[22 septembre 2016] Conférences et table ronde « Les Émotions. Lecture plurielle et actualité »

Une journée de conférences et table ronde « Les Émotions. Lecture plurielle et actualité » organisée par Frédéric Chauvaud et Dominique Moncond’huy aura lieu le 22 septembre 2016 de 14h à 17h. Cet événement se déroulera à la MSHS de l’Université de Poitiers dans la salle de conférences.

Les chercheurs présents seront : Anne-Claude Ambroise-Rendu, Professeure d’histoire contemporaine, Sandrine Gil, Professeure en psychologie expérimentale, Roger Gil, Professeur émérite de neurologie à l’Université de Poitiers, responsable de l’Espace de Réflexion Ethique Régional (ERER) du CHU de Poitiers et Freiderikos Valetopoulos, Professeur de linguistique.

La table ronde sera animée par Frédéric Chauvaud et Dominique Moncond’huy.

Veuillez consulter le programme à cette adresse.

1280px-universite_de_poitiers_logo_2012cnrs_fr_quadri-svglogo-mshs

[13 décembre 2013] Journée d’études : Corpus oraux et multimodaux : segmentation, transcription, annotation et exploitation

« Pa r o l e 5 »
Corpus oraux et multimodaux :
segmentation, transcription, annotation et exploitation

Journée d’études organisée par le laboratoire FoReLL (EA3816) et l’axe 1 « Langage et cognition» de la MSHS de Poitiers

Maison des Sciences de l’Homme et de la Société
Bâtiment A5
5 rue Théodore Lefebvre, 86000 Poitiers
Salle Guillaume Le Troubadour

Contacts :
Secrétariat FoReLL :
Marie-Christine Mérine
mcmerine@univ-poitiers.fr
05.49.45.46.51
Organisateurs :
sylvie.hanote@univ-poitiers.fr
gilles.col@univ-poitiers.fr
jeremy.castanier@univ-poitiers.fr

 

Programme
(Communications : 35 min + 10 min d’échanges)
9h : Accueil des participants — Pause café
9h30 : Sylvie Hanote, Gilles Col (FoReLL A, EA3816) et Manuel Gimenes (CERCA, UMR 7295) : Introduction de la journée.
10h : Sylvie Hanote et Nicolas Videau (Université de Poitiers, FoReLL A) : « Corpus Parole : Etude de quelques phénomènes de saillance ».
10h45 : Claudia S. Bianchini (Université de Poitiers, FoReLL A) : « La notation des corpus de Langues des Signes : un défi encore ouvert ».
11h30 : Yann Fuchs (Université Paris XIII, (CRIDAF) Pléiade) : « De l’intérêt des corpus multimodaux pour l’étude des quotatifs en anglais oral : l’exemple du Cambridge Student Corpus ».
12h15-14h : Pause déjeuner (Petite Ville)

14h : Sophie Herment (Université Aix-Marseille, Laboratoire Parole et Langage, UMR 7309) : « Corpus oraux, transcription et annotation : le cas du corpus AixOx ».
14h45 : Anne Lacheret (Université Paris Ouest Nanterre, Laboratoire Modyco, UMR7114) : « Analor, outil pour l’annotation prosodique de corpus oraux : illustration sur le corpus Rhapsody ».
15h30 : Paola Pietrandrea, (Université de Tours, Laboratoire Ligérien de Linguistique, UMR 7270) : « Like, what’s the deal? Une étude sémantique syntaxique sur l’occurrence de like dans un corpus d’anglais spontané ».
16h15 : Discussion et échanges / Clôture de la journée – Pause café

Appel à communications : Corps (in)croyables : la pratique amateur en danse contemporaine

Journées d’études. Université de Poitiers, laboratoire FoReLL EA 3816.

Jeudi 16 et vendredi 17 octobre 2014

Corps (in)croyables : la pratique amateur en danse contemporaine.
Organisation :

Université de Poitiers : Michel Briand et Isabelle Lamothe
Compagnie Alice de Lux : Claire Servant et Matthieu Doze
Direction Régionale des Affaires Culturelles Poitou-Charentes

 

Ces journées d’études visent à montrer en quoi la pratique amateur en danse contemporaine peut être reconnue désormais comme un objet fondamental, sur le plan théorique et pédagogique, philosophique et anthropologique, esthétique et politique, artistique et éthique … La notion d’ « amateur » semble ainsi propre à interroger, voire troubler, d’autres catégories, comme celle de professionnel, artiste, voire citoyen, tout en associant à la pratique artistique, avec un accent supplémentaire, tous les enjeux cruciaux qui concernent le corps dansant, l’engagement, le plaisir, etc.

Le titre « corps (in)croyables » repose sur une observation : les corps d’amateurs dansants, souvent, d’âge, de genre, d’apparence, de statut social variés, ne sont pas des corps « incroyables », ils ne sont ni virtuoses, ni exceptionnels, toujours triomphants ou tragiques, surhumains ou en représentation, ils sont simplement « croyables », ordinaires, directs, quotidiens, humains, présents, vrais. Cependant, lors du travail en studio, dans la pratique d’expérimentation, comme sur la scène spectaculaire, ou dans ce qui peut en tenir lieu pendant le temps de la performance ou de la formation, où qu’elle se passe, ils peuvent devenir extra-ordinaires, comme issus de l’ordinaire et, du fait même de leur passage à la scène, mais aussi simplement au studio, suprêmement originaux, surprenants, encore « présents », mais d’une autre manière. D’où une ambiguïté, une incertitude dynamique qui demande non seulement à être interrogée mais aussi, comme elle l’est d’ailleurs souvent désormais, dans divers dispositifs relevant d’une politique culturelle, locale ou nationale, promue, défendue, dans des institutions ou hors-institution, dans le monde associatif, ou encore dans l’engagement même des artistes et créateurs.

Les journées d’études « Corps (in)croyables », s’affrontant à ces questions, s’intéresseront à ce que cette pratique amateur fait à la « danse contemporaine », et donc à ce qui fait la « danse contemporaine », ce qu’on pourrait appeler ses fondamentaux, d’ordre corporel, émotionnel, esthétique, éthique politique, suivant les valeurs définies expressément
par Laurence Louppe, dans sa Poétique de la danse contemporaine : individualisation d’un corps et d’un geste sans modèle, exprimant une identité ou un projet irremplaçable ; production (et non reproduction) d’un geste à partir d’une sphère sensible personnelle ou d’une adhésion profonde et voulue au parti pris d’un autre ; travail sur la matière du corps (et non sa forme) en tant que lieu de subjectivation et donc de dialogue avec l’altérité ; « non anticipation » formelle ; rôle crucial de la gravité comme ressort du mouvement (en accord, en jeu ou en résistance) et des effets de « présence », plutôt que de « représentation » ; promotion de valeurs éthiques comme l’authenticité, le respect, un certain principe de nonarrogance ; exigence d’une solution juste, plutôt que spectaculaire ; transparence des processus engagés … Comme on le voit, il y a entre ce qui relève d’une définition complexe de l’amateur et ce qui pourrait caractériser la danse dite contemporaine, des analogies significatives, comme un accord éventuel et fluide, sans lequel l’amour qu’implique le mot « amateur » et le contemporain ne sauraient se nourrir l’un de l’autre : « Quand ces valeurs s’absentent, quelque chose de contemporain s’évanouit ou se perd ; et n’est à ce jour remplacé par rien d’autre sinon le formalisme, la modélisation sur des acquis reproduits » (Laurence Louppe). Au point qu’il est essentiel que les artistes (professionnels) soient aussi des amateurs, au sens premier, qui ont du goût pour la danse, l’apprécient, la
recherchent, la goûtent, voire en vivent.

