Découvrir Zotero

De tous les logiciels de gestion de données bibliographiques qui existent, Zotero est celui qui semble présenter le plus d’avantages.
Libre, gratuit et développé par des membres de la communauté scientifique, il permet d’effectuer plusieurs opérations, telles que la constitution de bases de données bibliographiques personnelles complexes, leur classement en plusieurs unités thématiques, ainsi que l’import et l’export des références qu’elles contiennent. Ce logiciel fonctionne de façon autonome, mais aussi comme une extension, un plugin, qui s’intègre aux navigateurs internet, ainsi qu’aux traitements de texte comme Word ou LibreOffice. Cette capacité à fonctionner avec d’autres systèmes rend son utilisation d’autant plus intéressante. De plus, l’installation du logiciel (Zotero StandAlone) ou du plugin qui est extrêmement simple et rapide. Elle s’effectue en suivant ce lien.
Zotero offre un double avantage à ses utilisateurs :  la bibliographie personnelle est consultable et modifiable à partir de n’importe quel poste connecté via son compte Zotero, et elle peut être gérée et exploitée dans le logiciel, sans qu’il n’y ait besoin de connexion internet. Pour profiter de ces avantages et bénéficier des fonctionnalités de Zotero, découvrez ci-dessous comment se constituer une première bibliographie.

barrezo

  • Collecter

Zotero permet d’abord de récolter des notices bibliographiques à partir de nombreuses ressources en ligne (SUDOC, HAL, sites du Cléo, etc.). Il peut, par ailleurs, enregistrer une référence de page web ainsi qu’une capture de celle-ci, ce qui permet d’archiver des articles scientifiques en ligne ou des billets de blog spécialisés. Pour importer une référence ou une notice, il suffit de cliquer sur l’icône de Zotero situé dans la barre de navigation.

iconezo

  • Classer

Une fois vos références capturées, vous pouvez les gérer au sein du plugin ou du logiciel afin de les classer en plusieurs dossiers. Ils peuvent être thématiques, correspondre à différentes bibliographies documentant des articles scientifiques traitant de sujets variés etc.

bibzo

  • Communiquer

Enfin, Zotero permet l’export des références enregistrées, avec plusieurs fonctionnalités. Tout d’abord, les notices peuvent être présentées selon de nombreux styles bibliographiques. Plusieurs de ces styles sont préenregistrés (ils sont consultables dans l’onglet « préférences », puis « export »), mais d’autres sont téléchargeables sur le site de Zotero et peuvent correspondre aux normes auxquelles vos références répondent habituellement.
Une fois le style d’export sélectionné, plusieurs options sont possibles : copier une bibliographie dans le presse-papier afin de l’intégrer dans un document texte ; ou bien utiliser le plugin intégré au logiciel de traitement de texte. Celui-ci multiplie les possibilités car il permet d’intégrer une citation, une note de bas de page, ou une bibliographie dans sa globalité, comme en témoigne la capture ci-dessous:

barre zotero
Source : forum.openoffice.org

De nombreuses fonctionnalités, qui n’ont pas été développées ici, sont en outre proposées par Zotero. Des ressources en ligne permettent d’exploiter le logiciel dans sa globalité. Retrouvez certaines d’entre elles dans la liste ci-dessous :

Le Portail dynamique du SDS de la MSHS

Capturenetvibes

Le Service de Documentation Scientifique (SDS) de la MSHS vient de mettre en place un portail dynamique sur la plateforme Netvibes. Faisant office de bibliothèque de liens, ce portail va permettre de développer l’Information Scientifique et Technique (IST) pour la MSHS.
En proposant d’accéder directement à un ensemble de ressources disséminées sur Internet via un portail unique, il est désormais possible de consulter en un coup d’œil l’intégralité des dispositifs formant l’identité numérique de la MSHS, et plus encore.
Dans ce sens, le portail dynamique Netvibes mutualise l’ensemble des informations en ligne permettant d’assister et de valoriser le travail des chercheurs fédérés par la MSHS.
En effet, entre information et valorisation, ce nouvel outil permettra non seulement de mettre en avant les activités de la MSHS, de ses laboratoires et de ses chercheurs ; mais aussi d’appuyer ces derniers dans leurs travaux. Pour cela, un ensemble de liens spécialisés en SHS (notamment des portails documentaires et des bases de données) ainsi qu’un panorama des ressources mises à disposition par le SDS leur seront fournis dans un premier temps. Puis, à terme, une veille ciblée et organisée autour des trois axes structurant la recherche à la MSHS sera communiquée, toujours via Netvibes.
De façon concrète, le portail du SDS organise les informations qui viennent d’être évoquées en plusieurs onglets distincts, afin de faciliter la visibilité et de répondre au mieux aux besoins des usagers.

Capturemenu

Un premier onglet met en avant la MSHS et ses activités, en donnant accès aux actualités de la structure (via le présent carnet de recherche, mais aussi le site internet), des écoles doctorales et des laboratoires fédérés.
Conformément au fonctionnement organique de la structure, le portail offre également un accès aux  services mis en place par ses deux tutelles : l’Université de Poitiers et le CNRS (flux d’actualité, outils d’appuis  à la recherche, etc.).
Dans cette même visée, les trois derniers onglets se consacrent essentiellement à la valorisation de sources d’information utiles au travail de recherche.

  • Dans le premier, on trouvera une présentation ainsi que des liens vers la documentation proposée par le SDS (description des fonds, liens vers les catalogues qui donnent accès aux ressources).
  • Le deuxième réunit les ressources documentaires liées à la MSHS accessibles à distance : revues produites par les laboratoires, bibliothèque numérique.
  • Enfin, un troisième onglet fournit une liste de portails spécialisés en SHS, donnant accès à des revues, des bases de données le plus souvent en libre accès, ou avec la possibilité de consulter les ressources à l’aide d’identifiants fournis par les laboratoires ou le SDS.

