Vient de paraître : « Les territoires de l’autochtonie : Penser la transformation des rapports sociaux au prisme du « local » »

Couv_Autochtonie.indd
Source (image et contenu) : PU Grenoble

 

Émilie AUNIS, Joachim BENET, Arnaud MEGE et Isabelle PRAT (dir.), « Les territoires de l’autochtonie : Penser la transformation des rapports sociaux au prisme du « local » ». Presses Universitaires de Rennes, 2016 (Espace et Territoires)

Cet ouvrage, qui a reçu le soutien de l’Université de Poitiers, a été écrit sous la direction d’Émilie Aunis (docteure en sociologie et post-doctorante à l’Université de Laval), Joachim Benet (doctorant en sociologie au GRESCO, EA 3815), Arnaud Mège (doctorant en sociologie et ingénieur d’étude au GRESCO) et Isabelle Prat (doctorante en sociologie au GRESCO). Il vient compléter la collection Espaces et Territoires qui s’intéresse aux dynamiques des espaces et des sociétés par l’analyse des processus, des comportements et des régulations.

«Être du coin », « venir d’ici », « être du cru », « être un enfant du pays », autant d’expressions qui traduisent le poids de l’appartenance locale pour les individus et les collectifs. La valorisation du « local » est aujourd’hui un argument qui tend à devenir de plus en plus récurrent et prégnant dans les discours, qu’ils soient politiques, commerciaux ou ordinaires. Face à la production de ces discours, de jeunes chercheurs en sciences sociales ont souhaité proposer un éclairage scientifique à partir d’enquêtes empiriques variées : du rural à l’urbain, des militants pour la décroissance aux bûcherons en passant par les agriculteurs biologiques ou encore les danseurs de hip-hop. La multiplicité des terrains sur lesquels reposent les sept analyses proposées témoigne d’ailleurs de la diversité des lieux et des contextes où l’usage de la catégorie « local » est susceptible d’être mobilisé.

Unis par une volonté commune de comprendre les ressorts de ce recours au local, l’ensemble des contributeurs de cet ouvrage cherche à interroger le concept de capital d’autochtonie – défini comme « l’ensemble des ressources que procure l’appartenance à des réseaux de relations localisées » – afin de saisir le sens que peuvent revêtir aujourd’hui les arguments de celles et ceux qui font de leur ancrage local une ressource sociale à valoriser. Ils invitent en ce sens à repenser la construction et la transformation des rapports sociaux dans le temps à partir des réseaux sociaux locaux.

Cet ouvrage, à travers le regard interdisciplinaire qu’il porte – alliant sociologie, sciences politiques et géographie sociale –, se veut un prolongement aux études et réflexions menées sur l’usage aujourd’hui renouvelé du concept de capital d’autochtonie et plus largement, une contribution à la compréhension des logiques sociales attenantes aux discours et postures de valorisation du local.

Voici une présentation des chercheurs et des doctorants qui ont participé à la rédaction de l’ouvrage.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.