[04 décembre 2013] Soutenance de thèse de Caroline CAMPODARVE-PUENTE

Caroline Campodarve-Puente

présentera publiquement sa thèse

FEMMES D’ENCRE ET DE CHAIR. 

La criminalité féminine au XIXe siècle, l’exemple de la Charente-Inférieure (1832-1914)

le 04 décembre 2013 à 9h

en salle des Actes à l’UFR Sciences Humaines et Arts

– campus Centre-Ville

Son travail a été mené sous la direction de Frédéric Chauvaud.

Résumé 

La société française du XIXe siècle est abordée par le prisme des femmes et spécialement des femmes déviantes. La présente étude porte sur le département de la Charente-Inférieure, espace rural dans lequel se développent quelques pôles urbains, entre 1832 (date de l’assouplissement des sanctions pénales par l’application des circonstances atténuantes) et 1914. Le choix est de peindre l’environnement économique, social et familial de certaines femmes par le biais d’une source particulière, la source judiciaire. En effet, les dossiers de procédure de la cour d’assises de Saintes, offrent les pièces maîtresses des procès. Fiches de renseignements, témoignages, certificats de moralité, rapports médico-légaux, plans des lieux du crime, tous ces documents étudiés sont autant de récits de vie qui expriment les émotions de ces femmes. L’histoire présentée est celle d’inconnues, de marginales qui sont des femmes démunies face aux difficultés de l’époque. Triple victimes, elles sont accablées par leur statut de femme, par la pauvreté de leur classe sociale, ainsi que par la justice, mais elles sont enfin entendues lors de leur procès. La parole leur est donnée et leurs mots bousculent une société essentiellement masculine. Ce qui frappe alors c’est la diversité des compositions familiales et la modernité relative de nombre d’entre elles, actives et insoumises.

Le théâtre de la cour d’assises permet d’évoquer les violences du quotidien, les conflits conjugaux, familiaux ou entre voisins. L’espace concerné est celui de l’espace privé et de la proximité. Quelle est la place des femmes au XIXe siècle ? La criminalité féminine est un moyen d’appréhender certains aspects du quotidien des femmes en général.

Mots-clés : Femmes criminelles, domesticité, infanticides, expertises judiciaires, circonstances atténuantes, conflits, gestes criminels.

 

Abstract 

The nineteenth century French society is tackled by the prism of women and especially deviant women. Our present study is about the department of Lower-Charente, a rural space in which some urban poles are developing between 1832 (year of the relaxing of criminal penalty by the implementation of extenuating circumstances) and 1914.

The choice is to picture the economic, social and familial environment of some women by a particular source, the judiciary one. Indeed, the files of Saintes’ assizes give us the key measures of the trials.

Information papers, testimonies, moral certificates, forensic reports, plans of the crime scenes, all these documents studied are as many stories that express these women’s feelings. The presented story is one about strangers, and destitute social misfits facing the difficulties of the time. As triple victims, they are overwhelmed by their woman-status, the poverty of their social class and by justice as well but they are finally heard during their trial. They can tell their predicament and their words shake-up a society which is mainly masculine.

What is striking is the diversity of the familial patterns and the somehow modernity of many who are active and disobedient. The Assizes enable to mention the violence in their daily-life, the conflicts involving their husbands, family or neighbours. The space we are dealing with is about privacy and proximity. Where do women fit in 19th-century-society? Feminine criminality is a means to grasp some aspects of women’s daily-life.

Key-words: criminal women, house staff, infanticides, judiciary expert assessments, extenuating circumstances, conflicts, criminal moves.

 

Membres du jury :

  • Anne-Claude AMBROISE RENDU  –   Université de Limoges
  • Mickaël AUGERON   –   Université de La Rochelle
  • Frédéric CHAUVAUD  –   Université de Poitiers (Directeur de thèse)
  • Myriam TSIKOUNAS   –   Université de Paris I
  • Didier VEILLON   –   Université de Poitiers

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.