[10 décembre 2013] Soutenance de thèse d’Hélène ROY

Hélène Roy

présentera publiquement sa thèse

LE ROYAUME NEO-INCA DE VILCABAMBA (PEROU, 1537-1572) :

ETUDE HISTORIQUE ET ANTHROPOLOGIQUE

le 10 décembre 2013 à 14h

en salle Gargantua, à la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société

(MSHS) – campus universitaire de Poitiers

Son travail a été mené sous la direction de Jean-Philippe HUSSON.

Résumé
Le royaume néo-inca de Vilcabamba est communément assimilé à une cité perdue. Refuge où les derniers souverains du Tawantinsuyu continuèrent, trente-six ans durant (1537-1572), de perpétuer les traditions d’un Empire déchu par la colonisation, il n’a eu de cesse de susciter la curiosité des explorateurs puis des historiens. Longtemps confondue avec le célèbre Machu Picchu, cette cité a été localisée et est désormais connue des chercheurs. Pourtant, de nombreuses interrogations demeurent encore aujourd’hui. Quel fut le rôle exact de cette formation étatique indigène dans la société coloniale ? Des composantes de sa contestation ont-elles survécu ? Peut-on voir dans le royaume néo-inca, comme certains l’affirment, l’origine de certaines traditions dramatiques et mythiques contemporaines ? Telles sont les questions que nous nous sommes posées dans ce travail de thèse. Pour tenter d’y répondre, nous avons mené un travail de recherches inédites combinant deux disciplines : l’histoire et l’anthropologie. Mots-clés : Royaume néo-inca de Vilcabamba, stratégie des élites indigènes vaincues, relations dominants/dominés, résistance indigène, Taki unquy, extirpation de l’idolâtrie, étude de filiations, théâtre contemporain, mythologie andine.

Abstract

The neo-Inca kingdom of Vilcabamba is usually taken as a lost city. As a shelter where the last Tawantinsuyu sovereigns kept carrying on for thirty six years (1537-1572) the traditions of an Empire fallen because of colonisation, it never stopped arousing the curiosity of explorers and then historians. Mistaken for the famous Machu Picchu for a long time, this city has since been located and is now well-known by researchers. Nevertheless, many questions still remain unanswered. What was the real part played by this indigenous state formation in the colonial society? Did some parts of its protest survive? Can the neo-Inca kingdom be considered, as some people assert, as the origin of some contemporary dramatic and mythical traditions? These are the questions dealt with in this thesis. As an attempt to answer them, we led unprecedented research works in two domains: history and anthropology.

Key words: neo-Inca kingdom of Vilcabamba, defeated indigenous elite strategy, dominant/dominated relationship, indigenous opposition, Taki unquy, idolatry eradication, filiation study, contemporary theatre, Andean mythology.

Membres du jury :

  • Jean-Philippe HUSSON   –   Professeur émérite d’Université, Université de Poitiers (Directeur de thèse)
  • Caroline LEPAGE   –   Professeure d’Université, Université de Poitiers (Examinateur)
  • Patrick LESBRE   –   Professeur d’Université, Université de Toulouse 2-Le Mirail (Rapporteur)
  • Isabelle TAUZIN   –   Professeure d’Université, Université de Bordeaux 3 (Rapporteur)
  • Nathan WACHTEL   –   Professeur honoraire, Collège de France (Examinateur)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.