Vient de paraître : « Les territoires de l’autochtonie : Penser la transformation des rapports sociaux au prisme du « local » »

Couv_Autochtonie.indd
Source (image et contenu) : PU Grenoble

 

Émilie AUNIS, Joachim BENET, Arnaud MEGE et Isabelle PRAT (dir.), « Les territoires de l’autochtonie : Penser la transformation des rapports sociaux au prisme du « local » ». Presses Universitaires de Rennes, 2016 (Espace et Territoires)

Cet ouvrage, qui a reçu le soutien de l’Université de Poitiers, a été écrit sous la direction d’Émilie Aunis (docteure en sociologie et post-doctorante à l’Université de Laval), Joachim Benet (doctorant en sociologie au GRESCO, EA 3815), Arnaud Mège (doctorant en sociologie et ingénieur d’étude au GRESCO) et Isabelle Prat (doctorante en sociologie au GRESCO). Il vient compléter la collection Espaces et Territoires qui s’intéresse aux dynamiques des espaces et des sociétés par l’analyse des processus, des comportements et des régulations.

«Être du coin », « venir d’ici », « être du cru », « être un enfant du pays », autant d’expressions qui traduisent le poids de l’appartenance locale pour les individus et les collectifs. La valorisation du « local » est aujourd’hui un argument qui tend à devenir de plus en plus récurrent et prégnant dans les discours, qu’ils soient politiques, commerciaux ou ordinaires. Face à la production de ces discours, de jeunes chercheurs en sciences sociales ont souhaité proposer un éclairage scientifique à partir d’enquêtes empiriques variées : du rural à l’urbain, des militants pour la décroissance aux bûcherons en passant par les agriculteurs biologiques ou encore les danseurs de hip-hop. La multiplicité des terrains sur lesquels reposent les sept analyses proposées témoigne d’ailleurs de la diversité des lieux et des contextes où l’usage de la catégorie « local » est susceptible d’être mobilisé.

Unis par une volonté commune de comprendre les ressorts de ce recours au local, l’ensemble des contributeurs de cet ouvrage cherche à interroger le concept de capital d’autochtonie – défini comme « l’ensemble des ressources que procure l’appartenance à des réseaux de relations localisées » – afin de saisir le sens que peuvent revêtir aujourd’hui les arguments de celles et ceux qui font de leur ancrage local une ressource sociale à valoriser. Ils invitent en ce sens à repenser la construction et la transformation des rapports sociaux dans le temps à partir des réseaux sociaux locaux.

Cet ouvrage, à travers le regard interdisciplinaire qu’il porte – alliant sociologie, sciences politiques et géographie sociale –, se veut un prolongement aux études et réflexions menées sur l’usage aujourd’hui renouvelé du concept de capital d’autochtonie et plus largement, une contribution à la compréhension des logiques sociales attenantes aux discours et postures de valorisation du local.

Voici une présentation des chercheurs et des doctorants qui ont participé à la rédaction de l’ouvrage.

Vient de paraître : « Ni fou, ni gogol ! »

Ni-fou-ni-gogol_cv10x15
Source (image et contenu) : PU Grenoble

Hugo DUPONT, « Ni fou, ni gogol ! ». Presses Universitaires de Grenoble, 2016 (Vieillissement et Handicap)

Les Presses Universitaires de Grenoble viennent de publier l’ouvrage « Ni fou, ni gogol ! » de Hugo Dupont. Ce dernier est maître de conférences en sociologie à l’Université de Poitiers, enseignant à l’École Supérieure du Professorat et de l’Éducation de l’Académie de Poitiers et chercheur au sein du Groupe de Recherches Sociologiques sur les Sociétés Contemporaines (GRESCO, EA 3815). Ce livre est le résultat d’un travail de recherche mené au sein du Centre Émile Durkheim (UMR 5116) de l’Université de Bordeaux.

« Ni fou, ni gogol ! » c’est ainsi que se qualifient les enfants et adolescents accueillis en Institut thérapeutique éducatif et pédagogique (ITEP). Ces jeunes présentent un comportement perçu comme déviant par les professionnels des secteurs scolaire, social et médico-social, et sont réputés non-scolarisables dans le milieu ordinaire.

Hugo Dupont a partagé leur quotidien et celui des professionnels d’ITEP. Il tente de comprendre comment la mise à l’écart de ces jeunes est légitimée et présente le travail de normalisation effectué par les ITEP : soulagement de la souffrance psychique tenue pour responsable des troubles du comportement d’une part, rééducation d’autre part.

De leur côté, les jeunes orientés en ITEP tentent de mettre à distance les stigmates qu’ils subissent en faisant un travail de normification de leur personnalité et de leurs comportements afin de convaincre qu’ils sont prêts à retourner dans un cursus de formation ordinaire.

Vient de paraître : « D’un jugement à l’autre. La représentation du jugement immédiat dans les Jugements derniers français: 1100-1250 »

Source (image et contenu) : Brepols
Source (image et contenu) : Brepols

Cette série d’analyses monographiques détaillées et originales offre un panorama très complet des Jugements derniers français mis en œuvre entre 1100 et 1250.

Au moment où le thème du Jugement dernier a connu un essor sans précédent, on a régulièrement associé aux événements de la fin des temps une représentation du jugement immédiat, celui qui se déroule après la mort. La pensée chrétienne considère qu’après avoir quitté leur corps, les âmes font l’objet d’une première évaluation au terme de laquelle elles sont conduites dans des séjours temporaires : le paradis d’attente pour les élus, l’enfer pour les damnés. À la fin des temps, ces âmes séparées s’unissent à leur corps ressuscité, elles sont jugées une seconde fois et les élus sont conduits dans le royaume des cieux où ils peuvent enfin jouir de la vision béatifique. La présence du jugement immédiat ou du paradis d’attente peut être montrée pour une série de Jugements derniers français dont certains comptent parmi les œuvres les plus significatives de la production sculpturale des XIIe-XIIIe siècles : les portails de Mâcon, Conques, Saint-Denis, Chartres et Reims, deux chapiteaux de Saint-Nectaire et le Psautier de Marguerite de Bourgogne. Cette lecture inédite implique que l’Église se préoccupait autant du salut des âmes que des fins dernières, probablement parce que c’est dans le temps présent qu’elle pouvait intervenir efficacement en faveur des défunts en administrant les suffrages : prières, aumônes et messes. Ce livre développe les fondements textuels et iconographiques de cette lecture en abordant successivement le thème du jugement immédiat et chacune des œuvres interprétables dans la perspective du double jugement. Ont également été abordées plusieurs représentations isolées du Jugement dernier dont l’iconographie éclaire le sens des autres compositions: Autun, Laon, Paris et Amiens. Cette série d’analyses monographiques détaillées et originales offre un panorama très complet des Jugements derniers français mis en œuvre entre 1100 et 1250.

