aussi la représentation artistique, inspirée notamment du concept de poésie et d’ « aura » qui émane de l’oeuvre d’art, selon Walter Benjamin. Modalité de représentation du réel, esthétisation de l’événement, la poétisation est un moyen de médiation et de transmission, mais aussi d’instrumentalisation, qui revisite le rapport entre histoire et arts (littérature, peinture, cinéma, iconographie, etc.). Au croisement de divers arts, elle met en jeu l’intermédialité, la mise en récit, la mise en forme artistique d’un fait et ce faisant, elle interroge sur l’engagement par l’art. L’ouvrage analyse la mise en textes et en images de l’événement, les modalités et les buts de la poétisation, dans des oeuvres précises (films, tableaux, romans, poèmes, etc.), à travers des approches croisées. Les quinze contributions issues de disciplines variées (civilisation, histoire, histoire des idées, littérature, cinéma, peinture, etc.) réunies ici embrassent les aires culturelles européennes et américaines, du Moyen Âge à aujourd’hui. L’ouvrage est structuré autour d’axes thématiques : l’action dans la cité exercée par le poète ou l’artiste ; la poétisation comme alternative du discours historique ; la poétisation comme dénonciation éthique et politique, par d’autres biais que le discours critique. « La poétisation de la terreur » montre que l’esthétisation par la peinture, le cinéma ou la littérature permet de dépasser la violence de la guerre ou du terrorisme. L’ouvrage s’inscrit dans le champ de l’histoire culturelle et explore les interférences entre l’Histoire, ses traces, son écriture, ses représentations et les arts.

Table des matières

Première partie

Poétisation et action dans la cité

Le poète, gardien de la mémoire et prophète

Jean-Marie PAUL

Le poète en action

Histoire d’une rêverie politique

Jean-Baptiste DECHERF

De l’actualité à l’histoire

Comment l’imaginaire médiéval ancre le présent dans la trame du temps et du poème

Caroline JANOWSKI

Poétiser le récit biblique : l’inventivité convenable des images au service de la Vierge Marie

Amélie BERNAZZANI

Deuxième partie

La poétisation comme narration alternative de l’histoire

De la critique à la « réécriture » de l’histoire : l’azulejo témoin de son temps (1640-1668)

Céline VENTURA TEIXEIRA

La culture poétique de la paix dans la littérature allemande (1748-1802)

Françoise KNOPPER

« La classe ouvrière et les intellectuels »

Poétisation de l’histoire et de la politique dans un tableau monumental du peintre est-allemand Werner Tübke (1929-2004)

Mechthild COUSTILLAC

Poétisation et politisation

La Transition espagnole (1975-1986) questionnée par le roman espagnol contemporain

Elvire DIAZ

Troisième partie

La poétisation comme dénonciation par-delà le discours critique

En musique vers le nazisme : Cabaret de Bob Fosse, poétisation à rebours de la République de Weimar

Gilbert GUILLARD

La Shoah dans La vie est belle de Roberto Benigni et Train de vie de Radu Mihaileanu

Licia BAGINI

Traduction artistico-littéraire de la dissidence dans l’Espagne franquiste (1936-1975)

Marie-Catherine Talvikki CHANFREAU

Quatrième partie

La poétisation de la terreur

Peinture et poétisation de l’horreur

Les représentations de Hiroshima par Arnulf Rainer (Hiroshima-Zyklus, 1982)

Hilda INDERWILDI

Les échos de l’histoire : la poétique des analogies dans Les Égarés d’André Téchiné

Dieter MERLIN

Des pièges dans le contrat ?

Le cas de e Contractor (2007)

Charles HOLDEFER

New York, Madrid, Londres : représentations littéraires du terrorisme global

Adriana KICZKOWSKI YANKELEVICH

Résumés

Auteurs

[9 et 10 octobre 2013] Colloque International : Ostranenie, Unheimliche, Estranhamento/ Extrañamiento… – l’« étrangement » au coeur de l’oeuvre d’art (Europe-Amériques)

JPG - 102.5 ko

organisé par le CRLA-Archivos et le FoReLL, Université de Poitiers – Salle Mélusine et Salle des Conférences (MSHS)

avec le soutien de : Instituto Camões, Instituts des Amériques, Universidade de São Paulo/FFLCH, Université de Poitiers et de la mention “Littératures” (master de l’UFR Lettres et Langues).