Ce portail cherche donc à valoriser les différentes activités de la recherche à la MSHS tout en les documentant. Il souhaite faire le lien entre le travail de recherche et la documentation, dans un souci d’appui efficient, des étapes préliminaires de cette recherche jusqu’à la présentation des résultats.
Dans ce sens, le portail du SDS de la MSHS se veut prédominant dans la valorisation de l’IST et souhaite rendre efficace l’appui documentaire, afin de lui faire jouer pleinement son rôle.

Cliquez ici pour accéder au portail (si vous possédez plusieurs navigateurs, privilégiez Google Chrome pour la consultation).

[11-12 juin 2013] Les partages héraldiques au Moyen Âge

journée héraldique
Cliquez sur l’image pour accéder au programme de la journée.

Passé le temps de l’adoption de signes héraldiques par les grands feudataires, au milieu du XIIe siècle, les modalités de diffusion des armoiries à l’ensemble du groupe chevaleresque, au tournant du XIIIe siècle, restent fort mal connues. Parmi les éléments visibles de ces premiers temps de l’héraldique, on note toutefois l’existence de « groupes d’armoiries », c’est-à-dire d’un ensemble de personnes partageant des armoiries graphiquement et/ou chromatiquement proches d’un prototype constitué par celles d’un seigneur commun.

Très tôt également les sources, sceaux et textes narratifs notamment, nous rapportent des cas d’échanges d’armoiries entre frères d’armes, patrons et clients, parrains en chevalerie et adoubés, qui prennent souvent la forme de deux armoiries portées côte à côte ou accolées sur un même écu par un parti. Ces premiers partages d’armoiries posent d’emblée la question de la nature de l’identité révélée par les armes : signe personnel, lignager, vassalique, politique, courtois ? En même temps que l’armoirie devient le marqueur de plus en plus exclusif du lignage, elle se partage encore dans le cadre de la vassalité, des offices et de différentes formes de dépendances honorables et constitue autour du prototype, l’écu plein du « chef d’armes », une parenté héraldique autant lignagère que politique. Cet aspect est fondamental et marque durablement la pratique des échanges héraldiques.

Qu’en est-il des concessions d’armoiries ? Dès la fin du XIIe siècle le moine de Marmoutier rapporte que Geoffroy Plantagenêt a reçu ses célèbres armes aux lionceaux de son beau-père Henri Ier d’Angleterre, à l’occasion de son mariage en 1127. C’est le premier exemple connu de concession héraldique ! De façon plus assurée, quelques décennies plus tard, les sceaux attestent d’octrois de partis fleurdelisés à des fidèles de Philippe Auguste ou à des filleuls en chevalerie de Louis VII ou de saint Louis. Quelques rares mentions normatives laissent alors penser que la concession des armoiries du souverain correspond à une donation formalisée. Mais la plupart de ces dons ont du intervenir oralement, leur proclamation publique suffisant à leur validation juridique. Les images restent alors souvent notre seule source d’information. A la fin du Moyen Âge en revanche, les concessions d’armoiries se multiplient à travers l’Europe et sont fréquemment validées par des lettres patentes dont un nombre conséquent a été conservé. Les héraldistes y distinguent des concessions d’armoiries – octroi d’une composition héraldique originale souvent assortie d’un anoblissement – et des augmentations d’armoiries – octroi d’un élément de l’emblématique du donataire en signe de distinction. Les nouveaux systèmes d’emblèmes de la fin du Moyen Âge, devise, mots et couleurs de livrées viennent encore multiplier les media du partage emblématique. Ils formalisent même à l’aide d’un instrument ad hoc, la devise, ces partages identitaires.

11 et 12 juin 2013
Hôtel Fumé – Salle des Actes
8, rue René Descartes à Poitiers
Contact
laurent.hablot@univ-poitiers.fr

[6 mai 2013] Conférence « The Role of Death in Life : An Overview of Terror Management Theory and Research »

Cerca
Source : CeRCA

Le Centre de Recherches sur la Cognition et l’Apprentissage (CeRCA-CNRS) et l’Université de Poitiers

Vous invitent cordialement à une conférence avec :

Prof. Tom Pyszczynski

Professeur distingué, Département de Psychologie,

Université du Colorado, Colorado Springs, USA

Lundi 6 mai 2013

MSHS – 15h00 à 16h30 / Salle des Conférences

« The Role of Death in Life : An Overview of Terror

Management Theory and Research »

Tom Pyszczynski est Professeur distingué à l’Université du Colorado, Colorado Springs. Ses recherches portent principalement sur la théorie de la gestion de l’angoisse existentielle (Terror Management Theory), une théorie qu’il a activement contribué à développer au cours des 30 dernières années. Cette théorie vise à mieux comprendre comment la conscience de la mort influence le comportement humain. Le Prof. Pyszczynski aborde cette question en utilisant les méthodes modernes des sciences expérimentales et cognitives. Tom Pyszczynski est l’auteur de très nombreuses publications scientifiques. Il est également l’auteur de plusieurs ouvrages, dont «In the Wake of 9/11: The Psychology of Terror ».

La conférence sera donnée en anglais et sera suivie d’une discussion

Pour plus de renseignements : armand.chatard@univ-poitiers.fr

Langues médiévales ibériques. Domaines espagnol et portugais

Source : Brepols

Stéphane Boissellier, Bernard Darbord, Denis Menjot (avec la collaboration de Georges Martin, Jean-Pierre Molénat et Paul Teyssier)

Langues médiévales ibériques. Domaines espagnol et portugais

Turnhout (Belgique) : Brepols, 2013. – 540 p. (L’atelier du médiéviste – 12).