Marcello Angheben est maître de conférences habilité en histoire de l’art à l’Université de Poitiers et membre du Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale.

16 x 24 cm / Broché / VIII-686 pages/ Brepols / ISBN : 978-2-503-54764-0/Culture et société vol. 25

Vient de paraître : « Au tribunal des couples. Enquête sur des affaires familiales »

Source (image et contenu) : GRESCO
Source (image et contenu) : GRESCO

Le collectif Onze, Au tribunal des couples. Enquête sur des affaires familiales, Paris, Odile Jacob, 2013.
Benoît COCQUARD est membre du collectif Onze.

Divorces et séparations conjugales sont aujourd’hui fréquents. Tout un chacun, marié ou ayant des enfants, peut avoir affaire à la justice familiale pour régler les conséquences de sa rupture. Cette institution publique est censée mettre en œuvre un droit identique pour toutes et tous. Mais les justiciables se voient-ils accorder la même attention selon leurs ressources et leurs conditions de vie ? Et la justice conduit-elle effectivement à plus d’égalité entre les hommes et les femmes ?

Pour le savoir, ce livre nous fait entrer au tribunal des couples, dans ces chambres de la famille des tribunaux de grande instance, où juges aux affaires familiales, greffières et avocats font face à un contentieux massif. L’ouvrage est issu d’une enquête d’une ampleur inédite, combinant données statistiques, observations d’audiences, consultations de dossiers et entretiens avec ces professionnels. Pour ce faire, il a mobilisé, de l’enquête à l’écriture, une équipe de sociologues rassemblés ici sous le nom de Collectif Onze. Leur conclusion est sans appel : malgré les bouleversements de la vie conjugale et les transformations du droit de la famille, la justice participe à la reconduction de l’ordre social entre les sexes et entre les classes.

Présentation de l’ouvrage dans les médias :

19 novembre 2013, « Le divorce, loin des idées reçues », Interview pour Le Parisien/Aujourd’hui en France

20 novembre 2013, « Pension, enfants, audiences, une enquête sur les divorces va à l’encontre des idées reçues », Interview pour LCI/TF1-news

19 novembre 2013, « En France, 400 000 couples séparés se rendent au tribunal chaque année », France TV info

Vient de paraître : « La licorne et le bézoard. Une histoire des cabinets de curiosités » / Myriam Marrache-Gouraud, Pierre Martin, Dominique Moncond’Huy, Géraldine Garcia

51WjAU6QIkL._SX385_[1]

Ce catalogue est publié à l’occasion de l’exposition La licorne et le bézoard. Une histoire des cabinets de curiosités d’hier à aujourd’hui organisée à Poitiers du 18 octobre au 16 mars 2014 au musée Sainte-Croix et à l’Espace Mendès-France avec la collaboration du CVCU (Centre de valorisation des collections de l’Université).

Coordination éditoriale

Dominique Moncond’huy

Comité scientifique

Myriam Marrache-Gouraud, Maître de conférences, Littérature française du XVIe siècle, Université de Brest – Pierre Martin, Professeur, Littérature française du XVIe siècle, Université de Poitiers – Dominique Moncond’huy, Professeur, Littérature française du XVIIe siècle, Université de Poitiers –  et Géraldine Garcia, Maître de conférences, Paléontologie, responsable des collections du CVCU, Université de Poitiers

Exposition réalisée avec le soutien du ministère de la Culture et de la communication – Direction régionale des affaires culturelles de poitou-Charentes, et de la Société des Amis des musées de Poitiers et avec la participation de la ville de Poitiers, de la région Poitou-Charentes et l’Université de Poitiers dans le cadre du Contrat de Projets Etat-Région 2007-2013 Poitou-Charentes, de la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société (MSHS), de l’Espace Mendès- France, du laboratoire FoReLL et du CVCU de l’Université de Poitiers.

29 x 23 cm / Broché / 511 pages/ Gourcuff Gradenigo / ISBN : 978-2-3534-0161-1

[4e de couverture]

Publié à l’occasion d’une exposition organisée à Poitiers, au musée Sainte-Croix et à l’Espace Mendès-France, l’ouvrage compose une somme historique sur les Cabinets de curiosités en Europe à partir du XVIe siècle. Les synthèses thématiques sur des problématiques liées à chaque type de cabinet, du studiolo de la Renaissance à une « idée de cabinet » au XXIe siècle, alternent avec des focus consacrés à des « curiosités » remarquables, crocodile, astrolabe, bézoard ou encore licorne et manucodiate, tandis que des extraits de textes anciens permettent d’observer comment l’on rendait compte de ce « collectionnisme » et comment la littérature pouvait s’en faire l’écho. Foisonnante, la mise en page contribue à l’évocation de l’accumulation propre au phénomène historique des Cabinets de curiosités, dans un ordonnancement où la profusion témoigne de la passion de la connaissance. L’iconographie abondante reflète le propos d’une exposition inédite en France, enrichie de prêts exceptionnels de grands Cabinets d’Europe et de nombreux musées français.

Vient de paraître : « Les îles de la Caraïbe : enjeux et perspectives » / Michel Desse

9782336291307j

Michel Desse est Professeur de Géographie à l’Université de Poitiers. Il dirige le laboratoire Ruralités. Il a co-écrit La Caraïbe, données environnementales et Les littoraux antillais : des enjeux de l’aménagement à la gestion durable. Ses travaux portent sur l’évolution socio-économique des îles ainsi que sur les modes d’utilisation et de gestion des littoraux de la Caraïbe, thème de son habilitation à diriger des recherches.

24 x 32 cm / Broché / 300 pages / L’Harmattan / ISBN : 978-2-33629-130-7

[4e de couv.]

Destinations touristiques, croisières de luxe, paradis fiscaux : zones grises de la crise financière, manifestations contre la vie chère et tremblement de terre le plus meurtrier de l’histoire ; les îles de la Caraïbe qui occupent une part importante de l’actualité, restent largement méconnues. L’objectif de cet ouvrage est d’aborder ces îles, en dresser un diagnostic, à des échelles différentes et sur le temps long afin de comprendre les dynamiques contemporaines et les capacités insulaires à s’adapter voire à dépasser les crises. Sur ces espaces parfois étroits, données environnementales, sociales, économiques et géostratégiques se chevauchent, nécessitant leur prise en compte pour un développement durable et équilibré.

L’ouvrage est structuré en quatre parties. La première interroge l’hypothétique unité de la Caraïbe. La diversité des histoires politiques, des alliances, des ancrages aux Etats-Unis ou à l’Union Européenne composent une mosaïque insulaire où chaque territoire connaît une évolution originale. Cette diversité se retrouve aussi à toutes les échelles des données environnementales, diversité des Petites et des Grandes Antilles, des îles volcaniques ou calcaires, des côtes-au-vent ou sous-le-vent. La seconde partie s’intéresse aux dynamiques fédératrices, les principes d’une histoire coloniale commune, d’une culture et d’une identité créole partagée, la dépendance et l’influence des diasporas qui constituent une autre Caraïbe aspatiale. Le troisième chapitre présente l’originalité de ces économies insulaires qui ont largement fait l’impasse de la révolution industrielle, passant directement d’économies coloniales à large base agricole à des économies tertiaires. Les choix économiques sont divers, poursuite de l’agriculture d’exportation et tourisme, primauté au développement touristique, utilisation du large spectre de la déréglementation pour devenir des plaques tournantes du commerce, de la finance, des sièges d’entreprises ou des compagnies maritimes internationales. Enfin la quatrième partie aborde la nécessité de conduire des politiques publique de développement durable. Les fortes densités, les déséquilibres spatiaux entraînant la congestion urbaine et économique s’oppose à la richesse des écosystèmes et leur fragilité. Les risques environnementaux, sismiques, cycloniques laissent présager des menaces qui doivent aussi être prises en compte.

[18 octobre 2013 – 16 mars 2014] Exposition : « La licorne et le bézoard. Une his­toire des cabi­nets de curio­si­tés, d’hier à aujourd’hui »

Source : Musée Sainte Croix de Poitiers
Source : Musée Sainte Croix de Poitiers

Musée Sainte-Croix

3 bis rue Jean-Jaurès

86000 Poitiers

Organisateurs : Anne Benéteau-Péan, Myriam Marrache-Gouraud, Pierre Martin, Dominique Moncond’huy

 

Cette expo­si­tion a pour ambi­tion de don­ner à voir et à com­prendre ce que furent les cabi­nets de curio­si­tés en Europe du XVIe au XVIIIe siècle, pour en venir à ce qui nous attire aujourd’hui vers l’idée de la col­lec­tion et de la curio­sité. Dans une approche chro­no­lo­gique et géo­gra­phique, l’exposition pré­sen­tera les dif­fé­rents types d’espaces micro­cosmes qui ont pu voir le jour en Europe, un siècle après l’autre. L’« image » de l’univers qui est com­po­sée dans les cabi­nets de curio­si­tés, en réunis­sant aussi bien des natu­ra­lia que des pro­duc­tions humaines, répond à la fois à l’idée de pen­ser le monde, de l’observer pour ten­ter de mieux le com­prendre, de l’admirer au sens lit­té­ral. Par­fois ce sont aussi des lieux de pres­tige,  et du pou­voir lié au culte de la rareté ; lorsque ces lieux s’attachent à la pro­gres­sion du savoir, ils deviennent creu­sets, parmi d’autres, de l’évolution des sciences.

Grâce au concours de pres­ti­gieuses col­lec­tions locales, régio­nales, natio­nales (Musée du quai Branly) voire étran­gères (Ambras, Bologne), seront ras­sem­blés à la fois des pièces emblé­ma­tiques et rares et des objets « ordi­naires ». L’exposition s’articulera entre la salle d’exposition tem­po­raire du musée Sainte-Croix et des petites salles de l’Espace Mendès-France.

Cet évé­ne­ment sera accom­pa­gné de publi­ca­tions : cata­logue, livret pour le jeune public, publi­ca­tions élec­tro­niques… ainsi que d’une riche pro­gram­ma­tion cultu­relle et scien­ti­fique, à la fois au musée, à l’Espace Mendès-France et à l’Université.

C’est à une découverte de leur histoire qu’invite cette exposition. Chaque salle reconstitue ou donne à voir un type de cabinet. À l’évocation du studiolo d’Urbino, avec son exceptionnel décor de marqueterie lié aux différentes formes du savoir, succède une salle octogonale où s’accumulent quantité d’objets, animaux naturalisés et squelettes, monnaies et statuettes, pierres de foudre, coraux… formant une sorte d’« abrégé du monde ». Les figures des principaux amateurs de curiosités sont rassemblées dans la galerie suivante, témoignage d’un réel engouement européen. Dans le cabinet princier, conçu en écho à celui du château d’Ambras en Autriche, les objets les plus précieux côtoient armes de prestige et meubles de cabinet. Un jardin factice sert de cadre à l’évocation de l’apothicaire Contant, installé à Poitiers, et à sa collection ouverte sur l’Atlantique et les objets amérindiens. La maquette du premier cabinet de Chevalier, à Amsterdam, est entourée des descriptions qu’il a lui-même publiées de sa collection de médailles, d’œuvres d’art, de nombreux objets issus du commerce international d’alors. La collection de Ruysch, médecin anatomiste de la fin du XVIIe siècle, révèle sa double fascination pour l’histoire naturelle et pour le corps humain et ses pathologies, au travers de vanités tridimensionnelles.

Un dernier espace questionne la vivacité de la curiosité dans le monde contemporain. Autour d’œuvres du XXe et du XXIe siècle – « boîte verte » de Marcel Duchamp, œuvre de Jean-Michel Othoniel, bustes de Jan Fabre, évocation du château d’Oiron, des objets insolites revisitent la question des « reliques », des images issues de la recherche scientifique illustrent le questionnement permanent sur la connaissance du monde, et nous renvoient à notre fascination pour l’inconnu, l’étrange, le rare, le merveilleux…

L’exposition se poursuit à l’Espace Mendès-France où sont réunis des objets scientifiques du XIXe siècle, liés à l’expérimentation électrique et à l’anatomie. Ils témoignent de l’évolution des collections scientifiques, héritées des cabinets de curiosités, à l’heure des grandes découvertes des sciences modernes.

Vient de paraître : « La cathédrale Saint-Pierre. Enquêtes croisées » / sous la direction de Claude Andrault-Schmitt

Source : CESCM
Source : CESCM

Claude Andrault-Schmitt est professeure d’histoire de l’art médiéval à l’université de Poitiers. Elle dirige au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale l’axe de recherche Territoires, monuments et techniques.

24 x 32 cm / Broché / 408 pages / LUP 1439 / ISBN : 978-2-36746-156-4

Ouvrage à paraître fin 2013.

Entre autres articles et ouvrages sur l’art roman ou l’art gothique, elle a publié récemment, chez le même éditeur, La cathédrale de Tours.

[4e de couv.]

Résolument pluridisciplinaire, cette monographie de la cathédrale gothique de Poitiers réunit des enquêtes lancées depuis plusieurs années au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (UMR 7302, université de Poitiers/CNRS). Issu des interrogations actuelles sur les chantiers médiévaux, appuyé sur des campagnes photographiques qui ont dévoilé des détails insoupçonnés, l’ouvrage explore des domaines aussi divers que l’architecture, la mise en œuvre des parois et des voûtes, les marques lapidaires, la charpente, les stalles, les vitraux, la peinture, la sculpture… De sa genèse à sa publication, il s’est enrichi d’échanges et de discussions « croisées » entre spécialistes de sensibilité différente et s’inscrit naturellement dans le présent de la recherche et des découvertes.

Les chapitres sont regroupés en neuf parties. Chacune est introduite par une présentation résumant questions, hypothèses et conclusions, si bien que le lecteur pourra choisir telle ou telle séquence : espérons que, chemin faisant, il sera tenté par l’ensemble des analyses qui soulignent l’intérêt exceptionnel de cet édifice singulier.

Les principaux Auteurs :

Claude Andrault-Schmitt, Marcello Angheben, Sébastien Biay, Yves Blomme, Brigitte Boissavit-Camus, Karine Boulanger, Marie-Thérèse Camus, Vincent Debiais, Frédéric Épaud, Robert Favreau, Bénédicte Fillion-Braguet, Yves Gallet, Claudine Landry-Delcroix, Fabrice Mandon, Chiara Piccinini, Bertrand Pilot, Daniel Prigent, Nicolas Reveyron, Markus Schlicht, Cécile Treffort, Eliane Vergnolle

Claude Andrault-Schmitt est professeure d’histoire de l’art médiéval à l’université de Poitiers. Elle dirige au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale l’axe de recherche Territoires, monuments et techniques.
Entre autres articles et ouvrages sur l’art roman ou l’art gothique, elle a publié récemment, chez le même éditeur, La cathédrale de Tours.

Poétisation de l’histoire. L’événement en textes et en image

417cj+iTUgL__
Source (image et contenu) : PU Rennes

Elvire Diaz (dir.)

Poétisation de l’histoire. L’évènement en textes et en images

Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2013. 272 p. (Interférences).

La « poétisation », qui est au coeur de l’ouvrage, dépasse le fait de mettre en poésie, stricto sensu. Si dans le discours littéraire, c’est écrire ou parler poétiquement, ou donner une dimension poétique, l’ouvrage englobe non seulement l’écriture poétique et fictionnelle mais aussi la représentation artistique, inspirée notamment du concept de poésie et d’ « aura » qui émane de l’oeuvre d’art, selon Walter Benjamin. Modalité de représentation du réel, esthétisation de l’événement, la poétisation est un moyen de médiation et de transmission, mais aussi d’instrumentalisation, qui revisite le rapport entre histoire et arts (littérature, peinture, cinéma, iconographie, etc.). Au croisement de divers arts, elle met en jeu l’intermédialité, la mise en récit, la mise en forme artistique d’un fait et ce faisant, elle interroge sur l’engagement par l’art. L’ouvrage analyse la mise en textes et en images de l’événement, les modalités et les buts de la poétisation, dans des oeuvres précises (films, tableaux, romans, poèmes, etc.), à travers des approches croisées. Les quinze contributions issues de disciplines variées (civilisation, histoire, histoire des idées, littérature, cinéma, peinture, etc.) réunies ici embrassent les aires culturelles européennes et américaines, du Moyen Âge à aujourd’hui. L’ouvrage est structuré autour d’axes thématiques : l’action dans la cité exercée par le poète ou l’artiste ; la poétisation comme alternative du discours historique ; la poétisation comme dénonciation éthique et politique, par d’autres biais que le discours critique. « La poétisation de la terreur » montre que l’esthétisation par la peinture, le cinéma ou la littérature permet de dépasser la violence de la guerre ou du terrorisme. L’ouvrage s’inscrit dans le champ de l’histoire culturelle et explore les interférences entre l’Histoire, ses traces, son écriture, ses représentations et les arts.

Table des matières

Première partie

Poétisation et action dans la cité

Le poète, gardien de la mémoire et prophète

Jean-Marie PAUL

Le poète en action

Histoire d’une rêverie politique

Jean-Baptiste DECHERF

De l’actualité à l’histoire

Comment l’imaginaire médiéval ancre le présent dans la trame du temps et du poème

Caroline JANOWSKI

Poétiser le récit biblique : l’inventivité convenable des images au service de la Vierge Marie

Amélie BERNAZZANI

Deuxième partie

La poétisation comme narration alternative de l’histoire

De la critique à la « réécriture » de l’histoire : l’azulejo témoin de son temps (1640-1668)

Céline VENTURA TEIXEIRA

La culture poétique de la paix dans la littérature allemande (1748-1802)

Françoise KNOPPER

« La classe ouvrière et les intellectuels »

Poétisation de l’histoire et de la politique dans un tableau monumental du peintre est-allemand Werner Tübke (1929-2004)

Mechthild COUSTILLAC

Poétisation et politisation

La Transition espagnole (1975-1986) questionnée par le roman espagnol contemporain

Elvire DIAZ

Troisième partie

La poétisation comme dénonciation par-delà le discours critique

En musique vers le nazisme : Cabaret de Bob Fosse, poétisation à rebours de la République de Weimar

Gilbert GUILLARD

La Shoah dans La vie est belle de Roberto Benigni et Train de vie de Radu Mihaileanu

Licia BAGINI

Traduction artistico-littéraire de la dissidence dans l’Espagne franquiste (1936-1975)

Marie-Catherine Talvikki CHANFREAU

Quatrième partie

La poétisation de la terreur

Peinture et poétisation de l’horreur

Les représentations de Hiroshima par Arnulf Rainer (Hiroshima-Zyklus, 1982)

Hilda INDERWILDI

Les échos de l’histoire : la poétique des analogies dans Les Égarés d’André Téchiné

Dieter MERLIN

Des pièges dans le contrat ?

Le cas de e Contractor (2007)

Charles HOLDEFER

New York, Madrid, Londres : représentations littéraires du terrorisme global

Adriana KICZKOWSKI YANKELEVICH

Résumés

Auteurs

La tragédie malienne

Source (image et contenu) : MigrInter

Coordonné par Patrick Gonin, Nathalie Kotlok et Marc-Antoine Pérouse de Montclos

La tragédie malienne

Paris: Vendémiaire Editions, 2013, 352 p. (Géographies)

Présentation éditeur :

Depuis juillet, la France se désengage militairement du Mali après une opération de plusieurs mois, mais pour autant le Mali est-il réellement revenu à une situation de stabilité ? Sur le terrain, certes, la menace djihadiste semble contenue, et l’élection présidentielle a pu avoir lieu dans des conditions qui ont satisfait les observateurs internationaux. Pour autant, le pays est-il vraiment sur le chemin de la reconstruction ?

Ramener la tragédie malienne à la montée en puissance de l’islam radical dans cette zone de turbulences qui va de la Somalie à la Mauritanie et de la mer Rouge à l’océan Atlantique serait réducteur. Une lecture purement internationale de la crise peut s’avérer trompeuse : le Mali est en réalité confronté à de graves défis intérieurs que pas un de ses gouvernements n’est jusqu’alors parvenu à résoudre.

C’est à l’analyse de ces dysfonctionnements internes, sur la longue durée, que cet ouvrage est consacré. Bien au-delà de l’actualité immédiate.

Table des Matières

  • Dans l’œil du cyclone : une lecture internationale
    • Marc-Antoine Pérouse de Montclos
  • Du Haut-Fleuve au Mali indépendant : genèse d’un État, 1855-1960
    • Francis Simonis
  • Le Mali postcolonial : perspectives politiques
    • Clemens Zobel
  • Y a-t-il un gouvernement légitime au Mali ?
    • Naffet Keita
  • Un État faible, des territoires en devenir
    • Stéphanie Lima
  • Des Touareg en rébellion
    • André Bourgeot
  • Un pays musulman en quête d’État-nation
    • Gilles Holder
  • L’ethnie : fantasme occidental et réalités culturelles
    • Anne Doquet
  • Récit national et recours au passé : à chacun son Mali
    • Francis Simonis
  • Maliens de l’étranger
    • Patrick Gonin, Nathalie Kotlok
  • Émigration et démocratisation
    • Lisa Chauvet, Flore Gubert, Sandrine Mesplé-Somps
  • Quelle économie pour sortir de la pauvreté ?
    •  Jean-Etienne Bidou, Isabelle Droy
  • Population et sécurité alimentaire : le Mali peut-il se suffire à lui-même ?
    • Jean-Etienne Bidou, Pierre Janin
  • Le Mali dans le monde
    • Patrick Gonin, Nathalie Kotlok, Stéphanie Lima

Notice catalographique :

La tragédie malienne / sous la direction de Patrick Gonin, Nathalie Kotlok et Marc-Antoine Pérouse de Montclos. — Paris : Vendémiaire Editions, 2013. — 343 p. — (Géographies)
ISBN 978-2-36358-106-8

Des sentiments au point de vue : études de linguistique contrastive

Source (image et contenu) : PU Rennes
Source (image et contenu) : PU Rennes

Hélène Chuquet, Raluca Nita et Freiderikos Valetopoulos (dir.)

Des sentiments au point de vue : études de linguistique contrastive

Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2013. 280 p. (Rivages linguistiques).

Ce volume est consacré à l’expression linguistique des sentiments et du point de vue : il s’agit de la synthèse de travaux d’équipe et d’une journée qui s’est ouverte à des chercheurs extérieurs. Au-delà de la diversité des approches théoriques, il se propose avant tout de mettre en regard plusieurs langues sur le sujet – français, anglais, italien, polonais, grec, espagnol, allemand – et d’éclairer les études par le biais des différentes entrées qu’offre la science linguistique, notamment le lexique, la syntaxe, la sémantique et l’énonciation.

En effet, pour reprendre les propos désormais célèbres d’Émile Benveniste, la subjectivité est partie intégrante du langage et c’est « dans et par le langage que l’homme se constitue comme sujet ». Les sentiments et le point de vue, ce dernier conçu à la fois comme un lieu d’où se construit une attitude du sujet et une manière de positionner le sujet par rapport à ce qui est dit, semblent indissolublement liés, même s’il convient de bien définir les domaines et de fournir des analyses raisonnées. Il s’agit dans ce volume de présenter des études précises de phénomènes linguistiques : en ce sens, les treize contributions qu’il contient sont un aperçu du vaste domaine de recherche évoqué par le titre. L’ouvrage aura rempli ses objectifs si d’une part, il fait percevoir la continuité entre les phénomènes décrits, allant des sentiments au point de vue en passant par le discours et l’attitude énonciative, et si d’autre part, il démontre l’apport d’une démarche contrastive à l’analyse de phénomènes linguistiques tels qu’ils se réalisent dans la diversité des langues. L’étudiant curieux des faits de langue, le linguiste travaillant en syntaxe ou en linguistique du discours et tous ceux qu’intéressent les questions de traduction et de rapports entre les langues y trouveront matière à alimenter la discussion sur un domaine qui pourrait sinon soit rester très théorique, soit se perdre dans l’anecdote.

Table des matières

Les auteurs

Hélène CHUQUET, Raluca NITA, Freiderikos VALETOPOULOS

Avant-propos

Jean-Charles KHALIFA

Prédicats de sentiment, structure argumentale et syntaxe locative. Réflexions à partir de l’anglais, du français et de quelques autres langues

Catherine MERILLOU

Éprouver un sentiment en français, en italien et en anglais : étude comparée des verbes sentir, sentire et feel

Caroline DUMAIS-TURPIN

Perspective contrastive sur l’expression de l’espoir et du souhait en anglais et en français

Anna DUTKA-MANKOWSKA

De l’opposition à la colère : protester et ses équivalents en contexte

Freiderikos VATELOPOULOS

Traduire la peur et la surprise : une étude contrastive en grec moderne et en français

Ramón MARTI SOLANO

Degré et marqueurs d’intensité dans l’expression linguistiquede la joie en anglais, français et espagnol

Efi LAMPROU

La traduction des niveaux de langue dans l’expression des sentiments : étude comparative entre le français et le grec moderne

Olivier POLGE

Les adverbes d’état subjectif dans Alice’s Adventures in Wonderland et leurs traductions

Stefan SCHNEIDER

Clauses parenthétiques réduites et type d’interaction verbale. Quelques considérations

Jeanne VIGNERON

Genre en français, like en anglais et so en allemand : mise en scène et mise à distance dans le discours direct

Raluca NITA et Hélène CHUQUET

Manifestations incidentes du point de vue : quelques marqueurs du français et leurs équivalents en anglais

Laure LANSARI

Effacement de la source du point de vue : la structure « something was always/never going to » et ses traductions en français

Thérèse TARTARIN

Le pronom on, marqueur de point de vue ? Étude d’un corpus d’articles de presse français/anglais

Résumés/Abstracts

L’université n’est pas en crise. Les transformations de l’enseignement supérieur : enjeux et idées reçues

L’université n’est pas en crise
Source (image et contenu) : Atheles.org

Romuald Bodin et Sophie Orange

L’université n’est pas en crise. Les transformations de l’enseignement supérieur : enjeux et idées reçues

Bellecombe en Bauges : Éditions du Croquant, 2013, 216 p.

