Vient de paraître : « D’un jugement à l’autre. La représentation du jugement immédiat dans les Jugements derniers français: 1100-1250 »

Source (image et contenu) : Brepols
Source (image et contenu) : Brepols

Cette série d’analyses monographiques détaillées et originales offre un panorama très complet des Jugements derniers français mis en œuvre entre 1100 et 1250.

Au moment où le thème du Jugement dernier a connu un essor sans précédent, on a régulièrement associé aux événements de la fin des temps une représentation du jugement immédiat, celui qui se déroule après la mort. La pensée chrétienne considère qu’après avoir quitté leur corps, les âmes font l’objet d’une première évaluation au terme de laquelle elles sont conduites dans des séjours temporaires : le paradis d’attente pour les élus, l’enfer pour les damnés. À la fin des temps, ces âmes séparées s’unissent à leur corps ressuscité, elles sont jugées une seconde fois et les élus sont conduits dans le royaume des cieux où ils peuvent enfin jouir de la vision béatifique. La présence du jugement immédiat ou du paradis d’attente peut être montrée pour une série de Jugements derniers français dont certains comptent parmi les œuvres les plus significatives de la production sculpturale des XIIe-XIIIe siècles : les portails de Mâcon, Conques, Saint-Denis, Chartres et Reims, deux chapiteaux de Saint-Nectaire et le Psautier de Marguerite de Bourgogne. Cette lecture inédite implique que l’Église se préoccupait autant du salut des âmes que des fins dernières, probablement parce que c’est dans le temps présent qu’elle pouvait intervenir efficacement en faveur des défunts en administrant les suffrages : prières, aumônes et messes. Ce livre développe les fondements textuels et iconographiques de cette lecture en abordant successivement le thème du jugement immédiat et chacune des œuvres interprétables dans la perspective du double jugement. Ont également été abordées plusieurs représentations isolées du Jugement dernier dont l’iconographie éclaire le sens des autres compositions: Autun, Laon, Paris et Amiens. Cette série d’analyses monographiques détaillées et originales offre un panorama très complet des Jugements derniers français mis en œuvre entre 1100 et 1250.

Marcello Angheben est maître de conférences habilité en histoire de l’art à l’Université de Poitiers et membre du Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale.

16 x 24 cm / Broché / VIII-686 pages/ Brepols / ISBN : 978-2-503-54764-0/Culture et société vol. 25

[06 décembre 2013] Soutenance de thèse de Pierre COURROUX

Pierre Courroux

présentera publiquement sa thèse

L’ECRITURE DE L’HISTOIRE DANS LES CHRONIQUES FRANCAISES (XIIe-XVe SIECLES).

LES CRITERES DE L’HISTORICITE MEDIEVALE.

le 6 décembre 2013 à 14h

en salle des Actes – Hôtel Fumé – UFR Sciences Humaines et Arts

Son travail a été mené sous la direction de Edina Bozoky et Claudio Galdérisi.

Membres du jury :

  • Elisabeth VAN HOUST   –   Professeur honoraire, Emmanuel College, University of Cambridge (Rapporteur)
  • Jean-Jacques VINCENSINI  –   Professeur d’Université, Université de Poitiers (Rapporteur)
  • Edina BOZOKY   –   Maître de Conférences-HDR, Université de Poitiers (Co-Directrice de thèse)
  • Claudio GALDERISI   –   Professeur d’Université, Université de Poitiers (Co-Directeur de thèse)
  • Francine MORA-LEBRUN   –   Professeure émérite d’Université,, Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines (Examinatrice)
  • Jean-Claude Schmitt  –  Directeur d’études, EHESS (Examinateur)

 

Résumé :

