[10 décembre 2013] Soutenance de thèse d’Hélène ROY

Hélène Roy

présentera publiquement sa thèse

LE ROYAUME NEO-INCA DE VILCABAMBA (PEROU, 1537-1572) :

ETUDE HISTORIQUE ET ANTHROPOLOGIQUE

le 10 décembre 2013 à 14h

en salle Gargantua, à la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société

(MSHS) – campus universitaire de Poitiers

Son travail a été mené sous la direction de Jean-Philippe HUSSON.

Résumé
Le royaume néo-inca de Vilcabamba est communément assimilé à une cité perdue. Refuge où les derniers souverains du Tawantinsuyu continuèrent, trente-six ans durant (1537-1572), de perpétuer les traditions d’un Empire déchu par la colonisation, il n’a eu de cesse de susciter la curiosité des explorateurs puis des historiens. Longtemps confondue avec le célèbre Machu Picchu, cette cité a été localisée et est désormais connue des chercheurs. Pourtant, de nombreuses interrogations demeurent encore aujourd’hui. Quel fut le rôle exact de cette formation étatique indigène dans la société coloniale ? Des composantes de sa contestation ont-elles survécu ? Peut-on voir dans le royaume néo-inca, comme certains l’affirment, l’origine de certaines traditions dramatiques et mythiques contemporaines ? Telles sont les questions que nous nous sommes posées dans ce travail de thèse. Pour tenter d’y répondre, nous avons mené un travail de recherches inédites combinant deux disciplines : l’histoire et l’anthropologie. Mots-clés : Royaume néo-inca de Vilcabamba, stratégie des élites indigènes vaincues, relations dominants/dominés, résistance indigène, Taki unquy, extirpation de l’idolâtrie, étude de filiations, théâtre contemporain, mythologie andine.

Abstract

The neo-Inca kingdom of Vilcabamba is usually taken as a lost city. As a shelter where the last Tawantinsuyu sovereigns kept carrying on for thirty six years (1537-1572) the traditions of an Empire fallen because of colonisation, it never stopped arousing the curiosity of explorers and then historians. Mistaken for the famous Machu Picchu for a long time, this city has since been located and is now well-known by researchers. Nevertheless, many questions still remain unanswered. What was the real part played by this indigenous state formation in the colonial society? Did some parts of its protest survive? Can the neo-Inca kingdom be considered, as some people assert, as the origin of some contemporary dramatic and mythical traditions? These are the questions dealt with in this thesis. As an attempt to answer them, we led unprecedented research works in two domains: history and anthropology.

Key words: neo-Inca kingdom of Vilcabamba, defeated indigenous elite strategy, dominant/dominated relationship, indigenous opposition, Taki unquy, idolatry eradication, filiation study, contemporary theatre, Andean mythology.

Membres du jury :

  • Jean-Philippe HUSSON   –   Professeur émérite d’Université, Université de Poitiers (Directeur de thèse)
  • Caroline LEPAGE   –   Professeure d’Université, Université de Poitiers (Examinateur)
  • Patrick LESBRE   –   Professeur d’Université, Université de Toulouse 2-Le Mirail (Rapporteur)
  • Isabelle TAUZIN   –   Professeure d’Université, Université de Bordeaux 3 (Rapporteur)
  • Nathan WACHTEL   –   Professeur honoraire, Collège de France (Examinateur)

[31 mai 2013] Journée d’étude « Minorités en Europe : langue, espace, ancrage »

  • Résumé

Cette journée d’étude sur les « Minorités en Europe » s’inscrit dans les travaux des axes culturel et politique du laboratoire MIMMOC de l’université de Poitiers dont l’objectif est d’explorer les questions de « Mémoire, identités et marginalités au sein du monde occidental contemporain » (EA 3812). Elle est organisée en collaboration avec le Centre européen d’études slaves afin d’élargir la thématique concernée à l’ensemble de l’espace européen et notamment à l’Europe de l’Est.

