Vient de paraître : « Les îles de la Caraïbe : enjeux et perspectives » / Michel Desse

9782336291307j

Michel Desse est Professeur de Géographie à l’Université de Poitiers. Il dirige le laboratoire Ruralités. Il a co-écrit La Caraïbe, données environnementales et Les littoraux antillais : des enjeux de l’aménagement à la gestion durable. Ses travaux portent sur l’évolution socio-économique des îles ainsi que sur les modes d’utilisation et de gestion des littoraux de la Caraïbe, thème de son habilitation à diriger des recherches.

24 x 32 cm / Broché / 300 pages / L’Harmattan / ISBN : 978-2-33629-130-7

[4e de couv.]

Destinations touristiques, croisières de luxe, paradis fiscaux : zones grises de la crise financière, manifestations contre la vie chère et tremblement de terre le plus meurtrier de l’histoire ; les îles de la Caraïbe qui occupent une part importante de l’actualité, restent largement méconnues. L’objectif de cet ouvrage est d’aborder ces îles, en dresser un diagnostic, à des échelles différentes et sur le temps long afin de comprendre les dynamiques contemporaines et les capacités insulaires à s’adapter voire à dépasser les crises. Sur ces espaces parfois étroits, données environnementales, sociales, économiques et géostratégiques se chevauchent, nécessitant leur prise en compte pour un développement durable et équilibré.

L’ouvrage est structuré en quatre parties. La première interroge l’hypothétique unité de la Caraïbe. La diversité des histoires politiques, des alliances, des ancrages aux Etats-Unis ou à l’Union Européenne composent une mosaïque insulaire où chaque territoire connaît une évolution originale. Cette diversité se retrouve aussi à toutes les échelles des données environnementales, diversité des Petites et des Grandes Antilles, des îles volcaniques ou calcaires, des côtes-au-vent ou sous-le-vent. La seconde partie s’intéresse aux dynamiques fédératrices, les principes d’une histoire coloniale commune, d’une culture et d’une identité créole partagée, la dépendance et l’influence des diasporas qui constituent une autre Caraïbe aspatiale. Le troisième chapitre présente l’originalité de ces économies insulaires qui ont largement fait l’impasse de la révolution industrielle, passant directement d’économies coloniales à large base agricole à des économies tertiaires. Les choix économiques sont divers, poursuite de l’agriculture d’exportation et tourisme, primauté au développement touristique, utilisation du large spectre de la déréglementation pour devenir des plaques tournantes du commerce, de la finance, des sièges d’entreprises ou des compagnies maritimes internationales. Enfin la quatrième partie aborde la nécessité de conduire des politiques publique de développement durable. Les fortes densités, les déséquilibres spatiaux entraînant la congestion urbaine et économique s’oppose à la richesse des écosystèmes et leur fragilité. Les risques environnementaux, sismiques, cycloniques laissent présager des menaces qui doivent aussi être prises en compte.

[18 octobre 2013 – 16 mars 2014] Exposition : « La licorne et le bézoard. Une his­toire des cabi­nets de curio­si­tés, d’hier à aujourd’hui »

Source : Musée Sainte Croix de Poitiers
Source : Musée Sainte Croix de Poitiers

Musée Sainte-Croix

3 bis rue Jean-Jaurès

86000 Poitiers

Organisateurs : Anne Benéteau-Péan, Myriam Marrache-Gouraud, Pierre Martin, Dominique Moncond’huy

 

Cette expo­si­tion a pour ambi­tion de don­ner à voir et à com­prendre ce que furent les cabi­nets de curio­si­tés en Europe du XVIe au XVIIIe siècle, pour en venir à ce qui nous attire aujourd’hui vers l’idée de la col­lec­tion et de la curio­sité. Dans une approche chro­no­lo­gique et géo­gra­phique, l’exposition pré­sen­tera les dif­fé­rents types d’espaces micro­cosmes qui ont pu voir le jour en Europe, un siècle après l’autre. L’« image » de l’univers qui est com­po­sée dans les cabi­nets de curio­si­tés, en réunis­sant aussi bien des natu­ra­lia que des pro­duc­tions humaines, répond à la fois à l’idée de pen­ser le monde, de l’observer pour ten­ter de mieux le com­prendre, de l’admirer au sens lit­té­ral. Par­fois ce sont aussi des lieux de pres­tige,  et du pou­voir lié au culte de la rareté ; lorsque ces lieux s’attachent à la pro­gres­sion du savoir, ils deviennent creu­sets, parmi d’autres, de l’évolution des sciences.

Grâce au concours de pres­ti­gieuses col­lec­tions locales, régio­nales, natio­nales (Musée du quai Branly) voire étran­gères (Ambras, Bologne), seront ras­sem­blés à la fois des pièces emblé­ma­tiques et rares et des objets « ordi­naires ». L’exposition s’articulera entre la salle d’exposition tem­po­raire du musée Sainte-Croix et des petites salles de l’Espace Mendès-France.

Cet évé­ne­ment sera accom­pa­gné de publi­ca­tions : cata­logue, livret pour le jeune public, publi­ca­tions élec­tro­niques… ainsi que d’une riche pro­gram­ma­tion cultu­relle et scien­ti­fique, à la fois au musée, à l’Espace Mendès-France et à l’Université.

C’est à une découverte de leur histoire qu’invite cette exposition. Chaque salle reconstitue ou donne à voir un type de cabinet. À l’évocation du studiolo d’Urbino, avec son exceptionnel décor de marqueterie lié aux différentes formes du savoir, succède une salle octogonale où s’accumulent quantité d’objets, animaux naturalisés et squelettes, monnaies et statuettes, pierres de foudre, coraux… formant une sorte d’« abrégé du monde ». Les figures des principaux amateurs de curiosités sont rassemblées dans la galerie suivante, témoignage d’un réel engouement européen. Dans le cabinet princier, conçu en écho à celui du château d’Ambras en Autriche, les objets les plus précieux côtoient armes de prestige et meubles de cabinet. Un jardin factice sert de cadre à l’évocation de l’apothicaire Contant, installé à Poitiers, et à sa collection ouverte sur l’Atlantique et les objets amérindiens. La maquette du premier cabinet de Chevalier, à Amsterdam, est entourée des descriptions qu’il a lui-même publiées de sa collection de médailles, d’œuvres d’art, de nombreux objets issus du commerce international d’alors. La collection de Ruysch, médecin anatomiste de la fin du XVIIe siècle, révèle sa double fascination pour l’histoire naturelle et pour le corps humain et ses pathologies, au travers de vanités tridimensionnelles.

Un dernier espace questionne la vivacité de la curiosité dans le monde contemporain. Autour d’œuvres du XXe et du XXIe siècle – “boîte verte” de Marcel Duchamp, œuvre de Jean-Michel Othoniel, bustes de Jan Fabre, évocation du château d’Oiron, des objets insolites revisitent la question des “reliques”, des images issues de la recherche scientifique illustrent le questionnement permanent sur la connaissance du monde, et nous renvoient à notre fascination pour l’inconnu, l’étrange, le rare, le merveilleux…

L’exposition se poursuit à l’Espace Mendès-France où sont réunis des objets scientifiques du XIXe siècle, liés à l’expérimentation électrique et à l’anatomie. Ils témoignent de l’évolution des collections scientifiques, héritées des cabinets de curiosités, à l’heure des grandes découvertes des sciences modernes.

Parution des “Cahiers de civilisation médiévale” Tome 56, 2013, n° 223 (fasc.3)

 

Source : CESCM
Source : CESCM

Retrouvez les dernière pages de couvertures des numéros des Cahiers de civilisation médiévale sur Academia.edu

 

Vous pouvez consulter le sommaire du n° 223.

 

Pour toute information : les Cahiers de civilisation médiévale

Vient de paraître : “La cathédrale Saint-Pierre. Enquêtes croisées” / sous la direction de Claude Andrault-Schmitt

Source : CESCM
Source : CESCM

Claude Andrault-Schmitt est professeure d’histoire de l’art médiéval à l’université de Poitiers. Elle dirige au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale l’axe de recherche Territoires, monuments et techniques.

24 x 32 cm / Broché / 408 pages / LUP 1439 / ISBN : 978-2-36746-156-4

Ouvrage à paraître fin 2013.

Entre autres articles et ouvrages sur l’art roman ou l’art gothique, elle a publié récemment, chez le même éditeur, La cathédrale de Tours.

[4e de couv.]

Résolument pluridisciplinaire, cette monographie de la cathédrale gothique de Poitiers réunit des enquêtes lancées depuis plusieurs années au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (UMR 7302, université de Poitiers/CNRS). Issu des interrogations actuelles sur les chantiers médiévaux, appuyé sur des campagnes photographiques qui ont dévoilé des détails insoupçonnés, l’ouvrage explore des domaines aussi divers que l’architecture, la mise en œuvre des parois et des voûtes, les marques lapidaires, la charpente, les stalles, les vitraux, la peinture, la sculpture… De sa genèse à sa publication, il s’est enrichi d’échanges et de discussions « croisées » entre spécialistes de sensibilité différente et s’inscrit naturellement dans le présent de la recherche et des découvertes.

Les chapitres sont regroupés en neuf parties. Chacune est introduite par une présentation résumant questions, hypothèses et conclusions, si bien que le lecteur pourra choisir telle ou telle séquence : espérons que, chemin faisant, il sera tenté par l’ensemble des analyses qui soulignent l’intérêt exceptionnel de cet édifice singulier.

Les principaux Auteurs :

Claude Andrault-Schmitt, Marcello Angheben, Sébastien Biay, Yves Blomme, Brigitte Boissavit-Camus, Karine Boulanger, Marie-Thérèse Camus, Vincent Debiais, Frédéric Épaud, Robert Favreau, Bénédicte Fillion-Braguet, Yves Gallet, Claudine Landry-Delcroix, Fabrice Mandon, Chiara Piccinini, Bertrand Pilot, Daniel Prigent, Nicolas Reveyron, Markus Schlicht, Cécile Treffort, Eliane Vergnolle

Claude Andrault-Schmitt est professeure d’histoire de l’art médiéval à l’université de Poitiers. Elle dirige au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale l’axe de recherche Territoires, monuments et techniques.
Entre autres articles et ouvrages sur l’art roman ou l’art gothique, elle a publié récemment, chez le même éditeur, La cathédrale de Tours.

Escritural, n°6 : “Cordel en mouvement. Los cuadernos de Alicia Kozameh”

Source : CRLA-Archivos
Source : CRLA-Archivos

Table des matières

1.LE CORDEL EN MOUVEMENT

Dossier préparé par Caio César Christiano, Paulo Iumatti, Michel Riaudel et Sandra Teixeira

– Presentation (Michel Riaudel)

UN CARREFOUR SÉMIOTIQUE ET DISCIPLINAIRE

– História e folhetos de cordel no Brasil : caminhos para a continuidade de um diálogo interdisciplinar (Paulo Teixeira Iumatti)
– Natureza e ambiente na Literatura de cordel brasileira (Carlos Nogueira)
– La Littérature de cordel dans la « culture brésilienne » (Paulo Teixeira Iumatti)

POPULAIRE/ÉRUDIT : LA LITTÉRATURE SOUS TENSION

– Representações da arte popular : natureza e artifício no romantismo brasileiro  (Cilaine Alves Cunha)
– Abstração, arte popular e concreticidade histórica  (Priscila Figueiredo)
– Itinéraire d’un poème composé de « A à Z ». Manuscrit, cancioneiro, folheto de cordel et imprimé  (Véronique Le Dü da Silva-Semik)
– Música popular, histórias e disputas em torno de um conceito  (Martha Abreu e Carolina Vianna Dantas)
– O Cordel no contexto da Música Popular Brasileira. Imaginar o sujeito brasileiro e a nação pela música popular  (Rogério da Silva Lima)