Depuis les années 1960, les historiens ont étudié les chroniqueurs médiévaux en tant qu’écrivains capables de construire leur narration selon leurs projets. L’essentiel de leur attention s’est portée sur les chroniqueurs latins, principalement ceux écrivant dans le milieu monastique. Le présent travail s’intéresse aux chroniqueurs écrivant en français, souvent moins érudits que leurs homologues latins. Il est donc plus fécond de s’intéresser à leur conception particulière de l’historicité, qui est assez différente de la nôtre. Notre attention se concentre sur leur usage de la fiction pour construire une vérité historique supérieure, et propose des outils conceptuels adaptés à l’historiographie française médiévale. Dans cette étude à grande échelle, qui embrasse quatre siècles d’écriture, pour éviter une étude sérielle stérile, nous avons choisi cinq chroniqueurs-témoins (Benoît de Sainte-Maure, Philippe Mousket, Jean d’Outremeuse, Jean Froissart et Enguerrand de Monstrelet), dont les travaux donnent un aperçu satisfaisant des principaux problèmes qui sous-tendent l’historiographie de langue française de cette époque. Cette étude adopte d’abord une démarche diachronique, présentant chaque chroniqueur, son œuvre et son temps ; puis une vue synchronique, pour répondre à plusieurs questions fondamentales concernant les relations entre histoire, fiction et vérité : Quelles étaient les libertés d’un chroniqueur face aux faits et à ses sources ? Jusqu’à quelles limites une œuvre relevait-elle de l’histoire et non du roman ou de l’épopée ? Peut-on appréhender des inventions typiquement historiques ? Peut-on définir une mimesis historique, utilisée pour re-créer la réalité ?

Mots-clés : Historiographie médiévale, Chroniques françaises, Benoît de Sainte-Maure, Philippe Mousket, Jean d’Outremeuse, Jean Froissart, Enguerrand de Monstrelet

 

Summary :

Since the 1960s, the historians have studied the medieval chroniclers as full-skilled writers, able to build their narrative as they wish. Most of their attention was for the Latin chroniclers, mainly those who were writing in monasteries. My work wishes to overhaul the chroniclers who wrote in French, who used less technical skills than their Latin counterparts. Hence, it is more fecund with those chroniclers to seek their own historicity criteria, that are rather different from ours. My aim is to put the emphasis on the uses of fiction to build a higher historical truth, to find suitable conceptual tools for the French medieval historiography. In this large-scale study, embracing four centuries of writing, to avoid a fruitless serial study who cannot explain the diversity of a never normalised historiography, I chose five witnesses-historians (Benoît de Sainte-Maure, Philippe Mousket, Jean d’Outremeuse, Jean Froissart and Enguerrand de Monstrelet), whose works give a satisfying scope of the major problems in the medieval French language historiography. My work uses firstly a progressive, diachronic way, presenting each chronicler, his works and his times. Then it takes a synchronic process, to answer some fundamental questioning about the relationship between history, fiction and truth : how much freedom a chronicler had towards the facts and his sources? Up to which limits a work was considered as a chronicle rather than as a romance or an epic? Are there typically historical inventions? Is it possible to define a historical mimesis, used to re-create the truth ?

 

Key-words : Medieval historiography médiévale, French chronicles, Benoît de Sainte-Maure, Philippe Mousket, Jean d’Outremeuse, Jean Froissart, Enguerrand de Monstrelet

 

Parution des « Cahiers de civilisation médiévale » Tome 56, 2013, n° 223 (fasc.3)

 

Source : CESCM
Source : CESCM

Retrouvez les dernière pages de couvertures des numéros des Cahiers de civilisation médiévale sur Academia.edu

 

Vous pouvez consulter le sommaire du n° 223.

 

Pour toute information : les Cahiers de civilisation médiévale

Vient de paraître : « La cathédrale Saint-Pierre. Enquêtes croisées » / sous la direction de Claude Andrault-Schmitt

Source : CESCM
Source : CESCM

Claude Andrault-Schmitt est professeure d’histoire de l’art médiéval à l’université de Poitiers. Elle dirige au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale l’axe de recherche Territoires, monuments et techniques.

24 x 32 cm / Broché / 408 pages / LUP 1439 / ISBN : 978-2-36746-156-4

Ouvrage à paraître fin 2013.

Entre autres articles et ouvrages sur l’art roman ou l’art gothique, elle a publié récemment, chez le même éditeur, La cathédrale de Tours.

[4e de couv.]

Résolument pluridisciplinaire, cette monographie de la cathédrale gothique de Poitiers réunit des enquêtes lancées depuis plusieurs années au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (UMR 7302, université de Poitiers/CNRS). Issu des interrogations actuelles sur les chantiers médiévaux, appuyé sur des campagnes photographiques qui ont dévoilé des détails insoupçonnés, l’ouvrage explore des domaines aussi divers que l’architecture, la mise en œuvre des parois et des voûtes, les marques lapidaires, la charpente, les stalles, les vitraux, la peinture, la sculpture… De sa genèse à sa publication, il s’est enrichi d’échanges et de discussions « croisées » entre spécialistes de sensibilité différente et s’inscrit naturellement dans le présent de la recherche et des découvertes.