Depuis quelques années, les rapports ministériels et les controverses (politiques, médiatiques, sociologiques) se multiplient et alimentent la thèse d’une crise de l’Université liée à l’échec important en premier cycle, l’insertion difficile des diplômés et le faible niveau des « nouveaux étudiants ». À ces trois maux sont proposés trois remèdes : sélection, professionnalisation, « propédeutisation ». Or ce diagnostic repose sur une cartographie erronée de l’enseignement supérieur et sur une connaissance partielle des publics universitaires. En mobilisant les résultats d’enquêtes sociologiques menées auprès d’étudiants de premier cycle universitaire, d’IUT, de STS et d’écoles spécialisées, cet ouvrage remet en cause ces trois constats. Tout d’abord, la dénonciation de ces trois maux apparaît comme une constante des discours sur l’Université depuis les années 1960 : ils ne permettent en rien de comprendre sa situation actuelle. Ensuite, en dressant un tel portrait à charge de ces établissements d’enseignement supérieur, des universitaires et des étudiants, ces discours entretiennent surtout le phénomène qu’ils prétendent combattre et contribuent à la dévaluation de l’Université et à la mise en cause de son service public. Enfin, la rhétorique déployée autour de la « crise de l’Université » ne se contente pas de diffuser une image biaisée de la réalité, elle détourne l’attention de ce qui est vraiment en question : les objectifs politiques et sociaux assignés à l’enseignement supérieur, les désordres actuels du marché du travail et le désengagement progressif de l’État.

Table des matièresIntroduction
Actualité et pertinence d’un discours sur la crise ?
Un livre pour quoi faire ?Chapitre 1. La tentation sélective. Rompre avec une vision duale de l’enseignement supérieur
La fausse division de l’enseignement supérieur entre filières ouvertes et filières sélectives
– Une pénurie d’étudiants ?
– De « nouveaux étudiants » : le péril pro ?
– Les filières sélectives : un espace discontinu
La fausse solution de la sélection
– Sélectionner les réprouvés
– Sélectionner l’élite, mais laquelle ?
L’Université incontournable
– Penser l’enseignement supérieur en 3D
– Un jeu à plusieurs bandes

Chapitre 2. L’Université pour quoi faire ? Le mythe de la désorientation universitaire
Et pourtant, ils viennent…
– « L’Université c’est pour ceux qui savent ce qu’ils veulent faire plus tard »
– « Quand on peut faire ce que l’on veut faire, on ne fait pas un BTS »… ou une école de commerce
– L’Université ne forme pas que des chômeurs !
Les logiques d’orientation dans l’enseignement supérieur
– Une carte incomplète
– Des idées (bien) reçues sur l’enseignement supérieur
– Application post-bac : les implicites d’un outil de gestion des orientations scolaires
– Fonctionnement de l’application « Admission post-bac » (APB) : ordre des chances contre ordre des préférences
– Une fausse solution : se contenter de « faire un peu de pédagogie »

Chapitre 3. Échecs et abandons à l’Université. Dysfonctionnement ou régulation ?
Un taux d’échec « catastrophique », « nouveau » et « croissant » en licence ?
Le paradigme de l’échec
Un processus de régulation et de maintien des hiérarchies
– La normalité des parcours « atypiques » : les conditions de la construction d’un parcours intellectuel
– Le maintien des hiérarchies
Des disciplines très inégales face à l’abandon en première année

Chapitre 4. Des étudiants en situation irrégulière. L’ère du soupçon
Une orientation indue
– Ne pas être à sa place
– La distance scolaire
Le contrôle aux frontières
– L’injonction au projet
– La mise en cause des publics plutôt que des conditions d’études
L’ouverture des possibles
– Les « bac + rien » : une gabegie universitaire ?
– « T’es fier d’aller à la fac ? », pourtant « tout le monde y va »

Conclusion
Logique scolastique et logique universitaire
Les conditions sociales du miracle ordinaire

Liste des sigles

Bibliographie

La cronique et histoire des mervilleuses aventures de Appolin roy de Thir

Source (image et contenu) : Brepols

Édition critique par Vladimir Agrigoroaei, publiée sous la direction de Claudio Galderisi et Pierre Nobel

La cronique et histoire des mervilleuses aventures de Appolin roy de Thir

Turnhout (Belgique) : Brepols, 2013. – 205 p. (Bibliothèque de Transmédie).

Cette publication offre une traduction assez fidèle du texte latin de Appolin.

Apollonius, roi de Tyr aussi bien que marieur au début du roman, fuit les hommes du roi d’Antioche qui veulent le tuer à cause de son interprétation d’une devinette que le roi lui a posée. Après avoir perdu tous ses biens dans un naufrage, il est recueilli par le roi de Cyrène, qui le charge d’instruire sa fille. La princesse tombe amoureuse de son maître jusqu’au point d’en être malade ; le roi apprécie beaucoup le jeune homme et par conséquent lui donne sa fille en mariage. C’est ainsi que les aventures du protagoniste du roman peuvent se poursuivre en suivant une autre pente. Le développement narratif est condensé dans toutes les versions latines, elles-mêmes étant des traductions supposées d’une version originale grecque. C’est en France toutefois que le roman eut le plus grand succès, car parmi les traductions en langues vernaculaires se trouvent aussi huit versions françaises.
La version que nous publions ici est une traduction assez fidèle du texte latin. Intitulée d’après l’incipit « La cronique et histoire des mervilleuses aventures de Appolin roy de Thir », elle a été conservée dans un seul manuscrit, le Londres, British Library, Royal 20 C II.

Vladimir Agrigoroaei est diplômé de lettres classiques de l’Université de Bucarest en 2002 et docteur ès lettres de l’Université de Poitiers (2011), avec une thèse sur l’histoire des traductions en français au XIIe siècle. Il a collaboré à l’édition des trois volumes des Translations médiévales. Cinq siècles de traduction en français au Moyen Âge (Brepols, 2011) et a publié des articles concernant les traductions françaises médiévales et l’Apollonius de Gdansk.

Claudio Galderisi est professeur de langue et littérature française médiévale à l’Université de Poitiers (CESCM – UMR 7302).

Pierre Nobel est professeur de linguistique romane à l’Université de Strasbourg (LILPA – EA 1339).

 

Le CAP : Un diplôme du peuple, 1911-2011

http://www.pur-editions.fr/couvertures/1364552299.jpg
Source image : PUR
Source contenu : Association française d’histoire économique

Sous la direction de Guy Brucy, Fabienne Maillard et Gilles Moreau

Le CAP : Un diplôme du peuple, 1911-2011

Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2013, 316 p. (Histoire)

Présentation de l’éditeur

Le certificat d’aptitude professionnelle (CAP), centenaire en 2011, a toujours fait l’objet de polémiques. Cet ouvrage, le premier consacré à ce diplôme toujours vivace, à la fois « lieu de mémoire » de la formation et enjeu d’avenir propose de rendre compte des rapports entre apprentissages professionnels, certifications et société. À travers cet exemple emblématique, ce sont les conflits et les compromis générés par la mise en place d’un diplôme professionnel, quel qu’il soit, qui sont à l’étude.

