[11 avril 2014] 4e journée d’étude sur le projet patrimoine – Fonds Dubois

Dans le cadre d’une ACI Université de Poitiers et de l’axe Humanités de la MSHS de Poitiers

4e Journée d’études Patrimoine : Fonds Dubois

(English version here)

(MIMMOC – CRIHAM) 

MSHS Poitiers et

Bibliothèque universitaire Droit-Lettres, Poitiers 

le 11 avril 2014 

 

Source : Susan Finding
Source : Susan Finding

 

MSHS : 10h – 12h30

  • Myriam-Isabelle Ducrocq (Paris Ouest Nanterre) : «  Les héritages intellectuels de James Harrington dans la pensée politique européenne »

  •  Pierre Le Masne (Poitiers) : « La physiocratie et l’économie politique anglaise : pistes de recherche sur des influences croisées »

11h – 11h15 : Pause

12h30 – 14h15 : Déjeuner

14h15 Hall d’entrée, Bibliothèque universitaire Droit-Lettres

  • Anne-Sophie Traineau-Durozoy (Conservatrice Fonds ancien, SCD Université Poitiers) et Nathalie Bremand (Responsable BU Michel Foucault – SHA et Moyen Age) : « Sociétés réelles, sociétés rêvées : une histoire de l’utopie : – autour de l’exposition et de la Bibliothéque virtuelle des premiers socialismes »

16h00 Fonds ancien, SCD, Bibliothèque universitaire Droit-Lettres :

  • Atelier de travail autour des projets « Patrimoine Fonds Dubois » (programmes de recherche, bibliothèque virtuelle, expositions, collaborations).

Contacts: Susan Finding, Marie-Christine Mérine (Secrétariat (MIMMOC)

Vient de paraître : « D’un jugement à l’autre. La représentation du jugement immédiat dans les Jugements derniers français: 1100-1250 »

Source (image et contenu) : Brepols
Source (image et contenu) : Brepols

Cette série d’analyses monographiques détaillées et originales offre un panorama très complet des Jugements derniers français mis en œuvre entre 1100 et 1250.

Au moment où le thème du Jugement dernier a connu un essor sans précédent, on a régulièrement associé aux événements de la fin des temps une représentation du jugement immédiat, celui qui se déroule après la mort. La pensée chrétienne considère qu’après avoir quitté leur corps, les âmes font l’objet d’une première évaluation au terme de laquelle elles sont conduites dans des séjours temporaires : le paradis d’attente pour les élus, l’enfer pour les damnés. À la fin des temps, ces âmes séparées s’unissent à leur corps ressuscité, elles sont jugées une seconde fois et les élus sont conduits dans le royaume des cieux où ils peuvent enfin jouir de la vision béatifique. La présence du jugement immédiat ou du paradis d’attente peut être montrée pour une série de Jugements derniers français dont certains comptent parmi les œuvres les plus significatives de la production sculpturale des XIIe-XIIIe siècles : les portails de Mâcon, Conques, Saint-Denis, Chartres et Reims, deux chapiteaux de Saint-Nectaire et le Psautier de Marguerite de Bourgogne. Cette lecture inédite implique que l’Église se préoccupait autant du salut des âmes que des fins dernières, probablement parce que c’est dans le temps présent qu’elle pouvait intervenir efficacement en faveur des défunts en administrant les suffrages : prières, aumônes et messes. Ce livre développe les fondements textuels et iconographiques de cette lecture en abordant successivement le thème du jugement immédiat et chacune des œuvres interprétables dans la perspective du double jugement. Ont également été abordées plusieurs représentations isolées du Jugement dernier dont l’iconographie éclaire le sens des autres compositions: Autun, Laon, Paris et Amiens. Cette série d’analyses monographiques détaillées et originales offre un panorama très complet des Jugements derniers français mis en œuvre entre 1100 et 1250.

Marcello Angheben est maître de conférences habilité en histoire de l’art à l’Université de Poitiers et membre du Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale.

16 x 24 cm / Broché / VIII-686 pages/ Brepols / ISBN : 978-2-503-54764-0/Culture et société vol. 25

[11 décembre 2013] Soutenance de thèse d’Emmanuel BROUARD

Emmanuel Brouard

présentera publiquement sa thèse

LA SOCIETE RURALE EN BASSE VALLEE DE L’AUTHION, 1750-1870.

Risques environnementaux, risques économiques, crises et mutations dans une vallée peuplée et vulnérable

le 11 décembre 2013 à 14h

en salle des Actes – Hôtel Fumé – UFR Sciences Humaines et Arts

(MSHS) –

Son travail a été mené sous la direction de Frédéric CHAUVAUD et Yves JEAN.

