[11-12 juin 2013] Les partages héraldiques au Moyen Âge

journée héraldique
Cliquez sur l’image pour accéder au programme de la journée.

Passé le temps de l’adoption de signes héraldiques par les grands feudataires, au milieu du XIIe siècle, les modalités de diffusion des armoiries à l’ensemble du groupe chevaleresque, au tournant du XIIIe siècle, restent fort mal connues. Parmi les éléments visibles de ces premiers temps de l’héraldique, on note toutefois l’existence de « groupes d’armoiries », c’est-à-dire d’un ensemble de personnes partageant des armoiries graphiquement et/ou chromatiquement proches d’un prototype constitué par celles d’un seigneur commun.

Très tôt également les sources, sceaux et textes narratifs notamment, nous rapportent des cas d’échanges d’armoiries entre frères d’armes, patrons et clients, parrains en chevalerie et adoubés, qui prennent souvent la forme de deux armoiries portées côte à côte ou accolées sur un même écu par un parti. Ces premiers partages d’armoiries posent d’emblée la question de la nature de l’identité révélée par les armes : signe personnel, lignager, vassalique, politique, courtois ? En même temps que l’armoirie devient le marqueur de plus en plus exclusif du lignage, elle se partage encore dans le cadre de la vassalité, des offices et de différentes formes de dépendances honorables et constitue autour du prototype, l’écu plein du « chef d’armes », une parenté héraldique autant lignagère que politique. Cet aspect est fondamental et marque durablement la pratique des échanges héraldiques.

Qu’en est-il des concessions d’armoiries ? Dès la fin du XIIe siècle le moine de Marmoutier rapporte que Geoffroy Plantagenêt a reçu ses célèbres armes aux lionceaux de son beau-père Henri Ier d’Angleterre, à l’occasion de son mariage en 1127. C’est le premier exemple connu de concession héraldique ! De façon plus assurée, quelques décennies plus tard, les sceaux attestent d’octrois de partis fleurdelisés à des fidèles de Philippe Auguste ou à des filleuls en chevalerie de Louis VII ou de saint Louis. Quelques rares mentions normatives laissent alors penser que la concession des armoiries du souverain correspond à une donation formalisée. Mais la plupart de ces dons ont du intervenir oralement, leur proclamation publique suffisant à leur validation juridique. Les images restent alors souvent notre seule source d’information. A la fin du Moyen Âge en revanche, les concessions d’armoiries se multiplient à travers l’Europe et sont fréquemment validées par des lettres patentes dont un nombre conséquent a été conservé. Les héraldistes y distinguent des concessions d’armoiries – octroi d’une composition héraldique originale souvent assortie d’un anoblissement – et des augmentations d’armoiries – octroi d’un élément de l’emblématique du donataire en signe de distinction. Les nouveaux systèmes d’emblèmes de la fin du Moyen Âge, devise, mots et couleurs de livrées viennent encore multiplier les media du partage emblématique. Ils formalisent même à l’aide d’un instrument ad hoc, la devise, ces partages identitaires.

11 et 12 juin 2013
Hôtel Fumé – Salle des Actes
8, rue René Descartes à Poitiers
Contact
laurent.hablot@univ-poitiers.fr

[6 mai 2013] Conférence « The Role of Death in Life : An Overview of Terror Management Theory and Research »

Cerca
Source : CeRCA

Le Centre de Recherches sur la Cognition et l’Apprentissage (CeRCA-CNRS) et l’Université de Poitiers

Vous invitent cordialement à une conférence avec :

Prof. Tom Pyszczynski

Professeur distingué, Département de Psychologie,

Université du Colorado, Colorado Springs, USA

Lundi 6 mai 2013

MSHS – 15h00 à 16h30 / Salle des Conférences

« The Role of Death in Life : An Overview of Terror

Management Theory and Research »

Tom Pyszczynski est Professeur distingué à l’Université du Colorado, Colorado Springs. Ses recherches portent principalement sur la théorie de la gestion de l’angoisse existentielle (Terror Management Theory), une théorie qu’il a activement contribué à développer au cours des 30 dernières années. Cette théorie vise à mieux comprendre comment la conscience de la mort influence le comportement humain. Le Prof. Pyszczynski aborde cette question en utilisant les méthodes modernes des sciences expérimentales et cognitives. Tom Pyszczynski est l’auteur de très nombreuses publications scientifiques. Il est également l’auteur de plusieurs ouvrages, dont «In the Wake of 9/11: The Psychology of Terror ».

La conférence sera donnée en anglais et sera suivie d’une discussion

Pour plus de renseignements : armand.chatard@univ-poitiers.fr

[16-17 mai 2013] Innovatives SHS – Salon de la valorisation en sciences humaines et sociales

Source : cnrs.fr
Source : cnrs.fr

Le transfert des résultats de la recherche vers la société est au cœur de la réflexion menée actuellement sur l’évolution de la recherche et de l’enseignement supérieur.