[4e de couv.] La Péninsule ibérique, qui est une unité géographique évidente (aux yeux des étrangers…), devient au Moyen Âge, une fois passée la phase d’unité wisigothique, une zone de particularismes politiques et de grande diversité culturelle. Cette complexité s’exprime particulièrement dans la variété des langues vulgaires.
Au sud, l’arabe joue un rôle notable dans la culture écrite – et c’est là une des principales originalités hispaniques par rapport au reste de l’Occident médiéval –, mais il voisine avec des dialectes romans dits « mozarabes », employés massivement dans la communication verbale. Au nord, la différenciation politique, entre le VIIIe et le XIIe siècle, renforce la diversification linguistique, avant que des processus d’expansion et de centralisation, entre le XIe et le XVe siècle, ne conduisent à la domination – au moins à l’écrit – des normes linguistiques castillane (dans le centre de la Péninsule) et galégo-portugaise (à l’ouest), aux dépens de dialectes qui leur sont de toute façon assez proches (léonais, navarrais, aragonais) et aussi aux dépens l’arabe. Enfin, à l’est, le catalan, qui franchit les Pyrénées, appartient aux langues d’oc, et les régions ibériques catalanophones, qui sont d’ailleurs d’une richesse documentaire sans pareille, ont une histoire très liée au monde Franc, depuis l’intervention carolingienne ; pour ces raisons, ce domaine linguistique est exclu de ce volume – comme le basque et l’arabe en tant que tel.
C’est de cette richesse que ce livre veut rendre compte. Sans être aussi précoce que les pour langues germaniques, l’emploi des langues vulgaires ibériques à l’écrit s’observe assez tôt, à partir du début et plus encore du milieu du XIIIe siècle, et surtout il devient rapidement massif, en complément du latin : il est donc essentiel, à qui veut étudier et comprendre l’histoire des populations médiévales de la Péninsule ibérique, d’accéder aux textes rédigés dans ces idiomes – d’autant plus que les écrits du bas Moyen Âge constituent, au moins autant qu’ailleurs, la plus grande masse de la documentation conservée. Dans ce but, le parcours proposé ici est triple :

  •   Les traductions en regard des textes originaux, avec leurs commentaires philologiques, permettent de s’initier rapidement aux règles linguistiques nécessaires à une lecture suivie.
  •   Le choix des documents, qui tente de refléter ce qui subsiste – et même ce qui a existé – des textes médiévaux, et leur classement en fonction des pratiques sociales et culturelles offrent un panorama complet et représentatif des registres de langues, depuis les plus modestes chartes de ventes jusqu’aux récits de fiction les plus élaborés.
  •   Les chapitres introductifs et les bibliographies de travail constituent un guide pour la recherche historique.

L’ouvrage peut donc être utilisé par l’étudiant et le chercheur comme un manuel et comme un instrument de travail (un « atelier », selon la philosophie de cette collection), mais il peut servir aussi de « cabinet de curiosités » où l’honnête homme découvrira des langues sonores et savoureuses, un art d’écrire, bref l’essence même d’une culture.

Stéphane Boissellier est professeur d’histoire du Moyen Âge à l’Université de Poitiers. Bernard Darbord est professeur de langue et littérature espagnoles à l’Université Paris Ouest Nanterre. Denis Menjot est professeur d’histoire du Moyen Âge à l’Université Lyon 2.

Table des matières

Présentation de l’ouvrage

Chapitre premier. Les langues vulgaires, les pratiques d’écriture et leur cadre historique dans la Péninsule ibérique au Moyen Âge (par S. Boisselier, B. Darbord, D. Menjot)

I. Domaine castillan (BD)

II. Domaine portugais : L’usage des langues et les sources écrites (SB et BD)

Chapitre 2. Bibliographie générale et instruments de recherche

I. Domaine castillan (DM et BD)

II. Domaine portugais (SB)

Première Partie. Textes pragmatiques : écritures pour réglementer, gouverner et vivre en société

Introduction (SB)

Chapitre 3. Les écritures du commun : dire le monde matériel et prouver les droits (le lexique du « quotidien »)

Typologie et registres de langue (SB)

1. Charte notariée en castillan 1200 Palazuelos de la Sierra (BD)
2. Répartition de terres aux colons du groupe d’Alguazas dans le Repartimiento de Murcie (1266) (DM)
3. Une masse d’écrits très formalistes : les contrats agraires (Aboim 1284 et Almaziva 1312) (SB)
4. A la poursuites des esclaves maures et des serfs : formules notariales de procuration d’Alcobaça (ca. 1300) (SB)
5. La vie entre soi et la foi au quotidien : les statuts de la confrérie des éleveurs de Viana do Alentejo, 1319 (SB)
6. Contrat d’apprentissage à Saragosse (1325) (texte en aragonais) (DM)
7. L’univers domestique : dépenses des chanoines d’Evora (1340-41) (SB)
8. Testament d’Urraca Rodríguez (Valladolid, 1404) (DM)
9. Bail à ferme en Galice (7 avril 1433) (DM)
10. L’inventaire des biens mobiliers d’une église : « visitation » d’une commanderie d’un Ordre militaire, Mértola (1482) (SB)
11. Décrire l’espace agraire ou énoncer des droits? un terrier de la collégiale Saint Pierre de Torres Vedras (1484-1488) (SB)

Chapitre 4. Les écritures du pouvoir : la construction de la norme sociale

Typologie et registres de langue (SB)