Préprogramme du colloque 

Mercredi 9 octobre
Matinée

Accueil, Ouverture du colloque :

Table 1 : Cadres conceptuels, historique des notions.

  • Yudith Rosenbaum, « Uma estranha descoberta: leitura de “A menor mulher do mundo”, de Clarice Lispector », USP – FFLCH, DLCV, Literatura Brasileira.
  • Régis Salado, « L’autre en soi: l’hétéronymie pessoenne comme fiction de l’estranhamento », Paris 7. Pedro Serra, « Étrangement et épiphanie. Formes, défigurations, matérialités », Salamanque.
  • Solange Chavel, travaille sur la vie à la frontière et nourrit sa réflexion philosophique d’exemples de littérature (Coetzee) ou de cinéma, Poitiers, UFR SHA.
  • Marina Hily, Migrinter

Mercredi après – midi

Table 2 : Dépaysements des formes et des genres

  • Christine Baron, L’étrangement dans la perception des objets : l’attention au réel comme travail de défamiliarisation et apprivoisement de l’étrange (Italo Calvino), Poitiers, UFR LL , FoReLL.
  • Françoise Dubor, L’étrangement dans la perception du théâtre contemporain p ar son public : trouble des genres, scène fumiste ?, Poitiers, UFR LL , FoReLL.
  • Ricardo Carvalho, « Um refluxo para o passado: vestígios da história antiga em Os Sertões de Euclides da Cunha »
  • David Almanor, l’usage du fantastique (morts – vivants) dans la li ttérature haïtienne engagée, doctorant, Poitiers, UFR LL , FoReLL.

Table 3 : Étrangement et transgressions.

  • Regina Pontieri, « A estranha palavra de Clarice Lispector », USP – FFLCH, DTLLC (Teoria Literária e Literatura Comparada).
  • Françoise Prioul, l’étrangement dans les paroles de tango, en le comparant avec un autre concept assez voisin et issu du lunfardo, le dialecte argotique élaboré dans les milieux de migrants à Buenos Aires au tournant du XIX et du XX (milieux qui ont servi de bouillon de culture au tango), Poitiers, UFR LL.
  • Bianca Concolino, « Les jumeaux travestis dans le théâtre italien : comique et étrangeté », Poitiers, UFR LL.
  • Ivan Marques, « Bobos, malandros e caipiras. Figurações do Brasil na literatura modernista », USP – FFLCH, DLCV, Literat ura Brasileira.

18h30 Grande conférence publique : Tiphaine Samoyault (sous réserves)

Jeudi 10 ocotbre
Matinée

Table 4 : L’étrangement et le cinéma – Coordination : Marie Martin Mathias Lavin, (Paris 8, ESTCA ), spécialiste du cinéma d’Oliveira.

  • Marie Martin (Poitiers, UFR LL, FoReLL ) : « Effet – rêve, déjà vu et première fois au cinéma ».
  • Véronique Campan (Poitiers, UFR LL, FoReLL ) : « Résonance et ostranénie au cinéma ou comment le son étrange le film ».
  • Pascale Thibaudeau (Paris 8, Laboratoire d’ Etudes Romanes ) : « La Morte Rouge de Víctor Erice ou l’inquiétante étrangeté de l’expérience cinématographique » .

Jeudi après – midi

Table 5 : Dépaysement et figures d’exil – Coordination : Caroline Lepage.

  • Pierre Martin, « Jean de Léry au péril de Circé », Poitiers, UFR LL, FoReLL
  • Victor Palomo, « Les images de l’“étrangement” dans le poème “Três da Madrugada”, de Torquato Neto », SBPA (Sociedade brasileira de Psicologia Analítica de São Paulo)
  • Caio Gagliardi, « O Último Exílio de Jorge de Sena: em Creta, com o Minotauro », USP – FFLCH, DLCV, Literatura Portuguesa

Table 6 : Traduction, effets de langue et étrangement – Coordination : Caroline Lepage

  • Caroline Lepage, « Étrangère, oui. Étrange, non »
  • Aline Schulman, traductrice de l’espagnol.
  • Cédric Audebert, sur les créoles antillais.
  • Jean-Philippe Guez ou Liza Méry, sur la traduction de la littérature antique.