Table des matières

Introduction

Première partie : Le CAP : un diplôme professionnel

  • Guy Brucy : Penser historiquement le CAP
  • Lucie Tanguy : Mort et résurrection du CAP dans les années 1980-1990
  • Fabienne Maillard : La « refondation » du CAP : ambitions et limites d’une politique
  • Anissa Belhadjin et Maryse Lopez : L’enseignement du français en CAP depuis 1945
  • Xavier Sido : L’enseignement des mathématiques en CAP, 1945-1985
  • Pascal Caillaud : Certifier la capacité professionnelle : un débat juridique centenaire

Deuxième partie : le CAP face au marché du travail

  • Nicolas Divert : Le CAP de l’habillement : la fin d’un diplôme ouvrier emblématique ?
  • Marie-Cécile Bouju : Les CAP des métiers du livre de la Belle époque aux années 1970.
  • Marianne Thivend : Le genre des CAP « commerciaux » dans les années 1950
  • Stéphane Lembré : Les CAP et le marché de l’emploi dans le Nord et le Pas-de-Calais (1919-1939)
  • Marc Suteau : Les artisans du bâtiment et le CAP (1920-2000)
  • Henri Eckert : CAP : la lente agonie d’un symbole ?

Troisième partie : le CAP et son public

  • Gilles Moreau : Le CAP, quel genre de diplôme ?
  • Ugo Palheta : Le CAP comme voie de salut : le cas des apprentis du bâtiment
  • Joanie Cayouette-Remblière : Le CAP dans l’espace des trajectoires scolaires
  • Thibault Cizeau : Le CAP, un échauffement pour aller plus loin ?
  • Valérie Capdevielle-Mougnibas et Amélie Courtinat-Camps : Préparer un CAP en 2011

Conclusion générale
Bibliographie indicative

Langues médiévales ibériques. Domaines espagnol et portugais

Source : Brepols

Stéphane Boissellier, Bernard Darbord, Denis Menjot (avec la collaboration de Georges Martin, Jean-Pierre Molénat et Paul Teyssier)

Langues médiévales ibériques. Domaines espagnol et portugais

Turnhout (Belgique) : Brepols, 2013. – 540 p. (L’atelier du médiéviste – 12).

[4e de couv.] La Péninsule ibérique, qui est une unité géographique évidente (aux yeux des étrangers…), devient au Moyen Âge, une fois passée la phase d’unité wisigothique, une zone de particularismes politiques et de grande diversité culturelle. Cette complexité s’exprime particulièrement dans la variété des langues vulgaires.
Au sud, l’arabe joue un rôle notable dans la culture écrite – et c’est là une des principales originalités hispaniques par rapport au reste de l’Occident médiéval –, mais il voisine avec des dialectes romans dits « mozarabes », employés massivement dans la communication verbale. Au nord, la différenciation politique, entre le VIIIe et le XIIe siècle, renforce la diversification linguistique, avant que des processus d’expansion et de centralisation, entre le XIe et le XVe siècle, ne conduisent à la domination – au moins à l’écrit – des normes linguistiques castillane (dans le centre de la Péninsule) et galégo-portugaise (à l’ouest), aux dépens de dialectes qui leur sont de toute façon assez proches (léonais, navarrais, aragonais) et aussi aux dépens l’arabe. Enfin, à l’est, le catalan, qui franchit les Pyrénées, appartient aux langues d’oc, et les régions ibériques catalanophones, qui sont d’ailleurs d’une richesse documentaire sans pareille, ont une histoire très liée au monde Franc, depuis l’intervention carolingienne ; pour ces raisons, ce domaine linguistique est exclu de ce volume – comme le basque et l’arabe en tant que tel.
C’est de cette richesse que ce livre veut rendre compte. Sans être aussi précoce que les pour langues germaniques, l’emploi des langues vulgaires ibériques à l’écrit s’observe assez tôt, à partir du début et plus encore du milieu du XIIIe siècle, et surtout il devient rapidement massif, en complément du latin : il est donc essentiel, à qui veut étudier et comprendre l’histoire des populations médiévales de la Péninsule ibérique, d’accéder aux textes rédigés dans ces idiomes – d’autant plus que les écrits du bas Moyen Âge constituent, au moins autant qu’ailleurs, la plus grande masse de la documentation conservée. Dans ce but, le parcours proposé ici est triple :

  •   Les traductions en regard des textes originaux, avec leurs commentaires philologiques, permettent de s’initier rapidement aux règles linguistiques nécessaires à une lecture suivie.
  •   Le choix des documents, qui tente de refléter ce qui subsiste – et même ce qui a existé – des textes médiévaux, et leur classement en fonction des pratiques sociales et culturelles offrent un panorama complet et représentatif des registres de langues, depuis les plus modestes chartes de ventes jusqu’aux récits de fiction les plus élaborés.
  •   Les chapitres introductifs et les bibliographies de travail constituent un guide pour la recherche historique.

L’ouvrage peut donc être utilisé par l’étudiant et le chercheur comme un manuel et comme un instrument de travail (un « atelier », selon la philosophie de cette collection), mais il peut servir aussi de « cabinet de curiosités » où l’honnête homme découvrira des langues sonores et savoureuses, un art d’écrire, bref l’essence même d’une culture.

Stéphane Boissellier est professeur d’histoire du Moyen Âge à l’Université de Poitiers. Bernard Darbord est professeur de langue et littérature espagnoles à l’Université Paris Ouest Nanterre. Denis Menjot est professeur d’histoire du Moyen Âge à l’Université Lyon 2.

Table des matières

Présentation de l’ouvrage

Chapitre premier. Les langues vulgaires, les pratiques d’écriture et leur cadre historique dans la Péninsule ibérique au Moyen Âge (par S. Boisselier, B. Darbord, D. Menjot)

I. Domaine castillan (BD)

II. Domaine portugais : L’usage des langues et les sources écrites (SB et BD)

Chapitre 2. Bibliographie générale et instruments de recherche

I. Domaine castillan (DM et BD)

II. Domaine portugais (SB)

Première Partie. Textes pragmatiques : écritures pour réglementer, gouverner et vivre en société

Introduction (SB)

Chapitre 3. Les écritures du commun : dire le monde matériel et prouver les droits (le lexique du « quotidien »)

Typologie et registres de langue (SB)

1. Charte notariée en castillan 1200 Palazuelos de la Sierra (BD)
2. Répartition de terres aux colons du groupe d’Alguazas dans le Repartimiento de Murcie (1266) (DM)
3. Une masse d’écrits très formalistes : les contrats agraires (Aboim 1284 et Almaziva 1312) (SB)
4. A la poursuites des esclaves maures et des serfs : formules notariales de procuration d’Alcobaça (ca. 1300) (SB)
5. La vie entre soi et la foi au quotidien : les statuts de la confrérie des éleveurs de Viana do Alentejo, 1319 (SB)
6. Contrat d’apprentissage à Saragosse (1325) (texte en aragonais) (DM)
7. L’univers domestique : dépenses des chanoines d’Evora (1340-41) (SB)
8. Testament d’Urraca Rodríguez (Valladolid, 1404) (DM)
9. Bail à ferme en Galice (7 avril 1433) (DM)
10. L’inventaire des biens mobiliers d’une église : « visitation » d’une commanderie d’un Ordre militaire, Mértola (1482) (SB)
11. Décrire l’espace agraire ou énoncer des droits? un terrier de la collégiale Saint Pierre de Torres Vedras (1484-1488) (SB)