Membres du jury :

  • Annie ANTOINE   –   Professeure d’Université, Université de Rennes 2 (Rapporteur)
  • Frédéric CHAUVAUD   –   Professeur d’Université, Université de Poitiers (Co-directeur de thèse)
  • Claire DELFOSSE   –   Professeure d’Université, Université de Lyon 2 (Rapporteur)
  • Yves JEAN  –   Professeur d’Université, Université de Bordeaux 3 (Co-directeur de thèse)
  • Cristiana OGHINA-PAVIE   –   Maître de Conférences, Université d’Angers (Examinateur)

 

Résumé

Cette thèse est une contribution à l’histoire rurale s’appuyant sur un territoire original. La basse vallée de l’Authion (région de Beaufort) est soumise aux XVIIIe et XIXe siècles à un double risque d’inondation. Cette partie de la vallée de la Loire, entre Angers et Saumur, est protégée des crues du fleuve par une digue, ou « levée ». Les ruptures de la levée sont rares mais catastrophiques, alors que les inondations dues à l’Authion sont beaucoup plus fréquentes mais moins dramatiques tout en étant nuisibles à l’agriculture. Le risque d’inondation est contrebalancé par l’avantage du transport fluvial à bas coût, lequel favorise le développement de cultures commerciales et industrielles (fèves, chanvre, blé et légumes). La Loire a donc à la fois des effets bénéfiques et des effets désastreux, selon les circonstances et les points de vue.

Sur ce territoire dont la singularité déteint sur l’économie et sur la société, la population fait face à diverses crises et mutations : crises de subsistance, crise sociale de la fin de l’Ancien Régime, guerre civile pendant la Révolution, crise de l’industrie textile, crise du transport fluvial, et en 1856, catastrophe provoquée par la rupture de la levée. Elle connait aussi une transformation de l’agriculture avec le développement de la culture du chanvre et la mise en culture des communaux. L’aménagement de l’Authion est une question récurrente pendant toute la période. Elle est, avec la question du mode d’exploitation des communaux, à l’origine de nombreux conflits entre communautés et entre individus. L’adaptation au contexte environnemental, économique, technique, est une préoccupation constante, dans une société soumise à des risques multiples, et précocement intégrée à l’économie nationale. Dans le même temps, la société évolue plus lentement. Elle est caractérisée à la fois par un individualisme relatif, et par une forte sociabilité.

Mots clés : Loire, Maine-et-Loire, Authion, histoire, géographie, agriculture, société rurale, crise, risque, inondation, navigation fluviale, chanvre, industrialisation, textile, biens communaux, commerce, Révolution, Second Empire, élevage

Abstract

 This doctoral thesis is a contribution to the rural history based on an original territory. The lower valley of Authion (area of Beaufort) is subjected during the 18th and 19th centuries to a double risk of flooding. This part of the Loire Valley, between Angers and Saumur, is protected from river flooding by a dyke. Breaks are rare but catastrophic, while flooding due to Authion are much more frequent but less damaging to agriculture. The flood risk is offset by the advantage of low-cost river transport, which promote the development of commercial and industrial crops (beans, hemp, wheat and vegetables). The Loire therefore has both beneficial and disastrous effects, depending on the circumstances and views.

            On this territory whose singularity rubbed off on economy and society, population face various crises and mutations: scarcity, social crisis at the end of ancient regime, civil war during the Revolution, crisis of textile industry, crisis of river transport, and in 1856, disaster caused by rupture of the dyke. There is also a transformation of agriculture with development of hemp culture and clearing of common lands. Hydraulic planning is a recurring question for the whole period. With the clearing question, it cause many conflicts between communities and between individuals. Adaptation to environmental, economic and technical changes, is a constant concern in a society subject to multiple risks and early integrated into the national economy. At the same time, the changes of social structure operates slower. It is characterized both by relative individualism, and strong sociability.

 Keywords : Loire, Maine-et-Loire, Authion, history, geography, agriculture, rural society, crisis, risk, flood, river navigation, hemp, industrialization, textile, common properties, trade, French revolution, Second Empire, breeding

[06 décembre 2013] Soutenance de thèse de Pierre COURROUX

Pierre Courroux

présentera publiquement sa thèse

L’ECRITURE DE L’HISTOIRE DANS LES CHRONIQUES FRANCAISES (XIIe-XVe SIECLES).

LES CRITERES DE L’HISTORICITE MEDIEVALE.

le 6 décembre 2013 à 14h

en salle des Actes – Hôtel Fumé – UFR Sciences Humaines et Arts

Son travail a été mené sous la direction de Edina Bozoky et Claudio Galdérisi.