[deuxième volet : Université de São Paulo, 29 et 30 avril 2014]

Retrouvez une version imprimable du programme en cliquant ici:

Des sentiments au point de vue : études de linguistique contrastive

Source (image et contenu) : PU Rennes
Source (image et contenu) : PU Rennes

Hélène Chuquet, Raluca Nita et Freiderikos Valetopoulos (dir.)

Des sentiments au point de vue : études de linguistique contrastive

Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2013. 280 p. (Rivages linguistiques).

Ce volume est consacré à l’expression linguistique des sentiments et du point de vue : il s’agit de la synthèse de travaux d’équipe et d’une journée qui s’est ouverte à des chercheurs extérieurs. Au-delà de la diversité des approches théoriques, il se propose avant tout de mettre en regard plusieurs langues sur le sujet – français, anglais, italien, polonais, grec, espagnol, allemand – et d’éclairer les études par le biais des différentes entrées qu’offre la science linguistique, notamment le lexique, la syntaxe, la sémantique et l’énonciation.

En effet, pour reprendre les propos désormais célèbres d’Émile Benveniste, la subjectivité est partie intégrante du langage et c’est « dans et par le langage que l’homme se constitue comme sujet ». Les sentiments et le point de vue, ce dernier conçu à la fois comme un lieu d’où se construit une attitude du sujet et une manière de positionner le sujet par rapport à ce qui est dit, semblent indissolublement liés, même s’il convient de bien définir les domaines et de fournir des analyses raisonnées. Il s’agit dans ce volume de présenter des études précises de phénomènes linguistiques : en ce sens, les treize contributions qu’il contient sont un aperçu du vaste domaine de recherche évoqué par le titre. L’ouvrage aura rempli ses objectifs si d’une part, il fait percevoir la continuité entre les phénomènes décrits, allant des sentiments au point de vue en passant par le discours et l’attitude énonciative, et si d’autre part, il démontre l’apport d’une démarche contrastive à l’analyse de phénomènes linguistiques tels qu’ils se réalisent dans la diversité des langues. L’étudiant curieux des faits de langue, le linguiste travaillant en syntaxe ou en linguistique du discours et tous ceux qu’intéressent les questions de traduction et de rapports entre les langues y trouveront matière à alimenter la discussion sur un domaine qui pourrait sinon soit rester très théorique, soit se perdre dans l’anecdote.

Table des matières

Les auteurs

Hélène CHUQUET, Raluca NITA, Freiderikos VALETOPOULOS

Avant-propos

Jean-Charles KHALIFA

Prédicats de sentiment, structure argumentale et syntaxe locative. Réflexions à partir de l’anglais, du français et de quelques autres langues

Catherine MERILLOU

Éprouver un sentiment en français, en italien et en anglais : étude comparée des verbes sentir, sentire et feel

Caroline DUMAIS-TURPIN

Perspective contrastive sur l’expression de l’espoir et du souhait en anglais et en français

Anna DUTKA-MANKOWSKA

De l’opposition à la colère : protester et ses équivalents en contexte

Freiderikos VATELOPOULOS

Traduire la peur et la surprise : une étude contrastive en grec moderne et en français

Ramón MARTI SOLANO

Degré et marqueurs d’intensité dans l’expression linguistiquede la joie en anglais, français et espagnol

Efi LAMPROU

La traduction des niveaux de langue dans l’expression des sentiments : étude comparative entre le français et le grec moderne

Olivier POLGE

Les adverbes d’état subjectif dans Alice’s Adventures in Wonderland et leurs traductions

Stefan SCHNEIDER

Clauses parenthétiques réduites et type d’interaction verbale. Quelques considérations

Jeanne VIGNERON

Genre en français, like en anglais et so en allemand : mise en scène et mise à distance dans le discours direct

Raluca NITA et Hélène CHUQUET

Manifestations incidentes du point de vue : quelques marqueurs du français et leurs équivalents en anglais

Laure LANSARI

Effacement de la source du point de vue : la structure « something was always/never going to » et ses traductions en français

Thérèse TARTARIN

Le pronom on, marqueur de point de vue ? Étude d’un corpus d’articles de presse français/anglais

Résumés/Abstracts

La Licorne, n°104 (1er juillet 2013)