Les sciences humaines et sociales participent de manière massive à ce transfert de connaissances et d’innovations vers la société, non seulement en exerçant  des activités d’expertises auprès des entreprises, des collectivités locales ou des médias mais aussi en créant des produits multimédia d’apprentissage des langues, des logiciels d’aide à la décision ou des outils de reconstitution 3D pouvant être diffusés ou commercialisés.

Le caractère protéiforme de la valorisation en sciences humaines et sociales fait cependant que leurs apports, pourtant fondamentaux dans ce domaine, sont souvent méconnus, en du monde des décideurs.

C’est la raison pour laquelle l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS, en lien avec l’Alliance Athéna, a souhaité mettre en lumière les initiatives des chercheurs de toutes les disciplines des sciences sociales et des humanités.

Il organise les 16 et 17 mai 2013 à l’Espace Charenton Innovatives SHS, le premier salon de la valorisation de la recherche en sciences humaines et sociales.

Retrouvez plus de détails sur cette manifestation sur la page dédiée du site du CNRS.

 

[14 juin 2013] Journée de prospective « « Des matériaux aux patrimoines : aspects culturels et naturels – nouvelles synergies, nouveaux objets, nouveaux enjeux »

La Mission pour l’Interdisciplinarité du CNRS organise une journée de prospective pour faire émerger des approches interdisciplinaires novatrices autour de la recherche sur les matériaux des patrimoines en initiant des synergies heuristiques et de nouveaux objets de recherche qui permettront de répondre aux enjeux du futur. Ces réflexions contribuent au Défi intitulé « Des matériaux aux patrimoines : aspects culturels et naturels – nouvelles synergies, nouveaux objets, nouveaux enjeux ».

 

Cette journée aura lieu le 14 juin prochain à Meudon autour de trois ateliers thématiques :

  • Patrimoines culturels et naturels : quels enseignements et quelles perspectives ?
  • Modéliser et prédire sur le long terme 
  • Technologies et méthodes en rupture

 

Vous trouverez l’ensemble des informations sur cette manifestation scientifique sur la page dédiée du site du CNRS.

Le programme imprimable est aussi disponible en ligne :PDF - 888.2 ko

[29-30 mai 2013] Colloque « Territoire(s) et réseaux locaux : quelles perspectives théoriques et méthodologiques en sciences sociales ? »

  • Colloque des doctorant-e-s du GRESCO

L’approche locale d’une institution, d’un mouvement ou d’un fait social renvoie à des conceptions différentes de la construction des objets de recherche en sciences sociales. A l’intersection de plusieurs disciplines (sociologie, géographie sociale, anthropologie et sciences politiques…), ce colloque propose de faire l’état des lieux des méthodes de recherche actuelles permettant de saisir les dimensions spatiales des phénomènes sociaux.

Dans cette perspective, nous nous intéressons aux notions utilisées par les chercheurs telles que « territoire », « local » et « localité ». Comment le local se construit-il comme variable explicative ou comme catégorie d’analyse au sein des différentes disciplines en sciences sociales ? Nous débattrons des ambiguïtés de ces notions comme des manières d’envisager l’action sociale entre espace physique et espace social : des effets du local sur l’action collective et individuelle, aux rôles des acteurs et des actrices dans les réseaux et à la multi-dimensionnalité des interactions entre local, national et global.

Les méthodes d’enquête, monographiques, ethnographiques, quantitatives, et comparatives seront questionnées afin d’appréhender la manière dont elles peuvent être mobilisées par le chercheur. Quels sont les avantages, les limites et les coûts de chacune des méthodes envisagées ? Un ensemble de concepts seront au cœur des discussions, entre autres le capital social (Bourdieu, 1980) et celui d’autochtonie (Chamboredon et al, 1984 ; Retière, 2003, Renahy, 2005). Ceux-ci se situent à l’intersection des réflexions sur les réseaux sociaux – pensés comme un ensemble d’interactions continues entre les individus, sur les sentiments d’appartenance à un groupe, sur les formes de proximités territoriales / sociales ou encore sur les stratégies d’investissements constitutives d’une position sociale à produire ou à reproduire. Enfin, c’est dans une démarche de comparaison internationale que nous souhaitons également engager ce débat autour des formes de mobilisation, de résistance et d’engagement inscrites localement. Nous questionnerons l’enchevêtrement de différentes échelles et notamment celles du local, du national et de l’international. Leur articulation permet-elle de dépasser la notion de territoire ?

  • Les trois axes du colloque :

1. « Faire son territoire » : repenser les inégalités sociales

2. Usages des discours sur le local : transformation et construction d’espaces sociaux

3. L’imbrication du local et du global : de quelle(s) mondialisation(s) parle-t-on ?

Retrouvez ici le programme intégral du colloque.