Membres du jury :

  • Elisabeth VAN HOUST   –   Professeur honoraire, Emmanuel College, University of Cambridge (Rapporteur)
  • Jean-Jacques VINCENSINI  –   Professeur d’Université, Université de Poitiers (Rapporteur)
  • Edina BOZOKY   –   Maître de Conférences-HDR, Université de Poitiers (Co-Directrice de thèse)
  • Claudio GALDERISI   –   Professeur d’Université, Université de Poitiers (Co-Directeur de thèse)
  • Francine MORA-LEBRUN   –   Professeure émérite d’Université,, Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines (Examinatrice)
  • Jean-Claude Schmitt  –  Directeur d’études, EHESS (Examinateur)

 

Résumé :

Depuis les années 1960, les historiens ont étudié les chroniqueurs médiévaux en tant qu’écrivains capables de construire leur narration selon leurs projets. L’essentiel de leur attention s’est portée sur les chroniqueurs latins, principalement ceux écrivant dans le milieu monastique. Le présent travail s’intéresse aux chroniqueurs écrivant en français, souvent moins érudits que leurs homologues latins. Il est donc plus fécond de s’intéresser à leur conception particulière de l’historicité, qui est assez différente de la nôtre. Notre attention se concentre sur leur usage de la fiction pour construire une vérité historique supérieure, et propose des outils conceptuels adaptés à l’historiographie française médiévale. Dans cette étude à grande échelle, qui embrasse quatre siècles d’écriture, pour éviter une étude sérielle stérile, nous avons choisi cinq chroniqueurs-témoins (Benoît de Sainte-Maure, Philippe Mousket, Jean d’Outremeuse, Jean Froissart et Enguerrand de Monstrelet), dont les travaux donnent un aperçu satisfaisant des principaux problèmes qui sous-tendent l’historiographie de langue française de cette époque. Cette étude adopte d’abord une démarche diachronique, présentant chaque chroniqueur, son œuvre et son temps ; puis une vue synchronique, pour répondre à plusieurs questions fondamentales concernant les relations entre histoire, fiction et vérité : Quelles étaient les libertés d’un chroniqueur face aux faits et à ses sources ? Jusqu’à quelles limites une œuvre relevait-elle de l’histoire et non du roman ou de l’épopée ? Peut-on appréhender des inventions typiquement historiques ? Peut-on définir une mimesis historique, utilisée pour re-créer la réalité ?

Mots-clés : Historiographie médiévale, Chroniques françaises, Benoît de Sainte-Maure, Philippe Mousket, Jean d’Outremeuse, Jean Froissart, Enguerrand de Monstrelet

 

Summary :

Since the 1960s, the historians have studied the medieval chroniclers as full-skilled writers, able to build their narrative as they wish. Most of their attention was for the Latin chroniclers, mainly those who were writing in monasteries. My work wishes to overhaul the chroniclers who wrote in French, who used less technical skills than their Latin counterparts. Hence, it is more fecund with those chroniclers to seek their own historicity criteria, that are rather different from ours. My aim is to put the emphasis on the uses of fiction to build a higher historical truth, to find suitable conceptual tools for the French medieval historiography. In this large-scale study, embracing four centuries of writing, to avoid a fruitless serial study who cannot explain the diversity of a never normalised historiography, I chose five witnesses-historians (Benoît de Sainte-Maure, Philippe Mousket, Jean d’Outremeuse, Jean Froissart and Enguerrand de Monstrelet), whose works give a satisfying scope of the major problems in the medieval French language historiography. My work uses firstly a progressive, diachronic way, presenting each chronicler, his works and his times. Then it takes a synchronic process, to answer some fundamental questioning about the relationship between history, fiction and truth : how much freedom a chronicler had towards the facts and his sources? Up to which limits a work was considered as a chronicle rather than as a romance or an epic? Are there typically historical inventions? Is it possible to define a historical mimesis, used to re-create the truth ?

 

Key-words : Medieval historiography médiévale, French chronicles, Benoît de Sainte-Maure, Philippe Mousket, Jean d’Outremeuse, Jean Froissart, Enguerrand de Monstrelet

 

[09 décembre 2013] L’heure du livre ancien : A la découverte du monde : les récits de voyages de l’époque moderne

Source (image et contenu) : SCD Université de Poitiers
Source (image et contenu) : SCD Université de Poitiers

L’Heure du livre ancien est une présentation d’une heure qui donne la possibilité de découvrir des ouvrages anciens sur table plutôt que sous vitrine. Deux dates différentes sont proposées pour une même séance.

Au mois de décembre, l’Heure du livre ancien est consacrée aux récits de voyages de l’époque moderne. Réunis dans des collections encyclopédiques, comme la célèbre entreprise de l’abbé Prévost, ou publiés séparément, les récits de voyages, qui décrivent des régions plus ou moins lointaines (Grèce, Laponie, Antilles, Ceylan, Chine, etc.), sont le plus souvent illustrés de belles cartes, de plantes méconnues, d’animaux exotiques ou d’hommes des contrées lointaines.