Source (image et contenu) : La Licorne
Source (image et contenu) : La Licorne

Numéro 104

Le Sens du passé

Pour une nouvelle approche des Mémoires

Publié en ligne le 2 septembre 2013

Etudes réunies et présentées par

Marc Hersant, Jean-Louis Jeannelle et Damien Zanone

Les plus grands mémorialistes ont été depuis longtemps l’objet de monographies attentives, parfois tentées de les envisager dans la singularité d’une poétique individuelle ou d’une « optique » les transformant en isolats littéraires. L’unité éventuelle du corpus des mémorialistes d’Ancien Régime a été, pour sa part, progressivement interrogée depuis les années 1980, et des approches plus récentes se sont penchées sur le devenir des Mémoires aux XIXe et XXe siècles. L’idée de Mémoires est donc bien établie dans notre imaginaire culturel, sur une longue durée qui court depuis les « commencements » forcément difficiles à penser de l’époque de Commynes jusqu’aux relectures postmodernes ou expérimentales de notre présent, en passant par ces œuvres de référence pour le grand massif des Mémoires que sont Monluc, Retz, Saint-Simon, Chateaubriand ou de Gaulle et, si l’on accepte de remettre en question des oppositions sans doute artificielles, Rousseau. Deux questions cependant semblaient rester en attente que cet ouvrage, sans forcément vouloir y répondre de manière tranchée, a choisi de mettre en lumière. Y a-t-il une continuité historique effective et une unité pensable de ce que nous appelons Mémoires, qui pourrait se cristalliser dans la notion de « genre » ? Peut-on dégager un cadre théorique pour penser ce corpus multiforme et presque insaisissable, et, en particulier, envisager dans une perspective théorique ses relations à la fois fascinantes et problématiques avec la littérature, la fiction ou l’histoire ?

    • Introduction.   Par Marc Hersant, Jean-Louis Jeannelle et Damien Zanone

    • Bibliographie générale sur les Mémoires

Identifier, éditer, lire

    • Mémoires pour servir à l’histoire de France   : un aperçu d’un genre à ses origines. Par Catherine Emerson
    • Les Mémoires sans le genre. Par Dinah Ribard

    • Diversité formelle et écriture de soi chez Saint-Simon, l’abbé de Choisy, Brienne le jeune et Primi Visconti. Par Claire Quaglia

    • Bombelles et Bombon. Par Philippe Lejeune

    • «   La manière de s’affecter   » ou la vérité d’un genre. L’article «   Mémoires   » dans les  Éléments de littérature  de Marmontel. Par Jean-Christophe Igalens

    • Mémoires d’Outre-Rhin   : définition, adaptation et critique d’un genre «   français   » dans l’Allemagne du  xix e  siècle. Par Anna Karla

Les Mémoires, des modèles d’écriture en transformation

    • L’irréel du passé, mode paradoxal de l’expression de la vérité dans les  Mémoires  de Saint-Simon. Par Juliette Nollez

    •  » À charge et à décharge ». L’horizon judiciaire de l’écriture mémorialiste dans les  Lettres À Malesherbes  de J.-J. Rousseau. Par Jean-François Perrin

    • Les  Mémoires d’outre-tombe   : un dialogue des mourants. Par François Raviez

    • La troisième personne gaullienne dans les  Mémoires de guerre . Par Alexandre Tarrête

    • Un captif amoureux   : Genet mémorialiste   ?. Par Marc Hersant

    • La tentation mémorialiste de Marguerite Duras. Par Christophe Meurée

    • Les Mémoires au féminin, de Simone de Beauvoir à Annie Ernaux. Par Nathalie Froloff

    • Mémoire de la trahison (Bourdieu, Depardon, Éribon, Ernaux). Par Tiphaine Samoyault

Entre récits de soi et fiction

    • « L’ingénieuse tissure des fictions avec la vérité ». Par Emmanuèle Lesne-Jaffro

    • Le pacte de lecture chez quelques mémorialistes du  xviii e  siècle   : Tilly, Morellet, le Prince de Ligne, M me   d’Oberkirch pour une analyse du récit factuel. Par Marie-Paule de Weerdt-Pilorge

    • Des romans-mémoires aux Mémoires   : la négociation d’un pacte autobiographique chez Rétif de la Bretonne. Par Jan Herman

