La Licorne, n°103 (20 décembre 2012)

Source (image et contenu) : La Licorne
Source (image et contenu) : La Licorne

Dire le travail

Fiction et témoignage depuis 1980

Publié en ligne le 4 avril 2013

Etudes réunies et présentées par Stéphane BIKIALO et Jean-Paul Engélibert

Depuis les années quatre-vingt, la littérature a retrouvé un intérêt pour le travail qu’elle avait perdu depuis des décennies. Effet d’un « retour au réel » qui pousse les écrivains contemporains sur les voies du témoignage, de la mémoire, de l’enquête et de l’entretien : autant de pratiques qui suscitent des formes d’écriture autant qu’elles constituent des rapports au monde social. Aussi les œuvres qui en émergent n’ont-elles rien à voir avec une résurgence du naturalisme ou de l’engagement. Le monde des ouvriers, des employés et des cadres, observé, décrit, raconté ou fictionné pour lui-même, n’est pas un objet comme un autre, mais un de ceux qui ont le plus contribué à renouveler les formes narratives depuis trente ans en France et ailleurs dans le monde. Entre autres raisons parce que c’est un objet de langage : dans un monde où « l’entreprise » a imposé ses normes à la langue, le roman, comme la poésie, doit inventer les formes qui rendent toute sa puissance critique à la pensée.


  • Avertissements et préconisations aux chefs d’entreprises afin de les prémunir contre le ressentiment de leurs employés.  Par Lydie Salvayre
  • Avant-propos. Pourquoi «   dire le travail   ».  Par Stéphane BIKIALO et Jean-Paul Engélibert
  • Leslie Kaplan   : «   L’écrit-l’usine   : de l’expérience à la fiction   ».  Par Leslie Kaplan et Stéphane BIKIALO
  • Voix de bureau.  Par Joachim Séné
  • La sauvagerie du langage à l’œuvre.  Par Thierry Beinstingel

L’entreprise du réel

  • Petit boulot et sale boulot   : le travail précaire entre témoignage et fiction littéraire.  Par Corinne Grenouillet
  • Du sourire à l’aliénation, représentations du monde professionnel dans le roman engagé contemporain.  Par Sonya Florey
  • «   D’autres métiers que le mien   »   : l’écrivain face au travail de l’autre (Salvayre, Reinhardt, Carrère).  Par Fabien Gris
  • Parler, filmer, travailler. La voix, le regard et la main dans les Portraits d’Alain Cavalier.  Par Natacha Thiéry

La mémoire du monde ouvrier

  • Voix ouvrières en Franche-Comté Maurice Clavel ( Les Paroissiens de Palente , 1974) et Jean-Paul Goux ( Mémoires de l’Enclave , 1986).  Par Sylvain Dreyer
  • Tombeaux de la classe ouvrière   : Filippetti, Magloire, Sonnet.  Par Jean-Paul Engélibert
  • Filles d’ouvriers, regards sur la condition ouvrière dans quatre romans français et italiens contemporains.  Par Delphine Gachet

Le laboratoire de l’écriture

  • La formule «   Culture d’entreprise   »   : une fiction de l’entreprise.  Par Stéphane BIKIALO
  • Ouvriers vivants   : la langue en travail.  Par Isabelle Krzywkowski
  • Un sujet hanté par le travail (autour de Thierry Beinstingel, Retour aux mots sauvages , et de Nathalie Kuperman, Nous étions des êtres vivants ).  Par Béatrice Bloch
  • Du travail de la langue à la langue du travail (quelques facettes d’un discours contemporain sur la littérature).  Par Gilles Magniont

Comparaisons internationales
  • Le travail dans la littérature de témoignage d’Amérique Latine Regards de femmes.  Par Antoine Ventura
  • La transition du communisme au capitalisme libéral dans deux romans polonais contemporains.  Par Wiesław Kroker
  • Un chou-fleur au bureau. La représentation de l’espace professionnel dans quelques romans belges contemporains (Outers, Malinconi, Toussaint).  Par Judyta Zbierska-Moscicka
  • Le retour au réel, entre fiction et témoignage, dans la littérature italienne des 20 dernières années.  Par Claudio Panella

Population, mondialisation et développement : quelles dynamiques ?

Source: La Documentation Française

 

 – OUVRAGE DISPONIBLE DANS LE FONDS MIGRINTER DU SDS DE LA MSHS –

Sous la direction de Luc Cambrézy et Véronique Petit

Population, mondialisation et développement : quelles dynamiques ?