12. Réglementation de l’artisanat dans le fuero de Baeza (XIIIe siècle) (DM)
13. Fuero juzgo, 1241 (GM)
14. Domination seigneuriale et dialogue social dans la colonisation : la formation d’une communauté d’habitants vue par sa charte de franchises (foral de Montoito, 1270) (SB)
15. Charte de peuplement accordée par Alphonse X au Puerto de Santa María (1281) (DM)
16. Constitution capitulaire de l’évêque de Burgos Alfonso de Hinojosa (1323) (DM)
17. Rapports d’autorité entre égaux : les « établissements » de l’Ordre militaire de Santiago au Portugal (1327) (SB)
18. Serment prêté par le roi de Navarre Philippe III devant les Cortès (1329) (texte en navarrais) (DM)
19. Confirmation d’un privilège royal accordé à l’évêché de Carthagène (1371) (DM)
20. Dire l’autorité : lois royales d’Alphonse III et d’Edouard (1273, 1346) (SB)
21. Fatwa du mufti d’Oran (début XVIe siècle), version aljamiada en caractères arabes (JPM)

Chapitre 5. Les écritures de la pratique gouvernementale, administrative et religieuse

Typologie et registres de langue (SB)

22. Tarif du portazgo de Sahagún au XIIIe siècle (DM)
23. Gouverner, c’est connaître : les enquêtes juridictionnelles d’Alphonse III (1259) (SB)
24. Du comptage des charrettes à la cour du prince : résolution des problèmes locaux de Bragança par les « chapitres spéciaux » aux Cortes (1331) (SB)
25. Charte des deux monedas octroyées par les Cortès à Alphonse XI (1349) (DM)
26. Témoignage isolé de l’encadrement religieux ordinaire, une notice d’administration du viatique à Coimbra (1369) (SB)
27. Comptabilités : extraits d’un rôle d’impôt direct de Séville de 1384 et registre comptable de paiements de la communauté juive de Tarazona de 1406-1407 (document aljamiado en romance aragonais et caractères hébraïques) (DM)
28. Ordonnance municipale de Ciudad Rodrigo (24 novembre 1441) (DM)
29. L’administration au village : extrait d’une législation municipale de Montemor-o-Novo (1443) (SB)
30. Gérer la croyance et la pratique : règlement de la cure de l’église paroissiale de Mértola (1482) (SB)

Deuxième Partie. Textes littéraires : écritures pour instruire, convaincre, distraire et témoigner

Introduction (SB)

Chapitre 6. Ecrire pour instruire : textes didactiques, moraux et savants

Typologie et registres de langue (SB)

31. Miracles de saint Dominique de Silos (DM)
32. Aly Aben Ragel, El libro complido en los iudizios de las estrellas (le Grand Livre des jugements des Etoiles) (1254) (BD)
33. Alphonse X, Setenario (1282-1284) (GM)
34. Théologie et morale en langue vulgaire : compendium du pénitentiel, dit « Livre des confessions » de Martín Pérez (SB)
35. Information juridique pour l’instruction du prince : un traité sur les degrés de parenté dans les « Ordonnances de D. Duarte » (1412-1426) (SB)
36. Au-delà du vade mecum du chrétien : une glose du « Notre Père » (ca 1418-1425) (SB)
37. Un prince moraliste : instructions de l’infant D. Duarte pour construire une sermon (1431) (SB)
38. Alfonso López de Valladolid, Regimiento contra la pestilencia (1437-1439) (DM)
39. Rodrigo Sánchez de Arévalo, Suma de la política (milieu XVe siècle) (DM)
40. Sermon de los siete pecados mortales (XVe siècle) (DM)

Chapitre 7. Ecrire pour faire mémoire : textes historiques et récit

Typologie et registres de langue (SB)

41. Estoria de España d’Alphonse X (1270), version « critique » (1282-1284) (GM)
42. Une écriture doublement « lapidaire » : inscriptions épigraphiques portugaises 1272-1340 (SB)
43. Raconter pour convaincre, l’hagiographie de la reine Isabelle (ca 1340) (SB)
44. Livre de la connaissance de tous les royaumes, terres et seigneuries qui sont de par le monde et des écus et armes qu’ils ont (dernier quart du XIVe siècle) (DM)
45. La mémoire des autres et la médisance : le roi Alphonse I dans les « Livres de lignages » nobiliaires (1340-1385, ca 1400) (SB)
46. Le souvenir des morts, obituaire de la collégiale Santa Marinha de Lisbonne (fin XIVe siècle) (SB)
47. Portraits des rois Pierre et Ferdinand dans des chroniques officielles (Fernão Lopes, ca 1430-1440) (SB)
49. Entre information et mémoire : un « routier » de la côte occidentale d’Afrique (ca 1485) (SB)

Chapitre 8. Ecrire pour distraire : poésie, narration et fiction (mester de jularía y mester de clerecía)

Typologie et registres de langue (BD)

50. A partir de 900, les Jarchas ou Kharjas (‘terminaisons’) (BD)
51. Gonzalo de Berceo,  » Le miracle du pauvre charitable » dans Los milagros de Nuestra Señora (BD)
52. Conte tiré du Sendebar (1253) (BD)
53. Cantigas galéo-portugaises, XIIIe siècle (PT)
54. La traduction d’un roman arthurien français, transposition ou adaptation? La Demanda do Santo Graal portugaise, XIIIe siècle (SB)
55. Libro del Caballero Zifar (1300) (BD)
56. Don Juan Manuel, El Conde Lucanor (1330-1335) : « De ce qu’il advint à celui qui voulait mettre ses amis à l’épreuve » (BD)
57. Poema de Alfonso onceno (1344-1348) (BD)
58. Epopée et concurrence mémorielle : la bataille du salado dans les « Livres de lignages » (ca 1380-1385) (SB)
59. La narration pieuse : le voyage dans l’au-delà dans le Conto de Amaro, fin XIVe siècle (?) (SB)
60. Jorge Manrique Coplas por la muerte de su padre (BD)
61. Romance de Diego Laynez (fin du XVe siècle ?) (GM)

Index des formes et des notions
Index bibliographique
Table des illustration et des crédits photographiques
Table des cartes
Tables des matières

Bourses de recherche de la Fondation Nestlé-France

Résumé

 La Fondation d’entreprise Nestlé France, a pour vocation d’encourager les familles à observer des comportements alimentaires bénéfiques pour leur santé et leur bien-être, et soutient la recherche en allouant trois bourses de recherche de 20 000 € chacune. Les bourses de recherche de la Fondation Nestlé sont destinées à soutenir de jeunes chercheurs ou de futurs enseignants menant des travaux de recherche dans le domaine de l’alimentation dans ses dimensions biologiques, sociales et humaines (SHS).

Annonce

Présentation

La Fondation d’entreprise Nestlé France, a pour vocation d’encourager les familles à observer des comportements alimentaires bénéfiques pour leur santé et leur bien-être, et soutient la Recherche en allouant trois Bourses de recherche de 20 000 € chacune.

Il s’agit de soutenir des candidats en fin de thèse ou de permettre une expérience de recherche post doctorale. Les candidats devront appartenir à un laboratoire de recherche français, avoir 35 ans maximum, être soit inscrits en thèse depuis au moins deux ans, soit être titulaires d’un doctorat.

Les projets soutenus pourront se dérouler en France ou à l’étranger. Les candidats ne doivent pas occuper un autre emploi à temps plein pendant la durée de l’exécution du projet

Le dossier doit comporter :

  • le CV du candidat
  • la présentation du projet de recherche envisagé
  • la présentation du ou des laboratoires d’accueil
  • la liste des travaux et publications du candidat (publiés ou acceptés par des journaux à comité de lecture, ainsi que des communications à des manifestations scientifiques).
  • Les autres financements déjà obtenus. La mention des autres modes de financement envisagés (même dossier envoyé pour concourir à d’autres bourses) est obligatoire.
  • l’accord écrit du chef de service ou du directeur du laboratoire d’accueil
  • un résumé d’une page, en français, du projet de recherche, avec la liste des publications se rapportant au thème
  • la cession du droit à l’image

La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 23/05/2013

Modalités de sélection

Les membres du Jury, qui se réunira le 10/06 2013, sont Jean-Pierre Poulain, Claude Fischler, Jean-Paul Laplace, Pierre Combris, Patrick Tounian, Claudine Junien, Pascal Ory, Alexandre Voirin, Chantal Simon, et Gilles Boetsch.

Contact : virginie.Pairin@fr.nestle.com – 01 60 53 27 51

Le dossier de candidature est disponible en ligne

sous format word :

nestlé

[16-17 mai 2013] Innovatives SHS – Salon de la valorisation en sciences humaines et sociales

Source : cnrs.fr
Source : cnrs.fr

Le transfert des résultats de la recherche vers la société est au cœur de la réflexion menée actuellement sur l’évolution de la recherche et de l’enseignement supérieur.

Les sciences humaines et sociales participent de manière massive à ce transfert de connaissances et d’innovations vers la société, non seulement en exerçant  des activités d’expertises auprès des entreprises, des collectivités locales ou des médias mais aussi en créant des produits multimédia d’apprentissage des langues, des logiciels d’aide à la décision ou des outils de reconstitution 3D pouvant être diffusés ou commercialisés.

Le caractère protéiforme de la valorisation en sciences humaines et sociales fait cependant que leurs apports, pourtant fondamentaux dans ce domaine, sont souvent méconnus, en du monde des décideurs.

C’est la raison pour laquelle l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS, en lien avec l’Alliance Athéna, a souhaité mettre en lumière les initiatives des chercheurs de toutes les disciplines des sciences sociales et des humanités.

Il organise les 16 et 17 mai 2013 à l’Espace Charenton Innovatives SHS, le premier salon de la valorisation de la recherche en sciences humaines et sociales.

Retrouvez plus de détails sur cette manifestation sur la page dédiée du site du CNRS.

 

[14 juin 2013] Journée de prospective « « Des matériaux aux patrimoines : aspects culturels et naturels – nouvelles synergies, nouveaux objets, nouveaux enjeux »

La Mission pour l’Interdisciplinarité du CNRS organise une journée de prospective pour faire émerger des approches interdisciplinaires novatrices autour de la recherche sur les matériaux des patrimoines en initiant des synergies heuristiques et de nouveaux objets de recherche qui permettront de répondre aux enjeux du futur. Ces réflexions contribuent au Défi intitulé « Des matériaux aux patrimoines : aspects culturels et naturels – nouvelles synergies, nouveaux objets, nouveaux enjeux ».

 

Cette journée aura lieu le 14 juin prochain à Meudon autour de trois ateliers thématiques :

  • Patrimoines culturels et naturels : quels enseignements et quelles perspectives ?
  • Modéliser et prédire sur le long terme 
  • Technologies et méthodes en rupture

 

Vous trouverez l’ensemble des informations sur cette manifestation scientifique sur la page dédiée du site du CNRS.

Le programme imprimable est aussi disponible en ligne :PDF - 888.2 ko

Appel à projets 2013 « Soutien aux programmes de recherche internationaux » – GIS Réseau National des MSH – Institut des Sciences Humaines et Sociales- CNRS

« Depuis sa création le 16 février 2006, le Groupement d’Intérêt Scientifique (GIS) Réseau national des Maisons des Sciences de l’Homme (RNMSH) a démontré qu’il avait toute son utilité pour créer une véritable synergie entre les MSH. Sa qualification en Infrastructure de Recherche (IR) par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (MESR), en 2012, en atteste.