Les chapitres sont regroupés en neuf parties. Chacune est introduite par une présentation résumant questions, hypothèses et conclusions, si bien que le lecteur pourra choisir telle ou telle séquence : espérons que, chemin faisant, il sera tenté par l’ensemble des analyses qui soulignent l’intérêt exceptionnel de cet édifice singulier.

Les principaux Auteurs :

Claude Andrault-Schmitt, Marcello Angheben, Sébastien Biay, Yves Blomme, Brigitte Boissavit-Camus, Karine Boulanger, Marie-Thérèse Camus, Vincent Debiais, Frédéric Épaud, Robert Favreau, Bénédicte Fillion-Braguet, Yves Gallet, Claudine Landry-Delcroix, Fabrice Mandon, Chiara Piccinini, Bertrand Pilot, Daniel Prigent, Nicolas Reveyron, Markus Schlicht, Cécile Treffort, Eliane Vergnolle

Claude Andrault-Schmitt est professeure d’histoire de l’art médiéval à l’université de Poitiers. Elle dirige au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale l’axe de recherche Territoires, monuments et techniques.
Entre autres articles et ouvrages sur l’art roman ou l’art gothique, elle a publié récemment, chez le même éditeur, La cathédrale de Tours.

[4-5 octobre 2013] À toutes heures ! La collection numérisée des livres d’heures de la médiathèque François-Mitterrand de Poitiers

A l’occasion de l’ouverture d’un site dédié aux livres d’heures numérisés de la médiathèque François-Mitterrand de Poitiers et en marge de l’exposition Les livres d’heures en lumière (3 septembre-2 novembre), le CESCM et ses partenaires organisent une rencontre entre les spécialistes du sujet et le public, les 4 et 5 octobre prochains.

Le vendredi 4 octobre, une journée d’études internationale ouverte au public reviendra sur les apports récents de la recherche concernant plusieurs manuscrits de cette collection.

Le samedi 5 octobre, une série de conférences publiques, introduite par une intervention de Michel Pastoureau sur la symbolique médiévale du livre, soulignera les liens entre Poitiers et les manuscrits enluminés.

Détails du programme

La cronique et histoire des mervilleuses aventures de Appolin roy de Thir

Source (image et contenu) : Brepols

Édition critique par Vladimir Agrigoroaei, publiée sous la direction de Claudio Galderisi et Pierre Nobel

La cronique et histoire des mervilleuses aventures de Appolin roy de Thir

Turnhout (Belgique) : Brepols, 2013. – 205 p. (Bibliothèque de Transmédie).

Cette publication offre une traduction assez fidèle du texte latin de Appolin.

Apollonius, roi de Tyr aussi bien que marieur au début du roman, fuit les hommes du roi d’Antioche qui veulent le tuer à cause de son interprétation d’une devinette que le roi lui a posée. Après avoir perdu tous ses biens dans un naufrage, il est recueilli par le roi de Cyrène, qui le charge d’instruire sa fille. La princesse tombe amoureuse de son maître jusqu’au point d’en être malade ; le roi apprécie beaucoup le jeune homme et par conséquent lui donne sa fille en mariage. C’est ainsi que les aventures du protagoniste du roman peuvent se poursuivre en suivant une autre pente. Le développement narratif est condensé dans toutes les versions latines, elles-mêmes étant des traductions supposées d’une version originale grecque. C’est en France toutefois que le roman eut le plus grand succès, car parmi les traductions en langues vernaculaires se trouvent aussi huit versions françaises.
La version que nous publions ici est une traduction assez fidèle du texte latin. Intitulée d’après l’incipit « La cronique et histoire des mervilleuses aventures de Appolin roy de Thir », elle a été conservée dans un seul manuscrit, le Londres, British Library, Royal 20 C II.

Vladimir Agrigoroaei est diplômé de lettres classiques de l’Université de Bucarest en 2002 et docteur ès lettres de l’Université de Poitiers (2011), avec une thèse sur l’histoire des traductions en français au XIIe siècle. Il a collaboré à l’édition des trois volumes des Translations médiévales. Cinq siècles de traduction en français au Moyen Âge (Brepols, 2011) et a publié des articles concernant les traductions françaises médiévales et l’Apollonius de Gdansk.