Sans prétendre dresser un tableau complet, ces rencontres visent au moins à poser des questions sur un point qu’on considère, on l’aura compris, comme central dans ce qu’il y a de contemporain dans la danse dite contemporaine. Les formats possibles pour les propositions présentées dans le cadre de ces journées sont multiples : communications scientifiques, conférences plus larges, table-rondes, conférences dansées, duos universitaire / artiste, comptes rendus et présentations d’expériences, témoignages. Le plus important est que
ces journées soient des temps de rencontre, souvent trop rares, entre praticiens et théoriciens, amateurs et professionnels, commentateurs et créateurs, et surtout toutes les catégories et individualités intermédiaires ou hybrides. Par ailleurs les disciplines concernées sont tout aussi variées : didactique et pédagogie de la danse, histoire, anthropologie culturelle, sociologie, psychologie, esthétique, sciences politiques, droit … Et, enfin, les propositions,
outre la question (très) générale de la pratique amateur, peuvent s’intéresser à des champs particuliers, dont la liste qui suit n’est pas exhaustive, mais indicative :

– questions pédagogiques, effets de transmission et de réception …
– figures du corps, plaisir, désir, santé …
– créativité et création, enjeux esthétiques et artistiques, de la pratique au spectacle / à la performance
– enjeux politiques, économiques, sociaux, sociétaux …

Les deux journées d’études, intégrées dans un partenariat plus large avec les institutions culturelles et artistiques locales et régionales, seront complétées de deux tables rondes : Politique, culture et société : enjeux et perspectives (16 octobre) et Création : le chorégraphe et les amateurs (17 octobre), et précédées, le mercredi 15 octobre, d’une journée
plus spécifiquement consacrée aux notions de transmission et pédagogie.

Les propositions seront à adresser conjointement à michel.briand@univpoitiers.fr et isabelle.lamothe@univ-poitiers.fr, sous la forme d’un titre et d’un résumé bref (max. 600 caractères, en .doc ou .pdf), accompagné d’un cv également bref. La date limite de cet envoi est fixée au 15 février 2014.

[29 novembre 2013] Soutenance de thèse de Nicolas VIDEAU

Nicolas Videau

présentera publiquement sa thèse

PREFIXATION ET PHONOLOGIE DE L’ANGLAIS :

ANALYSE LEXICOGRAPHIQUE, PHONETIQUE ET ACOUSTIQUE

le 29 novembre 2013 à 14h

en salle Mélusine, à la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société

(MSHS) – campus universitaire de Poitiers

Son travail a été mené sous la direction de Jean-Louis Duchet et Sylvie Hanote.

Résumé :

La prononciation des préfixés en anglais contemporain s’appuie traditionnellement sur la distinction suivante : un préfixe séparable reçoit un accent tandis qu’un préfixe inséparable est généralement inaccentué et réduit. Cette thèse a pour but de montrer que cette approche n’est pas satisfaisante dans la mesure où elle ne permet pas de rendre compte de la prononciation de nombreux mots, particulièrement en discours. Nous proposons ici une analyse approfondie des préfixés en de-, re-, dis-, mis-, un- et in-, réalisée à partir de la première édition du Longman Pronunciation Dictionary (1990), qui montre que ces six pr ́efixes se comportent de manière très différente sur le plan accentuel. Les résultats obtenus et les hypothèses formulées sont ensuite confrontés à un corpus oral de 80 000 mots (8 heures d’audio). Afin d’expliquer l’apparente variabilité de la prononciation des préfixés en discours, nous nous éloignons de la traditionnelle distinction morphologique établie entre les deux types de préfixes et montrons comment la transparence sémantique a un impact plus important, tant du point de vue de la production que de la perception du message. Nous montrons enfin qu’il est nécessaire de prendre en compte d’autres paramètres, comme le co-texte, afin de justifier certaines prononciations, notamment dans le cas de contraste explicite ou implicite.

Mots-clés : phonétique anglaise, phonétique acoustique, phonologie, morphologie, sémantique, préfixation, prononciation des préfixes en anglais, corpus oral.

Membres du jury :

  • Nicolas BALLIER   –   Professeur d’Université, Université de Paris VII ((Rapporteur)
  • Jean-Louis DUCHET   –   Professeur émérite d’Université, Université de Poitiers (Directeur)
  • Jean-Michel FOURNIER   –   Professeur d’Université, Université de Tours (Rapporteur)
  • Sylvie HANOTE   –   Professeure d’Université, Université de Poitiers (Co-directrice)
  • Sophie HERMENT   –   Maître de Conférences, Université d’Aix-en-Provence (Examinateur)

 

 

[21 novembre 2013] Journée d’études « L’essai au tournant des Lumières : marcher, penser, écrire »

Relativement rare au XVIIe siècle, peu répandu au cours des premières décennies du siècle suivant, l’Essai prend peu à peu possession de l’espace littéraire, jusqu’à devenir un type d’écrit dominant au tournant des Lumières : prolifèrent alors de multiples essais, extrêmement divers, dans leurs contenus comme dans leur poétique propre.

Cette journée d’études s’inscrira à la charnière de l’histoire des idées et de la poétique des genres, afin d’éclairer l’articulation entre les différentes traditions de la pensée et la poétique de l’essai au tournant des XVIIIe et XIXe siècles, avant la constitution de l’essai comme genre littéraire. Les contributions exploreront les postulats épistémologiques qui sous-tendent la réflexion sur l’essai, l’expérience de cette pratique d’écriture, et les représentations qu’elle implique. On s’interrogera notamment sur la posture méthodologique des essayistes au tournant des Lumières, souvent tributaire d’une démarche vagabonde proche de la rêverie, d’une promenade, intérieure ou effective dans un cadre urbain ou naturel, d’une pensée non aboutie, ne visant qu’à effleurer un sujet, selon le précepte de Cicéron, leviter perstringere.