  • Présentation

Intitulée « Langue, espace, ancrage », cette journée fait suite à une première manifestation organisée en juin 2012 autour de la question des minorités nationales sur le sol européen.
Elle se propose d’explorer cette fois la question des traces visibles de la présence des minorités sur le territoire européen, articulant ainsi l’élément culturel et l’ancrage territorial.
Cette journée permettra de préciser – d’un point de vue historique, géographique, anthropologique, linguistique et plus largement culturel –  l’origine, la nature et l’évolution des toponymes et des chronotopes sur le sol européen. On entend ici le terme ‘chronotope’ au sens de Bakhtine : étudier un chronotope ne signifie pas décrire le temps et l’espace uniquement, cela impose de prêter également attention au devenir humain et donc à l’ancrage territorial de données linguistiques et culturelles.
La journée d’étude organisée par l’équipe de recherche du MIMMOC et du CEES s’adresse à ses membres ainsi qu’aux étudiants du master de recherche Cultures et Sociétés étrangères de la Faculté des Lettres et des Langues de Poitiers et à tout public intéressé par la question.

Source : MIMMOC

Elle aura lieu le Vendredi 31 mai 2013, Salle Mélusine – M.S.H.S. – Bâtiment A5, 5, rue Théodore Lefebvre, 86000 POITIERS.

  • Programme

–  9h00 : Accueil des participants

1ère partie : langue(s), mémoire(s), ancrage(s) – Modération : Hélène Yèche

–  9h30 : Conférence d’ouverture : Roland Marti, Université de la Sarre : « L’ossuaire des Slaves » : Les traces de la Slavia (submersa) en Allemagne
–  10h30 : Vasileios Pnevmatikakis, Doctorant, Institut Français de Géopolitique, Paris VIII : Le cimetière russe de Sainte‐Geneviève‐des‐Bois : un coin de la Sainte Russie
–  11h15 : Selena Stanković, Faculté de Philosophie de l’Université de Niš : L’emploi des noms de lieux du Kosovo‐Metohija en langue française depuis la fin du XXe siècle

–  12h‐14h : Pause déjeuner

2ème partie : langue(s), minorité(s), identité(s) – Modération : Sanja Boskovic

–  14h : Ivana Janjić, University of Novi Sad ‐ Serbia : Minority Languages of Vojvodina : la province de Voïvodine, modèle d’intercommunication ?
–  14h45 : Natalia Belova, Université de Poitiers : Langues minoritaires en Russie actuelle : une crise sans issue ?
–  15h45 Jakub Polaszczyk, Université de Poitiers : La Pologne actuelle, terre de métissage ?

Fin des débats et conclusion de la journée vers 17h

Retrouvez ici une version imprimable du programme : 

Les périodiques du fonds spécialisé de l’IEAQ

L’Institut d’Études Acadiennes et Québécoises (IEAQ) est une structure de recherche hébergé à la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société (MSHS) de Poitiers. L’IEAQ est l’un des membres du réseau des 18 centres d’études canadiennes de l’Association Française d’Études Canadiennes (AFEC).
Accessible au sein du Centre de documentation de la MSHS, le fonds IEAQ est la plus importante collection consacrée à l’Acadie en Europe. Il regroupe plus de 5 000 ouvrages et une cinquantaine de titres de périodiques. Les domaines qu’il couvre concernent l’histoire, la société, ainsi que la littérature acadienne et québécoise.

Nous avons réalisé un état de collection des périodiques afin de réorganiser les titres par ordre alphabétique. Puis, à l’aide du logiciel Zotero, nous avons construit une base de données en ligne et sur support papier des titres de périodiques, enrichie avec des informations sur l’auteur, l’éditeur, l’ISSN, l’URL de la revue ou la date de publication.

DSCN2308
Source : Photothèque de la MSHS

Exemple de titres + les notices :

  • La revue Voix et Images publie trois numéros par année qui comprennent des analyses approfondies et variées sur la littérature québécoise, des textes inédits et des entrevues avec des écrivains ainsi que des chroniques sur l’actualité.