Claudio Galderisi est professeur de langue et littérature française médiévale à l’Université de Poitiers (CESCM – UMR 7302).

Pierre Nobel est professeur de linguistique romane à l’Université de Strasbourg (LILPA – EA 1339).

 

Les manifestations scientifiques en mai et juin 2013 au CESCM

http://cescm.labo.univ-poitiers.fr/sites/cescm.labo.univ-poitiers.fr/squelettes/css-specifique/images/CESCM-bandeau-def.jpg

Le Centre d’Etudes Supérieures de Civilisation Médiévale (CESCM) organise différents événements scientifiques en mai et juin 2013, dont vous pouvez trouver la liste ci-dessous, ainsi que différentes informations les concernant :

  • 16-18 mai, Amphi Bardon (Hotel Fumé) : « Texte et musique au Moyen Âge » (consultez le programme)

  • 17 mai, Auditorium Saint-Germain : Concert « Chanter voel par grant amour », ensemble Diabolus in Musica, précédé d’une conférence de Martin Aurell « Troubadours et trouvères : amour courtois et engagement politique » (consultez l’affiche)

  • 16-17 mai, Valladolid : « Ecriture et réécriture d’une chronique monastique hispanique : la Première Chronique anonyme de Sahagún » (consultez le programme)

  • 29-31 mai, Médiathèque François Mitterrand & UFR SHA (Hotel Fumé) : Table ronde « Les cinq sens au Moyen Âge (II) » (consultez le programme)

  • 5-8 juin, Amphi Bourdieu (Hotel Fumé) : « Ecriture et genre épistolaires (IVe-XIe siècle) » (consultez le programme)

  • 11-12 juin, Salle des Actes (Hotel Fumé) : « Les partages héraldiques au Moyen Âge » (cliquez ici pour plus d’informations)

  • 17-28 juin, CESCM (Hôtel Berthelot) : « Semaines d’études médiévales » (cliquez ici pour consulter le programme, la liste des conférenciers, les modalités pratiques et le formulaire d’inscription)

[11-12 juin 2013] Les partages héraldiques au Moyen Âge

journée héraldique
Cliquez sur l’image pour accéder au programme de la journée.

Passé le temps de l’adoption de signes héraldiques par les grands feudataires, au milieu du XIIe siècle, les modalités de diffusion des armoiries à l’ensemble du groupe chevaleresque, au tournant du XIIIe siècle, restent fort mal connues. Parmi les éléments visibles de ces premiers temps de l’héraldique, on note toutefois l’existence de « groupes d’armoiries », c’est-à-dire d’un ensemble de personnes partageant des armoiries graphiquement et/ou chromatiquement proches d’un prototype constitué par celles d’un seigneur commun.

Très tôt également les sources, sceaux et textes narratifs notamment, nous rapportent des cas d’échanges d’armoiries entre frères d’armes, patrons et clients, parrains en chevalerie et adoubés, qui prennent souvent la forme de deux armoiries portées côte à côte ou accolées sur un même écu par un parti. Ces premiers partages d’armoiries posent d’emblée la question de la nature de l’identité révélée par les armes : signe personnel, lignager, vassalique, politique, courtois ? En même temps que l’armoirie devient le marqueur de plus en plus exclusif du lignage, elle se partage encore dans le cadre de la vassalité, des offices et de différentes formes de dépendances honorables et constitue autour du prototype, l’écu plein du « chef d’armes », une parenté héraldique autant lignagère que politique. Cet aspect est fondamental et marque durablement la pratique des échanges héraldiques.

Qu’en est-il des concessions d’armoiries ? Dès la fin du XIIe siècle le moine de Marmoutier rapporte que Geoffroy Plantagenêt a reçu ses célèbres armes aux lionceaux de son beau-père Henri Ier d’Angleterre, à l’occasion de son mariage en 1127. C’est le premier exemple connu de concession héraldique ! De façon plus assurée, quelques décennies plus tard, les sceaux attestent d’octrois de partis fleurdelisés à des fidèles de Philippe Auguste ou à des filleuls en chevalerie de Louis VII ou de saint Louis. Quelques rares mentions normatives laissent alors penser que la concession des armoiries du souverain correspond à une donation formalisée. Mais la plupart de ces dons ont du intervenir oralement, leur proclamation publique suffisant à leur validation juridique. Les images restent alors souvent notre seule source d’information. A la fin du Moyen Âge en revanche, les concessions d’armoiries se multiplient à travers l’Europe et sont fréquemment validées par des lettres patentes dont un nombre conséquent a été conservé. Les héraldistes y distinguent des concessions d’armoiries – octroi d’une composition héraldique originale souvent assortie d’un anoblissement – et des augmentations d’armoiries – octroi d’un élément de l’emblématique du donataire en signe de distinction. Les nouveaux systèmes d’emblèmes de la fin du Moyen Âge, devise, mots et couleurs de livrées viennent encore multiplier les media du partage emblématique. Ils formalisent même à l’aide d’un instrument ad hoc, la devise, ces partages identitaires.