Entrée libre sur inscription préalable

Date Le 09/12/2013, à 18:00
Lieu Poitiers – Campus
Service du Fonds Ancien (2e étage), BU Droit-Lettres, Campus Bât. A2 – 1, allée Jeanne Chauvin à Poitiers
Contact Anne-Sophie Traineau-Durozoy
anne.sophie.traineau.durozoy@univ-poitiers.fr ou 05 49 45 32 91

[09 décembre 2013] Soutenance de thèse d’Audrey PREVOTEL

 Audrey Prévotel

présentera publiquement sa thèse

IMITATION ET CREATION DANS LA CHRONIQUE DE FELIPE GUAMAN POMA DE AYALA.

DE L’EMPRUNT CULTUREL

A L’EXPRESSION D’UN SENTIMENT NATIONAL

 (PEROU, 1615)

le 9 décembre 2013 à 14h

en salle Mélusine, à la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société

(MSHS) – campus universitaire de Poitiers

Son travail a été mené sous la direction de Jean-Philippe HUSSON.

 

Membres du jury :

  • Jean-Philippe HUSSON   –   Professeur émérite d’Université, Université de Poitiers (Directeur de thèse)
  • Erich FISHBACH  –   Professeur d’Université, Université d’Angers (Rapporteur)
  • Jean-Marie LASSUS   –   Professeur d’Université, Université de Nantes (Rapporteur)
  • Patrick LESBRE    –   Professeure d’Université, Université de Toulouse 2-Le Mirail (Examinateur)
  • Jan SZEMINSKI   –   Professeur , Université hébraïque de Jérusalem (Examinateur)
  • Caroline LEPAGE  –  Professeure d’Université, Université de Poitiers (Examinateur)

Résumé 

El primer nueva corónica y buen gobierno, manuscrit terminé par le cacique indien Felipe Guaman Poma de Ayala en 1615, est un témoignage unique de l’époque coloniale. La présente étude, consacrée à cet ouvrage, pose la question des liens qu’entretient l’aspect externe de l’œuvre avec l’intention de son auteur. De fait, il s’agit d’un manuscrit de 1200 pages, dont un tiers de dessins, réalisé par un Indien ladino d’origine prétendument noble de la région de Huamanga, fin connaisseur de l’administration et de la justice coloniales. Son ouvrage propose une autre version du passé préhispanique et de la Conquête que celle des chroniqueurs espagnols. Il contient également une description de la société coloniale dans laquelle les exactions des Espagnols, qui mettent en danger les populations indigènes, sont dénoncées et constituent l’occasion d’exposer une série de réformes potentielles. Dans ce travail, il s’agit donc d’examiner le fond et la forme de la chronique de Guaman Poma afin de comprendre l’intention de l’auteur. En analysant l’imitation des modèles européens – le livre imprimé, la gravure, l’historiographie, les livres de vies de saints et les repertorios de los tiempos –, nous sommes en mesure de mieux cerner sa stratégie et d’identifier certaines de ses sources. C’est ensuite en envisageant la Nueva corónica sous l’angle de la mémoire que nous sommes à même de déterminer l’élément-clé qui fonde la cohérence interne de cet ouvrage dont les composantes semblent disparates.

 

Mots-clés : Guaman Poma / chronique / Pérou / époque coloniale / livre / iconographie / hagiographie / mémoire / calendrier / sources / nation.

[10 décembre 2013] Soutenance de thèse d’Hélène ROY

Hélène Roy

présentera publiquement sa thèse

LE ROYAUME NEO-INCA DE VILCABAMBA (PEROU, 1537-1572) :

ETUDE HISTORIQUE ET ANTHROPOLOGIQUE

le 10 décembre 2013 à 14h

en salle Gargantua, à la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société

(MSHS) – campus universitaire de Poitiers

Son travail a été mené sous la direction de Jean-Philippe HUSSON.

Résumé
Le royaume néo-inca de Vilcabamba est communément assimilé à une cité perdue. Refuge où les derniers souverains du Tawantinsuyu continuèrent, trente-six ans durant (1537-1572), de perpétuer les traditions d’un Empire déchu par la colonisation, il n’a eu de cesse de susciter la curiosité des explorateurs puis des historiens. Longtemps confondue avec le célèbre Machu Picchu, cette cité a été localisée et est désormais connue des chercheurs. Pourtant, de nombreuses interrogations demeurent encore aujourd’hui. Quel fut le rôle exact de cette formation étatique indigène dans la société coloniale ? Des composantes de sa contestation ont-elles survécu ? Peut-on voir dans le royaume néo-inca, comme certains l’affirment, l’origine de certaines traditions dramatiques et mythiques contemporaines ? Telles sont les questions que nous nous sommes posées dans ce travail de thèse. Pour tenter d’y répondre, nous avons mené un travail de recherches inédites combinant deux disciplines : l’histoire et l’anthropologie. Mots-clés : Royaume néo-inca de Vilcabamba, stratégie des élites indigènes vaincues, relations dominants/dominés, résistance indigène, Taki unquy, extirpation de l’idolâtrie, étude de filiations, théâtre contemporain, mythologie andine.

Abstract

The neo-Inca kingdom of Vilcabamba is usually taken as a lost city. As a shelter where the last Tawantinsuyu sovereigns kept carrying on for thirty six years (1537-1572) the traditions of an Empire fallen because of colonisation, it never stopped arousing the curiosity of explorers and then historians. Mistaken for the famous Machu Picchu for a long time, this city has since been located and is now well-known by researchers. Nevertheless, many questions still remain unanswered. What was the real part played by this indigenous state formation in the colonial society? Did some parts of its protest survive? Can the neo-Inca kingdom be considered, as some people assert, as the origin of some contemporary dramatic and mythical traditions? These are the questions dealt with in this thesis. As an attempt to answer them, we led unprecedented research works in two domains: history and anthropology.

Key words: neo-Inca kingdom of Vilcabamba, defeated indigenous elite strategy, dominant/dominated relationship, indigenous opposition, Taki unquy, idolatry eradication, filiation study, contemporary theatre, Andean mythology.

Membres du jury :

  • Jean-Philippe HUSSON   –   Professeur émérite d’Université, Université de Poitiers (Directeur de thèse)
  • Caroline LEPAGE   –   Professeure d’Université, Université de Poitiers (Examinateur)
  • Patrick LESBRE   –   Professeur d’Université, Université de Toulouse 2-Le Mirail (Rapporteur)
  • Isabelle TAUZIN   –   Professeure d’Université, Université de Bordeaux 3 (Rapporteur)
  • Nathan WACHTEL   –   Professeur honoraire, Collège de France (Examinateur)

[04 décembre 2013] Soutenance de thèse de Caroline CAMPODARVE-PUENTE

Caroline Campodarve-Puente

présentera publiquement sa thèse

FEMMES D’ENCRE ET DE CHAIR. 

La criminalité féminine au XIXe siècle, l’exemple de la Charente-Inférieure (1832-1914)

le 04 décembre 2013 à 9h

en salle des Actes à l’UFR Sciences Humaines et Arts

– campus Centre-Ville

Son travail a été mené sous la direction de Frédéric Chauvaud.

Résumé 

La société française du XIXe siècle est abordée par le prisme des femmes et spécialement des femmes déviantes. La présente étude porte sur le département de la Charente-Inférieure, espace rural dans lequel se développent quelques pôles urbains, entre 1832 (date de l’assouplissement des sanctions pénales par l’application des circonstances atténuantes) et 1914. Le choix est de peindre l’environnement économique, social et familial de certaines femmes par le biais d’une source particulière, la source judiciaire. En effet, les dossiers de procédure de la cour d’assises de Saintes, offrent les pièces maîtresses des procès. Fiches de renseignements, témoignages, certificats de moralité, rapports médico-légaux, plans des lieux du crime, tous ces documents étudiés sont autant de récits de vie qui expriment les émotions de ces femmes. L’histoire présentée est celle d’inconnues, de marginales qui sont des femmes démunies face aux difficultés de l’époque. Triple victimes, elles sont accablées par leur statut de femme, par la pauvreté de leur classe sociale, ainsi que par la justice, mais elles sont enfin entendues lors de leur procès. La parole leur est donnée et leurs mots bousculent une société essentiellement masculine. Ce qui frappe alors c’est la diversité des compositions familiales et la modernité relative de nombre d’entre elles, actives et insoumises.

Le théâtre de la cour d’assises permet d’évoquer les violences du quotidien, les conflits conjugaux, familiaux ou entre voisins. L’espace concerné est celui de l’espace privé et de la proximité. Quelle est la place des femmes au XIXe siècle ? La criminalité féminine est un moyen d’appréhender certains aspects du quotidien des femmes en général.

Mots-clés : Femmes criminelles, domesticité, infanticides, expertises judiciaires, circonstances atténuantes, conflits, gestes criminels.

 

Abstract 

The nineteenth century French society is tackled by the prism of women and especially deviant women. Our present study is about the department of Lower-Charente, a rural space in which some urban poles are developing between 1832 (year of the relaxing of criminal penalty by the implementation of extenuating circumstances) and 1914.

The choice is to picture the economic, social and familial environment of some women by a particular source, the judiciary one. Indeed, the files of Saintes’ assizes give us the key measures of the trials.

Information papers, testimonies, moral certificates, forensic reports, plans of the crime scenes, all these documents studied are as many stories that express these women’s feelings. The presented story is one about strangers, and destitute social misfits facing the difficulties of the time. As triple victims, they are overwhelmed by their woman-status, the poverty of their social class and by justice as well but they are finally heard during their trial. They can tell their predicament and their words shake-up a society which is mainly masculine.

What is striking is the diversity of the familial patterns and the somehow modernity of many who are active and disobedient. The Assizes enable to mention the violence in their daily-life, the conflicts involving their husbands, family or neighbours. The space we are dealing with is about privacy and proximity. Where do women fit in 19th-century-society? Feminine criminality is a means to grasp some aspects of women’s daily-life.

Key-words: criminal women, house staff, infanticides, judiciary expert assessments, extenuating circumstances, conflicts, criminal moves.

 

Membres du jury :

  • Anne-Claude AMBROISE RENDU  –   Université de Limoges
  • Mickaël AUGERON   –   Université de La Rochelle
  • Frédéric CHAUVAUD  –   Université de Poitiers (Directeur de thèse)
  • Myriam TSIKOUNAS   –   Université de Paris I
  • Didier VEILLON   –   Université de Poitiers

Parution des « Cahiers de civilisation médiévale » Tome 56, 2013, n° 223 (fasc.3)

 

Source : CESCM
Source : CESCM

Retrouvez les dernière pages de couvertures des numéros des Cahiers de civilisation médiévale sur Academia.edu

 

Vous pouvez consulter le sommaire du n° 223.

 

Pour toute information : les Cahiers de civilisation médiévale

Vient de paraître : « La cathédrale Saint-Pierre. Enquêtes croisées » / sous la direction de Claude Andrault-Schmitt

Source : CESCM
Source : CESCM

Claude Andrault-Schmitt est professeure d’histoire de l’art médiéval à l’université de Poitiers. Elle dirige au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale l’axe de recherche Territoires, monuments et techniques.

24 x 32 cm / Broché / 408 pages / LUP 1439 / ISBN : 978-2-36746-156-4

Ouvrage à paraître fin 2013.

Entre autres articles et ouvrages sur l’art roman ou l’art gothique, elle a publié récemment, chez le même éditeur, La cathédrale de Tours.

[4e de couv.]

Résolument pluridisciplinaire, cette monographie de la cathédrale gothique de Poitiers réunit des enquêtes lancées depuis plusieurs années au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (UMR 7302, université de Poitiers/CNRS). Issu des interrogations actuelles sur les chantiers médiévaux, appuyé sur des campagnes photographiques qui ont dévoilé des détails insoupçonnés, l’ouvrage explore des domaines aussi divers que l’architecture, la mise en œuvre des parois et des voûtes, les marques lapidaires, la charpente, les stalles, les vitraux, la peinture, la sculpture… De sa genèse à sa publication, il s’est enrichi d’échanges et de discussions « croisées » entre spécialistes de sensibilité différente et s’inscrit naturellement dans le présent de la recherche et des découvertes.

Les chapitres sont regroupés en neuf parties. Chacune est introduite par une présentation résumant questions, hypothèses et conclusions, si bien que le lecteur pourra choisir telle ou telle séquence : espérons que, chemin faisant, il sera tenté par l’ensemble des analyses qui soulignent l’intérêt exceptionnel de cet édifice singulier.

Les principaux Auteurs :

Claude Andrault-Schmitt, Marcello Angheben, Sébastien Biay, Yves Blomme, Brigitte Boissavit-Camus, Karine Boulanger, Marie-Thérèse Camus, Vincent Debiais, Frédéric Épaud, Robert Favreau, Bénédicte Fillion-Braguet, Yves Gallet, Claudine Landry-Delcroix, Fabrice Mandon, Chiara Piccinini, Bertrand Pilot, Daniel Prigent, Nicolas Reveyron, Markus Schlicht, Cécile Treffort, Eliane Vergnolle

Claude Andrault-Schmitt est professeure d’histoire de l’art médiéval à l’université de Poitiers. Elle dirige au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale l’axe de recherche Territoires, monuments et techniques.
Entre autres articles et ouvrages sur l’art roman ou l’art gothique, elle a publié récemment, chez le même éditeur, La cathédrale de Tours.

[21 novembre 2013] Journée d’études « L’essai au tournant des Lumières : marcher, penser, écrire »

Relativement rare au XVIIe siècle, peu répandu au cours des premières décennies du siècle suivant, l’Essai prend peu à peu possession de l’espace littéraire, jusqu’à devenir un type d’écrit dominant au tournant des Lumières : prolifèrent alors de multiples essais, extrêmement divers, dans leurs contenus comme dans leur poétique propre.

Cette journée d’études s’inscrira à la charnière de l’histoire des idées et de la poétique des genres, afin d’éclairer l’articulation entre les différentes traditions de la pensée et la poétique de l’essai au tournant des XVIIIe et XIXe siècles, avant la constitution de l’essai comme genre littéraire. Les contributions exploreront les postulats épistémologiques qui sous-tendent la réflexion sur l’essai, l’expérience de cette pratique d’écriture, et les représentations qu’elle implique. On s’interrogera notamment sur la posture méthodologique des essayistes au tournant des Lumières, souvent tributaire d’une démarche vagabonde proche de la rêverie, d’une promenade, intérieure ou effective dans un cadre urbain ou naturel, d’une pensée non aboutie, ne visant qu’à effleurer un sujet, selon le précepte de Cicéron, leviter perstringere.

Vous pouvez consulter le programme en cliquant ici : Prog_Essai

PROGRAMME

MATINÉE

10H00 : Accueil Ouverture de la journée : Patrick NÉE,Professeur à l’Université de Poitiers, Directeur de l’équipe Forell B2, Poétiques des genres

10H15 :Michel DELON Professeur à l’Université Paris IV Sorbonne

« sur Diderot et l’Essai »

10h45 : Guilhem FARRUGIA Docteur ès Lettres, PRCE à l’IUT de Poitiers

« Rousseau et l’essai au tournant des Lumières »

11h15 : Pause

11h45 :Sophie LEFAY Maître de Conférences à l’Université de Tours

« Les essais » sur les jardins de la fin du XVIIIe siècle »

12h15 : Discussion

12h30 : Repas au restaurant « la petite ville » (sur le campus)

Après-midi

14h00 : Antonia ZAGAMÉ Maître de conférences à l’Université de Poitiers

«Du spectacle de la ville à la réflexion : les différents modèles d’écriture du vagabondage de la pensée (du Spectator d’Addison au Spectateur nocturne de Rétif de la Bretonne) »

14h30 : Pierre LOUBIER Professeur à l’Université de Poitiers

« Étienne de Jouy, ermite de la Chaussée d’Antin ou flâneur à l’essai »

15h00 : Marie PARMENTIER Maître de Conférences à l’Université de Poitiers

« Le tableau de Paris et le livre des Cent-et-un : problèmes de genre»

15h30 : Discussion et clôture

 

[19 novembre 2013] La neutralité de l’internet, un débat partial

Conférence de Valérie Schafer, chargée de recherche au CNRS, Institut des sciences de la communication du CNRS (ISCC) à 18h30.

POITIERS (86) | Espace Mendès France

1 place de la Cathédrale, 86000 POITIERS

Accès libre

La question de la neutralité de l’internet, notion apparue aux Etats-Unis sous la plume de Tim Wu et Lawrence Lessig en 2002, n’a cessé de prendre de l’ampleur. Si elle peut sembler à première vue assez technique, puisqu’elle prend pour point de départ la manière dont les paquets de données circulent dans le « réseau des réseaux », elle interroge en réalité toute la chaine de valeur de l’Internet et son écosystème, des FAI et producteurs de contenus jusqu’à l’internaute final, et toutes les parties prenantes de sa gouvernance. En partant de quelques « affaires » qui illustrent les enjeux de la neutralité de l’internet (affaires Comcast en 2007, Orange/Cogent ou Freeadgate en 2013, etc.), nous montrerons en quoi celle-ci soulève des problèmes déterminants pour l’avenir économique, politique ou encore les usages de l’Internet et voit s’exprimer des visions, valeurs et imaginaires contradictoires.

Conférence du cycle Jalons pour une histoire des sciences de l’homme, organisé en partenariat avec les écoles doctorales de l’université de Poitiers : Lettres, pensée, arts et histoire ; Sociétés et organisations ; Cognition, comportement, langage(s).

[12 novembre 2013] Connaissances actuelles sur la bataille d’Actium : le point de vue du philologue

La bataille d’Actium eut lieu en l’an 31 avant J.C. Elle marqua la fin de la guerre civile romaine. Le séminaire  qui aura lieu à la MSHS de Poitiers, le 12 novembre à 10 h, fera état des connaissances actuelles sur cet événement par Paul Marius Martin, professeur à l’Université de Montpellier . Il rappellera son importance dans l’histoire romaine tout comme il proposera une reconstitution des opérations préliminaires qui ont eu lieu et de la bataille proprement dite. Ce séminaire tout public, animé par  Paul-Marius Martin, est soutenu par la Mission pour l’Interdisciplinarité du CNRS et l’Université de Poitiers.

Comment savons-nous ce que nous savons sur Actium ? Rappel des principaux canaux d’information dont nous disposons sur la bataille : documents épigraphiques, témoignages contemporains, documents historiques, autres témoignages, et enfin documentation archéologique.

 A l’aide de toutes ces données, on peut à peu près reconstituer ce qui s’est passé et proposer une reconstitution des opérations, préliminaires d’abord, et de la bataille proprement dite ensuite. On reviendra plus longuement sur un point essentiel du point de vue de notre recherche : la nature et la valeur des flottes antagonistes.

Poétisation de l’histoire. L’événement en textes et en image

417cj+iTUgL__
Source (image et contenu) : PU Rennes

Elvire Diaz (dir.)

Poétisation de l’histoire. L’évènement en textes et en images

Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2013. 272 p. (Interférences).

La « poétisation », qui est au coeur de l’ouvrage, dépasse le fait de mettre en poésie, stricto sensu. Si dans le discours littéraire, c’est écrire ou parler poétiquement, ou donner une dimension poétique, l’ouvrage englobe non seulement l’écriture poétique et fictionnelle mais aussi la représentation artistique, inspirée notamment du concept de poésie et d’ « aura » qui émane de l’oeuvre d’art, selon Walter Benjamin. Modalité de représentation du réel, esthétisation de l’événement, la poétisation est un moyen de médiation et de transmission, mais aussi d’instrumentalisation, qui revisite le rapport entre histoire et arts (littérature, peinture, cinéma, iconographie, etc.). Au croisement de divers arts, elle met en jeu l’intermédialité, la mise en récit, la mise en forme artistique d’un fait et ce faisant, elle interroge sur l’engagement par l’art. L’ouvrage analyse la mise en textes et en images de l’événement, les modalités et les buts de la poétisation, dans des oeuvres précises (films, tableaux, romans, poèmes, etc.), à travers des approches croisées. Les quinze contributions issues de disciplines variées (civilisation, histoire, histoire des idées, littérature, cinéma, peinture, etc.) réunies ici embrassent les aires culturelles européennes et américaines, du Moyen Âge à aujourd’hui. L’ouvrage est structuré autour d’axes thématiques : l’action dans la cité exercée par le poète ou l’artiste ; la poétisation comme alternative du discours historique ; la poétisation comme dénonciation éthique et politique, par d’autres biais que le discours critique. « La poétisation de la terreur » montre que l’esthétisation par la peinture, le cinéma ou la littérature permet de dépasser la violence de la guerre ou du terrorisme. L’ouvrage s’inscrit dans le champ de l’histoire culturelle et explore les interférences entre l’Histoire, ses traces, son écriture, ses représentations et les arts.

Table des matières

Première partie

Poétisation et action dans la cité

Le poète, gardien de la mémoire et prophète

Jean-Marie PAUL

Le poète en action

Histoire d’une rêverie politique

Jean-Baptiste DECHERF

De l’actualité à l’histoire

Comment l’imaginaire médiéval ancre le présent dans la trame du temps et du poème

Caroline JANOWSKI

Poétiser le récit biblique : l’inventivité convenable des images au service de la Vierge Marie

Amélie BERNAZZANI

Deuxième partie

La poétisation comme narration alternative de l’histoire

De la critique à la « réécriture » de l’histoire : l’azulejo témoin de son temps (1640-1668)

Céline VENTURA TEIXEIRA

La culture poétique de la paix dans la littérature allemande (1748-1802)

Françoise KNOPPER

« La classe ouvrière et les intellectuels »

Poétisation de l’histoire et de la politique dans un tableau monumental du peintre est-allemand Werner Tübke (1929-2004)

Mechthild COUSTILLAC

Poétisation et politisation

La Transition espagnole (1975-1986) questionnée par le roman espagnol contemporain

Elvire DIAZ

Troisième partie

La poétisation comme dénonciation par-delà le discours critique

En musique vers le nazisme : Cabaret de Bob Fosse, poétisation à rebours de la République de Weimar

Gilbert GUILLARD

La Shoah dans La vie est belle de Roberto Benigni et Train de vie de Radu Mihaileanu

Licia BAGINI

Traduction artistico-littéraire de la dissidence dans l’Espagne franquiste (1936-1975)

Marie-Catherine Talvikki CHANFREAU

Quatrième partie

La poétisation de la terreur

Peinture et poétisation de l’horreur

Les représentations de Hiroshima par Arnulf Rainer (Hiroshima-Zyklus, 1982)

Hilda INDERWILDI

Les échos de l’histoire : la poétique des analogies dans Les Égarés d’André Téchiné

Dieter MERLIN

Des pièges dans le contrat ?

Le cas de e Contractor (2007)

Charles HOLDEFER

New York, Madrid, Londres : représentations littéraires du terrorisme global

Adriana KICZKOWSKI YANKELEVICH

Résumés

Auteurs

[4-5 octobre 2013] À toutes heures ! La collection numérisée des livres d’heures de la médiathèque François-Mitterrand de Poitiers

A l’occasion de l’ouverture d’un site dédié aux livres d’heures numérisés de la médiathèque François-Mitterrand de Poitiers et en marge de l’exposition Les livres d’heures en lumière (3 septembre-2 novembre), le CESCM et ses partenaires organisent une rencontre entre les spécialistes du sujet et le public, les 4 et 5 octobre prochains.

Le vendredi 4 octobre, une journée d’études internationale ouverte au public reviendra sur les apports récents de la recherche concernant plusieurs manuscrits de cette collection.

Le samedi 5 octobre, une série de conférences publiques, introduite par une intervention de Michel Pastoureau sur la symbolique médiévale du livre, soulignera les liens entre Poitiers et les manuscrits enluminés.

Détails du programme