Vous pouvez consulter le programme en cliquant ici : Prog_Essai

PROGRAMME

MATINÉE

10H00 : Accueil Ouverture de la journée : Patrick NÉE,Professeur à l’Université de Poitiers, Directeur de l’équipe Forell B2, Poétiques des genres

10H15 :Michel DELON Professeur à l’Université Paris IV Sorbonne

« sur Diderot et l’Essai »

10h45 : Guilhem FARRUGIA Docteur ès Lettres, PRCE à l’IUT de Poitiers

« Rousseau et l’essai au tournant des Lumières »

11h15 : Pause

11h45 :Sophie LEFAY Maître de Conférences à l’Université de Tours

« Les essais » sur les jardins de la fin du XVIIIe siècle »

12h15 : Discussion

12h30 : Repas au restaurant « la petite ville » (sur le campus)

Après-midi

14h00 : Antonia ZAGAMÉ Maître de conférences à l’Université de Poitiers

«Du spectacle de la ville à la réflexion : les différents modèles d’écriture du vagabondage de la pensée (du Spectator d’Addison au Spectateur nocturne de Rétif de la Bretonne) »

14h30 : Pierre LOUBIER Professeur à l’Université de Poitiers

« Étienne de Jouy, ermite de la Chaussée d’Antin ou flâneur à l’essai »

15h00 : Marie PARMENTIER Maître de Conférences à l’Université de Poitiers

« Le tableau de Paris et le livre des Cent-et-un : problèmes de genre»

15h30 : Discussion et clôture

 

La Licorne, n°105 (21 octobre 2013)

Source  (image et contenu) : La Licorne
Source (image et contenu) : La Licorne

Numéro 105

Le Genre et ses qualificatifs

Publié en ligne le 21 octobre 2013

Etudes réunies et présentées par Henri SCEPI

Faisant suite au volume Le Genre de travers : littérature et transgénéricité (La Licorne, n° 82, 2008), le présent ouvrage prolonge une réflexion collective consacrée aux enjeux théoriques de la généricité. L’angle d’approche privilégie la qualification conçue comme un ensemble de procédures d’évaluation, relevant soit d’une appréciation individuelle, soit d’un mécanisme plus largement institutionnel, par quoi l’œuvre littéraire est à la fois située dans sa spécificité et rendue à ses conditions actuelles d’intelligibilité. Le propos vise moins, dans un premier temps, à interroger les œuvres littéraires approchées isolément (et à mesurer par là leur degré de conformité à tel ou tel seuil de généricité) qu’à procéder à une critique de la critique, prenant pour objets prioritaires les discours et les savoirs, les doctrines et les théories. C’est pourquoi la perspective d’ensemble de cette réflexion s’ancre dans le champ de la réception et s’attache à cerner les modes de constitution relatifs – relatifs parce que par nature historiques – par lequel un discours sur les genres ouvre la voie à une théorie de la généricité, autre versant d’une théorie de la littérature. Dans Les Fleurs de Tarbes, Jean Paulhan, se livrant à une archéologie critique de la modernité, écrivait : « Je ne sache pas de danger plus insidieux ni de malédiction plus mesquine que ceux d’un temps où maîtrise et perfectiondésignent à peu près l’artifice et la convention vaine, où beautévirtuosité et jusqu’à littérature, signifient avant tout ce qu’il ne faut pas faire. » Si puissant que soit le démon de l’original, il n’échappe pas à la généricité. S’il témoigne d’abord de la pluralité des discours critiques, le terme de « qualificatifs » révèle aussi ces déplacements, ces déports, ces détours qui fondent la « relation générique » à l’œuvre.

———————————————————————————————————————————————-

  • Avant-propos.  Par Henri SCEPI

———————————————————————————————————————————————-

IDENTIFICATION

  • Document sans titre.  Par Isabelle JOUTEUR
  • Un objet poétique mal identifié   : l’épopée à la Renaissance… et un peu au-delà.  Par Denis BJAÏ
  • Entre tradition théâtrale et mise en miroir du genre   : Le Matamore dans le théâtre du premier xvii e   siècle.  Par Françoise POULET
  • Quel genre de frontières narratives pour l’utopie   ? L’exemple des utopies françaises du règne de Louis XIV à l’aune de leur lecture ironique.  Par Patricia GAUTHIER
  • De la prose poétique au poème en prose   : Baudelaire, Bertrand et la confusion des genres.  Par Steve MURPHY
  • Une rhétorique martyrisée, ou comment un drame romantique devient poésie moderniste.  Par Ioana BOTH

———————————————————————————————————————————————-

LÉGITIMATIONS

  • Le théâtre contemporain   : un théâtre «   qualifié   ».  Par Françoise DUBOR
  • Le genre comme instance de légitimation du littéraire à l’école   : le cas des philosophes du xviii e   siècle.  Par Laetitia PERRET-TRUCHOT
  • Formes scolaires des genres littéraires ( xix e – xx e siècles).  Par Nathalie DENIZOT
    • Le roman naturaliste   : qualification et disqualification critique d’un genre. Par Alina Iuliana NASTASE
    • De La Harpe à Casimir Delavigne   : le retour problématique du dithyrambe (1780-1815).  Par Jean-Noël PASCAL
    • 2, 3, 1   : «   L’imaginaire théorique du fantastique   ».  Par Denis MELLIER

—————————————————————————————————————————–

  • DÉRIVATIONS / DÉCLINAISONS
    • Une parole qui se veut performative   : considérations génériques sur Une saison en enfer .  Par Yoshikazu NAKAJI
    • Une parole qui se veut performative   : considérations génériques sur Une saison en enfer .  Par Yoshikazu NAKAJI
    • Fantômes qualifiés.  Par Daniel SANGSUE
    • Du dramatique dans le poétique   : Lorca, le poète dramaturge.  Par Henry GIL
    • Laforgue parodiste   ? Examen critique de la dénomination de parodies appliquée aux Moralités légendaires .  Par Madeleine GUY
    • Tragique, spectaculaire, sophistique.  Par Jean-Philippe GUEZ
    ————————————————————————————————————————————–

    L’AUTRE NOM DU GENRE

    • «   A Skilful Artist has Constructed a Tale   » – La nouvelle comme texte/image   : vers une critique intermédiale.  Par Liliane LOUVEL
    • L’emblématique restreinte   : réflexion sur la Delie de Maurice Scève.  Par Pierre MARTIN
    • «   Roman pour femmes de chambre   » et légitimation du romancier (1815-1840).  Par Marie PARMENTIER
      • «   Un certain Loti de convention auquel je m’imaginais ressembler   » , Loti   : autofiction   ?.  Par Jacqueline NIPI-ROBIN
      • L’amour des «   délicates choses grises   »   : quelques variations sur le genre botanique dans la littérature contemporaine, d’André Gide à Claude Simon.  Par Alix TUBMAN-MARY
      • Roland Barthes, essayiste, et son rapport au théâtre.  Par Romain JOBEZ

[9 et 10 octobre 2013] Colloque International : Ostranenie, Unheimliche, Estranhamento/ Extrañamiento… – l’« étrangement » au coeur de l’oeuvre d’art (Europe-Amériques)

JPG - 102.5 ko

organisé par le CRLA-Archivos et le FoReLL, Université de Poitiers – Salle Mélusine et Salle des Conférences (MSHS)

avec le soutien de : Instituto Camões, Instituts des Amériques, Universidade de São Paulo/FFLCH, Université de Poitiers et de la mention “Littératures” (master de l’UFR Lettres et Langues).

Préprogramme du colloque 

Mercredi 9 octobre
Matinée

Accueil, Ouverture du colloque :

Table 1 : Cadres conceptuels, historique des notions.

  • Yudith Rosenbaum, « Uma estranha descoberta: leitura de “A menor mulher do mundo”, de Clarice Lispector », USP – FFLCH, DLCV, Literatura Brasileira.
  • Régis Salado, « L’autre en soi: l’hétéronymie pessoenne comme fiction de l’estranhamento », Paris 7. Pedro Serra, « Étrangement et épiphanie. Formes, défigurations, matérialités », Salamanque.
  • Solange Chavel, travaille sur la vie à la frontière et nourrit sa réflexion philosophique d’exemples de littérature (Coetzee) ou de cinéma, Poitiers, UFR SHA.
  • Marina Hily, Migrinter

Mercredi après – midi

Table 2 : Dépaysements des formes et des genres

  • Christine Baron, L’étrangement dans la perception des objets : l’attention au réel comme travail de défamiliarisation et apprivoisement de l’étrange (Italo Calvino), Poitiers, UFR LL , FoReLL.
  • Françoise Dubor, L’étrangement dans la perception du théâtre contemporain p ar son public : trouble des genres, scène fumiste ?, Poitiers, UFR LL , FoReLL.
  • Ricardo Carvalho, « Um refluxo para o passado: vestígios da história antiga em Os Sertões de Euclides da Cunha »
  • David Almanor, l’usage du fantastique (morts – vivants) dans la li ttérature haïtienne engagée, doctorant, Poitiers, UFR LL , FoReLL.

Table 3 : Étrangement et transgressions.

  • Regina Pontieri, « A estranha palavra de Clarice Lispector », USP – FFLCH, DTLLC (Teoria Literária e Literatura Comparada).
  • Françoise Prioul, l’étrangement dans les paroles de tango, en le comparant avec un autre concept assez voisin et issu du lunfardo, le dialecte argotique élaboré dans les milieux de migrants à Buenos Aires au tournant du XIX et du XX (milieux qui ont servi de bouillon de culture au tango), Poitiers, UFR LL.
  • Bianca Concolino, « Les jumeaux travestis dans le théâtre italien : comique et étrangeté », Poitiers, UFR LL.
  • Ivan Marques, « Bobos, malandros e caipiras. Figurações do Brasil na literatura modernista », USP – FFLCH, DLCV, Literat ura Brasileira.

18h30 Grande conférence publique : Tiphaine Samoyault (sous réserves)

Jeudi 10 ocotbre
Matinée

Table 4 : L’étrangement et le cinéma – Coordination : Marie Martin Mathias Lavin, (Paris 8, ESTCA ), spécialiste du cinéma d’Oliveira.

  • Marie Martin (Poitiers, UFR LL, FoReLL ) : « Effet – rêve, déjà vu et première fois au cinéma ».
  • Véronique Campan (Poitiers, UFR LL, FoReLL ) : « Résonance et ostranénie au cinéma ou comment le son étrange le film ».
  • Pascale Thibaudeau (Paris 8, Laboratoire d’ Etudes Romanes ) : « La Morte Rouge de Víctor Erice ou l’inquiétante étrangeté de l’expérience cinématographique » .

Jeudi après – midi

Table 5 : Dépaysement et figures d’exil – Coordination : Caroline Lepage.

  • Pierre Martin, « Jean de Léry au péril de Circé », Poitiers, UFR LL, FoReLL
  • Victor Palomo, « Les images de l’“étrangement” dans le poème “Três da Madrugada”, de Torquato Neto », SBPA (Sociedade brasileira de Psicologia Analítica de São Paulo)
  • Caio Gagliardi, « O Último Exílio de Jorge de Sena: em Creta, com o Minotauro », USP – FFLCH, DLCV, Literatura Portuguesa

Table 6 : Traduction, effets de langue et étrangement – Coordination : Caroline Lepage

  • Caroline Lepage, « Étrangère, oui. Étrange, non »
  • Aline Schulman, traductrice de l’espagnol.
  • Cédric Audebert, sur les créoles antillais.
  • Jean-Philippe Guez ou Liza Méry, sur la traduction de la littérature antique.

[deuxième volet : Université de São Paulo, 29 et 30 avril 2014]

Retrouvez une version imprimable du programme en cliquant ici:

Des sentiments au point de vue : études de linguistique contrastive

Source (image et contenu) : PU Rennes
Source (image et contenu) : PU Rennes

Hélène Chuquet, Raluca Nita et Freiderikos Valetopoulos (dir.)

Des sentiments au point de vue : études de linguistique contrastive

Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2013. 280 p. (Rivages linguistiques).

Ce volume est consacré à l’expression linguistique des sentiments et du point de vue : il s’agit de la synthèse de travaux d’équipe et d’une journée qui s’est ouverte à des chercheurs extérieurs. Au-delà de la diversité des approches théoriques, il se propose avant tout de mettre en regard plusieurs langues sur le sujet – français, anglais, italien, polonais, grec, espagnol, allemand – et d’éclairer les études par le biais des différentes entrées qu’offre la science linguistique, notamment le lexique, la syntaxe, la sémantique et l’énonciation.

En effet, pour reprendre les propos désormais célèbres d’Émile Benveniste, la subjectivité est partie intégrante du langage et c’est « dans et par le langage que l’homme se constitue comme sujet ». Les sentiments et le point de vue, ce dernier conçu à la fois comme un lieu d’où se construit une attitude du sujet et une manière de positionner le sujet par rapport à ce qui est dit, semblent indissolublement liés, même s’il convient de bien définir les domaines et de fournir des analyses raisonnées. Il s’agit dans ce volume de présenter des études précises de phénomènes linguistiques : en ce sens, les treize contributions qu’il contient sont un aperçu du vaste domaine de recherche évoqué par le titre. L’ouvrage aura rempli ses objectifs si d’une part, il fait percevoir la continuité entre les phénomènes décrits, allant des sentiments au point de vue en passant par le discours et l’attitude énonciative, et si d’autre part, il démontre l’apport d’une démarche contrastive à l’analyse de phénomènes linguistiques tels qu’ils se réalisent dans la diversité des langues. L’étudiant curieux des faits de langue, le linguiste travaillant en syntaxe ou en linguistique du discours et tous ceux qu’intéressent les questions de traduction et de rapports entre les langues y trouveront matière à alimenter la discussion sur un domaine qui pourrait sinon soit rester très théorique, soit se perdre dans l’anecdote.

Table des matières

Les auteurs

Hélène CHUQUET, Raluca NITA, Freiderikos VALETOPOULOS

Avant-propos

Jean-Charles KHALIFA

Prédicats de sentiment, structure argumentale et syntaxe locative. Réflexions à partir de l’anglais, du français et de quelques autres langues

Catherine MERILLOU

Éprouver un sentiment en français, en italien et en anglais : étude comparée des verbes sentir, sentire et feel

Caroline DUMAIS-TURPIN

Perspective contrastive sur l’expression de l’espoir et du souhait en anglais et en français

Anna DUTKA-MANKOWSKA

De l’opposition à la colère : protester et ses équivalents en contexte

Freiderikos VATELOPOULOS

Traduire la peur et la surprise : une étude contrastive en grec moderne et en français

Ramón MARTI SOLANO

Degré et marqueurs d’intensité dans l’expression linguistiquede la joie en anglais, français et espagnol

Efi LAMPROU

La traduction des niveaux de langue dans l’expression des sentiments : étude comparative entre le français et le grec moderne

Olivier POLGE

Les adverbes d’état subjectif dans Alice’s Adventures in Wonderland et leurs traductions

Stefan SCHNEIDER

Clauses parenthétiques réduites et type d’interaction verbale. Quelques considérations

Jeanne VIGNERON

Genre en français, like en anglais et so en allemand : mise en scène et mise à distance dans le discours direct

Raluca NITA et Hélène CHUQUET

Manifestations incidentes du point de vue : quelques marqueurs du français et leurs équivalents en anglais

Laure LANSARI

Effacement de la source du point de vue : la structure « something was always/never going to » et ses traductions en français

Thérèse TARTARIN

Le pronom on, marqueur de point de vue ? Étude d’un corpus d’articles de presse français/anglais

Résumés/Abstracts

La Licorne, n°104 (1er juillet 2013)

Source (image et contenu) : La Licorne
Source (image et contenu) : La Licorne

Numéro 104

Le Sens du passé

Pour une nouvelle approche des Mémoires

Publié en ligne le 2 septembre 2013

Etudes réunies et présentées par

Marc Hersant, Jean-Louis Jeannelle et Damien Zanone

Les plus grands mémorialistes ont été depuis longtemps l’objet de monographies attentives, parfois tentées de les envisager dans la singularité d’une poétique individuelle ou d’une « optique » les transformant en isolats littéraires. L’unité éventuelle du corpus des mémorialistes d’Ancien Régime a été, pour sa part, progressivement interrogée depuis les années 1980, et des approches plus récentes se sont penchées sur le devenir des Mémoires aux XIXe et XXe siècles. L’idée de Mémoires est donc bien établie dans notre imaginaire culturel, sur une longue durée qui court depuis les « commencements » forcément difficiles à penser de l’époque de Commynes jusqu’aux relectures postmodernes ou expérimentales de notre présent, en passant par ces œuvres de référence pour le grand massif des Mémoires que sont Monluc, Retz, Saint-Simon, Chateaubriand ou de Gaulle et, si l’on accepte de remettre en question des oppositions sans doute artificielles, Rousseau. Deux questions cependant semblaient rester en attente que cet ouvrage, sans forcément vouloir y répondre de manière tranchée, a choisi de mettre en lumière. Y a-t-il une continuité historique effective et une unité pensable de ce que nous appelons Mémoires, qui pourrait se cristalliser dans la notion de « genre » ? Peut-on dégager un cadre théorique pour penser ce corpus multiforme et presque insaisissable, et, en particulier, envisager dans une perspective théorique ses relations à la fois fascinantes et problématiques avec la littérature, la fiction ou l’histoire ?

    • Introduction.   Par Marc Hersant, Jean-Louis Jeannelle et Damien Zanone

    • Bibliographie générale sur les Mémoires

Identifier, éditer, lire

    • Mémoires pour servir à l’histoire de France   : un aperçu d’un genre à ses origines. Par Catherine Emerson
    • Les Mémoires sans le genre. Par Dinah Ribard

    • Diversité formelle et écriture de soi chez Saint-Simon, l’abbé de Choisy, Brienne le jeune et Primi Visconti. Par Claire Quaglia

    • Bombelles et Bombon. Par Philippe Lejeune

    • «   La manière de s’affecter   » ou la vérité d’un genre. L’article «   Mémoires   » dans les  Éléments de littérature  de Marmontel. Par Jean-Christophe Igalens

    • Mémoires d’Outre-Rhin   : définition, adaptation et critique d’un genre «   français   » dans l’Allemagne du  xix e  siècle. Par Anna Karla

Les Mémoires, des modèles d’écriture en transformation

    • L’irréel du passé, mode paradoxal de l’expression de la vérité dans les  Mémoires  de Saint-Simon. Par Juliette Nollez

    •  » À charge et à décharge ». L’horizon judiciaire de l’écriture mémorialiste dans les  Lettres À Malesherbes  de J.-J. Rousseau. Par Jean-François Perrin

    • Les  Mémoires d’outre-tombe   : un dialogue des mourants. Par François Raviez

    • La troisième personne gaullienne dans les  Mémoires de guerre . Par Alexandre Tarrête

    • Un captif amoureux   : Genet mémorialiste   ?. Par Marc Hersant

    • La tentation mémorialiste de Marguerite Duras. Par Christophe Meurée

    • Les Mémoires au féminin, de Simone de Beauvoir à Annie Ernaux. Par Nathalie Froloff

    • Mémoire de la trahison (Bourdieu, Depardon, Éribon, Ernaux). Par Tiphaine Samoyault

Entre récits de soi et fiction

    • « L’ingénieuse tissure des fictions avec la vérité ». Par Emmanuèle Lesne-Jaffro

    • Le pacte de lecture chez quelques mémorialistes du  xviii e  siècle   : Tilly, Morellet, le Prince de Ligne, M me   d’Oberkirch pour une analyse du récit factuel. Par Marie-Paule de Weerdt-Pilorge

    • Des romans-mémoires aux Mémoires   : la négociation d’un pacte autobiographique chez Rétif de la Bretonne. Par Jan Herman

    • La voix retrouvée de Justine Guillery   : Mémoires d’une inconnue. Par Damien Zanone
    • Roman, Mémoires, Écritures de soi   : «   Maumort   » de Roger Martin du Gard. Par Jean-François Massol

Mémoires et écriture de l’histoire

    • Pour une «   archéologie   » des mémoires. L’écriture commynienne   : exception ou filiations   ?. Par Joël Blanchard
    • Aspects et enjeux de l’écriture mémorialiste au lendemain des Guerres de religion   :  Sa vie à ses enfants   d’Agrippa d’Aubigné. Par Adrien Paschoud

    • Les Mémoires de la révolution sont-ils lisibles   ?. Par Anne Coudreuse

    • De la diplomatie de se dire   : le discours personnel dans les mémoires de l’Ancien Régime. Par Katrien Horemanset Helena Agarez Medeiros

    • La vérité en crise dans les  Mémoires sur Napoléon  de Stendhal. Par Catherine Mariette-Clot

    • Vivre dans l’Histoire   : autobiographie,   Memoir(s)   et Mémoires. Par Paul John Eakin
    • Malraux stalinien   ? Vies majuscules, polémiques et renouvellement du genre mémorial du  xx e  siècle. Par Jean-Louis Jeannelle

[27, 28, 29 juin 2013] Jacques Jouet, Oulipien polygraphe

jjouet

Programme

Jeudi 27 juin 2013
 Maison des Sciences de l’Homme et de la Société
Bât. A5 –  5 rue Théodore Lefebvre – Poitiers

 10h00 : Ouverture du colloque. Mots de bienvenue : Catherine Rannoux, doyenne de l’UFR Lettres et Langues ; Michel Briand, Directeur de FORELL et Vice-Président délégué à la Recherche ; Alain Schaffner, responsable du programme ANR Difdepo.

Modérateur : Alain Schaffner

  •  10h30 : Paul FOURNEL (Oulipo), «Les premières œuvres de Jacques Jouet : « Le bestiaire inconstant et Romillats »
  •   Discussion
  •   11h15 : Etienne LECROART (Oubapo/Oulipo) lit son « portrait en creux » de Jacques Jouet
  •  Dialogue avec Etienne Lécroart

Déjeuner

Modérateur : Marc Lapprand

  • 14h15 : Virginie TAHAR (Université de Paris-Est), « Le journal inédit de Jacques Jouet ou la gestation d’un oulipien »
  •   Discussion
  •  15h00 : Alain SCHAFFNER (Université de Paris III), « Roman feuilleton et romanesque dans La République de Mek-Ouyes »
  • Discussion

Pause

  •   16h00 : Carole BISENIUS-PENIN (Université de Lorraine, CREM) : « Créations littéraires itinérantes de Jacques Jouet : résidence d’écrivain et atelier d’écriture »
  • 16h30 : Coraline SOULIER (Lille) : « Écrire en atelier, est-ce écrire ? »
  • Discussion

Pause

  •   17h30 : Intervention de Jacques JOUET
  • 18h00 : Lecture : Olivier SALON lit Jacques Jouet

  Vendredi 28 juin 2013
 Maison des Sciences de l’Homme et de la Société
Bât. A5 –  5 rue Théodore Lefebvre – Poitiers

Modérateur : Steen Bille Jørgensen

  •  9h00 : Bertrand TASSOU (Paris) : « Les poésies documentaires de Jacques Jouet : défense et illustration d’un genre ? » (L’Histoire)
  • 9h30 : Thomas VUONG (Université de Paris XIII) : « Le sonnet dans L’Histoire poèmes de Jacques Jouet »
  • Discussion

Pause

  •   11h00 : Camille BLOOMFIELD (Paris), « Jacques Jouet, écrivain politique »
  • 11h30 : Dominique MONCOND’HUY (Université de Poitiers), « Jacques Jouet, une singulière attention au monde »
  • Discussion

Déjeuner

 Modérateur : Dominique Moncond’huy

  • 14h15 : Marc LAPPRAND (Université de Victoria) : « Esthétique de l’écriture de Mek-Ouyes »
  • Discussion
  • 15h00 : Astrid POIER-BERNHARD (Université de Graz) : « “Comme deux gouttes d’eau se ressemblent…” Caractéristiques et potentialités d’une forme poétique créée par Jacques Jouet : les “À supposer…” »
  • Discussion

Pause

  •   16h00 : Geneviève GUETEMME (IUFM d’Orléans), « Poésie et photographie au rendez-vous »
  • Discussion
  • 16h45 : Eléonore HAMAIDE (IUFM de Lille), « Jouer avec les enfants, Jouet pour les enfants »
  • Discussion
  • 17h30 : Intervention de Jacques Jouet

 Samedi 29 juin 2013
UFR Lettres et Langues, salle des Actes
Bât. A3 – 1 rue Raymond Cantel – Poitiers

Modérateur : Astrid Poier-Bernhard

  • 9h00 : Alain CHEVRIER (Paris) : « La terza rima revue par Jacques Jouet »
  • 9h30 : Cécile DE BARY (Université Paris-Diderot) : « Aller sur un terrain qui est celui des peintres (sur Navet, Linge, OEil de vieux) »
  • Discussion

Pause

  • 11h00 : Myriam MARRACHE-GOURAUD (Université de Poitiers), « Des vérolés à la lectrice : postures de lecteurs dans le roman moderne, de Rabelais à Jacques Jouet »
  • Discussion
  • 11h45 : Lydie MOUDILENO (Université de Pennsylvanie) : « Bodo, roman africain »
  • Discussion

Déjeuner

 Modérateur : Camille Bloomfield

  • 14h30 : Kathleen MORRIS (Université d’Oxford) : « Déplacements de potentiels ; Jacques Jouet, voyages comparés » (A Lorient)
  • Discussion
  • 15h15 : Steen Bille JØRGENSEN (Université d’Aarhus), « Figures de femmes »
  • Discussion
  • Intervention de Jacques Jouet

Clôture du colloque vers 16h30

Retrouvez une version imprimable du programme ici :

Les périodiques du fonds spécialisé du FoReLL

Source : Photothèque de la MSHS
Source : Photothèque de la MSHS

Le laboratoire FoReLL (FOrmes et REprésentations en Linguistique et Littérature) hébergé par la MSHS de Poitiers est une équipe d’accueil travaillant sur les thèmes de la linguistique et de la littérature. La première équipe composée de linguistes étudie la contrastivité inter-langues, les variations (diachronique, dialectale et synchronique), l’articulation syntaxe / sémantique et la didactique des langues : acquisition, contextes, outils. L’équipe dédiée au thème de la littérature quant à elle analyse les poétiques de la représentation, l’histoire et la poétique des genres ainsi que l’esthétique comparée.