11 et 12 juin 2013
Hôtel Fumé – Salle des Actes
8, rue René Descartes à Poitiers
Contact
laurent.hablot@univ-poitiers.fr

Langues médiévales ibériques. Domaines espagnol et portugais

Source : Brepols

Stéphane Boissellier, Bernard Darbord, Denis Menjot (avec la collaboration de Georges Martin, Jean-Pierre Molénat et Paul Teyssier)

Langues médiévales ibériques. Domaines espagnol et portugais

Turnhout (Belgique) : Brepols, 2013. – 540 p. (L’atelier du médiéviste – 12).

[4e de couv.] La Péninsule ibérique, qui est une unité géographique évidente (aux yeux des étrangers…), devient au Moyen Âge, une fois passée la phase d’unité wisigothique, une zone de particularismes politiques et de grande diversité culturelle. Cette complexité s’exprime particulièrement dans la variété des langues vulgaires.
Au sud, l’arabe joue un rôle notable dans la culture écrite – et c’est là une des principales originalités hispaniques par rapport au reste de l’Occident médiéval –, mais il voisine avec des dialectes romans dits « mozarabes », employés massivement dans la communication verbale. Au nord, la différenciation politique, entre le VIIIe et le XIIe siècle, renforce la diversification linguistique, avant que des processus d’expansion et de centralisation, entre le XIe et le XVe siècle, ne conduisent à la domination – au moins à l’écrit – des normes linguistiques castillane (dans le centre de la Péninsule) et galégo-portugaise (à l’ouest), aux dépens de dialectes qui leur sont de toute façon assez proches (léonais, navarrais, aragonais) et aussi aux dépens l’arabe. Enfin, à l’est, le catalan, qui franchit les Pyrénées, appartient aux langues d’oc, et les régions ibériques catalanophones, qui sont d’ailleurs d’une richesse documentaire sans pareille, ont une histoire très liée au monde Franc, depuis l’intervention carolingienne ; pour ces raisons, ce domaine linguistique est exclu de ce volume – comme le basque et l’arabe en tant que tel.
C’est de cette richesse que ce livre veut rendre compte. Sans être aussi précoce que les pour langues germaniques, l’emploi des langues vulgaires ibériques à l’écrit s’observe assez tôt, à partir du début et plus encore du milieu du XIIIe siècle, et surtout il devient rapidement massif, en complément du latin : il est donc essentiel, à qui veut étudier et comprendre l’histoire des populations médiévales de la Péninsule ibérique, d’accéder aux textes rédigés dans ces idiomes – d’autant plus que les écrits du bas Moyen Âge constituent, au moins autant qu’ailleurs, la plus grande masse de la documentation conservée. Dans ce but, le parcours proposé ici est triple :

  •   Les traductions en regard des textes originaux, avec leurs commentaires philologiques, permettent de s’initier rapidement aux règles linguistiques nécessaires à une lecture suivie.
  •   Le choix des documents, qui tente de refléter ce qui subsiste – et même ce qui a existé – des textes médiévaux, et leur classement en fonction des pratiques sociales et culturelles offrent un panorama complet et représentatif des registres de langues, depuis les plus modestes chartes de ventes jusqu’aux récits de fiction les plus élaborés.
  •   Les chapitres introductifs et les bibliographies de travail constituent un guide pour la recherche historique.

L’ouvrage peut donc être utilisé par l’étudiant et le chercheur comme un manuel et comme un instrument de travail (un « atelier », selon la philosophie de cette collection), mais il peut servir aussi de « cabinet de curiosités » où l’honnête homme découvrira des langues sonores et savoureuses, un art d’écrire, bref l’essence même d’une culture.

Stéphane Boissellier est professeur d’histoire du Moyen Âge à l’Université de Poitiers. Bernard Darbord est professeur de langue et littérature espagnoles à l’Université Paris Ouest Nanterre. Denis Menjot est professeur d’histoire du Moyen Âge à l’Université Lyon 2.

Table des matières

Présentation de l’ouvrage

Chapitre premier. Les langues vulgaires, les pratiques d’écriture et leur cadre historique dans la Péninsule ibérique au Moyen Âge (par S. Boisselier, B. Darbord, D. Menjot)

I. Domaine castillan (BD)

II. Domaine portugais : L’usage des langues et les sources écrites (SB et BD)

Chapitre 2. Bibliographie générale et instruments de recherche

I. Domaine castillan (DM et BD)

II. Domaine portugais (SB)

Première Partie. Textes pragmatiques : écritures pour réglementer, gouverner et vivre en société

Introduction (SB)

Chapitre 3. Les écritures du commun : dire le monde matériel et prouver les droits (le lexique du « quotidien »)

Typologie et registres de langue (SB)

1. Charte notariée en castillan 1200 Palazuelos de la Sierra (BD)
2. Répartition de terres aux colons du groupe d’Alguazas dans le Repartimiento de Murcie (1266) (DM)
3. Une masse d’écrits très formalistes : les contrats agraires (Aboim 1284 et Almaziva 1312) (SB)
4. A la poursuites des esclaves maures et des serfs : formules notariales de procuration d’Alcobaça (ca. 1300) (SB)
5. La vie entre soi et la foi au quotidien : les statuts de la confrérie des éleveurs de Viana do Alentejo, 1319 (SB)
6. Contrat d’apprentissage à Saragosse (1325) (texte en aragonais) (DM)
7. L’univers domestique : dépenses des chanoines d’Evora (1340-41) (SB)
8. Testament d’Urraca Rodríguez (Valladolid, 1404) (DM)
9. Bail à ferme en Galice (7 avril 1433) (DM)
10. L’inventaire des biens mobiliers d’une église : « visitation » d’une commanderie d’un Ordre militaire, Mértola (1482) (SB)
11. Décrire l’espace agraire ou énoncer des droits? un terrier de la collégiale Saint Pierre de Torres Vedras (1484-1488) (SB)

Chapitre 4. Les écritures du pouvoir : la construction de la norme sociale

Typologie et registres de langue (SB)

12. Réglementation de l’artisanat dans le fuero de Baeza (XIIIe siècle) (DM)
13. Fuero juzgo, 1241 (GM)
14. Domination seigneuriale et dialogue social dans la colonisation : la formation d’une communauté d’habitants vue par sa charte de franchises (foral de Montoito, 1270) (SB)
15. Charte de peuplement accordée par Alphonse X au Puerto de Santa María (1281) (DM)
16. Constitution capitulaire de l’évêque de Burgos Alfonso de Hinojosa (1323) (DM)
17. Rapports d’autorité entre égaux : les « établissements » de l’Ordre militaire de Santiago au Portugal (1327) (SB)
18. Serment prêté par le roi de Navarre Philippe III devant les Cortès (1329) (texte en navarrais) (DM)
19. Confirmation d’un privilège royal accordé à l’évêché de Carthagène (1371) (DM)
20. Dire l’autorité : lois royales d’Alphonse III et d’Edouard (1273, 1346) (SB)
21. Fatwa du mufti d’Oran (début XVIe siècle), version aljamiada en caractères arabes (JPM)

Chapitre 5. Les écritures de la pratique gouvernementale, administrative et religieuse

Typologie et registres de langue (SB)

22. Tarif du portazgo de Sahagún au XIIIe siècle (DM)
23. Gouverner, c’est connaître : les enquêtes juridictionnelles d’Alphonse III (1259) (SB)
24. Du comptage des charrettes à la cour du prince : résolution des problèmes locaux de Bragança par les « chapitres spéciaux » aux Cortes (1331) (SB)
25. Charte des deux monedas octroyées par les Cortès à Alphonse XI (1349) (DM)
26. Témoignage isolé de l’encadrement religieux ordinaire, une notice d’administration du viatique à Coimbra (1369) (SB)
27. Comptabilités : extraits d’un rôle d’impôt direct de Séville de 1384 et registre comptable de paiements de la communauté juive de Tarazona de 1406-1407 (document aljamiado en romance aragonais et caractères hébraïques) (DM)
28. Ordonnance municipale de Ciudad Rodrigo (24 novembre 1441) (DM)
29. L’administration au village : extrait d’une législation municipale de Montemor-o-Novo (1443) (SB)
30. Gérer la croyance et la pratique : règlement de la cure de l’église paroissiale de Mértola (1482) (SB)

Deuxième Partie. Textes littéraires : écritures pour instruire, convaincre, distraire et témoigner

Introduction (SB)

Chapitre 6. Ecrire pour instruire : textes didactiques, moraux et savants

Typologie et registres de langue (SB)

31. Miracles de saint Dominique de Silos (DM)
32. Aly Aben Ragel, El libro complido en los iudizios de las estrellas (le Grand Livre des jugements des Etoiles) (1254) (BD)
33. Alphonse X, Setenario (1282-1284) (GM)
34. Théologie et morale en langue vulgaire : compendium du pénitentiel, dit « Livre des confessions » de Martín Pérez (SB)
35. Information juridique pour l’instruction du prince : un traité sur les degrés de parenté dans les « Ordonnances de D. Duarte » (1412-1426) (SB)
36. Au-delà du vade mecum du chrétien : une glose du « Notre Père » (ca 1418-1425) (SB)
37. Un prince moraliste : instructions de l’infant D. Duarte pour construire une sermon (1431) (SB)
38. Alfonso López de Valladolid, Regimiento contra la pestilencia (1437-1439) (DM)
39. Rodrigo Sánchez de Arévalo, Suma de la política (milieu XVe siècle) (DM)
40. Sermon de los siete pecados mortales (XVe siècle) (DM)

Chapitre 7. Ecrire pour faire mémoire : textes historiques et récit

Typologie et registres de langue (SB)

41. Estoria de España d’Alphonse X (1270), version « critique » (1282-1284) (GM)
42. Une écriture doublement « lapidaire » : inscriptions épigraphiques portugaises 1272-1340 (SB)
43. Raconter pour convaincre, l’hagiographie de la reine Isabelle (ca 1340) (SB)
44. Livre de la connaissance de tous les royaumes, terres et seigneuries qui sont de par le monde et des écus et armes qu’ils ont (dernier quart du XIVe siècle) (DM)
45. La mémoire des autres et la médisance : le roi Alphonse I dans les « Livres de lignages » nobiliaires (1340-1385, ca 1400) (SB)
46. Le souvenir des morts, obituaire de la collégiale Santa Marinha de Lisbonne (fin XIVe siècle) (SB)
47. Portraits des rois Pierre et Ferdinand dans des chroniques officielles (Fernão Lopes, ca 1430-1440) (SB)
49. Entre information et mémoire : un « routier » de la côte occidentale d’Afrique (ca 1485) (SB)

Chapitre 8. Ecrire pour distraire : poésie, narration et fiction (mester de jularía y mester de clerecía)

Typologie et registres de langue (BD)

50. A partir de 900, les Jarchas ou Kharjas (‘terminaisons’) (BD)
51. Gonzalo de Berceo,  » Le miracle du pauvre charitable » dans Los milagros de Nuestra Señora (BD)
52. Conte tiré du Sendebar (1253) (BD)
53. Cantigas galéo-portugaises, XIIIe siècle (PT)
54. La traduction d’un roman arthurien français, transposition ou adaptation? La Demanda do Santo Graal portugaise, XIIIe siècle (SB)
55. Libro del Caballero Zifar (1300) (BD)
56. Don Juan Manuel, El Conde Lucanor (1330-1335) : « De ce qu’il advint à celui qui voulait mettre ses amis à l’épreuve » (BD)
57. Poema de Alfonso onceno (1344-1348) (BD)
58. Epopée et concurrence mémorielle : la bataille du salado dans les « Livres de lignages » (ca 1380-1385) (SB)
59. La narration pieuse : le voyage dans l’au-delà dans le Conto de Amaro, fin XIVe siècle (?) (SB)
60. Jorge Manrique Coplas por la muerte de su padre (BD)
61. Romance de Diego Laynez (fin du XVe siècle ?) (GM)

Index des formes et des notions
Index bibliographique
Table des illustration et des crédits photographiques
Table des cartes
Tables des matières