[18 décembre 2013] Soutenance de thèse d’Aurélie Omer

Aurélie Omer

présentera publiquement sa thèse

LE MYTHE ANDIN D’INKARRI :

CATALOGUE RAISONNE DES VERSIONS DU CORPUS ET ANALYSE


le 18 décembre 2013 à 14h

en salle Mélusine, à la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société

(MSHS) – campus universitaire de Poitiers

Son travail a été mené sous la direction de Jean-Philippe HUSSON.

Résumé

La thèse se compose de deux parties, la première étant un catalogue raisonné des versions du mythe d’Inkarrí et la seconde une analyse du corpus ainsi défini. Le catalogue est constitué de 114 fiches correspondant aux 114 versions collectées par nos soins, 110 dans des publications et 4 auprès de membres de divers groupes autochtones à la faveur d’enquêtes de terrain. Les versions du mythe proviennent majoritairement du Pérou mais certaines d’entre elles sont issues de Bolivie, d’Argentine et du Chili. L’analyse du corpus se déroule en trois phases correspondant à trois chapitres. Dans le premier sont identifiés divers thèmes qu’Inkarrí partage avec un certain nombre de mythes issus de cultures n’ayant jamais entretenu de contact avec la civilisation andine : ceux de la résurrection, de la tête coupée, de la compétition et de la justification de l’ordre établi. Ces comparaisons soulignent la portée universelle du mythe d’Inkarrí.

Dans le deuxième chapitre est entreprise une comparaison avec des diverses sources andines, d’origine coloniale ou contemporaine. Il en ressort que les séquences sur lesquelles portent les similitudes peuvent être regroupées en cinq familles : des fragments de mythes d’origine préhispanique, des évocations de la Conquête, des éléments issus de la tradition chrétienne, des mythes de portée locale et des réminiscences historiques non transmises par la tradition. Dans le troisième chapitre, qui se présente comme une synthèse, nous nous proposons d’établir les origines du mythe et de retracer les étapes de son évolution en soumettant le corpus à trois approches successives, la première structurale, la seconde géographique et la troisième philologique. Il s’en dégage que la version première était préhispanique et tournait autour de la rivalité d’Inkarrí et du roi des Collas. Sa diffusion s’est limitée au territoire correspondant aux actuels départements de Cuzco et Puno. Postérieurement à la Conquête eut lieu une réélaboration qui vit le roi d’Espagne se substituer au roi des Collas, suivie d’une expansion foudroyante dont le vecteur, selon nous, aurait été le mouvement religieux appelé Taqui Oncoy, dans les années 1560.

Mots-clés : Inkarri – récits – mythologie – Empire inca – Pérou colonial – Pérou contemporain – langue quechua.

Abstract

This thesis has two parts, the first being a catalogue raisonné of different versions of the Inkarri myth and the second, an analysis of the corpus thus defined. The catalogue is made up of 114 records corresponding to the 114 myths which were collected, 110 in various publications and 4 from members of different native groups found in the field. The different versions of the myth come mainly from Peru but others come from Bolivia, Argentina and Chile. The corpus analysis is divided into three parts corresponding to three sections. In the first there are different themes that Inkarri shares with a certain number of myths from cultures which were never in contact with the Andean civilization: that of the resurrection, the severed head, and the competition and justification of the established order. These comparisons underline the universality of the Inkarri myth.

            In the second chapter we undertake a comparison of the various Andean sources originating from colonial or contemporary origin. This shows that the sequences have similarities which can be grouped together into five classifications: fragments of pre-hispanic origin, the evocation of the Conquest, elements which come from the Christian tradition, myths with local impact and historical reminiscences which have not been transmitted by tradition. In the third chapter, which is presented as a synthesis, we set out to establish the origins of the myth and to retrace the stages of its evolution by using three successive methods to address the corpus, the first structural, the second geographical and the third philological. In this way we can see that the first version was pre-hispanic and dealt with the rivalry between Inkarri and the king of the Collas. Its spread was limited to the area corresponding to the present departments of Cuzco and Puno. Following the Conquest there was a reworking of the myth where the king of Spain replaced the king of the Collas followed by a very rapid expansion whose vector, in our opinion, was the religious movement called Taqui Oncoy in the years 1560.

Key words: Inkarri – narratives/tales – mythology – Inca Empire – colonial Peru –modern Peru – Quechua language.

Membres du jury :

  • Jean-Philippe HUSSON   –   Professeur émérite d’Université, Université de Poitiers (Directeur de thèse)
  • Nicole FOURTANE   –   Professeure d’Université, Université de Nancy 2 (Examinateur)
  • Erich FISBACH   –   Professeur d’Université, Université d’Angers (Rapporteur)
  • Jean-Marie LASSUS   –   Professeur d’Université, Université de Nantes (Rapporteur)
  • Antoinette MOLINIE   –   Directrice de recherche CNRS,  Université de Nanterre(Examinateur)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.