Le fonds documentaire qui sert d’appui à ces deux groupes de travail est constitué d’ouvrages, de périodiques et de corpus écrits et oraux. Un état de collection des titres de périodiques est disponible en format pdf en cliquant ici: 

Ces collections sont en accès libre au Centre de documentation de la MSHS. Notons que sur les 20 titres répertoriés, quelques uns sont édités par l’Université de Poitiers, comme Les Cahiers FoReLL ou La Licorne. Cette dernière revue encore éditée à ce jour, publie quatre numéros par an sur la littérature française et comparée, la poétique et la stylistique. Sur le site internet consacré à La Licorne, on trouve des informations complémentaires ainsi que quelques publications en texte intégral. La collection imprimée disponible au Centre de documentation de la MSHS se veut plus exhaustive, car elle contient également les colloques et les les textes rares.

Plus de précisions sur le laboratoire à l’adresse suivante : http://forell.labo.univ-poitiers.fr/

[7 et 8 juin 2013] Journées d’étude « Littérature/cinéma : projections »

Source : FoReLL
Source : FoReLL

Programme :

Vendredi 7 juin
Salle des Actes – UFR Lettres et langues

–   Matinée : Histoire et théorie – Modérateur : Denis Mellier

  • 9h30 : Véronique Campan, université de Poitiers : « La projection, entre dispositif, figure et métaphore »
  • 10h30 : Marie Martin, université de Poitiers : « Du cinéma à la littérature, et retour : figures de la projection traumatique »
  • 11h30 : Francisco Ferreira, université de Poitiers : « “Du début à la fin de ce livre immense” : l’histoire littéraire au prisme d’Histoire(s) du cinéma »

–   Après-midi : Fictions contemporaines – Modératrice : Marie Martin

  • 14h30 : Sérgio Guimarães de Sousa, université du Minho Portugal : « L’essence cinématographique de l’écriture dans les micro-fictions de Jérôme Game (Flip-Book et La Fille du Far West) »
  • 15h30 : Paul Echinard-Garin, université Paris III : « “L’histoire fut suspendue mais se poursuit ailleurs” : recyclage des films, projection des phrases chez Pierre Alferi. »
  • 18h : Projection-rencontre autour de Pierre Alferi, en sa présence : Cinéma Le Dietrich, avec au programme : Ne l’oublie pas (cinépoème), Tante Elisabeth (cinépoème), Elenfant (film parlant), Nuitée (cinépoème), La Protection des animaux (film parlant).

Samedi 8 juin
Salle des Actes – UFR Lettres et langues

–   Matinée : Littérature, écrans, scènes – Modératrice : Véronique Campan

  • 9h30 : Guillaume Bourgois, université Paris VIII : « Mon Cas (1986) de Manoel de Oliveira : texte projeté, textes en marche »
  • 10h30 : Marie-Laure Guétin, université Paris Ouest Nanterre La Défense : « Le décor-écran : l’exemple des fictions du décor dévoilées à l’intermonde »
  • 11h30 : Marie Vandenbussche-Cont, université Paris III : « Un Mage en été : du cinéma intérieur d’Olivier Cadiot au théâtre invisible de Ludovic Lagarde »

–   Après-midi : Ecriture et mondes possibles – Modérateur : Francisco Ferreira

  • 14h30 : Denis Mellier, université de Poitiers : « “Lire un film” : remarques sur la lecture et les figures de l’écriture chez Alain Resnais (de Smoking, no smoking à Muriel en passant par Providence) »
  • 15h30 : Alberto Bejarano, université Paris VIII : « Figures de Providence : Alain Resnais chez Roberto Bolaño »
  • 16h30 : Marc Cerisuelo, université d’Aix : « Littérature, cinéma, simulacre : les inventions de Morel »

Retrouvez une version imprimable du programme en cliquant ici :

[20-21 juin 2013] Aoristes & Parfaits – A travers les langues

aoristes

Salle de Conférences
MSHS – Bâtiment A5, Campus de l’Université de Poitiers

Programme :

  • Jeudi 20 juin 2013

Matin

9h00 – 9h30 : Accueil des participants

Séance 1 / Session 1. Présidence / Chair : Pierre-Don GIANCARLI

9h30 – 10h10 : Bridget DRINKA (University of Texas at San Antonio, USA), « The Interplay of Perfect and Aorist in the Medieval Romance Languages »
10h10 – 10h50 : Carl VETTERS (Université du Littoral, France), « Le passage de parfait à aoriste : le cas du passé composé français »
10h50 – 11h05 : Pause / Coffee break
11h05 – 11h45 : Denis APOTHELOZ & Matgorzata NOWAKOWSKA (Université de Lorraine, France / Pedagogical University of Krakow, Poland), « Les parfaits dits « d’expérience » et la distinction aoriste vs parfait »
11h45 – 12h25 : James WALKER (Université de Lyon 2, France) « ‘The present perfect has only gone and changed, hasn’t it?’ The Continuing Divergence of the Narrative Perfect »
12h25 – 14h30 : Repas / Lunch

Après-Midi

Séance 2 / Session 2. Présidence / Chair : Carl VETTERS

14h30 – 15h10 : Anu TREIKELDER (University of Tartu, Estonia), « Les problèmes de la discrimination contextuelle entre le parfait et l’aoriste : le cas du parfait « évidentiel » estonien »
15h10 – 15h50 : Claude DELMAS (Université de Paris 3, France), « ‘UA’ tahitien et ses emplois étendus »
15h50 – 16h05 : Pause / Coffee Break
16h05 – 16h45 : Carlos HENDERSON (Lund University, Sweden), « Summary et Sequential Scanning in the Present Perfect and the Simple Past of Chilean and Uruguayan Dialects of Spanish »
16h45 – 17h25 : Margarita JARA YUPANQUI (University of Nevada, Las Vegas, USA), « The Present Perfect in Peruvian Spanish : an Analysis of Personal Experience Narratives »
19h45 : Dîner en centre-ville / Conference dinner in town

  • Vendredi 21 juin 2013

Matin

9h00 – 9h30 : Accueil des participants

Séance 3 / Session 3. Présidence / Chair : Bridget DRINKA

9h30 – 10h10 : Philippe BOURDIN (York University, Canada), «  « /Just V-ed/ and /have just V-en/: if Hot News or Recency don’t cut it, just what does? »  »
10h10 – 10h50 : Kristin Melum EIDE (Norwegian University of Science and Technology, Norway), « The Norwegian Present Perfect and the Simple Past : an « Immediate vs. Remote Past » Distinction »
10h50 – 11h05 : Pause / Coffee break
11h05 – 11h45 : Marie-Dominique JOFFRE (Université de Poitiers, France), « Aoriste et perfectum : l’ambivalence du parfait de l’indicatif passif  (et déponent) en latin »
11h45 – 12h25 : Pierre-Don GIANCARLI (Université de Poitiers, France), « Un aoriste et deux parfaits en corse »
12h25 – 14h30 : Repas / Lunch

Après-Midi

Séance 4 / Session 4. Présidence / Chair : Philippe BOURDIN

14h30 – 15h10 : Yuri YERASTOV (Kuztown University of Pennsylvania, USA), « Transitive BE Perfect in North America : a Corpus Study of Morphosyntactic Properties »
15h10 – 15h50 : Torsten MÜLLER (Ruhr-University Bochum, Germany), « The German Perfect and the Independent Participle Construction in Informal Spoken German »
15h50 – 16h05 : Pause / Coffee Break
16h05 – 16h45 : Gerhard SCHADEN, Ellen BRANDNER, Martin SALZMANN (Université de Lille 3, France / University of Konstanz, Germany / University of Leipzig, Germany), « German Double and Triple Compounds Perfects »
16h45 – 17h25 : Marc FRYD (Université de Poitiers, France), « Morphological and Semantic Variation in the English Verb Phrase : the Supercompound Perfect »
17h30 : Clôture des journées d’étude / Closing remarks

Retrouvez une version imprimable du programme

en cliquant ici :

[14 mai 2013] Mastériales 2013 : Littératures et politique

littépo
Journée d’études organisée par les étudiants du master Littératures et politique
Mardi 14 mai 2013
Maison des Sciences de l’Homme et de la Société
5 rue Théodore Lefebvre – 86000 POITIERS

Programme :

  • Matinée

9h15. Raphaëlle Guidée et Michel Riaudel (Univ. de Poitiers, FoReLL B3, CRLA, directeurs du master) : Ouverture et accueil des participants
9h30 : Marie-Céleste de Gélis, « Les images entre forme et sens dans le Traité du Sublime. »

10h00 : Sonia Carré, « Poétisation de l’Histoire de Charles XII, Roi de Suède et de l’Histoire de l’empire de Russie de Voltaire. De la méthode expérimentale appliquée à l’Histoire au fatum littéraire. »

10h30 : débat
10h45 : pause

11h00 : Romarin Fourcassié, « Ce qu’ils appellent abîme et oubli : vies de sans-abris chez F. Bon et L. Mauvignier. »

11h30 : Marine Breillat, « Intimité et hypermodernité dans Samedi d’Ian McEwan. »

12h00 : débat
12H30 : déjeuner

  • Après-Midi

14h00 : James Weldon, « Deuil et exemplarité : la mort de l’enfant au XIXème siècle. »

14h30 : Anaïs Gonthier, « Les Bouts de Bois de Dieu d’Ousmane Sembene : une écriture, une quête d’elle-même. »

15H00 : pause
15h15 : Sébastien Chartre, « L’Apocalypse est du genre féminin : portrait de trois personnages féminins dans Apocalypse Bébé de Virginie Despentes. »

15h45 : Maëlle Mégret, « Figures et politisation de la femme violente. »

16h15 : débat et clôture de la journée.

Retrouvez une version imprimable du programme

en cliquant ici :

La Licorne, n°103 (20 décembre 2012)

Source (image et contenu) : La Licorne
Source (image et contenu) : La Licorne

Dire le travail

Fiction et témoignage depuis 1980

Publié en ligne le 4 avril 2013

Etudes réunies et présentées par Stéphane BIKIALO et Jean-Paul Engélibert

Depuis les années quatre-vingt, la littérature a retrouvé un intérêt pour le travail qu’elle avait perdu depuis des décennies. Effet d’un « retour au réel » qui pousse les écrivains contemporains sur les voies du témoignage, de la mémoire, de l’enquête et de l’entretien : autant de pratiques qui suscitent des formes d’écriture autant qu’elles constituent des rapports au monde social. Aussi les œuvres qui en émergent n’ont-elles rien à voir avec une résurgence du naturalisme ou de l’engagement. Le monde des ouvriers, des employés et des cadres, observé, décrit, raconté ou fictionné pour lui-même, n’est pas un objet comme un autre, mais un de ceux qui ont le plus contribué à renouveler les formes narratives depuis trente ans en France et ailleurs dans le monde. Entre autres raisons parce que c’est un objet de langage : dans un monde où « l’entreprise » a imposé ses normes à la langue, le roman, comme la poésie, doit inventer les formes qui rendent toute sa puissance critique à la pensée.


  • Avertissements et préconisations aux chefs d’entreprises afin de les prémunir contre le ressentiment de leurs employés.  Par Lydie Salvayre
  • Avant-propos. Pourquoi «   dire le travail   ».  Par Stéphane BIKIALO et Jean-Paul Engélibert
  • Leslie Kaplan   : «   L’écrit-l’usine   : de l’expérience à la fiction   ».  Par Leslie Kaplan et Stéphane BIKIALO
  • Voix de bureau.  Par Joachim Séné
  • La sauvagerie du langage à l’œuvre.  Par Thierry Beinstingel

L’entreprise du réel

  • Petit boulot et sale boulot   : le travail précaire entre témoignage et fiction littéraire.  Par Corinne Grenouillet
  • Du sourire à l’aliénation, représentations du monde professionnel dans le roman engagé contemporain.  Par Sonya Florey
  • «   D’autres métiers que le mien   »   : l’écrivain face au travail de l’autre (Salvayre, Reinhardt, Carrère).  Par Fabien Gris
  • Parler, filmer, travailler. La voix, le regard et la main dans les Portraits d’Alain Cavalier.  Par Natacha Thiéry

La mémoire du monde ouvrier

  • Voix ouvrières en Franche-Comté Maurice Clavel ( Les Paroissiens de Palente , 1974) et Jean-Paul Goux ( Mémoires de l’Enclave , 1986).  Par Sylvain Dreyer
  • Tombeaux de la classe ouvrière   : Filippetti, Magloire, Sonnet.  Par Jean-Paul Engélibert
  • Filles d’ouvriers, regards sur la condition ouvrière dans quatre romans français et italiens contemporains.  Par Delphine Gachet

Le laboratoire de l’écriture

  • La formule «   Culture d’entreprise   »   : une fiction de l’entreprise.  Par Stéphane BIKIALO
  • Ouvriers vivants   : la langue en travail.  Par Isabelle Krzywkowski
  • Un sujet hanté par le travail (autour de Thierry Beinstingel, Retour aux mots sauvages , et de Nathalie Kuperman, Nous étions des êtres vivants ).  Par Béatrice Bloch
  • Du travail de la langue à la langue du travail (quelques facettes d’un discours contemporain sur la littérature).  Par Gilles Magniont

Comparaisons internationales
  • Le travail dans la littérature de témoignage d’Amérique Latine Regards de femmes.  Par Antoine Ventura
  • La transition du communisme au capitalisme libéral dans deux romans polonais contemporains.  Par Wiesław Kroker
  • Un chou-fleur au bureau. La représentation de l’espace professionnel dans quelques romans belges contemporains (Outers, Malinconi, Toussaint).  Par Judyta Zbierska-Moscicka
  • Le retour au réel, entre fiction et témoignage, dans la littérature italienne des 20 dernières années.  Par Claudio Panella