    • La voix retrouvée de Justine Guillery   : Mémoires d’une inconnue. Par Damien Zanone
    • Roman, Mémoires, Écritures de soi   : «   Maumort   » de Roger Martin du Gard. Par Jean-François Massol

Mémoires et écriture de l’histoire

    • Pour une «   archéologie   » des mémoires. L’écriture commynienne   : exception ou filiations   ?. Par Joël Blanchard
    • Aspects et enjeux de l’écriture mémorialiste au lendemain des Guerres de religion   :  Sa vie à ses enfants   d’Agrippa d’Aubigné. Par Adrien Paschoud

    • Les Mémoires de la révolution sont-ils lisibles   ?. Par Anne Coudreuse

    • De la diplomatie de se dire   : le discours personnel dans les mémoires de l’Ancien Régime. Par Katrien Horemanset Helena Agarez Medeiros

    • La vérité en crise dans les  Mémoires sur Napoléon  de Stendhal. Par Catherine Mariette-Clot

    • Vivre dans l’Histoire   : autobiographie,   Memoir(s)   et Mémoires. Par Paul John Eakin
    • Malraux stalinien   ? Vies majuscules, polémiques et renouvellement du genre mémorial du  xx e  siècle. Par Jean-Louis Jeannelle

La cronique et histoire des mervilleuses aventures de Appolin roy de Thir

Source (image et contenu) : Brepols

Édition critique par Vladimir Agrigoroaei, publiée sous la direction de Claudio Galderisi et Pierre Nobel

La cronique et histoire des mervilleuses aventures de Appolin roy de Thir

Turnhout (Belgique) : Brepols, 2013. – 205 p. (Bibliothèque de Transmédie).

Cette publication offre une traduction assez fidèle du texte latin de Appolin.

Apollonius, roi de Tyr aussi bien que marieur au début du roman, fuit les hommes du roi d’Antioche qui veulent le tuer à cause de son interprétation d’une devinette que le roi lui a posée. Après avoir perdu tous ses biens dans un naufrage, il est recueilli par le roi de Cyrène, qui le charge d’instruire sa fille. La princesse tombe amoureuse de son maître jusqu’au point d’en être malade ; le roi apprécie beaucoup le jeune homme et par conséquent lui donne sa fille en mariage. C’est ainsi que les aventures du protagoniste du roman peuvent se poursuivre en suivant une autre pente. Le développement narratif est condensé dans toutes les versions latines, elles-mêmes étant des traductions supposées d’une version originale grecque. C’est en France toutefois que le roman eut le plus grand succès, car parmi les traductions en langues vernaculaires se trouvent aussi huit versions françaises.
La version que nous publions ici est une traduction assez fidèle du texte latin. Intitulée d’après l’incipit « La cronique et histoire des mervilleuses aventures de Appolin roy de Thir », elle a été conservée dans un seul manuscrit, le Londres, British Library, Royal 20 C II.

Vladimir Agrigoroaei est diplômé de lettres classiques de l’Université de Bucarest en 2002 et docteur ès lettres de l’Université de Poitiers (2011), avec une thèse sur l’histoire des traductions en français au XIIe siècle. Il a collaboré à l’édition des trois volumes des Translations médiévales. Cinq siècles de traduction en français au Moyen Âge (Brepols, 2011) et a publié des articles concernant les traductions françaises médiévales et l’Apollonius de Gdansk.

Claudio Galderisi est professeur de langue et littérature française médiévale à l’Université de Poitiers (CESCM – UMR 7302).

Pierre Nobel est professeur de linguistique romane à l’Université de Strasbourg (LILPA – EA 1339).

 

[27, 28, 29 juin 2013] Jacques Jouet, Oulipien polygraphe

jjouet

Programme

Jeudi 27 juin 2013
 Maison des Sciences de l’Homme et de la Société
Bât. A5 –  5 rue Théodore Lefebvre – Poitiers

 10h00 : Ouverture du colloque. Mots de bienvenue : Catherine Rannoux, doyenne de l’UFR Lettres et Langues ; Michel Briand, Directeur de FORELL et Vice-Président délégué à la Recherche ; Alain Schaffner, responsable du programme ANR Difdepo.

