[06 décembre 2013] Soutenance de thèse de Pierre COURROUX

Pierre Courroux

présentera publiquement sa thèse

L’ECRITURE DE L’HISTOIRE DANS LES CHRONIQUES FRANCAISES (XIIe-XVe SIECLES).

LES CRITERES DE L’HISTORICITE MEDIEVALE.

le 6 décembre 2013 à 14h

en salle des Actes – Hôtel Fumé – UFR Sciences Humaines et Arts

Son travail a été mené sous la direction de Edina Bozoky et Claudio Galdérisi.

Membres du jury :

  • Elisabeth VAN HOUST   –   Professeur honoraire, Emmanuel College, University of Cambridge (Rapporteur)
  • Jean-Jacques VINCENSINI  –   Professeur d’Université, Université de Poitiers (Rapporteur)
  • Edina BOZOKY   –   Maître de Conférences-HDR, Université de Poitiers (Co-Directrice de thèse)
  • Claudio GALDERISI   –   Professeur d’Université, Université de Poitiers (Co-Directeur de thèse)
  • Francine MORA-LEBRUN   –   Professeure émérite d’Université,, Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines (Examinatrice)
  • Jean-Claude Schmitt  –  Directeur d’études, EHESS (Examinateur)

 

Résumé :

Depuis les années 1960, les historiens ont étudié les chroniqueurs médiévaux en tant qu’écrivains capables de construire leur narration selon leurs projets. L’essentiel de leur attention s’est portée sur les chroniqueurs latins, principalement ceux écrivant dans le milieu monastique. Le présent travail s’intéresse aux chroniqueurs écrivant en français, souvent moins érudits que leurs homologues latins. Il est donc plus fécond de s’intéresser à leur conception particulière de l’historicité, qui est assez différente de la nôtre. Notre attention se concentre sur leur usage de la fiction pour construire une vérité historique supérieure, et propose des outils conceptuels adaptés à l’historiographie française médiévale. Dans cette étude à grande échelle, qui embrasse quatre siècles d’écriture, pour éviter une étude sérielle stérile, nous avons choisi cinq chroniqueurs-témoins (Benoît de Sainte-Maure, Philippe Mousket, Jean d’Outremeuse, Jean Froissart et Enguerrand de Monstrelet), dont les travaux donnent un aperçu satisfaisant des principaux problèmes qui sous-tendent l’historiographie de langue française de cette époque. Cette étude adopte d’abord une démarche diachronique, présentant chaque chroniqueur, son œuvre et son temps ; puis une vue synchronique, pour répondre à plusieurs questions fondamentales concernant les relations entre histoire, fiction et vérité : Quelles étaient les libertés d’un chroniqueur face aux faits et à ses sources ? Jusqu’à quelles limites une œuvre relevait-elle de l’histoire et non du roman ou de l’épopée ? Peut-on appréhender des inventions typiquement historiques ? Peut-on définir une mimesis historique, utilisée pour re-créer la réalité ?

Mots-clés : Historiographie médiévale, Chroniques françaises, Benoît de Sainte-Maure, Philippe Mousket, Jean d’Outremeuse, Jean Froissart, Enguerrand de Monstrelet

 

Summary :

Since the 1960s, the historians have studied the medieval chroniclers as full-skilled writers, able to build their narrative as they wish. Most of their attention was for the Latin chroniclers, mainly those who were writing in monasteries. My work wishes to overhaul the chroniclers who wrote in French, who used less technical skills than their Latin counterparts. Hence, it is more fecund with those chroniclers to seek their own historicity criteria, that are rather different from ours. My aim is to put the emphasis on the uses of fiction to build a higher historical truth, to find suitable conceptual tools for the French medieval historiography. In this large-scale study, embracing four centuries of writing, to avoid a fruitless serial study who cannot explain the diversity of a never normalised historiography, I chose five witnesses-historians (Benoît de Sainte-Maure, Philippe Mousket, Jean d’Outremeuse, Jean Froissart and Enguerrand de Monstrelet), whose works give a satisfying scope of the major problems in the medieval French language historiography. My work uses firstly a progressive, diachronic way, presenting each chronicler, his works and his times. Then it takes a synchronic process, to answer some fundamental questioning about the relationship between history, fiction and truth : how much freedom a chronicler had towards the facts and his sources? Up to which limits a work was considered as a chronicle rather than as a romance or an epic? Are there typically historical inventions? Is it possible to define a historical mimesis, used to re-create the truth ?

 

Key-words : Medieval historiography médiévale, French chronicles, Benoît de Sainte-Maure, Philippe Mousket, Jean d’Outremeuse, Jean Froissart, Enguerrand de Monstrelet

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.