[16 septembre 2013] Université d’été du CAPS – Nouvelles déviances, nouvelles normalités et santé mentale

Source : CAPS
Source : CAPS
 
Argument :
 
Pour fonctionner, un système dit de «santé mentale » doit simultanément disposer, d’une théorisation –explicite ou implicite– du fonctionnement psychique supposé « normal », et de moyens qui l’autorisent à valider cette théorie. D’une part, cette représentation d’un fonctionnement psychique individuel adapté à l’environnement est nécessaire pour construire le système de santé mentale, mais d’autre part, les agents du système doivent disposer d’outils qui leur permettent de rétablir le « bon » fonctionnement d’un sujet qui s’en éloigne. Schématiquement, les systèmes européens et américains ont à leur disposition deux grands modèles théoriques : l’un centré sur une normalité de type comportemental, l’autre sur un fonctionnement psychique qui oscille de lui-même entre normal et pathologique. Par ailleurs, les outils mis au point par les systèmes pour maintenir une santé mentale satisfaisante dans la population possèdent deux grands modes d’action : le premier est importé de l’extérieur (médicament, coercition), le second fait appel aux ressources internes du sujet (psychothérapie).
 Les systèmes européen et américain sont comparables, mais ils ne sont pas identiques pour autant. Alors que le premier s’appuie sur une tradition clinique à laquelle se réfèrent toujours ses acteurs, soit pour la revendiquer, soit pour la disqualifier, le second donne la priorité à l’efficacité de ses interventions, sur le plan diagnostique aussi bien que thérapeutique. La collaboration entre les deux systèmes fonctionne maintenant depuis plusieurs décennies, sans que leurs emprunts respectifs soient clairement identifiés et leur pertinence validée. Au cours de cette université d’été, les interventions croisées de praticiens et de psychanalystes permettront d’éclairer différentes approches européennes et outre-Atlantique.

Programme :

16 septembre 2013
MSHS – Salle de conférences

8h30 – Accueil des participants
9h – Ouverture : P-H. Keller, A. Ducousso-Lacaze, M. Haza
9h15 – Nouvelles déviances, nouvelles normalités : la place et le discours de la psychanalyse (Modérateur : JB Chapelier, MCF, HDR, Poitiers, EA4050, CAPS)
  • Roger Perron, Psychanalyste, Société psychanalytique de Paris (SPP) : Normer, dévier : l’intérieur et l’extérieur.
  • Laurie Laufer, CRPMS, MCF, HDR, Université Paris 7 : Normes sociales, normes sexuelles ?
  • Despina Naziri, Université Liège (Belgique) : Psychanalyse et homosexualité: une relation déconcertante.
  • Florian Houssier, Psychanalyste, MCF HDR Paris 5 Descartes : « Le père d’aujourd’hui est-il maternalisé ? En partant d’un cas de parricide»
14h – Nouvelles déviances, nouvelles normalités : l’évolution de la santé mentale et de la psychiatrie (Modérateur : D. Albarracin, MCF, Poitiers, EA4050, CAPS.)
  • David Cohen, Université de Californie à Los Angeles, UCLA (EU) : La disparition du sujet. The Disappearance of the Self.
  • Michel Minard, Psychiatre, C2SM, Bordeaux : A quoi servent les diagnostics dans la psychiatrie américaine?
  • Tomi Gomory, Florida State University (EU) : L’avenir de l’autonomie individuelle. The Future of Individual Autonomy.
  • François Gonon, CNRS, UMR 5293 (C2SM), Bordeaux : Distorsions du discours biomédical dans les médias: le cas de l’hyperactivité TDAH.

Retrouvez une version imprimable du programme ainsi que le bulletin d’inscription en cliquant ici :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *