[10 et 11 octobre 2013] Les stratégies du smart power américain : redéfinir le leadership dans un monde post- américain

Capture
Organisé par l’Université de Poitiers (MIMMOC) et l’Institut de Recherche Stratégique de l’Ecole Militaire (IRSEM).

Argumentaire :

A “l’heure du partage” (Fareed Zakaria, The Post American World), du désengagement au Moyen-Orient, du pivot de la diplomatie d’Obama vers l’Asie, et des redéfinitions du leadership américain post crises, ce colloque proposera de s’interroger sur les fondements stratégiques et les pratiques du smart power américain dans un monde post-américain, caractérisé par l’interdépendance des puissances anciennes ou « émergées ». La combinaison du hard et du soft power, les stratégies et les outils qui leurs sont associés réussissent-ils à refonder ou contribuent-ils à adapter le leadership américain comme l’avait également appelé de ses voeux, le secrétaire à la Défense, Robert Gates lors de son entrée au sein de l’Administration Obama ?
Les travaux de ces débats auront pour but de dresser un panorama des théories, des stratégies et de lieux géo-stratégiques où le smart power américain s’élabore et s’exerce pour permettre une analyse des nouveaux moyens et des nouvelles ambitions de la puissance américaine, en particulier en Asie, au Moyen-Orient, en Afrique mais aussi vis-à-vis des puissances voisines (Amérique latine, Canada) ou alliées (Europe, OTAN).

Retrouvez le programme de cette journée en cliquant ici : http://zapt3.staticworld.net/images/article/2013/02/pdf-logo-100025338-gallery.png

 

[14 mai 2013] Mastériales 2013 : Littératures et politique

littépo
Journée d’études organisée par les étudiants du master Littératures et politique
Mardi 14 mai 2013
Maison des Sciences de l’Homme et de la Société
5 rue Théodore Lefebvre – 86000 POITIERS

Programme :

  • Matinée

9h15. Raphaëlle Guidée et Michel Riaudel (Univ. de Poitiers, FoReLL B3, CRLA, directeurs du master) : Ouverture et accueil des participants
9h30 : Marie-Céleste de Gélis, « Les images entre forme et sens dans le Traité du Sublime. »

10h00 : Sonia Carré, « Poétisation de l’Histoire de Charles XII, Roi de Suède et de l’Histoire de l’empire de Russie de Voltaire. De la méthode expérimentale appliquée à l’Histoire au fatum littéraire. »

10h30 : débat
10h45 : pause

11h00 : Romarin Fourcassié, « Ce qu’ils appellent abîme et oubli : vies de sans-abris chez F. Bon et L. Mauvignier. »

11h30 : Marine Breillat, « Intimité et hypermodernité dans Samedi d’Ian McEwan. »

12h00 : débat
12H30 : déjeuner

  • Après-Midi

14h00 : James Weldon, « Deuil et exemplarité : la mort de l’enfant au XIXème siècle. »

14h30 : Anaïs Gonthier, « Les Bouts de Bois de Dieu d’Ousmane Sembene : une écriture, une quête d’elle-même. »

15H00 : pause
15h15 : Sébastien Chartre, « L’Apocalypse est du genre féminin : portrait de trois personnages féminins dans Apocalypse Bébé de Virginie Despentes. »

15h45 : Maëlle Mégret, « Figures et politisation de la femme violente. »

16h15 : débat et clôture de la journée.

Retrouvez une version imprimable du programme

en cliquant ici :

[29-30 mai 2013] Colloque « Territoire(s) et réseaux locaux : quelles perspectives théoriques et méthodologiques en sciences sociales ? »

  • Colloque des doctorant-e-s du GRESCO

L’approche locale d’une institution, d’un mouvement ou d’un fait social renvoie à des conceptions différentes de la construction des objets de recherche en sciences sociales. A l’intersection de plusieurs disciplines (sociologie, géographie sociale, anthropologie et sciences politiques…), ce colloque propose de faire l’état des lieux des méthodes de recherche actuelles permettant de saisir les dimensions spatiales des phénomènes sociaux.

Dans cette perspective, nous nous intéressons aux notions utilisées par les chercheurs telles que « territoire », « local » et « localité ». Comment le local se construit-il comme variable explicative ou comme catégorie d’analyse au sein des différentes disciplines en sciences sociales ? Nous débattrons des ambiguïtés de ces notions comme des manières d’envisager l’action sociale entre espace physique et espace social : des effets du local sur l’action collective et individuelle, aux rôles des acteurs et des actrices dans les réseaux et à la multi-dimensionnalité des interactions entre local, national et global.

Les méthodes d’enquête, monographiques, ethnographiques, quantitatives, et comparatives seront questionnées afin d’appréhender la manière dont elles peuvent être mobilisées par le chercheur. Quels sont les avantages, les limites et les coûts de chacune des méthodes envisagées ? Un ensemble de concepts seront au cœur des discussions, entre autres le capital social (Bourdieu, 1980) et celui d’autochtonie (Chamboredon et al, 1984 ; Retière, 2003, Renahy, 2005). Ceux-ci se situent à l’intersection des réflexions sur les réseaux sociaux – pensés comme un ensemble d’interactions continues entre les individus, sur les sentiments d’appartenance à un groupe, sur les formes de proximités territoriales / sociales ou encore sur les stratégies d’investissements constitutives d’une position sociale à produire ou à reproduire. Enfin, c’est dans une démarche de comparaison internationale que nous souhaitons également engager ce débat autour des formes de mobilisation, de résistance et d’engagement inscrites localement. Nous questionnerons l’enchevêtrement de différentes échelles et notamment celles du local, du national et de l’international. Leur articulation permet-elle de dépasser la notion de territoire ?

  • Les trois axes du colloque :

1. « Faire son territoire » : repenser les inégalités sociales

2. Usages des discours sur le local : transformation et construction d’espaces sociaux

3. L’imbrication du local et du global : de quelle(s) mondialisation(s) parle-t-on ?

Retrouvez ici le programme intégral du colloque.