Modérateur : Alain Schaffner

  •  10h30 : Paul FOURNEL (Oulipo), «Les premières œuvres de Jacques Jouet : « Le bestiaire inconstant et Romillats »
  •   Discussion
  •   11h15 : Etienne LECROART (Oubapo/Oulipo) lit son « portrait en creux » de Jacques Jouet
  •  Dialogue avec Etienne Lécroart

Déjeuner

Modérateur : Marc Lapprand

  • 14h15 : Virginie TAHAR (Université de Paris-Est), « Le journal inédit de Jacques Jouet ou la gestation d’un oulipien »
  •   Discussion
  •  15h00 : Alain SCHAFFNER (Université de Paris III), « Roman feuilleton et romanesque dans La République de Mek-Ouyes »
  • Discussion

Pause

  •   16h00 : Carole BISENIUS-PENIN (Université de Lorraine, CREM) : « Créations littéraires itinérantes de Jacques Jouet : résidence d’écrivain et atelier d’écriture »
  • 16h30 : Coraline SOULIER (Lille) : « Écrire en atelier, est-ce écrire ? »
  • Discussion

Pause

  •   17h30 : Intervention de Jacques JOUET
  • 18h00 : Lecture : Olivier SALON lit Jacques Jouet

  Vendredi 28 juin 2013
 Maison des Sciences de l’Homme et de la Société
Bât. A5 –  5 rue Théodore Lefebvre – Poitiers

Modérateur : Steen Bille Jørgensen

  •  9h00 : Bertrand TASSOU (Paris) : « Les poésies documentaires de Jacques Jouet : défense et illustration d’un genre ? » (L’Histoire)
  • 9h30 : Thomas VUONG (Université de Paris XIII) : « Le sonnet dans L’Histoire poèmes de Jacques Jouet »
  • Discussion

Pause

  •   11h00 : Camille BLOOMFIELD (Paris), « Jacques Jouet, écrivain politique »
  • 11h30 : Dominique MONCOND’HUY (Université de Poitiers), « Jacques Jouet, une singulière attention au monde »
  • Discussion

Déjeuner

 Modérateur : Dominique Moncond’huy

  • 14h15 : Marc LAPPRAND (Université de Victoria) : « Esthétique de l’écriture de Mek-Ouyes »
  • Discussion
  • 15h00 : Astrid POIER-BERNHARD (Université de Graz) : « “Comme deux gouttes d’eau se ressemblent…” Caractéristiques et potentialités d’une forme poétique créée par Jacques Jouet : les “À supposer…” »
  • Discussion

Pause

  •   16h00 : Geneviève GUETEMME (IUFM d’Orléans), « Poésie et photographie au rendez-vous »
  • Discussion
  • 16h45 : Eléonore HAMAIDE (IUFM de Lille), « Jouer avec les enfants, Jouet pour les enfants »
  • Discussion
  • 17h30 : Intervention de Jacques Jouet

 Samedi 29 juin 2013
UFR Lettres et Langues, salle des Actes
Bât. A3 – 1 rue Raymond Cantel – Poitiers

Modérateur : Astrid Poier-Bernhard

  • 9h00 : Alain CHEVRIER (Paris) : « La terza rima revue par Jacques Jouet »
  • 9h30 : Cécile DE BARY (Université Paris-Diderot) : « Aller sur un terrain qui est celui des peintres (sur Navet, Linge, OEil de vieux) »
  • Discussion

Pause

  • 11h00 : Myriam MARRACHE-GOURAUD (Université de Poitiers), « Des vérolés à la lectrice : postures de lecteurs dans le roman moderne, de Rabelais à Jacques Jouet »
  • Discussion
  • 11h45 : Lydie MOUDILENO (Université de Pennsylvanie) : « Bodo, roman africain »
  • Discussion

Déjeuner

 Modérateur : Camille Bloomfield

  • 14h30 : Kathleen MORRIS (Université d’Oxford) : « Déplacements de potentiels ; Jacques Jouet, voyages comparés » (A Lorient)
  • Discussion
  • 15h15 : Steen Bille JØRGENSEN (Université d’Aarhus), « Figures de femmes »
  • Discussion
  • Intervention de Jacques Jouet

Clôture du colloque vers 16h30

Retrouvez une version imprimable du programme ici :

Les périodiques du fonds spécialisé du FoReLL

Source : Photothèque de la MSHS
Source : Photothèque de la MSHS

Le laboratoire FoReLL (FOrmes et REprésentations en Linguistique et Littérature) hébergé par la MSHS de Poitiers est une équipe d’accueil travaillant sur les thèmes de la linguistique et de la littérature. La première équipe composée de linguistes étudie la contrastivité inter-langues, les variations (diachronique, dialectale et synchronique), l’articulation syntaxe / sémantique et la didactique des langues : acquisition, contextes, outils. L’équipe dédiée au thème de la littérature quant à elle analyse les poétiques de la représentation, l’histoire et la poétique des genres ainsi que l’esthétique comparée.