Voix et images. DIR. DION ROBERT. In : Montréal  : Les Presses de l’Université de Québec. 1975-2012
vol.1,n°1(1975)-n°3(1976) ; vol.2,n°2(1976)-n°3(1977) ; vol.3,n°2(1977)-n°3(1978) ; vol.4,n°2(1978)-n°3(1979) ; vol.5,n°1(1979)-n°2(1980) ; vol.11,n°1(1985)-n°3(1986)-vol.22,n°1(1996)-n°3(1997) ; vol.23,n°1(1997)-n°2(1998) ; vol.29,n°3(2004)

Revue d’histoire de l’Amérique française. INSTITUT D’HISTOIRE DE L’AMÉRIQUE FRANÇAISE. In : Montréal : Institut d’histoire de l’Amérique française. 1947-
vol.3,n°1-3(1949) ; vol.35,n°1(1981)-vol.51,n°3(1998) ; index des volumes 31-40(1977-1987)

  •  La revue Anthropologie et Sociétés créée en 1977 vise à diffuser la recherche anthropologique effectuée par les chercheurs dans tous les champs de la discipline et dans tous les courants.

Anthropologie et sociétés. UNIVERSITÉ LAVAL. DÉPARTEMENT D’ANTHROPOLOGIE. In : Québec : Université Laval. 1977-
vol.2,n°2(1978) ; vol.3,n°2-3(1979) ; vol.4,n°2(1980) ; vol.5,n°1-3(1981) ; vol.6,n°1-2(1982)-vol.7,n°1-2(1983) ; vol.8,n°3(1984) ; vol.9,n°1-3(1985)-vol.11,n°1-3(1987) ; vol.12,n°3(1988) ; vol.13,n°2(1989) ; vol.14,n°2(1990) ; vol.16,n°1-2(1992) ; vol.17,n°1-3(1993)-vol.22,n°1-3(1998) ; vol.23,n°1-2(1999) ; vol.24,n°1(2000) ; vol.25,n°1-2(2001) ; vol.26,n°1(2002) ; vol.27,n°2(2003) ; vol.30,n°1(2006) ; index 1977-1997

  •  La Société des Dix a été fondée en 1935 par un groupe d’historiens québécois. Ses Cahiers des dix sont publiés depuis 1936 pour faire découvrir aux publics divers aspects de la mémoire et du patrimoine de l’Amérique française.

Les Cahiers des Dix. LES DIX. In : Québec. Les Presses de l’Université de Laval. 1936-1983
n°21(1956)  ; n°23(1958)-n°26(1961)  ; n°28(1963)-n°41(1976)

  •  Globe est la seule revue publiée en français qui propose une lecture à la fois interdisciplinaire et internationale de la société québécoise. La revue  présente à ses lecteurs, deux fois par an, un dossier qui traite de manière pluridisciplinaire une question touchant la culture et la société québécoise. Globe réunit des spécialistes venus de tous les savoirs liés aux sciences humaines et sociales interpellés par la perspective pluri ou interdisciplinaire.

Globe : Revue internationale d’études québécoises. MCGILL UNIVERSITY. QUEBEC STUDIES PROGRAMME. In : Montréal : Programme d’études sur le Québec, Université McGill. 1998-
vol.4, n°1-2(2001)

Counting Populations, Understanding Societies

Source (image et contenu du billet) : Springer

Véronique Petit

Counting Populations, Understanding Societies : Towards a Interpretative Demography

Berlin : Springer, 2013. – 208 p. (Demographic Transformation and Socio-Economic Development – 1).

The core aim of this book is to determine how anthropology and demography can be used in conjunction in the field of population and development.

The boundaries of demography are not as clearly defined or as stable as one might think, especially in view of the tension between a formal demography centered on the ‘core of procedures and references’ and a more open form of demography, generally referred to as Population Studies.

Many rapprochements, missed opportunities and isolated attempts marked the disciplinary history of anthropology and demography, both disciplines being founded on distinct and highly differentiated traditions and practices. Moreover, the role and the place assigned to epistemology differ significantly in ethnology and demography. Yet, anthropology and demography provide complementary models and research instruments and this book shows that neither discipline can afford to overlook their respective contributions.