Par ailleurs, l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS (INSHS-CNRS) a reconnu la place importante du dispositif MSH dans la structuration des SHS à l’échelle nationale.

Dans ce cadre, l’INSHS-CNRS et le GIS RNMSH s’associent pour lancer une action incitative sous la forme d’un appel à projets pour soutenir les programmes de recherche internationaux. Ceux-ci devront impliquer au moins deux MSH et au moins un partenaire étranger (lettre d’intention de collaboration à fournir).

Nous espérons que cet appel à projet, que nous avons voulu léger sur son formulaire de réponse, recueillera un bon nombre de propositions. »

Patrice Bourdelais, Directeur INSHS, CNRS et Michel Audiffren, Président du GIS Réseau National des MSH

 

Comme les années précédentes, le dépôt des projets se fera via notre site de soumission. La date limite de dépôt est fixée au 15 septembre 2013.

 

Tous les éléments sont également disponibles sur le site internet du Réseau National des MSH.

E-Migrinter, n°10 (2013)

N°10 (2013)
Source (image et contenu de l’article) : e-migrinter

NUMERO 10 – 2013

Genre et imbrication des rapports de domination

dans les médias des minorités ethniques

Dossier coordonné par Claire Cossée, Laura Navarro, Isabelle Rigoni & Eugénie Saitta

le numéro complet à téléchargernuméro complet


Editorial

article PDF Des médias par et pour les minoritaires ? (Re)production du genre et imbrication des rapports de domination
(Claire Cossée, Laura Navarro, Isabelle Rigoni, Eugénie Saitta)

Dossier

article PDF Présence d’une absence : l’embauche et le salaire comme facteurs occultant la discrimination envers les femmes journalistes dans les médias européens en langues minoritaires
(Iñaki Zabaleta, Nicolás Xamardo, Arantza Gutiérrez, Santi Urrutia, Itxaso Fernández)
article PDF Les ambiguïtés de la « presse féminine noire »
(Virginie Sassoon)
article PDF Discours, représentations et images des femmes latino-américaines immigrées dans les journaux ethniques du Pays Basque
(Ana Mendieta)
article PDF Point de vue situé : Médias panafricains francophones et reproduction des rapports de pouvoir – Années 1980/1990
(Carmen Diop)

Vie du labo

article PDF Séjour de Recherche : De la conception du projet de recherche au Cameroun à sa révision à la lumière des avancées théoriques de MIGRINTER.
(Félix Watang Zieba)
article PDF Séminaire d’équipe Migrinter 2012-2013, Première séance par William Berthomière, jeudi 29 novembre : « Street geography : réflexion autour des usages de l’image dans l’étude des migrations au sein d’un espace public comme la rue ».
(Mélanie Pénicaud)
article PDF « Tracing Social inequalities in Environementally-induced Migration », Colloque international, Bielefeld, du 9 au 13 décembre 2012. (Compte-rendu par Émilie Chevalier & Eleonora Guadagno.)

Notes de lecture

article PDF Barrère, Céline ; Lévy-Vroelant, Claire (2012) Hôtels meublés à Paris. Enquête sur une mémoire de l’immigration, Paris, Éditions Créaphis,
300 p.
(Mélanie Pénicaud)
article PDF MIGREUROP (2012) Atlas des migrants en Europe : Géographie critique des politiques migratoires, Paris, Armand Colin, 144 p. (Atlas). (Victoire Cottereau.)

La Licorne, n°103 (20 décembre 2012)

Source (image et contenu) : La Licorne
Source (image et contenu) : La Licorne

Dire le travail

Fiction et témoignage depuis 1980

Publié en ligne le 4 avril 2013

Etudes réunies et présentées par Stéphane BIKIALO et Jean-Paul Engélibert

Depuis les années quatre-vingt, la littérature a retrouvé un intérêt pour le travail qu’elle avait perdu depuis des décennies. Effet d’un « retour au réel » qui pousse les écrivains contemporains sur les voies du témoignage, de la mémoire, de l’enquête et de l’entretien : autant de pratiques qui suscitent des formes d’écriture autant qu’elles constituent des rapports au monde social. Aussi les œuvres qui en émergent n’ont-elles rien à voir avec une résurgence du naturalisme ou de l’engagement. Le monde des ouvriers, des employés et des cadres, observé, décrit, raconté ou fictionné pour lui-même, n’est pas un objet comme un autre, mais un de ceux qui ont le plus contribué à renouveler les formes narratives depuis trente ans en France et ailleurs dans le monde. Entre autres raisons parce que c’est un objet de langage : dans un monde où « l’entreprise » a imposé ses normes à la langue, le roman, comme la poésie, doit inventer les formes qui rendent toute sa puissance critique à la pensée.