LE “CORDEL” D’AUTRES CORDES

– La diffusion de la légende d’Attila en Italie : de la littérature courtoise aux livrets populaires   (Edina Bozoky)
– Les rapports des élites et du cordel dans l’Espagne du XVIIIe siècle : entre rejet et récupération   (Céline Gilard)
– Cordel e migração : o folheto como veículo das histórias e suporte das memórias da migração nordestina no Rio de Janeiro (1950-2010)  (Sylvia Nemer)
– Se remémorer des Cantigas de cego – Le cas de Mariana Monteiro  (Filomena Sousa)
– José Galissá, um « griot » mandinga em Portugal  (José Barbieri)
– Culture populaire : histoire, mémoire, voix et écriture. La présence de la littérature de cordel dans la production culturelle et littéraire açorienne  (Carmen Ponte)

LES MÉTAMORPHOSES DU « CORDEL » CONTEMPORAIN

– Cordel : ontem e hoje  (Luiza Lobo)
– De marginal a exótico, de folheto a cordel, de folk a cult : a construção de um cânone chamado literatura popular em verso  (Francisca Pereira dos Santos)
– Juazeiro do Norte : entre benditos e mauditos…  (Mylène Contival)
– O Cordel como meio didático. O velho espírito e as novas formas  (Maria Aparecida Ribeiro)
– Os ciber-cordelistas, poetas da rede (Paola da Cunha)

2.ARCHIVES VIRTUELLES LATINO-AMÉRICAINES

La metáfora de lo real en la poesía carcelaria de Alicia Kozameh (Amandine Guillard)

3.LE COIN DES DOCTORANTS

Les composantes andines du second calendrier de la Nueva corónica de Guaman Poma (Pérou, 1615) (Audrey Prevôtel)
4.COMPTES-RENDUS ET ACTUALITÉS

– La Poésie du Brésil – Anthologie du XVIe au XXe siècle. Max de Carvalho [en collaboration avec Magali de Carvalho & Françoise Beaucamp, édition bilingue, Paris: Editions Chandeigne, 2012] (Daniel Rodrigues)

Vient de paraître : REMI 29-2 (2013)

Nouvelle parution vol. 29 n° 2 (2013)

La Revue Européenne des Migrations Internationales a le plaisir de vous annoncer son dernier numéro paru.

Source : REMI
Source : REMI

Abonnement et vente au numéro

Visitez le site Internet de la REMI

Contact

 

REMI (Revue Européenne des Migrations Internationales)

Université de Poitiers

MSHS – Bâtiment A5 – 5, rue Théodore Lefebvre

86000 Poitiers – France

Tél. : 05.49.45.46.56 – Fax : 05.49.45.46.68

Courriel : remi@mshs.univ-poitiers.fr

Site Internet : http://remi.revues.org/

La Licorne, n°105 (21 octobre 2013)

Source  (image et contenu) : La Licorne
Source (image et contenu) : La Licorne

Numéro 105

Le Genre et ses qualificatifs

Publié en ligne le 21 octobre 2013

Etudes réunies et présentées par Henri SCEPI

Faisant suite au volume Le Genre de travers : littérature et transgénéricité (La Licorne, n° 82, 2008), le présent ouvrage prolonge une réflexion collective consacrée aux enjeux théoriques de la généricité. L’angle d’approche privilégie la qualification conçue comme un ensemble de procédures d’évaluation, relevant soit d’une appréciation individuelle, soit d’un mécanisme plus largement institutionnel, par quoi l’œuvre littéraire est à la fois située dans sa spécificité et rendue à ses conditions actuelles d’intelligibilité. Le propos vise moins, dans un premier temps, à interroger les œuvres littéraires approchées isolément (et à mesurer par là leur degré de conformité à tel ou tel seuil de généricité) qu’à procéder à une critique de la critique, prenant pour objets prioritaires les discours et les savoirs, les doctrines et les théories. C’est pourquoi la perspective d’ensemble de cette réflexion s’ancre dans le champ de la réception et s’attache à cerner les modes de constitution relatifs – relatifs parce que par nature historiques – par lequel un discours sur les genres ouvre la voie à une théorie de la généricité, autre versant d’une théorie de la littérature. Dans Les Fleurs de Tarbes, Jean Paulhan, se livrant à une archéologie critique de la modernité, écrivait : « Je ne sache pas de danger plus insidieux ni de malédiction plus mesquine que ceux d’un temps où maîtrise et perfectiondésignent à peu près l’artifice et la convention vaine, où beautévirtuosité et jusqu’à littérature, signifient avant tout ce qu’il ne faut pas faire. » Si puissant que soit le démon de l’original, il n’échappe pas à la généricité. S’il témoigne d’abord de la pluralité des discours critiques, le terme de « qualificatifs » révèle aussi ces déplacements, ces déports, ces détours qui fondent la « relation générique » à l’œuvre.

———————————————————————————————————————————————-

  • Avant-propos.  Par Henri SCEPI

———————————————————————————————————————————————-

IDENTIFICATION

  • Document sans titre.  Par Isabelle JOUTEUR
  • Un objet poétique mal identifié   : l’épopée à la Renaissance… et un peu au-delà.  Par Denis BJAÏ
  • Entre tradition théâtrale et mise en miroir du genre   : Le Matamore dans le théâtre du premier xvii e   siècle.  Par Françoise POULET
  • Quel genre de frontières narratives pour l’utopie   ? L’exemple des utopies françaises du règne de Louis XIV à l’aune de leur lecture ironique.  Par Patricia GAUTHIER
  • De la prose poétique au poème en prose   : Baudelaire, Bertrand et la confusion des genres.  Par Steve MURPHY
  • Une rhétorique martyrisée, ou comment un drame romantique devient poésie moderniste.  Par Ioana BOTH