Based on research conducted in West Africa over more than twenty years, it is a defense of field demography that makes case for a continuum ranging from the initial conception of fieldwork and research to its effective implementation and to data analysis. Changes in behaviors relating to fertility, poverty or migration cannot be interpreted without invoking the cultural factor at some stage. Representations in their collective and individual dimensions also fit into the extended explanatory space of demography.

Content Level » Research

Keywords » British social anthropology – Comprehensive demography – Demography and governance – Demography to demology – English political arithmetic – Epistemology in demography and anthropology – Ethnology and demography – Fertility, poverty and migration – French anthropology – INED and INSEE – Population studies

Table of contents

  • Chapter 1. EPISTEMOLOGY IN DEMOGRAPHY AND ANTHROPOLOGY
  • Chapter 2. THE INSTITUTIONALIZATION OF A WILD SCIENCE.
  • Chapter 3. THE CONTOURS OF A SOCIAL SCIENCE
  • Chapter 4. AN OBJECT CALLED POPULATION
  • Chapter 5. DEMOGRAPHY AND ANTHROPOLOGY: A RETURN TO THE ORIGINS
  • Chapter 6. THE PRACTICES OF COMPREHENSIVE DEMOGRAPHY
  • Chapter 7. SOME UNRESOLVED ISSUES
  • APPENDIX. THE CONTEMPORARY ACTORS OF FRENCH DEMOGRAPHY
  • BIBLIOGRAPHY.

[29-30 mai 2013] Colloque « Territoire(s) et réseaux locaux : quelles perspectives théoriques et méthodologiques en sciences sociales ? »

  • Colloque des doctorant-e-s du GRESCO

L’approche locale d’une institution, d’un mouvement ou d’un fait social renvoie à des conceptions différentes de la construction des objets de recherche en sciences sociales. A l’intersection de plusieurs disciplines (sociologie, géographie sociale, anthropologie et sciences politiques…), ce colloque propose de faire l’état des lieux des méthodes de recherche actuelles permettant de saisir les dimensions spatiales des phénomènes sociaux.

Dans cette perspective, nous nous intéressons aux notions utilisées par les chercheurs telles que « territoire », « local » et « localité ». Comment le local se construit-il comme variable explicative ou comme catégorie d’analyse au sein des différentes disciplines en sciences sociales ? Nous débattrons des ambiguïtés de ces notions comme des manières d’envisager l’action sociale entre espace physique et espace social : des effets du local sur l’action collective et individuelle, aux rôles des acteurs et des actrices dans les réseaux et à la multi-dimensionnalité des interactions entre local, national et global.

Les méthodes d’enquête, monographiques, ethnographiques, quantitatives, et comparatives seront questionnées afin d’appréhender la manière dont elles peuvent être mobilisées par le chercheur. Quels sont les avantages, les limites et les coûts de chacune des méthodes envisagées ? Un ensemble de concepts seront au cœur des discussions, entre autres le capital social (Bourdieu, 1980) et celui d’autochtonie (Chamboredon et al, 1984 ; Retière, 2003, Renahy, 2005). Ceux-ci se situent à l’intersection des réflexions sur les réseaux sociaux – pensés comme un ensemble d’interactions continues entre les individus, sur les sentiments d’appartenance à un groupe, sur les formes de proximités territoriales / sociales ou encore sur les stratégies d’investissements constitutives d’une position sociale à produire ou à reproduire. Enfin, c’est dans une démarche de comparaison internationale que nous souhaitons également engager ce débat autour des formes de mobilisation, de résistance et d’engagement inscrites localement. Nous questionnerons l’enchevêtrement de différentes échelles et notamment celles du local, du national et de l’international. Leur articulation permet-elle de dépasser la notion de territoire ?

  • Les trois axes du colloque :

1. « Faire son territoire » : repenser les inégalités sociales

2. Usages des discours sur le local : transformation et construction d’espaces sociaux

3. L’imbrication du local et du global : de quelle(s) mondialisation(s) parle-t-on ?

Retrouvez ici le programme intégral du colloque.