  • Avertissements et préconisations aux chefs d’entreprises afin de les prémunir contre le ressentiment de leurs employés.  Par Lydie Salvayre
  • Avant-propos. Pourquoi «   dire le travail   ».  Par Stéphane BIKIALO et Jean-Paul Engélibert
  • Leslie Kaplan   : «   L’écrit-l’usine   : de l’expérience à la fiction   ».  Par Leslie Kaplan et Stéphane BIKIALO
  • Voix de bureau.  Par Joachim Séné
  • La sauvagerie du langage à l’œuvre.  Par Thierry Beinstingel

L’entreprise du réel

  • Petit boulot et sale boulot   : le travail précaire entre témoignage et fiction littéraire.  Par Corinne Grenouillet
  • Du sourire à l’aliénation, représentations du monde professionnel dans le roman engagé contemporain.  Par Sonya Florey
  • «   D’autres métiers que le mien   »   : l’écrivain face au travail de l’autre (Salvayre, Reinhardt, Carrère).  Par Fabien Gris
  • Parler, filmer, travailler. La voix, le regard et la main dans les Portraits d’Alain Cavalier.  Par Natacha Thiéry

La mémoire du monde ouvrier

  • Voix ouvrières en Franche-Comté Maurice Clavel ( Les Paroissiens de Palente , 1974) et Jean-Paul Goux ( Mémoires de l’Enclave , 1986).  Par Sylvain Dreyer
  • Tombeaux de la classe ouvrière   : Filippetti, Magloire, Sonnet.  Par Jean-Paul Engélibert
  • Filles d’ouvriers, regards sur la condition ouvrière dans quatre romans français et italiens contemporains.  Par Delphine Gachet

Le laboratoire de l’écriture

  • La formule «   Culture d’entreprise   »   : une fiction de l’entreprise.  Par Stéphane BIKIALO
  • Ouvriers vivants   : la langue en travail.  Par Isabelle Krzywkowski
  • Un sujet hanté par le travail (autour de Thierry Beinstingel, Retour aux mots sauvages , et de Nathalie Kuperman, Nous étions des êtres vivants ).  Par Béatrice Bloch
  • Du travail de la langue à la langue du travail (quelques facettes d’un discours contemporain sur la littérature).  Par Gilles Magniont

Comparaisons internationales
  • Le travail dans la littérature de témoignage d’Amérique Latine Regards de femmes.  Par Antoine Ventura
  • La transition du communisme au capitalisme libéral dans deux romans polonais contemporains.  Par Wiesław Kroker
  • Un chou-fleur au bureau. La représentation de l’espace professionnel dans quelques romans belges contemporains (Outers, Malinconi, Toussaint).  Par Judyta Zbierska-Moscicka
  • Le retour au réel, entre fiction et témoignage, dans la littérature italienne des 20 dernières années.  Par Claudio Panella

Population, mondialisation et développement : quelles dynamiques ?

Source: La Documentation Française

 

 – OUVRAGE DISPONIBLE DANS LE FONDS MIGRINTER DU SDS DE LA MSHS –

Sous la direction de Luc Cambrézy et Véronique Petit

Population, mondialisation et développement : quelles dynamiques ?

Paris : La Documentation française, 2012.- 174 p. (Les études)

[4e de couv.] Depuis deux décennies, la mondialisation a bouleversé la représentation du monde héritée de l’après Seconde Guerre mondiale et bousculé des situations figées par les décennies de la Guerre froide : les vieilles nations industrielles sont en crise, de nouveaux géants économiques sont apparus, l’Afrique émerge à son tour et de nouveaux équilibres se construisent. Ces bouleversements ont un impact considérable sur le développement sur le développement des pays du Sud et sur le mode de vie de leurs populations.

A l’heure où la catastrophe démographique annoncée à la fin du siècle dernier s’éloigne du fait du ralentissement de la croissance des populations constaté ou prévu sur tous les continents, les contributions de cet ouvrage remettent en cause certaines certitudes attachées aux pays longtemps qualifiés de sous-développés, puis en voie de développement.

L’urbanisation et l’apparition d’une classe moyenne éduquée, avide de progrès et de démocratie, modifient profondément le cadre de sociétés inégalement confrontées à la problématique du développement : la pauvreté, la sous-alimentation, l’espérance de vie trop courte, l’accès à la terre, l’instabilité politique, les migrations et les problèmes environnementaux sont là pour le rappeler.

CONTIENT :

Avant-propos (Luc Cambrézy, Véronique Petit)

1. Le début de la fin ? Le revirement de la croissance démographique mondiale (Christophe Z. Guilmoto, Isabelle Attané et Sébastien Oliveau)

La fin de la croissance démographique mondiale ?

Des disparités régionales toujours considérables

Les moteurs de la croissance démographique

Croissance et recomposition démographiques

2. Population et environnement : 50 ans de débat (Frédéric Sandron)

La relation population-environnement des années 1960 jusqu’à aujourd’hui

Les populations du Sud face aux questions environnementales

Migration et environnement

3. Institutions et développement : quelles interactions ? (Isabelle Lebon, Frédéric Gavrel)

Quel régime politique pour quel développement ?

Les institutions politiques influencent-elles le développement ?

Le développement influence-t-il le régime politique ?

Droit de propriété et développement

4. Migrants qualifiés et mondialisation : une étape vers le développement ? (Véronique Petit)

Définitions et mesures

Les déterminants des mouvements migratoires

Les migrants qualifiés : opportunité individuelle, gain collectif ?

5. La question foncière en milieu rural (Luc Cambrézy, Yves Magnon)

Accroissement démographique et distribution du peuplement : la terre manque-t-elle ?

La terre, une ressource de plus en plus spéculative

Diversité des droits fonciers et pluralisme juridique en Afrique subsaharienne

La quadrature du cercle

6. Les relations villes/campagnes : nouveaux contextes, nouvelles configurations ? (Bernard Tallet)

Les changements géographiques : vers la fin des contraintes de localisation ?

De nouvelles dynamiques rurales

Vers une recomposition inégale des espaces agricoles et une diversification des espaces ruraux

7. L’insécurité alimentaire : dimensions, contextes et enjeux (Pierre Janin, Charles-Édouard de Suremain)

Les dimensions du « manque alimentaire »

Une insécurité alimentaire différente selon les contextes

Les nouvelles formes du risque : crise alimentaire durable, insécurité alimentaire systémique

Outils et diagnostics sur la sellette

Limites et biais des stratégies de lutte contre l’insécurité alimentaire

Conclusion (Luc Cambrézy, Véronique Petit)

Counting Populations, Understanding Societies

Source (image et contenu du billet) : Springer

Véronique Petit

Counting Populations, Understanding Societies : Towards a Interpretative Demography

Berlin : Springer, 2013. – 208 p. (Demographic Transformation and Socio-Economic Development – 1).

The core aim of this book is to determine how anthropology and demography can be used in conjunction in the field of population and development.

The boundaries of demography are not as clearly defined or as stable as one might think, especially in view of the tension between a formal demography centered on the ‘core of procedures and references’ and a more open form of demography, generally referred to as Population Studies.

Many rapprochements, missed opportunities and isolated attempts marked the disciplinary history of anthropology and demography, both disciplines being founded on distinct and highly differentiated traditions and practices. Moreover, the role and the place assigned to epistemology differ significantly in ethnology and demography. Yet, anthropology and demography provide complementary models and research instruments and this book shows that neither discipline can afford to overlook their respective contributions.

Based on research conducted in West Africa over more than twenty years, it is a defense of field demography that makes case for a continuum ranging from the initial conception of fieldwork and research to its effective implementation and to data analysis. Changes in behaviors relating to fertility, poverty or migration cannot be interpreted without invoking the cultural factor at some stage. Representations in their collective and individual dimensions also fit into the extended explanatory space of demography.

Content Level » Research

Keywords » British social anthropology – Comprehensive demography – Demography and governance – Demography to demology – English political arithmetic – Epistemology in demography and anthropology – Ethnology and demography – Fertility, poverty and migration – French anthropology – INED and INSEE – Population studies

Table of contents

  • Chapter 1. EPISTEMOLOGY IN DEMOGRAPHY AND ANTHROPOLOGY
  • Chapter 2. THE INSTITUTIONALIZATION OF A WILD SCIENCE.
  • Chapter 3. THE CONTOURS OF A SOCIAL SCIENCE
  • Chapter 4. AN OBJECT CALLED POPULATION
  • Chapter 5. DEMOGRAPHY AND ANTHROPOLOGY: A RETURN TO THE ORIGINS
  • Chapter 6. THE PRACTICES OF COMPREHENSIVE DEMOGRAPHY
  • Chapter 7. SOME UNRESOLVED ISSUES
  • APPENDIX. THE CONTEMPORARY ACTORS OF FRENCH DEMOGRAPHY
  • BIBLIOGRAPHY.

[29-30 mai 2013] Colloque « Territoire(s) et réseaux locaux : quelles perspectives théoriques et méthodologiques en sciences sociales ? »

  • Colloque des doctorant-e-s du GRESCO

L’approche locale d’une institution, d’un mouvement ou d’un fait social renvoie à des conceptions différentes de la construction des objets de recherche en sciences sociales. A l’intersection de plusieurs disciplines (sociologie, géographie sociale, anthropologie et sciences politiques…), ce colloque propose de faire l’état des lieux des méthodes de recherche actuelles permettant de saisir les dimensions spatiales des phénomènes sociaux.

Dans cette perspective, nous nous intéressons aux notions utilisées par les chercheurs telles que « territoire », « local » et « localité ». Comment le local se construit-il comme variable explicative ou comme catégorie d’analyse au sein des différentes disciplines en sciences sociales ? Nous débattrons des ambiguïtés de ces notions comme des manières d’envisager l’action sociale entre espace physique et espace social : des effets du local sur l’action collective et individuelle, aux rôles des acteurs et des actrices dans les réseaux et à la multi-dimensionnalité des interactions entre local, national et global.

Les méthodes d’enquête, monographiques, ethnographiques, quantitatives, et comparatives seront questionnées afin d’appréhender la manière dont elles peuvent être mobilisées par le chercheur. Quels sont les avantages, les limites et les coûts de chacune des méthodes envisagées ? Un ensemble de concepts seront au cœur des discussions, entre autres le capital social (Bourdieu, 1980) et celui d’autochtonie (Chamboredon et al, 1984 ; Retière, 2003, Renahy, 2005). Ceux-ci se situent à l’intersection des réflexions sur les réseaux sociaux – pensés comme un ensemble d’interactions continues entre les individus, sur les sentiments d’appartenance à un groupe, sur les formes de proximités territoriales / sociales ou encore sur les stratégies d’investissements constitutives d’une position sociale à produire ou à reproduire. Enfin, c’est dans une démarche de comparaison internationale que nous souhaitons également engager ce débat autour des formes de mobilisation, de résistance et d’engagement inscrites localement. Nous questionnerons l’enchevêtrement de différentes échelles et notamment celles du local, du national et de l’international. Leur articulation permet-elle de dépasser la notion de territoire ?

  • Les trois axes du colloque :

1. « Faire son territoire » : repenser les inégalités sociales

2. Usages des discours sur le local : transformation et construction d’espaces sociaux

3. L’imbrication du local et du global : de quelle(s) mondialisation(s) parle-t-on ?

Retrouvez ici le programme intégral du colloque.

La recherche à la MSHS de l’Université de Poitiers

Ce carnet présente l’actualité de la recherche à la Maison des sciences de l’homme et de la société de l’Université de Poitiers (MSHS), Unité mixte de service et de recherche CNRS-Université de Poitiers et fédération de recherche à laquelle sont associées l’intégralité des laboratoires en Sciences humaines, économiques et sociales (SHES) poitevins. Les principales thématiques développées sont : (1) Langage et cognition (2) Individus, sociétés et organisations(3) Humanité, culture et patrimoine.