[11-12 juin 2013] Les partages héraldiques au Moyen Âge

journée héraldique
Cliquez sur l’image pour accéder au programme de la journée.

Passé le temps de l’adoption de signes héraldiques par les grands feudataires, au milieu du XIIe siècle, les modalités de diffusion des armoiries à l’ensemble du groupe chevaleresque, au tournant du XIIIe siècle, restent fort mal connues. Parmi les éléments visibles de ces premiers temps de l’héraldique, on note toutefois l’existence de « groupes d’armoiries », c’est-à-dire d’un ensemble de personnes partageant des armoiries graphiquement et/ou chromatiquement proches d’un prototype constitué par celles d’un seigneur commun.

Très tôt également les sources, sceaux et textes narratifs notamment, nous rapportent des cas d’échanges d’armoiries entre frères d’armes, patrons et clients, parrains en chevalerie et adoubés, qui prennent souvent la forme de deux armoiries portées côte à côte ou accolées sur un même écu par un parti. Ces premiers partages d’armoiries posent d’emblée la question de la nature de l’identité révélée par les armes : signe personnel, lignager, vassalique, politique, courtois ? En même temps que l’armoirie devient le marqueur de plus en plus exclusif du lignage, elle se partage encore dans le cadre de la vassalité, des offices et de différentes formes de dépendances honorables et constitue autour du prototype, l’écu plein du « chef d’armes », une parenté héraldique autant lignagère que politique. Cet aspect est fondamental et marque durablement la pratique des échanges héraldiques.

Qu’en est-il des concessions d’armoiries ? Dès la fin du XIIe siècle le moine de Marmoutier rapporte que Geoffroy Plantagenêt a reçu ses célèbres armes aux lionceaux de son beau-père Henri Ier d’Angleterre, à l’occasion de son mariage en 1127. C’est le premier exemple connu de concession héraldique ! De façon plus assurée, quelques décennies plus tard, les sceaux attestent d’octrois de partis fleurdelisés à des fidèles de Philippe Auguste ou à des filleuls en chevalerie de Louis VII ou de saint Louis. Quelques rares mentions normatives laissent alors penser que la concession des armoiries du souverain correspond à une donation formalisée. Mais la plupart de ces dons ont du intervenir oralement, leur proclamation publique suffisant à leur validation juridique. Les images restent alors souvent notre seule source d’information. A la fin du Moyen Âge en revanche, les concessions d’armoiries se multiplient à travers l’Europe et sont fréquemment validées par des lettres patentes dont un nombre conséquent a été conservé. Les héraldistes y distinguent des concessions d’armoiries – octroi d’une composition héraldique originale souvent assortie d’un anoblissement – et des augmentations d’armoiries – octroi d’un élément de l’emblématique du donataire en signe de distinction. Les nouveaux systèmes d’emblèmes de la fin du Moyen Âge, devise, mots et couleurs de livrées viennent encore multiplier les media du partage emblématique. Ils formalisent même à l’aide d’un instrument ad hoc, la devise, ces partages identitaires.

11 et 12 juin 2013
Hôtel Fumé – Salle des Actes
8, rue René Descartes à Poitiers
Contact
laurent.hablot@univ-poitiers.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *