Vient de paraître : « Les territoires de l’autochtonie : Penser la transformation des rapports sociaux au prisme du « local » »

Couv_Autochtonie.indd
Source (image et contenu) : PU Grenoble

 

Émilie AUNIS, Joachim BENET, Arnaud MEGE et Isabelle PRAT (dir.), « Les territoires de l’autochtonie : Penser la transformation des rapports sociaux au prisme du « local » ». Presses Universitaires de Rennes, 2016 (Espace et Territoires)

Cet ouvrage, qui a reçu le soutien de l’Université de Poitiers, a été écrit sous la direction d’Émilie Aunis (docteure en sociologie et post-doctorante à l’Université de Laval), Joachim Benet (doctorant en sociologie au GRESCO, EA 3815), Arnaud Mège (doctorant en sociologie et ingénieur d’étude au GRESCO) et Isabelle Prat (doctorante en sociologie au GRESCO). Il vient compléter la collection Espaces et Territoires qui s’intéresse aux dynamiques des espaces et des sociétés par l’analyse des processus, des comportements et des régulations.

«Être du coin », « venir d’ici », « être du cru », « être un enfant du pays », autant d’expressions qui traduisent le poids de l’appartenance locale pour les individus et les collectifs. La valorisation du « local » est aujourd’hui un argument qui tend à devenir de plus en plus récurrent et prégnant dans les discours, qu’ils soient politiques, commerciaux ou ordinaires. Face à la production de ces discours, de jeunes chercheurs en sciences sociales ont souhaité proposer un éclairage scientifique à partir d’enquêtes empiriques variées : du rural à l’urbain, des militants pour la décroissance aux bûcherons en passant par les agriculteurs biologiques ou encore les danseurs de hip-hop. La multiplicité des terrains sur lesquels reposent les sept analyses proposées témoigne d’ailleurs de la diversité des lieux et des contextes où l’usage de la catégorie « local » est susceptible d’être mobilisé.

Unis par une volonté commune de comprendre les ressorts de ce recours au local, l’ensemble des contributeurs de cet ouvrage cherche à interroger le concept de capital d’autochtonie – défini comme « l’ensemble des ressources que procure l’appartenance à des réseaux de relations localisées » – afin de saisir le sens que peuvent revêtir aujourd’hui les arguments de celles et ceux qui font de leur ancrage local une ressource sociale à valoriser. Ils invitent en ce sens à repenser la construction et la transformation des rapports sociaux dans le temps à partir des réseaux sociaux locaux.

Cet ouvrage, à travers le regard interdisciplinaire qu’il porte – alliant sociologie, sciences politiques et géographie sociale –, se veut un prolongement aux études et réflexions menées sur l’usage aujourd’hui renouvelé du concept de capital d’autochtonie et plus largement, une contribution à la compréhension des logiques sociales attenantes aux discours et postures de valorisation du local.

Voici une présentation des chercheurs et des doctorants qui ont participé à la rédaction de l’ouvrage.

Vient de paraître : « Ni fou, ni gogol ! »

Ni-fou-ni-gogol_cv10x15
Source (image et contenu) : PU Grenoble

Hugo DUPONT, « Ni fou, ni gogol ! ». Presses Universitaires de Grenoble, 2016 (Vieillissement et Handicap)

Les Presses Universitaires de Grenoble viennent de publier l’ouvrage « Ni fou, ni gogol ! » de Hugo Dupont. Ce dernier est maître de conférences en sociologie à l’Université de Poitiers, enseignant à l’École Supérieure du Professorat et de l’Éducation de l’Académie de Poitiers et chercheur au sein du Groupe de Recherches Sociologiques sur les Sociétés Contemporaines (GRESCO, EA 3815). Ce livre est le résultat d’un travail de recherche mené au sein du Centre Émile Durkheim (UMR 5116) de l’Université de Bordeaux.

« Ni fou, ni gogol ! » c’est ainsi que se qualifient les enfants et adolescents accueillis en Institut thérapeutique éducatif et pédagogique (ITEP). Ces jeunes présentent un comportement perçu comme déviant par les professionnels des secteurs scolaire, social et médico-social, et sont réputés non-scolarisables dans le milieu ordinaire.

Hugo Dupont a partagé leur quotidien et celui des professionnels d’ITEP. Il tente de comprendre comment la mise à l’écart de ces jeunes est légitimée et présente le travail de normalisation effectué par les ITEP : soulagement de la souffrance psychique tenue pour responsable des troubles du comportement d’une part, rééducation d’autre part.

De leur côté, les jeunes orientés en ITEP tentent de mettre à distance les stigmates qu’ils subissent en faisant un travail de normification de leur personnalité et de leurs comportements afin de convaincre qu’ils sont prêts à retourner dans un cursus de formation ordinaire.

Vient de paraître : « Au tribunal des couples. Enquête sur des affaires familiales »

Source (image et contenu) : GRESCO
Source (image et contenu) : GRESCO

Le collectif Onze, Au tribunal des couples. Enquête sur des affaires familiales, Paris, Odile Jacob, 2013.
Benoît COCQUARD est membre du collectif Onze.

Divorces et séparations conjugales sont aujourd’hui fréquents. Tout un chacun, marié ou ayant des enfants, peut avoir affaire à la justice familiale pour régler les conséquences de sa rupture. Cette institution publique est censée mettre en œuvre un droit identique pour toutes et tous. Mais les justiciables se voient-ils accorder la même attention selon leurs ressources et leurs conditions de vie ? Et la justice conduit-elle effectivement à plus d’égalité entre les hommes et les femmes ?

Pour le savoir, ce livre nous fait entrer au tribunal des couples, dans ces chambres de la famille des tribunaux de grande instance, où juges aux affaires familiales, greffières et avocats font face à un contentieux massif. L’ouvrage est issu d’une enquête d’une ampleur inédite, combinant données statistiques, observations d’audiences, consultations de dossiers et entretiens avec ces professionnels. Pour ce faire, il a mobilisé, de l’enquête à l’écriture, une équipe de sociologues rassemblés ici sous le nom de Collectif Onze. Leur conclusion est sans appel : malgré les bouleversements de la vie conjugale et les transformations du droit de la famille, la justice participe à la reconduction de l’ordre social entre les sexes et entre les classes.

Présentation de l’ouvrage dans les médias :

19 novembre 2013, « Le divorce, loin des idées reçues », Interview pour Le Parisien/Aujourd’hui en France

20 novembre 2013, « Pension, enfants, audiences, une enquête sur les divorces va à l’encontre des idées reçues », Interview pour LCI/TF1-news

19 novembre 2013, « En France, 400 000 couples séparés se rendent au tribunal chaque année », France TV info

[11 décembre 2013] L’Université n’est pas en crise ! Faux diagnostics pour vraies réformes : quelques idées reçues sur la situation actuelle des universités

9782365120302fsConférence de Romuald Bodin, maître de conférences ensociologie à l’Université de Poitiers, chercheur au GRESCO et Sophie Orange, maître de conférences en sociologie à l’Université de Nantes autour de leur ouvrage : L’université n’est pas en crise. Les transformations de l’enseignement supérieur : enjeux et idées reçues, Editions du Croquant, 2013.

Date Le 11/12/2013, de 17:00 à 19:00
Lieu Poitiers – Centre-ville
BU Michel Foucault, 8 rue René Descartes, UFR SHA, Poitiers centre ville

Vient de paraître : « Les « petits » diplômes professionnels en France et en Europe » / Guy Brucy, Fabienne Maillard et Gilles Moreau (coord.)

Source (image et contenu) : GRESCO
Source (image et contenu) : GRESCO

ARES / ISBN : 978-2-7351-1646-1 / Les cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs

Les Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs ont pour ambition de confronter les travaux menés sur les pays où les systèmes d’éducation ont une profondeur historique certaine, et sur ceux où ils n’ont été introduits que plus récemment. Ils se donnent aussi pour objectifs de décloisonner les disciplines et de favoriser un échange entre diverses approches, afin de renouveler les perspectives méthodologiques et théoriques sur les questions relatives à l’éducation, à la construction, à la transmission et aux usages sociaux et politiques des savoirs.

[4e de couverture]

Sommaire

- Guy Brucy, Fabienne Maillard et Gilles Moreau, « Introduction : Du CAP à l’Europe »
- Léna Krichewsky et Dietmar Frommberger, « Convergence ou divergence ? Analyse comparée du rôle des « résultats d’apprentissage » dans les curriculums de l’enseignement professionnel de base de neuf pays européens »,
- Pascal Caillaud, « L’Europe des certifications professionnelles : coordination des systèmes nationaux ou promotion d’un système européen ? »
- Claire Lemêtre et Gilles Moreau, « Le CAP, portrait sociographique »
- Fabienne Maillard, « La disgrâce d’un diplôme professionnel français : le brevet d’études professionnelles »
- Sasha Cortesi et Christian Imdorf, « Le certificat fédéral de capacité en Suisse – Quelles significations sociales pour un diplôme hétérogène »
- Mona Granato et Stephan Kroll, « L’alternance en Allemagne : différenciation de la formation sans différenciation des diplômes ? »
- JeanLuc Malvache, « Nouveaux métiers et nouveaux diplômes dans le contexte de la reconversion du secteur minier allemand dans les années 1970 »
- Boris Geier, Sandra HupkaBrunner et Nora Gaupp, “Chances of young adults from lower secondary schools with basic intellectual requirements in Switzerlanf and Germany : Mastering (or failing) the second threshold”
- Fabienne Maillard, « Les « petits » diplômes professionnels français dans la politique éducative et sur le marché du travail »

[10 décembre 2013] Séminaire Conjoint d’Alcoologie 2013-2014. L’alcool en corps !

Source : GRESCO
Source : GRESCO

Le CSAPA Alcoologie CIPAT et le GRESCO partagent le fait de penser l’alcoologie comme une discipline transversale convoquant différents champs de connaissane : psychologie, médecine, sociologie, philosophie, droit…Ce rapprochement disciplinaire s’inscrit dans l’héritage de Pierre Fouquet, pour qui l’alcoologie se devrait d’être une discipline plurielle, au croisement de tous les savoirs sur l’alcool. Le séminaire est un espace de réflexions et d’échanges trandisciplinaires en alcoologie.
► Deux conférences : – Le corps sous influences : le vendredi 8 novembre de 14h00 à 17h30 – Le rapport de l’alcool au corps participe-t-il à la construction identitaire ? : le jeudi 15 mai de 14h à 17h30
► Trois séances : – L’addiction peut-elle se réduire à une maladie du corps ?  : le mardi 10 décembre de 17h30 à 19h30 – L’alcool à corps perdu : le mardi 4 février de 17h30 à 19h30 – Le corps dont on parle, le corps qui parle : le mardi 1er avril de 17h30 à 19h30
Télécharger le programme. [PDF – 2 Mo]

Date Du 10/12/2013 au 01/04/2014
Lieu Poitiers – Campus                                                        Maison des Sciences de l’Homme et de la Société (MSHS) – Bâtiment A5 – 5 rue Théodore Lefebvre – Poitiers

[13 décembre 2013] Séminaire GRESCO : « Le travail pornographique. Enquête sur la production des fantasmes » / Mathieu Trachman

Source (image et contenu) : La Découverte
Source (image et contenu) : La Découverte

Depuis les années 1970, la pornographie s’organise comme un monde professionnel, se fixant pour tâche de représenter les désirs des consommateurs, mobilisant des savoir-faire spécifiques pour y parvenir. Alors que l’influence de ces images ou la violence qui les caractériserait sont souvent au centre des débats, ce livre, en s’appuyant sur une enquête de terrain au sein la production pornographique française, pose d’autres questions : comment les pornographes parviennent-ils à circonscrire un espace pour leur activité ? Quelles formes prennent les relations de travail dans un contexte de professionnalisation de la sexualité ? Comment s’opèrent les partages entre sexualité féminine et masculine, homosexualité et hétérosexualité, et pourquoi sont-ils ici un enjeu majeur ?
Mettant en marché les fantasmes, mobilisant les désirs des actrices et des acteurs, reposant sur des formes spécifiques d’exploitation, le monde de la pornographie permet de saisir certaines évolutions contemporaines du capitalisme, et leurs articulations avec les rapports de genre et de sexualité. Il offre également l’occasion de faire de l’hétérosexualité un objet d’enquête à part entière. Alors que réalisateurs et producteurs se donnent pour tâche de saisir une multiplicité de fantasmes, ils définissent leur métier comme masculin, mais aussi comme hétérosexuel. L’enquête met en évidence une circonscription paranoïaque de l’homosexualité masculine et les contradictions au principe de l’hétérosexualité, dans lesquelles les pornographes sont pris.

Le vendredi de 10h30 à 12h30. Entrée libre & gratuite

Le 13/12/2013
Lieu Poitiers – Campus                               MSHS – Salle Mélusine

[11 décembre 2013] Soutenance de thèse de Vonnick RIBERAUD

Vonnick Ribéraud

présentera publiquement sa thèse

DEVENIR UN PROFESSIONNEL DE LA SOLIDARITE INTERNATIONALE :

DE L’APPRENTISSAGE DU METIER DE CHARGE DE PROJET A LA CONFIRMATION

A UN MILIEU PROFESSIONNEL SELECTIF

le 11 décembre 2013 à 14h

en salle des Actes, à l’Hôtel Fumé – UFR Sciences Humaines et Arts

 – Centre ville de Poitiers

 Son travail a été mené sous la direction de Laurent Willemez.

Résumé :

Cette thèse a pour objectif d’analyser le processus d’entrée ou de tentative d’entrée de jeunes adultes dans le milieu de la solidarité internationale et plus spécifiquement dans le métier de chargé de projets, ainsi que les raisons qui les poussent à s’orienter vers ce secteur. Dans cette recherche, il est à la fois question de leur socialisation au sein de formations, de leurs trajectoires biographiques et des parcours menant à leur insertion professionnelle mais aussi de la nature de leur engagement, de leur rapport au travail ainsi que de leur rapport “à l’autre lointain”.