———————————————————————————————————————————————-

LÉGITIMATIONS

  • Le théâtre contemporain   : un théâtre «   qualifié   ».  Par Françoise DUBOR
  • Le genre comme instance de légitimation du littéraire à l’école   : le cas des philosophes du xviii e   siècle.  Par Laetitia PERRET-TRUCHOT
  • Formes scolaires des genres littéraires ( xix e – xx e siècles).  Par Nathalie DENIZOT
    • Le roman naturaliste   : qualification et disqualification critique d’un genre. Par Alina Iuliana NASTASE
    • De La Harpe à Casimir Delavigne   : le retour problématique du dithyrambe (1780-1815).  Par Jean-Noël PASCAL
    • 2, 3, 1   : «   L’imaginaire théorique du fantastique   ».  Par Denis MELLIER

—————————————————————————————————————————–

  • DÉRIVATIONS / DÉCLINAISONS
    • Une parole qui se veut performative   : considérations génériques sur Une saison en enfer .  Par Yoshikazu NAKAJI
    • Une parole qui se veut performative   : considérations génériques sur Une saison en enfer .  Par Yoshikazu NAKAJI
    • Fantômes qualifiés.  Par Daniel SANGSUE
    • Du dramatique dans le poétique   : Lorca, le poète dramaturge.  Par Henry GIL
    • Laforgue parodiste   ? Examen critique de la dénomination de parodies appliquée aux Moralités légendaires .  Par Madeleine GUY
    • Tragique, spectaculaire, sophistique.  Par Jean-Philippe GUEZ
    ————————————————————————————————————————————–

    L’AUTRE NOM DU GENRE

    • «   A Skilful Artist has Constructed a Tale   » – La nouvelle comme texte/image   : vers une critique intermédiale.  Par Liliane LOUVEL
    • L’emblématique restreinte   : réflexion sur la Delie de Maurice Scève.  Par Pierre MARTIN
    • «   Roman pour femmes de chambre   » et légitimation du romancier (1815-1840).  Par Marie PARMENTIER
      • «   Un certain Loti de convention auquel je m’imaginais ressembler   » , Loti   : autofiction   ?.  Par Jacqueline NIPI-ROBIN
      • L’amour des «   délicates choses grises   »   : quelques variations sur le genre botanique dans la littérature contemporaine, d’André Gide à Claude Simon.  Par Alix TUBMAN-MARY
      • Roland Barthes, essayiste, et son rapport au théâtre.  Par Romain JOBEZ

Poétisation de l’histoire. L’événement en textes et en image

417cj+iTUgL__
Source (image et contenu) : PU Rennes

Elvire Diaz (dir.)

Poétisation de l’histoire. L’évènement en textes et en images

Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2013. 272 p. (Interférences).

La « poétisation », qui est au coeur de l’ouvrage, dépasse le fait de mettre en poésie, stricto sensu. Si dans le discours littéraire, c’est écrire ou parler poétiquement, ou donner une dimension poétique, l’ouvrage englobe non seulement l’écriture poétique et fictionnelle mais aussi la représentation artistique, inspirée notamment du concept de poésie et d’ « aura » qui émane de l’oeuvre d’art, selon Walter Benjamin. Modalité de représentation du réel, esthétisation de l’événement, la poétisation est un moyen de médiation et de transmission, mais aussi d’instrumentalisation, qui revisite le rapport entre histoire et arts (littérature, peinture, cinéma, iconographie, etc.). Au croisement de divers arts, elle met en jeu l’intermédialité, la mise en récit, la mise en forme artistique d’un fait et ce faisant, elle interroge sur l’engagement par l’art. L’ouvrage analyse la mise en textes et en images de l’événement, les modalités et les buts de la poétisation, dans des oeuvres précises (films, tableaux, romans, poèmes, etc.), à travers des approches croisées. Les quinze contributions issues de disciplines variées (civilisation, histoire, histoire des idées, littérature, cinéma, peinture, etc.) réunies ici embrassent les aires culturelles européennes et américaines, du Moyen Âge à aujourd’hui. L’ouvrage est structuré autour d’axes thématiques : l’action dans la cité exercée par le poète ou l’artiste ; la poétisation comme alternative du discours historique ; la poétisation comme dénonciation éthique et politique, par d’autres biais que le discours critique. « La poétisation de la terreur » montre que l’esthétisation par la peinture, le cinéma ou la littérature permet de dépasser la violence de la guerre ou du terrorisme. L’ouvrage s’inscrit dans le champ de l’histoire culturelle et explore les interférences entre l’Histoire, ses traces, son écriture, ses représentations et les arts.

Table des matières

Première partie

Poétisation et action dans la cité

Le poète, gardien de la mémoire et prophète

Jean-Marie PAUL

Le poète en action

Histoire d’une rêverie politique

Jean-Baptiste DECHERF

De l’actualité à l’histoire

Comment l’imaginaire médiéval ancre le présent dans la trame du temps et du poème

Caroline JANOWSKI

Poétiser le récit biblique : l’inventivité convenable des images au service de la Vierge Marie

Amélie BERNAZZANI

Deuxième partie

La poétisation comme narration alternative de l’histoire

De la critique à la « réécriture » de l’histoire : l’azulejo témoin de son temps (1640-1668)

Céline VENTURA TEIXEIRA

La culture poétique de la paix dans la littérature allemande (1748-1802)

Françoise KNOPPER

« La classe ouvrière et les intellectuels »

Poétisation de l’histoire et de la politique dans un tableau monumental du peintre est-allemand Werner Tübke (1929-2004)

Mechthild COUSTILLAC

Poétisation et politisation

La Transition espagnole (1975-1986) questionnée par le roman espagnol contemporain

Elvire DIAZ

Troisième partie

La poétisation comme dénonciation par-delà le discours critique

En musique vers le nazisme : Cabaret de Bob Fosse, poétisation à rebours de la République de Weimar

Gilbert GUILLARD

La Shoah dans La vie est belle de Roberto Benigni et Train de vie de Radu Mihaileanu

Licia BAGINI

Traduction artistico-littéraire de la dissidence dans l’Espagne franquiste (1936-1975)

Marie-Catherine Talvikki CHANFREAU

Quatrième partie

La poétisation de la terreur

Peinture et poétisation de l’horreur

Les représentations de Hiroshima par Arnulf Rainer (Hiroshima-Zyklus, 1982)

Hilda INDERWILDI

Les échos de l’histoire : la poétique des analogies dans Les Égarés d’André Téchiné

Dieter MERLIN

Des pièges dans le contrat ?