Chapitre 4. Les écritures du pouvoir : la construction de la norme sociale

Typologie et registres de langue (SB)

12. Réglementation de l’artisanat dans le fuero de Baeza (XIIIe siècle) (DM)
13. Fuero juzgo, 1241 (GM)
14. Domination seigneuriale et dialogue social dans la colonisation : la formation d’une communauté d’habitants vue par sa charte de franchises (foral de Montoito, 1270) (SB)
15. Charte de peuplement accordée par Alphonse X au Puerto de Santa María (1281) (DM)
16. Constitution capitulaire de l’évêque de Burgos Alfonso de Hinojosa (1323) (DM)
17. Rapports d’autorité entre égaux : les « établissements » de l’Ordre militaire de Santiago au Portugal (1327) (SB)
18. Serment prêté par le roi de Navarre Philippe III devant les Cortès (1329) (texte en navarrais) (DM)
19. Confirmation d’un privilège royal accordé à l’évêché de Carthagène (1371) (DM)
20. Dire l’autorité : lois royales d’Alphonse III et d’Edouard (1273, 1346) (SB)
21. Fatwa du mufti d’Oran (début XVIe siècle), version aljamiada en caractères arabes (JPM)

Chapitre 5. Les écritures de la pratique gouvernementale, administrative et religieuse

Typologie et registres de langue (SB)

22. Tarif du portazgo de Sahagún au XIIIe siècle (DM)
23. Gouverner, c’est connaître : les enquêtes juridictionnelles d’Alphonse III (1259) (SB)
24. Du comptage des charrettes à la cour du prince : résolution des problèmes locaux de Bragança par les « chapitres spéciaux » aux Cortes (1331) (SB)
25. Charte des deux monedas octroyées par les Cortès à Alphonse XI (1349) (DM)
26. Témoignage isolé de l’encadrement religieux ordinaire, une notice d’administration du viatique à Coimbra (1369) (SB)
27. Comptabilités : extraits d’un rôle d’impôt direct de Séville de 1384 et registre comptable de paiements de la communauté juive de Tarazona de 1406-1407 (document aljamiado en romance aragonais et caractères hébraïques) (DM)
28. Ordonnance municipale de Ciudad Rodrigo (24 novembre 1441) (DM)
29. L’administration au village : extrait d’une législation municipale de Montemor-o-Novo (1443) (SB)
30. Gérer la croyance et la pratique : règlement de la cure de l’église paroissiale de Mértola (1482) (SB)

Deuxième Partie. Textes littéraires : écritures pour instruire, convaincre, distraire et témoigner

Introduction (SB)

Chapitre 6. Ecrire pour instruire : textes didactiques, moraux et savants

Typologie et registres de langue (SB)

31. Miracles de saint Dominique de Silos (DM)
32. Aly Aben Ragel, El libro complido en los iudizios de las estrellas (le Grand Livre des jugements des Etoiles) (1254) (BD)
33. Alphonse X, Setenario (1282-1284) (GM)
34. Théologie et morale en langue vulgaire : compendium du pénitentiel, dit « Livre des confessions » de Martín Pérez (SB)
35. Information juridique pour l’instruction du prince : un traité sur les degrés de parenté dans les « Ordonnances de D. Duarte » (1412-1426) (SB)
36. Au-delà du vade mecum du chrétien : une glose du « Notre Père » (ca 1418-1425) (SB)
37. Un prince moraliste : instructions de l’infant D. Duarte pour construire une sermon (1431) (SB)
38. Alfonso López de Valladolid, Regimiento contra la pestilencia (1437-1439) (DM)
39. Rodrigo Sánchez de Arévalo, Suma de la política (milieu XVe siècle) (DM)
40. Sermon de los siete pecados mortales (XVe siècle) (DM)

Chapitre 7. Ecrire pour faire mémoire : textes historiques et récit

Typologie et registres de langue (SB)

41. Estoria de España d’Alphonse X (1270), version « critique » (1282-1284) (GM)
42. Une écriture doublement « lapidaire » : inscriptions épigraphiques portugaises 1272-1340 (SB)
43. Raconter pour convaincre, l’hagiographie de la reine Isabelle (ca 1340) (SB)
44. Livre de la connaissance de tous les royaumes, terres et seigneuries qui sont de par le monde et des écus et armes qu’ils ont (dernier quart du XIVe siècle) (DM)
45. La mémoire des autres et la médisance : le roi Alphonse I dans les « Livres de lignages » nobiliaires (1340-1385, ca 1400) (SB)
46. Le souvenir des morts, obituaire de la collégiale Santa Marinha de Lisbonne (fin XIVe siècle) (SB)
47. Portraits des rois Pierre et Ferdinand dans des chroniques officielles (Fernão Lopes, ca 1430-1440) (SB)
49. Entre information et mémoire : un « routier » de la côte occidentale d’Afrique (ca 1485) (SB)

Chapitre 8. Ecrire pour distraire : poésie, narration et fiction (mester de jularía y mester de clerecía)

Typologie et registres de langue (BD)

50. A partir de 900, les Jarchas ou Kharjas (‘terminaisons’) (BD)
51. Gonzalo de Berceo,  » Le miracle du pauvre charitable » dans Los milagros de Nuestra Señora (BD)
52. Conte tiré du Sendebar (1253) (BD)
53. Cantigas galéo-portugaises, XIIIe siècle (PT)
54. La traduction d’un roman arthurien français, transposition ou adaptation? La Demanda do Santo Graal portugaise, XIIIe siècle (SB)
55. Libro del Caballero Zifar (1300) (BD)
56. Don Juan Manuel, El Conde Lucanor (1330-1335) : « De ce qu’il advint à celui qui voulait mettre ses amis à l’épreuve » (BD)
57. Poema de Alfonso onceno (1344-1348) (BD)
58. Epopée et concurrence mémorielle : la bataille du salado dans les « Livres de lignages » (ca 1380-1385) (SB)
59. La narration pieuse : le voyage dans l’au-delà dans le Conto de Amaro, fin XIVe siècle (?) (SB)
60. Jorge Manrique Coplas por la muerte de su padre (BD)
61. Romance de Diego Laynez (fin du XVe siècle ?) (GM)

Index des formes et des notions
Index bibliographique
Table des illustration et des crédits photographiques
Table des cartes
Tables des matières