Le fonds documentaire qui sert d’appui à ces deux groupes de travail est constitué d’ouvrages, de périodiques et de corpus écrits et oraux. Un état de collection des titres de périodiques est disponible en format pdf en cliquant ici: 

Ces collections sont en accès libre au Centre de documentation de la MSHS. Notons que sur les 20 titres répertoriés, quelques uns sont édités par l’Université de Poitiers, comme Les Cahiers FoReLL ou La Licorne. Cette dernière revue encore éditée à ce jour, publie quatre numéros par an sur la littérature française et comparée, la poétique et la stylistique. Sur le site internet consacré à La Licorne, on trouve des informations complémentaires ainsi que quelques publications en texte intégral. La collection imprimée disponible au Centre de documentation de la MSHS se veut plus exhaustive, car elle contient également les colloques et les les textes rares.

Plus de précisions sur le laboratoire à l’adresse suivante : http://forell.labo.univ-poitiers.fr/

[6 juin 2013] Conférence « Migration in Europe, Europe and Migration »

Source : MediHAL Migrinter
Source photo : MediHAL Migrinter

Salle de conférence de la MSHS
Le 6 juin 2013
De 9h30 à 16h00

Dans le cadre de la rencontre annuelle du réseau IRUN, une dizaine de doctorant(e)s venant de Cracovie (PL), Nimègue (NL), Duissbour-Essen (DE) et Poitiers présenteront des posters sur leurs travaux.
De nature pluridisciplinaire & internationale, cette conférence permettra de confronter et comparer les perspectives de ces jeunes chercheurs géographes, linguistes, sociologues ou économistes!
Doctorants, étudiants, vous êtes invités à assister à ces présentations & à participer aux débats!
Pour tout renseignement, contactez : irunmeeting2013@univ-poitiers.fr

[7 et 8 juin 2013] Journées d’étude « Littérature/cinéma : projections »

Source : FoReLL
Source : FoReLL

Programme :

Vendredi 7 juin
Salle des Actes – UFR Lettres et langues

–   Matinée : Histoire et théorie – Modérateur : Denis Mellier

  • 9h30 : Véronique Campan, université de Poitiers : « La projection, entre dispositif, figure et métaphore »
  • 10h30 : Marie Martin, université de Poitiers : « Du cinéma à la littérature, et retour : figures de la projection traumatique »
  • 11h30 : Francisco Ferreira, université de Poitiers : « “Du début à la fin de ce livre immense” : l’histoire littéraire au prisme d’Histoire(s) du cinéma »

–   Après-midi : Fictions contemporaines – Modératrice : Marie Martin

  • 14h30 : Sérgio Guimarães de Sousa, université du Minho Portugal : « L’essence cinématographique de l’écriture dans les micro-fictions de Jérôme Game (Flip-Book et La Fille du Far West) »
  • 15h30 : Paul Echinard-Garin, université Paris III : « “L’histoire fut suspendue mais se poursuit ailleurs” : recyclage des films, projection des phrases chez Pierre Alferi. »
  • 18h : Projection-rencontre autour de Pierre Alferi, en sa présence : Cinéma Le Dietrich, avec au programme : Ne l’oublie pas (cinépoème), Tante Elisabeth (cinépoème), Elenfant (film parlant), Nuitée (cinépoème), La Protection des animaux (film parlant).

Samedi 8 juin
Salle des Actes – UFR Lettres et langues

–   Matinée : Littérature, écrans, scènes – Modératrice : Véronique Campan

  • 9h30 : Guillaume Bourgois, université Paris VIII : « Mon Cas (1986) de Manoel de Oliveira : texte projeté, textes en marche »
  • 10h30 : Marie-Laure Guétin, université Paris Ouest Nanterre La Défense : « Le décor-écran : l’exemple des fictions du décor dévoilées à l’intermonde »
  • 11h30 : Marie Vandenbussche-Cont, université Paris III : « Un Mage en été : du cinéma intérieur d’Olivier Cadiot au théâtre invisible de Ludovic Lagarde »

–   Après-midi : Ecriture et mondes possibles – Modérateur : Francisco Ferreira

  • 14h30 : Denis Mellier, université de Poitiers : « “Lire un film” : remarques sur la lecture et les figures de l’écriture chez Alain Resnais (de Smoking, no smoking à Muriel en passant par Providence) »
  • 15h30 : Alberto Bejarano, université Paris VIII : « Figures de Providence : Alain Resnais chez Roberto Bolaño »
  • 16h30 : Marc Cerisuelo, université d’Aix : « Littérature, cinéma, simulacre : les inventions de Morel »

Retrouvez une version imprimable du programme en cliquant ici :

[31 mai 2013] Journée d’étude « Minorités en Europe : langue, espace, ancrage »

  • Résumé

Cette journée d’étude sur les « Minorités en Europe » s’inscrit dans les travaux des axes culturel et politique du laboratoire MIMMOC de l’université de Poitiers dont l’objectif est d’explorer les questions de « Mémoire, identités et marginalités au sein du monde occidental contemporain » (EA 3812). Elle est organisée en collaboration avec le Centre européen d’études slaves afin d’élargir la thématique concernée à l’ensemble de l’espace européen et notamment à l’Europe de l’Est.

  • Présentation

Intitulée « Langue, espace, ancrage », cette journée fait suite à une première manifestation organisée en juin 2012 autour de la question des minorités nationales sur le sol européen.
Elle se propose d’explorer cette fois la question des traces visibles de la présence des minorités sur le territoire européen, articulant ainsi l’élément culturel et l’ancrage territorial.
Cette journée permettra de préciser – d’un point de vue historique, géographique, anthropologique, linguistique et plus largement culturel –  l’origine, la nature et l’évolution des toponymes et des chronotopes sur le sol européen. On entend ici le terme ‘chronotope’ au sens de Bakhtine : étudier un chronotope ne signifie pas décrire le temps et l’espace uniquement, cela impose de prêter également attention au devenir humain et donc à l’ancrage territorial de données linguistiques et culturelles.
La journée d’étude organisée par l’équipe de recherche du MIMMOC et du CEES s’adresse à ses membres ainsi qu’aux étudiants du master de recherche Cultures et Sociétés étrangères de la Faculté des Lettres et des Langues de Poitiers et à tout public intéressé par la question.

Source : MIMMOC

Elle aura lieu le Vendredi 31 mai 2013, Salle Mélusine – M.S.H.S. – Bâtiment A5, 5, rue Théodore Lefebvre, 86000 POITIERS.

  • Programme

–  9h00 : Accueil des participants

1ère partie : langue(s), mémoire(s), ancrage(s) – Modération : Hélène Yèche

–  9h30 : Conférence d’ouverture : Roland Marti, Université de la Sarre : « L’ossuaire des Slaves » : Les traces de la Slavia (submersa) en Allemagne
–  10h30 : Vasileios Pnevmatikakis, Doctorant, Institut Français de Géopolitique, Paris VIII : Le cimetière russe de Sainte‐Geneviève‐des‐Bois : un coin de la Sainte Russie
–  11h15 : Selena Stanković, Faculté de Philosophie de l’Université de Niš : L’emploi des noms de lieux du Kosovo‐Metohija en langue française depuis la fin du XXe siècle

–  12h‐14h : Pause déjeuner

2ème partie : langue(s), minorité(s), identité(s) – Modération : Sanja Boskovic

–  14h : Ivana Janjić, University of Novi Sad ‐ Serbia : Minority Languages of Vojvodina : la province de Voïvodine, modèle d’intercommunication ?
–  14h45 : Natalia Belova, Université de Poitiers : Langues minoritaires en Russie actuelle : une crise sans issue ?
–  15h45 Jakub Polaszczyk, Université de Poitiers : La Pologne actuelle, terre de métissage ?

Fin des débats et conclusion de la journée vers 17h

Retrouvez ici une version imprimable du programme :