Le cas de e Contractor (2007)

Charles HOLDEFER

New York, Madrid, Londres : représentations littéraires du terrorisme global

Adriana KICZKOWSKI YANKELEVICH

Résumés

Auteurs

La tragédie malienne

Source (image et contenu) : MigrInter

Coordonné par Patrick Gonin, Nathalie Kotlok et Marc-Antoine Pérouse de Montclos

La tragédie malienne

Paris: Vendémiaire Editions, 2013, 352 p. (Géographies)

Présentation éditeur :

Depuis juillet, la France se désengage militairement du Mali après une opération de plusieurs mois, mais pour autant le Mali est-il réellement revenu à une situation de stabilité ? Sur le terrain, certes, la menace djihadiste semble contenue, et l’élection présidentielle a pu avoir lieu dans des conditions qui ont satisfait les observateurs internationaux. Pour autant, le pays est-il vraiment sur le chemin de la reconstruction ?

Ramener la tragédie malienne à la montée en puissance de l’islam radical dans cette zone de turbulences qui va de la Somalie à la Mauritanie et de la mer Rouge à l’océan Atlantique serait réducteur. Une lecture purement internationale de la crise peut s’avérer trompeuse : le Mali est en réalité confronté à de graves défis intérieurs que pas un de ses gouvernements n’est jusqu’alors parvenu à résoudre.

C’est à l’analyse de ces dysfonctionnements internes, sur la longue durée, que cet ouvrage est consacré. Bien au-delà de l’actualité immédiate.

Table des Matières

  • Dans l’œil du cyclone : une lecture internationale
    • Marc-Antoine Pérouse de Montclos
  • Du Haut-Fleuve au Mali indépendant : genèse d’un État, 1855-1960
    • Francis Simonis
  • Le Mali postcolonial : perspectives politiques
    • Clemens Zobel
  • Y a-t-il un gouvernement légitime au Mali ?
    • Naffet Keita
  • Un État faible, des territoires en devenir
    • Stéphanie Lima
  • Des Touareg en rébellion
    • André Bourgeot
  • Un pays musulman en quête d’État-nation
    • Gilles Holder
  • L’ethnie : fantasme occidental et réalités culturelles
    • Anne Doquet
  • Récit national et recours au passé : à chacun son Mali
    • Francis Simonis
  • Maliens de l’étranger
    • Patrick Gonin, Nathalie Kotlok
  • Émigration et démocratisation
    • Lisa Chauvet, Flore Gubert, Sandrine Mesplé-Somps
  • Quelle économie pour sortir de la pauvreté ?
    •  Jean-Etienne Bidou, Isabelle Droy
  • Population et sécurité alimentaire : le Mali peut-il se suffire à lui-même ?
    • Jean-Etienne Bidou, Pierre Janin
  • Le Mali dans le monde
    • Patrick Gonin, Nathalie Kotlok, Stéphanie Lima

Notice catalographique :

La tragédie malienne / sous la direction de Patrick Gonin, Nathalie Kotlok et Marc-Antoine Pérouse de Montclos. — Paris : Vendémiaire Editions, 2013. — 343 p. — (Géographies)
ISBN 978-2-36358-106-8

Des sentiments au point de vue : études de linguistique contrastive

Source (image et contenu) : PU Rennes
Source (image et contenu) : PU Rennes

Hélène Chuquet, Raluca Nita et Freiderikos Valetopoulos (dir.)

Des sentiments au point de vue : études de linguistique contrastive

Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2013. 280 p. (Rivages linguistiques).

Ce volume est consacré à l’expression linguistique des sentiments et du point de vue : il s’agit de la synthèse de travaux d’équipe et d’une journée qui s’est ouverte à des chercheurs extérieurs. Au-delà de la diversité des approches théoriques, il se propose avant tout de mettre en regard plusieurs langues sur le sujet – français, anglais, italien, polonais, grec, espagnol, allemand – et d’éclairer les études par le biais des différentes entrées qu’offre la science linguistique, notamment le lexique, la syntaxe, la sémantique et l’énonciation.

En effet, pour reprendre les propos désormais célèbres d’Émile Benveniste, la subjectivité est partie intégrante du langage et c’est « dans et par le langage que l’homme se constitue comme sujet ». Les sentiments et le point de vue, ce dernier conçu à la fois comme un lieu d’où se construit une attitude du sujet et une manière de positionner le sujet par rapport à ce qui est dit, semblent indissolublement liés, même s’il convient de bien définir les domaines et de fournir des analyses raisonnées. Il s’agit dans ce volume de présenter des études précises de phénomènes linguistiques : en ce sens, les treize contributions qu’il contient sont un aperçu du vaste domaine de recherche évoqué par le titre. L’ouvrage aura rempli ses objectifs si d’une part, il fait percevoir la continuité entre les phénomènes décrits, allant des sentiments au point de vue en passant par le discours et l’attitude énonciative, et si d’autre part, il démontre l’apport d’une démarche contrastive à l’analyse de phénomènes linguistiques tels qu’ils se réalisent dans la diversité des langues. L’étudiant curieux des faits de langue, le linguiste travaillant en syntaxe ou en linguistique du discours et tous ceux qu’intéressent les questions de traduction et de rapports entre les langues y trouveront matière à alimenter la discussion sur un domaine qui pourrait sinon soit rester très théorique, soit se perdre dans l’anecdote.

Table des matières

Les auteurs

Hélène CHUQUET, Raluca NITA, Freiderikos VALETOPOULOS

Avant-propos

Jean-Charles KHALIFA

Prédicats de sentiment, structure argumentale et syntaxe locative. Réflexions à partir de l’anglais, du français et de quelques autres langues

Catherine MERILLOU

Éprouver un sentiment en français, en italien et en anglais : étude comparée des verbes sentir, sentire et feel

Caroline DUMAIS-TURPIN

Perspective contrastive sur l’expression de l’espoir et du souhait en anglais et en français

Anna DUTKA-MANKOWSKA

De l’opposition à la colère : protester et ses équivalents en contexte

Freiderikos VATELOPOULOS

Traduire la peur et la surprise : une étude contrastive en grec moderne et en français

Ramón MARTI SOLANO

Degré et marqueurs d’intensité dans l’expression linguistiquede la joie en anglais, français et espagnol

Efi LAMPROU

La traduction des niveaux de langue dans l’expression des sentiments : étude comparative entre le français et le grec moderne

Olivier POLGE

Les adverbes d’état subjectif dans Alice’s Adventures in Wonderland et leurs traductions

Stefan SCHNEIDER

Clauses parenthétiques réduites et type d’interaction verbale. Quelques considérations

Jeanne VIGNERON

Genre en français, like en anglais et so en allemand : mise en scène et mise à distance dans le discours direct

Raluca NITA et Hélène CHUQUET

Manifestations incidentes du point de vue : quelques marqueurs du français et leurs équivalents en anglais

Laure LANSARI

Effacement de la source du point de vue : la structure « something was always/never going to » et ses traductions en français

Thérèse TARTARIN

Le pronom on, marqueur de point de vue ? Étude d’un corpus d’articles de presse français/anglais

Résumés/Abstracts

L’université n’est pas en crise. Les transformations de l’enseignement supérieur : enjeux et idées reçues

L’université n’est pas en crise
Source (image et contenu) : Atheles.org

Romuald Bodin et Sophie Orange

L’université n’est pas en crise. Les transformations de l’enseignement supérieur : enjeux et idées reçues

Bellecombe en Bauges : Éditions du Croquant, 2013, 216 p.

Depuis quelques années, les rapports ministériels et les controverses (politiques, médiatiques, sociologiques) se multiplient et alimentent la thèse d’une crise de l’Université liée à l’échec important en premier cycle, l’insertion difficile des diplômés et le faible niveau des « nouveaux étudiants ». À ces trois maux sont proposés trois remèdes : sélection, professionnalisation, « propédeutisation ». Or ce diagnostic repose sur une cartographie erronée de l’enseignement supérieur et sur une connaissance partielle des publics universitaires. En mobilisant les résultats d’enquêtes sociologiques menées auprès d’étudiants de premier cycle universitaire, d’IUT, de STS et d’écoles spécialisées, cet ouvrage remet en cause ces trois constats. Tout d’abord, la dénonciation de ces trois maux apparaît comme une constante des discours sur l’Université depuis les années 1960 : ils ne permettent en rien de comprendre sa situation actuelle. Ensuite, en dressant un tel portrait à charge de ces établissements d’enseignement supérieur, des universitaires et des étudiants, ces discours entretiennent surtout le phénomène qu’ils prétendent combattre et contribuent à la dévaluation de l’Université et à la mise en cause de son service public. Enfin, la rhétorique déployée autour de la « crise de l’Université » ne se contente pas de diffuser une image biaisée de la réalité, elle détourne l’attention de ce qui est vraiment en question : les objectifs politiques et sociaux assignés à l’enseignement supérieur, les désordres actuels du marché du travail et le désengagement progressif de l’État.

Table des matièresIntroduction
Actualité et pertinence d’un discours sur la crise ?
Un livre pour quoi faire ?Chapitre 1. La tentation sélective. Rompre avec une vision duale de l’enseignement supérieur
La fausse division de l’enseignement supérieur entre filières ouvertes et filières sélectives
– Une pénurie d’étudiants ?
– De « nouveaux étudiants » : le péril pro ?
– Les filières sélectives : un espace discontinu
La fausse solution de la sélection
– Sélectionner les réprouvés
– Sélectionner l’élite, mais laquelle ?
L’Université incontournable
– Penser l’enseignement supérieur en 3D
– Un jeu à plusieurs bandes

Chapitre 2. L’Université pour quoi faire ? Le mythe de la désorientation universitaire
Et pourtant, ils viennent…
– « L’Université c’est pour ceux qui savent ce qu’ils veulent faire plus tard »
– « Quand on peut faire ce que l’on veut faire, on ne fait pas un BTS »… ou une école de commerce
– L’Université ne forme pas que des chômeurs !
Les logiques d’orientation dans l’enseignement supérieur
– Une carte incomplète
– Des idées (bien) reçues sur l’enseignement supérieur
– Application post-bac : les implicites d’un outil de gestion des orientations scolaires
– Fonctionnement de l’application « Admission post-bac » (APB) : ordre des chances contre ordre des préférences
– Une fausse solution : se contenter de « faire un peu de pédagogie »

Chapitre 3. Échecs et abandons à l’Université. Dysfonctionnement ou régulation ?
Un taux d’échec « catastrophique », « nouveau » et « croissant » en licence ?
Le paradigme de l’échec
Un processus de régulation et de maintien des hiérarchies
– La normalité des parcours « atypiques » : les conditions de la construction d’un parcours intellectuel
– Le maintien des hiérarchies
Des disciplines très inégales face à l’abandon en première année

Chapitre 4. Des étudiants en situation irrégulière. L’ère du soupçon
Une orientation indue
– Ne pas être à sa place
– La distance scolaire
Le contrôle aux frontières
– L’injonction au projet
– La mise en cause des publics plutôt que des conditions d’études
L’ouverture des possibles
– Les « bac + rien » : une gabegie universitaire ?
– « T’es fier d’aller à la fac ? », pourtant « tout le monde y va »