Paris : La Documentation française, 2012.- 174 p. (Les études)

[4e de couv.] Depuis deux décennies, la mondialisation a bouleversé la représentation du monde héritée de l’après Seconde Guerre mondiale et bousculé des situations figées par les décennies de la Guerre froide : les vieilles nations industrielles sont en crise, de nouveaux géants économiques sont apparus, l’Afrique émerge à son tour et de nouveaux équilibres se construisent. Ces bouleversements ont un impact considérable sur le développement sur le développement des pays du Sud et sur le mode de vie de leurs populations.

A l’heure où la catastrophe démographique annoncée à la fin du siècle dernier s’éloigne du fait du ralentissement de la croissance des populations constaté ou prévu sur tous les continents, les contributions de cet ouvrage remettent en cause certaines certitudes attachées aux pays longtemps qualifiés de sous-développés, puis en voie de développement.

L’urbanisation et l’apparition d’une classe moyenne éduquée, avide de progrès et de démocratie, modifient profondément le cadre de sociétés inégalement confrontées à la problématique du développement : la pauvreté, la sous-alimentation, l’espérance de vie trop courte, l’accès à la terre, l’instabilité politique, les migrations et les problèmes environnementaux sont là pour le rappeler.

CONTIENT :

Avant-propos (Luc Cambrézy, Véronique Petit)

1. Le début de la fin ? Le revirement de la croissance démographique mondiale (Christophe Z. Guilmoto, Isabelle Attané et Sébastien Oliveau)

La fin de la croissance démographique mondiale ?

Des disparités régionales toujours considérables

Les moteurs de la croissance démographique

Croissance et recomposition démographiques

2. Population et environnement : 50 ans de débat (Frédéric Sandron)

La relation population-environnement des années 1960 jusqu’à aujourd’hui

Les populations du Sud face aux questions environnementales

Migration et environnement

3. Institutions et développement : quelles interactions ? (Isabelle Lebon, Frédéric Gavrel)

Quel régime politique pour quel développement ?

Les institutions politiques influencent-elles le développement ?

Le développement influence-t-il le régime politique ?

Droit de propriété et développement

4. Migrants qualifiés et mondialisation : une étape vers le développement ? (Véronique Petit)

Définitions et mesures

Les déterminants des mouvements migratoires

Les migrants qualifiés : opportunité individuelle, gain collectif ?

5. La question foncière en milieu rural (Luc Cambrézy, Yves Magnon)

Accroissement démographique et distribution du peuplement : la terre manque-t-elle ?

La terre, une ressource de plus en plus spéculative

Diversité des droits fonciers et pluralisme juridique en Afrique subsaharienne

La quadrature du cercle

6. Les relations villes/campagnes : nouveaux contextes, nouvelles configurations ? (Bernard Tallet)

Les changements géographiques : vers la fin des contraintes de localisation ?

De nouvelles dynamiques rurales

Vers une recomposition inégale des espaces agricoles et une diversification des espaces ruraux

7. L’insécurité alimentaire : dimensions, contextes et enjeux (Pierre Janin, Charles-Édouard de Suremain)

Les dimensions du « manque alimentaire »

Une insécurité alimentaire différente selon les contextes

Les nouvelles formes du risque : crise alimentaire durable, insécurité alimentaire systémique

Outils et diagnostics sur la sellette

Limites et biais des stratégies de lutte contre l’insécurité alimentaire

Conclusion (Luc Cambrézy, Véronique Petit)

Counting Populations, Understanding Societies

Source (image et contenu du billet) : Springer

Véronique Petit

Counting Populations, Understanding Societies : Towards a Interpretative Demography

Berlin : Springer, 2013. – 208 p. (Demographic Transformation and Socio-Economic Development – 1).

The core aim of this book is to determine how anthropology and demography can be used in conjunction in the field of population and development.

The boundaries of demography are not as clearly defined or as stable as one might think, especially in view of the tension between a formal demography centered on the ‘core of procedures and references’ and a more open form of demography, generally referred to as Population Studies.

Many rapprochements, missed opportunities and isolated attempts marked the disciplinary history of anthropology and demography, both disciplines being founded on distinct and highly differentiated traditions and practices. Moreover, the role and the place assigned to epistemology differ significantly in ethnology and demography. Yet, anthropology and demography provide complementary models and research instruments and this book shows that neither discipline can afford to overlook their respective contributions.