Un travail d’enquête quantitatif et qualitatif a été réalisé auprès de l’ensemble des étudiants et des anciens étudiants d’une formation universitaire professionnalisante en sciences humaines de niveau II d’une ville importante de province.

Ce terrain principal a été complété par l’analyse de dispositifs permettant aux jeunes adultes de s’engager dans la solidarité internationale, d’offres d’emploi proposés par les associations de solidarité internationale, de la littérature grise et de discours de professionnels bien implantés dans ce milieu et intervenant, pour beaucoup, dans des formations préparant à ce métier. À l’aune de l’histoire et de la structuration du champ, du marché du travail et de la conception idéale des pratiques professionnelles, cette recherche montre comment la segmentation et la fermeture de ce milieu conduit, une part importante de la population étudiée, in fine, à un processus de désillusion, de désaffection puis de reclassement, ou d’ajustement.

Mots clés : Solidarité internationale, engagement, socialisation, formation, insertion professionnelle, rapport au travail, rapport à l’autre, désillusion, reclassement.

Abstract :

This thesis analyzes the process of entry, or attempt of entry, of the young adults in the field of the international solidarity and especially in projects officer occupation. This thesis explains the reasons which encourage them to turn towards to this sector. In this research it is at the same time question of their socialization in trainings, of their biographical trajectories, the itineraries leading to occupational integration. It is also about their commitment, their work relations, and their “other one distant” relationship. A quantitative and qualitative investigation was conducted with all students and ex-students of a level II humans sciences professionalizing university training, in an important French city. This important ground investigation was completed by the analysis of measures which enable young adults to invest themselves in the international solidarity, of job offers from international solidarity associations, of grey literature and of speeches from established professionals, most of them teaching in professionalizing university training. In the light of history and field’s organization, of labor market, and ideal conception of professional’s practices, this research shows how the segmentation and the selectivity of this environment lead the majority of studied population to disillusion process, disaffection, then finally, professional reassignment or adjustment.

Membres du jury :

  • Pascal DAUVIN   –   Maître de Conférences HDR, Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines ((Rapporteur)
  • Henri ECKERT   –   Professeur d’Université, Université de Poitiers (Examinateur)
  • Anne-Catherine WAGNER   –   Professeure d’Université, Université de Paris I (Rapporteur)
  • Laurent WILLEMEZ   –   Professeure d’Université, Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines (Directeur de thèse)

[2 décembre 2013] Soutenance de HDR de Mathias MILLET

Mathias MILLET

soutiendra publiquement son Habilitation à Diriger des Recherches

LES CADRES COGNITIFS DE LA SOCIALISATION.

SAVOIRS, APPRENTISSAGES ET SCOLARISATION

le 2 décembre 2013 à 14h

en salle Mélusine, à la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société

(MSHS) – campus universitaire de Poitiers

 

Résumé :

La prononciation des préfixés en anglais contemporain s’appuie traditionnellement sur la distinction suivante : un préfixe séparable reçoit un accent tandis qu’un préfixe inséparable est généralement inaccentué et réduit. Cette thèse a pour but de montrer que cette approche n’est pas satisfaisante dans la mesure où elle ne permet pas de rendre compte de la prononciation de nombreux mots, particulièrement en discours. Nous proposons ici une analyse approfondie des préfixés en de-, re-, dis-, mis-, un- et in-, réalisée à partir de la première édition du Longman Pronunciation Dictionary (1990), qui montre que ces six pr ́efixes se comportent de manière très différente sur le plan accentuel. Les résultats obtenus et les hypothèses formulées sont ensuite confrontés à un corpus oral de 80 000 mots (8 heures d’audio). Afin d’expliquer l’apparente variabilité de la prononciation des préfixés en discours, nous nous éloignons de la traditionnelle distinction morphologique établie entre les deux types de préfixes et montrons comment la transparence sémantique a un impact plus important, tant du point de vue de la production que de la perception du message. Nous montrons enfin qu’il est nécessaire de prendre en compte d’autres paramètres, comme le co-texte, afin de justifier certaines prononciations, notamment dans le cas de contraste explicite ou implicite.

Mots-clés : phonétique anglaise, phonétique acoustique, phonologie, morphologie, sémantique, préfixation, prononciation des préfixes en anglais, corpus oral.

Membres du jury :

  • Stéphane BEAUD, Professeur de sociologie à l’ENS de Paris (rapporteur)
  • Bernard CONVERT, Directeur de recherche au CNRS – CLERSÉ (rapporteur)
  • Muriel DARMON, Directrice de recherche au CNRS – CESSP (rapporteur)
  • Bernard LAHIRE, Professeur de sociologie à l’ENS de Lyon (coordinateur)
  • Gilles MOREAU, Professeur de sociologie à l’Université de Poitiers (examinateur)

 

 

[20 novembre 2013] Journée d’études « Les transitions en contexte scolaire »

Objet de la journée d’études

Les trajectoires scolaires sont jalonnées de « passages », de « paliers », « d’orientations » et de tous les aléas qui y sont rattachés. Ces transitions en contexte scolaire, peuvent être repérées selon trois catégories : les transitions ordinaires, liées aux passages communs et incontournables d’un segment du système scolaire à l’autre, d’un âge à l’autre (par exemple, l’entrée en maternelle, en école primaire, au collège) ; les transitions d’orientation, qui, face à une arborescence de possibles, nécessitent une décision de la part des élèves et de leurs familles ou sont assujetties à une injonction institutionnelle (filières, options, établissements) ; les transitions subies, soit parce qu’elles vont à l’encontre des parcours ordinaires (orientations spécialisées liées au handicap, dispositifs liés à la « déviance scolaire ») soit parce qu’elles correspondent à un manque d’événement (ne pas pouvoir intégrer tel cursus en raison d’une décision institutionnelle, d’un niveau insuffisant, d’un handicap qui prive des transitions naturelles). Cette journée d’études pluridisciplinaire se structurera autour de cette typologie, sous la forme de trois tribunes qui mobiliseront des recherches issues de divers champs des sciences humaines (sociologie, psychologie, philosophie, sciences de l’éducation). L’objectif scientifique de cette journée vise tout d’abord à décrire les mécanismes individuels et collectifs, personnels et institutionnels, psychologiques et sociologiques, à l’œuvre au cours des transitions scolaires ; il vise surtout à identifier les processus déterminants qui, au moment des temps fondamentaux que constituent les « charnières d’un parcours scolaire », vont générer des divergences de trajectoires, des inégalités socio-scolaires, voire des ségrégations. Notamment, il paraîtra important que cette journée contribue à recenser les ressources transitionnelles qui constituent des atouts ou des contre-handicaps dans les parcours scolaires des élèves.

Programme

8h30-8h45 : Accueil

8h45-9h : Ouverture de la journée
Accueil par Mario COTTRON (Administrateur provisoire de l’ESPE Académie de Poitiers)
Présentation de la journée par Marie-Hélène JACQUES, Organisatrice

8h45-10h30 : Tribune 1 : « Les transitions ordinaires »

  • Marie CARTIER (Maître de Conférences en sociologie, Université de Nantes, Chercheur au CENS et membre de l’IUF) et Marie- Hélène LECHIEN (Maître de Conférences en sociologie, Université de Limoges, Chercheur au GRESCO)
    « Les normes de ʺl’éveil ʺ et l’entrée à l’école maternelle comme objet de tensions entre parents et assistantes maternelles »
  • Fabienne MONTMASSON-MICHEL (Doctorante au GRESCO, enseignante en école maternelle)
    « L’entrée à l’école maternelle comme transition langagière au prisme des ʺcahiers de vie ʺ : un ʺlien école-famille ʺ à interroger »
  • Xavier LERNER (Professeur agrégé de philosophie à l’ESPE site de Niort, Docteur d’Université)
    « Les constructions temporelles chez l’enfant de la grande section à l ‘école élémentaire »
  • Hélène PLAIRE (Principale du Collège de Champdeniers)
    « Aux yeux de tous, je deviens ʺgrand(e)ʺ j’entre au collège »

10h40-11h : Pause

11h-13h : Tribune 2 : « Les transitions d’orientation »

  • Jacques POUYAUD (Maître de conférences en psychologie du travail et de l’orientation à l’Université Bordeaux Segalen. Membre du laboratoire de psychologie « santé et qualité de vie »)
    « Accompagner les adolescents dans leurs parcours d’orientation : la prise en compte de l’espace de vie dans les transitions scolaires »
  • Marie-Hélène JACQUES (Maître de Conférences en Sciences de l’Education, ESPE Académie de Poitiers, Chercheur au GRESCO)
    « Après la troisième. De l’apprentissage à l’emploi. Un suivi longitudinal »
  • Fanny RENARD (Maître de Conférences en Sociologie, ESPE Académie de Poitiers, Chercheur au GRESCO)
    « Entre la formation et la production : être en apprentissage coiffure »
  • Sophie ORANGE (Maître de Conférences en Sociologie, Université de Nantes, Chercheur au CENS)
    « Entrer dans le supérieur sans rompre les attaches locales. Le cas des filles en BTS »
  • Stéphanie NETTO (Maître de Conférences en Sciences de l’Education, ESPE Académie de Poitiers, Chercheur à TeCHné)
    « Une transition pédagogique : qu’est-ce que l’informatique pour des enseignants du Primaire ? Points de vue contrastés sur cet ʺoutil de travailʺ »

13h–14h : Repas

14h-16h : Tribune 3 : « Les transitions subies »

    • Catherine KERVICHE (Coordinatrice des formations ASH, Conseillère pédagogique ASH)
      « L’ULIS : atouts et limites d’une réponse aux attentes de normalisation des parents d’élèves handicapés mentaux »
    • Benjamin DENECHEAU (Doctorant en Sciences de l’éducation à l’Université de Bordeaux Segalen, membre du LACES (4140) et de l’Observatoire internationale de la violence à l’école)
      « La suppléance familiale face à la question scolaire. Quelles sont les implications d’un placement par l’Aide sociale à l’enfance pour la scolarité du jeune ? »
    • Etienne DOUAT (Maître de Conférences en Sociologie, ESPE Académie de Poitiers, Chercheur au GRESCO)
      « La fabrique du décrochage scolaire »
    • Anne CAZENEUVE (Docteur en Sciences de l’Education, Laboratoire CREFI-T, équipe REPERE, Université de Toulouse II Le Mirail)
      « De l’impossibilité de tout dire : représentations et implication dans les apprentissages. Le cas de la remise à niveau à l’Ecole Régionale de la Deuxième Chance Midi-Pyrénées »
    • Mathias MILLET (Maître de Conférences en Sociologie, Université de Poitiers, Chercheur au GRESCO)
      « Une déscolarisation encadrée du ʺdésordreʺ scolaire »

    16h -16h30 : Clôture de la journée d’études

    Retour conclusif par Gilles MOREAU, Directeur du GRESCO

  • Fermeture de la journée d’études par Philippe DEVAUX, Vice Président délégué CEVU de l’Université de Poitiers, Directeur du site ESPE de Poitiers.

Organisation

Responsable : Marie-Hélène JACQUES : marie-helene.jacques@univ-poitiers.fr

Comité d’organisation :
Benjamin DENECHEAU : benjamin.denecheau@gmail.com
Catherine KERVICHE : catherine.kerviche@ac-poitiers.fr
Xavier LERNER : xavier.lerner@univ-poitiers.fr
Stéphanie NETTO : stephanie.netto@univ-poitiers.fr
Hélène DESORMES : helene.desormes@univ-poitiers.fr
Chantal VALLET : chantal.vallet@univ-poitiers.fr

Contact administratif : Renseignements et inscription : Sandrine GUINOT : sandrine.guinot@univ-poitiers.fr

Inscriptions

Adresse :
Amphithéâtre de l’ESPE, 5, rue Shirin Ebadi, Bâtiment B20, Poitiers
Plan d’accès

Hôtels

[18 octobre 2013] Séminaire 50 ANS APRES LES HÉRITIERS inter-laboratoires

http://gresco.labo.univ-poitiers.fr/sites/gresco.labo.univ-poitiers.fr/squelettes/css-specifique/images/bandeau.jpg

Organisé par le CENS (Université de Nantes), le CESSP-CSE (CNRS/Université de Paris-1 Panthéon Sorbonne), le CRESSPA-CSU (CNRS-Université de Paris 8), le CURAPP (CNRS-Université de Picardie Jules Verne), le Circeft Escol (Université de Paris 8) et le GRESCO (Universités de Poitiers et de Limoges)

La parution en 1964 du premier livre écrit par Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron, Les Héritiers. Les étudiants et la culture apparaît aujourd’hui comme un des actes fondateurs de la sociologie de l’éducation française. L’ouvrage est en effet rapidement au cœur des discussions sociologiques et politiques qui s’intensifient autour de l’augmentation des effectifs étudiants et des inégalités scolaires. Au fur et à mesure que la sociologie s’institutionnalise et s’enseigne à l’université, le livre devient même, aux côtés de La Reproduction. Éléments pour une théorie du système d’enseignement, publié par les mêmes auteurs en 1970, un classique de la discipline. Ce projet de séminaire part du constat que cet ouvrage classique demeure paradoxalement peu connu pour ses conclusions sur l’université et l’enseignement supérieur. Il semble dès lors opportun d’entrer dans la mécanique des Héritiers pour comprendre la rupture qu’il représente dans l’espace académique de l’époque mais aussi en matière de perspectives de recherches et de résultats.

L’université n’est pas en crise. Les transformations de l’enseignement supérieur : enjeux et idées reçues

L’université n’est pas en crise
Source (image et contenu) : Atheles.org

Romuald Bodin et Sophie Orange

L’université n’est pas en crise. Les transformations de l’enseignement supérieur : enjeux et idées reçues

Bellecombe en Bauges : Éditions du Croquant, 2013, 216 p.

Depuis quelques années, les rapports ministériels et les controverses (politiques, médiatiques, sociologiques) se multiplient et alimentent la thèse d’une crise de l’Université liée à l’échec important en premier cycle, l’insertion difficile des diplômés et le faible niveau des « nouveaux étudiants ». À ces trois maux sont proposés trois remèdes : sélection, professionnalisation, « propédeutisation ». Or ce diagnostic repose sur une cartographie erronée de l’enseignement supérieur et sur une connaissance partielle des publics universitaires. En mobilisant les résultats d’enquêtes sociologiques menées auprès d’étudiants de premier cycle universitaire, d’IUT, de STS et d’écoles spécialisées, cet ouvrage remet en cause ces trois constats. Tout d’abord, la dénonciation de ces trois maux apparaît comme une constante des discours sur l’Université depuis les années 1960 : ils ne permettent en rien de comprendre sa situation actuelle. Ensuite, en dressant un tel portrait à charge de ces établissements d’enseignement supérieur, des universitaires et des étudiants, ces discours entretiennent surtout le phénomène qu’ils prétendent combattre et contribuent à la dévaluation de l’Université et à la mise en cause de son service public. Enfin, la rhétorique déployée autour de la « crise de l’Université » ne se contente pas de diffuser une image biaisée de la réalité, elle détourne l’attention de ce qui est vraiment en question : les objectifs politiques et sociaux assignés à l’enseignement supérieur, les désordres actuels du marché du travail et le désengagement progressif de l’État.

Table des matièresIntroduction
Actualité et pertinence d’un discours sur la crise ?
Un livre pour quoi faire ?Chapitre 1. La tentation sélective. Rompre avec une vision duale de l’enseignement supérieur
La fausse division de l’enseignement supérieur entre filières ouvertes et filières sélectives
– Une pénurie d’étudiants ?
– De « nouveaux étudiants » : le péril pro ?
– Les filières sélectives : un espace discontinu
La fausse solution de la sélection
– Sélectionner les réprouvés
– Sélectionner l’élite, mais laquelle ?
L’Université incontournable
– Penser l’enseignement supérieur en 3D
– Un jeu à plusieurs bandes

Chapitre 2. L’Université pour quoi faire ? Le mythe de la désorientation universitaire
Et pourtant, ils viennent…
– « L’Université c’est pour ceux qui savent ce qu’ils veulent faire plus tard »
– « Quand on peut faire ce que l’on veut faire, on ne fait pas un BTS »… ou une école de commerce
– L’Université ne forme pas que des chômeurs !
Les logiques d’orientation dans l’enseignement supérieur
– Une carte incomplète
– Des idées (bien) reçues sur l’enseignement supérieur
– Application post-bac : les implicites d’un outil de gestion des orientations scolaires
– Fonctionnement de l’application « Admission post-bac » (APB) : ordre des chances contre ordre des préférences
– Une fausse solution : se contenter de « faire un peu de pédagogie »

Chapitre 3. Échecs et abandons à l’Université. Dysfonctionnement ou régulation ?
Un taux d’échec « catastrophique », « nouveau » et « croissant » en licence ?
Le paradigme de l’échec
Un processus de régulation et de maintien des hiérarchies
– La normalité des parcours « atypiques » : les conditions de la construction d’un parcours intellectuel
– Le maintien des hiérarchies
Des disciplines très inégales face à l’abandon en première année

Chapitre 4. Des étudiants en situation irrégulière. L’ère du soupçon
Une orientation indue
– Ne pas être à sa place
– La distance scolaire
Le contrôle aux frontières
– L’injonction au projet
– La mise en cause des publics plutôt que des conditions d’études
L’ouverture des possibles
– Les « bac + rien » : une gabegie universitaire ?
– « T’es fier d’aller à la fac ? », pourtant « tout le monde y va »

Conclusion
Logique scolastique et logique universitaire
Les conditions sociales du miracle ordinaire

Liste des sigles

Bibliographie

[Octobre 2013 – Avril 2014] Séminaires du GRESCO

Le séminaire du GRESCO accueille des chercheurs d’autres universités ou du CNRS qui viennent présenter leurs travaux de recherche et leurs résultats d’enquêtes de terrain pour en débattre avec les chercheurs du laboratoire.

Ce séminaire s’adresse en priorité aux chercheurs et doctorants du GRESCO et aux étudiants de Master. Il reste néanmoins ouvert à tous, dans la limite des places disponibles.

Le GRESCO étant un laboratoire bi-site, les séminaires sont organisés tantôt à la MSHS de l’Université de Poitiers, tantôt à la Faculté des Lettres et sciences humaines (FLSH) de l’Université de Limoges.

Les séminaires organisés à Limoges sont articulés avec les rencontres « Débats sociologiques » initiées par le département de sociologie limougeaud.

 

Le CAP : Un diplôme du peuple, 1911-2011

http://www.pur-editions.fr/couvertures/1364552299.jpg
Source image : PUR
Source contenu : Association française d’histoire économique

Sous la direction de Guy Brucy, Fabienne Maillard et Gilles Moreau

Le CAP : Un diplôme du peuple, 1911-2011

Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2013, 316 p. (Histoire)

Présentation de l’éditeur

Le certificat d’aptitude professionnelle (CAP), centenaire en 2011, a toujours fait l’objet de polémiques. Cet ouvrage, le premier consacré à ce diplôme toujours vivace, à la fois « lieu de mémoire » de la formation et enjeu d’avenir propose de rendre compte des rapports entre apprentissages professionnels, certifications et société. À travers cet exemple emblématique, ce sont les conflits et les compromis générés par la mise en place d’un diplôme professionnel, quel qu’il soit, qui sont à l’étude.

Table des matières

Introduction

Première partie : Le CAP : un diplôme professionnel

  • Guy Brucy : Penser historiquement le CAP
  • Lucie Tanguy : Mort et résurrection du CAP dans les années 1980-1990
  • Fabienne Maillard : La « refondation » du CAP : ambitions et limites d’une politique
  • Anissa Belhadjin et Maryse Lopez : L’enseignement du français en CAP depuis 1945
  • Xavier Sido : L’enseignement des mathématiques en CAP, 1945-1985
  • Pascal Caillaud : Certifier la capacité professionnelle : un débat juridique centenaire

Deuxième partie : le CAP face au marché du travail

  • Nicolas Divert : Le CAP de l’habillement : la fin d’un diplôme ouvrier emblématique ?
  • Marie-Cécile Bouju : Les CAP des métiers du livre de la Belle époque aux années 1970.
  • Marianne Thivend : Le genre des CAP « commerciaux » dans les années 1950
  • Stéphane Lembré : Les CAP et le marché de l’emploi dans le Nord et le Pas-de-Calais (1919-1939)
  • Marc Suteau : Les artisans du bâtiment et le CAP (1920-2000)
  • Henri Eckert : CAP : la lente agonie d’un symbole ?

Troisième partie : le CAP et son public

  • Gilles Moreau : Le CAP, quel genre de diplôme ?
  • Ugo Palheta : Le CAP comme voie de salut : le cas des apprentis du bâtiment
  • Joanie Cayouette-Remblière : Le CAP dans l’espace des trajectoires scolaires
  • Thibault Cizeau : Le CAP, un échauffement pour aller plus loin ?
  • Valérie Capdevielle-Mougnibas et Amélie Courtinat-Camps : Préparer un CAP en 2011

Conclusion générale
Bibliographie indicative

[17 juin 2013] Journée d’études « Du terrain en thèse. Découvrir de nouveaux objets, interroger les méthodes »

Organisée par les doctorants et les post-doctorants du laboratoire GRESCO
MSHS – Salle Mélusine

http://gresco.labo.univ-poitiers.fr/sites/gresco.labo.univ-poitiers.fr/squelettes/css-specifique/images/bandeau.jpg
Source : GRESCO

Programme :

9h30 – 12h30 : La normalisation des corps. Impositions, appropriations et subversions – Discutant : Ludovic Gaussot

  • Colette Le Petitcorps : La construction du corps dans l’expérience domestique en migration : un enjeu de rapport de domesticité employeuse/employée.
  • Fabienne Montmasson-Michel : Le corps dans le langage: un impensé de la socialisation langagière de la petite enfance scolarisée.
  • Sabine Lambert : Un corps à soi : l’avortement comme réappropriation de son corps.

14h00-17h00 : Observer à l’hôpital de l’entrée sur le terrain aux enjeux de la restitution – Discutante : Hélène Stevens

  • Fanny Thomas : Observer pour négocier son terrain : rompre avec les représentations sociales que les administrateurs des hôpitaux et les professeurs des universités praticiens hospitaliers en médecine se font du sociologue.
  • Emmanuelle Zolesio : Observer et écrire sur le bloc opératoire après Jean Peneff. De la présence de l’enquêtrice sur le terrain au compte-rendu d’observation.

Retrouvez ici une version imprimable du programme :