Conclusion
Logique scolastique et logique universitaire
Les conditions sociales du miracle ordinaire

Liste des sigles

Bibliographie

La Licorne, n°104 (1er juillet 2013)

Source (image et contenu) : La Licorne
Source (image et contenu) : La Licorne

Numéro 104

Le Sens du passé

Pour une nouvelle approche des Mémoires

Publié en ligne le 2 septembre 2013

Etudes réunies et présentées par

Marc Hersant, Jean-Louis Jeannelle et Damien Zanone

Les plus grands mémorialistes ont été depuis longtemps l’objet de monographies attentives, parfois tentées de les envisager dans la singularité d’une poétique individuelle ou d’une « optique » les transformant en isolats littéraires. L’unité éventuelle du corpus des mémorialistes d’Ancien Régime a été, pour sa part, progressivement interrogée depuis les années 1980, et des approches plus récentes se sont penchées sur le devenir des Mémoires aux XIXe et XXe siècles. L’idée de Mémoires est donc bien établie dans notre imaginaire culturel, sur une longue durée qui court depuis les « commencements » forcément difficiles à penser de l’époque de Commynes jusqu’aux relectures postmodernes ou expérimentales de notre présent, en passant par ces œuvres de référence pour le grand massif des Mémoires que sont Monluc, Retz, Saint-Simon, Chateaubriand ou de Gaulle et, si l’on accepte de remettre en question des oppositions sans doute artificielles, Rousseau. Deux questions cependant semblaient rester en attente que cet ouvrage, sans forcément vouloir y répondre de manière tranchée, a choisi de mettre en lumière. Y a-t-il une continuité historique effective et une unité pensable de ce que nous appelons Mémoires, qui pourrait se cristalliser dans la notion de « genre » ? Peut-on dégager un cadre théorique pour penser ce corpus multiforme et presque insaisissable, et, en particulier, envisager dans une perspective théorique ses relations à la fois fascinantes et problématiques avec la littérature, la fiction ou l’histoire ?

    • Introduction.   Par Marc Hersant, Jean-Louis Jeannelle et Damien Zanone

    • Bibliographie générale sur les Mémoires

Identifier, éditer, lire

    • Mémoires pour servir à l’histoire de France   : un aperçu d’un genre à ses origines. Par Catherine Emerson
    • Les Mémoires sans le genre. Par Dinah Ribard

    • Diversité formelle et écriture de soi chez Saint-Simon, l’abbé de Choisy, Brienne le jeune et Primi Visconti. Par Claire Quaglia

    • Bombelles et Bombon. Par Philippe Lejeune

    • «   La manière de s’affecter   » ou la vérité d’un genre. L’article «   Mémoires   » dans les  Éléments de littérature  de Marmontel. Par Jean-Christophe Igalens

    • Mémoires d’Outre-Rhin   : définition, adaptation et critique d’un genre «   français   » dans l’Allemagne du  xix e  siècle. Par Anna Karla

Les Mémoires, des modèles d’écriture en transformation

    • L’irréel du passé, mode paradoxal de l’expression de la vérité dans les  Mémoires  de Saint-Simon. Par Juliette Nollez

    • ” À charge et à décharge”. L’horizon judiciaire de l’écriture mémorialiste dans les  Lettres À Malesherbes  de J.-J. Rousseau. Par Jean-François Perrin

    • Les  Mémoires d’outre-tombe   : un dialogue des mourants. Par François Raviez

    • La troisième personne gaullienne dans les  Mémoires de guerre . Par Alexandre Tarrête

    • Un captif amoureux   : Genet mémorialiste   ?. Par Marc Hersant

    • La tentation mémorialiste de Marguerite Duras. Par Christophe Meurée

    • Les Mémoires au féminin, de Simone de Beauvoir à Annie Ernaux. Par Nathalie Froloff

    • Mémoire de la trahison (Bourdieu, Depardon, Éribon, Ernaux). Par Tiphaine Samoyault

Entre récits de soi et fiction

    • “L’ingénieuse tissure des fictions avec la vérité”. Par Emmanuèle Lesne-Jaffro

    • Le pacte de lecture chez quelques mémorialistes du  xviii e  siècle   : Tilly, Morellet, le Prince de Ligne, M me   d’Oberkirch pour une analyse du récit factuel. Par Marie-Paule de Weerdt-Pilorge

    • Des romans-mémoires aux Mémoires   : la négociation d’un pacte autobiographique chez Rétif de la Bretonne. Par Jan Herman

    • La voix retrouvée de Justine Guillery   : Mémoires d’une inconnue. Par Damien Zanone
    • Roman, Mémoires, Écritures de soi   : «   Maumort   » de Roger Martin du Gard. Par Jean-François Massol

Mémoires et écriture de l’histoire

    • Pour une «   archéologie   » des mémoires. L’écriture commynienne   : exception ou filiations   ?. Par Joël Blanchard
    • Aspects et enjeux de l’écriture mémorialiste au lendemain des Guerres de religion   :  Sa vie à ses enfants   d’Agrippa d’Aubigné. Par Adrien Paschoud

    • Les Mémoires de la révolution sont-ils lisibles   ?. Par Anne Coudreuse

    • De la diplomatie de se dire   : le discours personnel dans les mémoires de l’Ancien Régime. Par Katrien Horemanset Helena Agarez Medeiros

    • La vérité en crise dans les  Mémoires sur Napoléon  de Stendhal. Par Catherine Mariette-Clot

    • Vivre dans l’Histoire   : autobiographie,   Memoir(s)   et Mémoires. Par Paul John Eakin
    • Malraux stalinien   ? Vies majuscules, polémiques et renouvellement du genre mémorial du  xx e  siècle. Par Jean-Louis Jeannelle

La cronique et histoire des mervilleuses aventures de Appolin roy de Thir

Source (image et contenu) : Brepols

Édition critique par Vladimir Agrigoroaei, publiée sous la direction de Claudio Galderisi et Pierre Nobel

La cronique et histoire des mervilleuses aventures de Appolin roy de Thir

Turnhout (Belgique) : Brepols, 2013. – 205 p. (Bibliothèque de Transmédie).

Cette publication offre une traduction assez fidèle du texte latin de Appolin.

Apollonius, roi de Tyr aussi bien que marieur au début du roman, fuit les hommes du roi d’Antioche qui veulent le tuer à cause de son interprétation d’une devinette que le roi lui a posée. Après avoir perdu tous ses biens dans un naufrage, il est recueilli par le roi de Cyrène, qui le charge d’instruire sa fille. La princesse tombe amoureuse de son maître jusqu’au point d’en être malade ; le roi apprécie beaucoup le jeune homme et par conséquent lui donne sa fille en mariage. C’est ainsi que les aventures du protagoniste du roman peuvent se poursuivre en suivant une autre pente. Le développement narratif est condensé dans toutes les versions latines, elles-mêmes étant des traductions supposées d’une version originale grecque. C’est en France toutefois que le roman eut le plus grand succès, car parmi les traductions en langues vernaculaires se trouvent aussi huit versions françaises.
La version que nous publions ici est une traduction assez fidèle du texte latin. Intitulée d’après l’incipit « La cronique et histoire des mervilleuses aventures de Appolin roy de Thir », elle a été conservée dans un seul manuscrit, le Londres, British Library, Royal 20 C II.

Vladimir Agrigoroaei est diplômé de lettres classiques de l’Université de Bucarest en 2002 et docteur ès lettres de l’Université de Poitiers (2011), avec une thèse sur l’histoire des traductions en français au XIIe siècle. Il a collaboré à l’édition des trois volumes des Translations médiévales. Cinq siècles de traduction en français au Moyen Âge (Brepols, 2011) et a publié des articles concernant les traductions françaises médiévales et l’Apollonius de Gdansk.

Claudio Galderisi est professeur de langue et littérature française médiévale à l’Université de Poitiers (CESCM – UMR 7302).

Pierre Nobel est professeur de linguistique romane à l’Université de Strasbourg (LILPA – EA 1339).

 

Le CAP : Un diplôme du peuple, 1911-2011

http://www.pur-editions.fr/couvertures/1364552299.jpg
Source image : PUR
Source contenu : Association française d’histoire économique

Sous la direction de Guy Brucy, Fabienne Maillard et Gilles Moreau

Le CAP : Un diplôme du peuple, 1911-2011

Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2013, 316 p. (Histoire)

Présentation de l’éditeur

Le certificat d’aptitude professionnelle (CAP), centenaire en 2011, a toujours fait l’objet de polémiques. Cet ouvrage, le premier consacré à ce diplôme toujours vivace, à la fois « lieu de mémoire » de la formation et enjeu d’avenir propose de rendre compte des rapports entre apprentissages professionnels, certifications et société. À travers cet exemple emblématique, ce sont les conflits et les compromis générés par la mise en place d’un diplôme professionnel, quel qu’il soit, qui sont à l’étude.

Table des matières

Introduction

Première partie : Le CAP : un diplôme professionnel

  • Guy Brucy : Penser historiquement le CAP
  • Lucie Tanguy : Mort et résurrection du CAP dans les années 1980-1990
  • Fabienne Maillard : La « refondation » du CAP : ambitions et limites d’une politique
  • Anissa Belhadjin et Maryse Lopez : L’enseignement du français en CAP depuis 1945
  • Xavier Sido : L’enseignement des mathématiques en CAP, 1945-1985
  • Pascal Caillaud : Certifier la capacité professionnelle : un débat juridique centenaire

Deuxième partie : le CAP face au marché du travail

  • Nicolas Divert : Le CAP de l’habillement : la fin d’un diplôme ouvrier emblématique ?
  • Marie-Cécile Bouju : Les CAP des métiers du livre de la Belle époque aux années 1970.
  • Marianne Thivend : Le genre des CAP « commerciaux » dans les années 1950
  • Stéphane Lembré : Les CAP et le marché de l’emploi dans le Nord et le Pas-de-Calais (1919-1939)
  • Marc Suteau : Les artisans du bâtiment et le CAP (1920-2000)
  • Henri Eckert : CAP : la lente agonie d’un symbole ?

Troisième partie : le CAP et son public

  • Gilles Moreau : Le CAP, quel genre de diplôme ?
  • Ugo Palheta : Le CAP comme voie de salut : le cas des apprentis du bâtiment
  • Joanie Cayouette-Remblière : Le CAP dans l’espace des trajectoires scolaires
  • Thibault Cizeau : Le CAP, un échauffement pour aller plus loin ?
  • Valérie Capdevielle-Mougnibas et Amélie Courtinat-Camps : Préparer un CAP en 2011

Conclusion générale
Bibliographie indicative

Les Cahiers d’Outre-Mer, n°260 (2012/4)

Les Cahiers d'Outre Mer 2012/4
Source : Cairn

L’Afrique face aux changements climatiques

Sommaire

  • Alain François et Mohamed Taabni : L’Afrique face aux changements climatiques – Introduction

  • Serge Janicot : État des recherches sur l’attribution de la variabilité décennale récente en Afrique de l’Ouest

  • Pierre V. Vissoh et al. : Perceptions et stratégies d’adaptation aux changements climatiques : le cas des communes d’Adjohoun et de Dangbo au Sud-Est Bénin

  • Mohamed Taabni et Moulay-Driss El Jihad : Eau et changement climatique au Maghreb : quelles stratégies d’adaptation ?

  • Kadidia N. Bouaré : L’irrigation des périmètres villageois face à la réduction des réserves hydro‑pluviométriques dans la commune de Konna (Delta intérieur du fleuve Niger, Mali)

  • Dorothée Lobry : Une étude juridique des crises humanitaires résultant de catastrophes climatiques : l’exemple du continent africain

  • Luc Vacher : La découverte récréative des eaux tropicales… et on inventa l’eau chaude et le blue lagoon
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search