Based on research conducted in West Africa over more than twenty years, it is a defense of field demography that makes case for a continuum ranging from the initial conception of fieldwork and research to its effective implementation and to data analysis. Changes in behaviors relating to fertility, poverty or migration cannot be interpreted without invoking the cultural factor at some stage. Representations in their collective and individual dimensions also fit into the extended explanatory space of demography.

Content Level » Research

Keywords » British social anthropology – Comprehensive demography – Demography and governance – Demography to demology – English political arithmetic – Epistemology in demography and anthropology – Ethnology and demography – Fertility, poverty and migration – French anthropology – INED and INSEE – Population studies

Table of contents

  • Chapter 1. EPISTEMOLOGY IN DEMOGRAPHY AND ANTHROPOLOGY
  • Chapter 2. THE INSTITUTIONALIZATION OF A WILD SCIENCE.
  • Chapter 3. THE CONTOURS OF A SOCIAL SCIENCE
  • Chapter 4. AN OBJECT CALLED POPULATION
  • Chapter 5. DEMOGRAPHY AND ANTHROPOLOGY: A RETURN TO THE ORIGINS
  • Chapter 6. THE PRACTICES OF COMPREHENSIVE DEMOGRAPHY
  • Chapter 7. SOME UNRESOLVED ISSUES
  • APPENDIX. THE CONTEMPORARY ACTORS OF FRENCH DEMOGRAPHY
  • BIBLIOGRAPHY.

[29-30 mai 2013] Colloque « Territoire(s) et réseaux locaux : quelles perspectives théoriques et méthodologiques en sciences sociales ? »

  • Colloque des doctorant-e-s du GRESCO

L’approche locale d’une institution, d’un mouvement ou d’un fait social renvoie à des conceptions différentes de la construction des objets de recherche en sciences sociales. A l’intersection de plusieurs disciplines (sociologie, géographie sociale, anthropologie et sciences politiques…), ce colloque propose de faire l’état des lieux des méthodes de recherche actuelles permettant de saisir les dimensions spatiales des phénomènes sociaux.

Dans cette perspective, nous nous intéressons aux notions utilisées par les chercheurs telles que « territoire », « local » et « localité ». Comment le local se construit-il comme variable explicative ou comme catégorie d’analyse au sein des différentes disciplines en sciences sociales ? Nous débattrons des ambiguïtés de ces notions comme des manières d’envisager l’action sociale entre espace physique et espace social : des effets du local sur l’action collective et individuelle, aux rôles des acteurs et des actrices dans les réseaux et à la multi-dimensionnalité des interactions entre local, national et global.

Les méthodes d’enquête, monographiques, ethnographiques, quantitatives, et comparatives seront questionnées afin d’appréhender la manière dont elles peuvent être mobilisées par le chercheur. Quels sont les avantages, les limites et les coûts de chacune des méthodes envisagées ? Un ensemble de concepts seront au cœur des discussions, entre autres le capital social (Bourdieu, 1980) et celui d’autochtonie (Chamboredon et al, 1984 ; Retière, 2003, Renahy, 2005). Ceux-ci se situent à l’intersection des réflexions sur les réseaux sociaux – pensés comme un ensemble d’interactions continues entre les individus, sur les sentiments d’appartenance à un groupe, sur les formes de proximités territoriales / sociales ou encore sur les stratégies d’investissements constitutives d’une position sociale à produire ou à reproduire. Enfin, c’est dans une démarche de comparaison internationale que nous souhaitons également engager ce débat autour des formes de mobilisation, de résistance et d’engagement inscrites localement. Nous questionnerons l’enchevêtrement de différentes échelles et notamment celles du local, du national et de l’international. Leur articulation permet-elle de dépasser la notion de territoire ?

  • Les trois axes du colloque :

1. « Faire son territoire » : repenser les inégalités sociales

2. Usages des discours sur le local : transformation et construction d’espaces sociaux

3. L’imbrication du local et du global : de quelle(s) mondialisation(s) parle-t-on ?

Retrouvez ici le programme intégral du colloque.

La recherche à la MSHS de l’Université de Poitiers

Ce carnet présente l’actualité de la recherche à la Maison des sciences de l’homme et de la société de l’Université de Poitiers (MSHS), Unité mixte de service et de recherche CNRS-Université de Poitiers et fédération de recherche à laquelle sont associées l’intégralité des laboratoires en Sciences humaines, économiques et sociales (SHES) poitevins. Les principales thématiques développées sont : (1) Langage et cognition (2) Individus, sociétés et organisations(3) Humanité, culture et patrimoine.