[11 décembre 2013] Soutenance de HDR de Marie-Amélie MARTINIE

Marie-Amélie MARTINIE

soutiendra publiquement son Habilitation à Diriger des Recherches

“EXAMEN DES DIFFERENTS SEQUENCES DU PROCESSUS DE LA DISSONANCE.

Pendant le comportement contre-attitudinal

Avant et après la réduction de la dissonance

le 11 décembre 2013 à 9h

en salle Gargantua, à la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société

(MSHS) – campus universitaire de Poitiers

Promoteur : Pr. Armand Chatard

 

Résumé

La synthèse de mes travaux met en avant ma contribution dans le champ de la dissonance cognitive. Cette contribution peut être résumée en 6 points Tout d’abord (point 1), pendant la réalisation de l’essai contre-attitudinal, la dissonance s’accompagne en premier d’un éveil, puis d’un affect négatif (Martinie, Olive, & Milland, 2010; Martinie, Joule, Milland, & Capa, 2011; Martinie, Olive, Milland, Joule, & Capa, 2013). Ensuite (point 2), l’état de dissonance consomme des ressources en mémoire de travail, sans toutefois développer un effort mental important (Martinie, Olive, & Milland, 2010). Par ailleurs (point 3), pour observer la persistance du changement d’attitude dans le temps, la réalisation de l’essai contre-attitudinal n’est pas nécessaire. Cependant, les ressources cognitives doivent être disponibles en quantité suffisante pour que l’individu traite la situation dans laquelle il se trouve (Martinie, Milland, & Olive, 2011). De plus (point 4), le changement d’attitude privilégié par les auteurs, et la voie préférentielle des individus pour réduire leur dissonance. Cette préférence pour le changement d’attitude ne s’explique pas en termes de coût cognitif (point 5). En effet, le changement d’attitude implique des processus contrôlés et nécessite pour sa réalisation davantage de ressources cognitives qu’une autre voie de réduction telle que la trivialisation (Martinie & Larigauderie, 2007). Bien que les individus aient une préférence tout particulière pour le changement d’attitude, certains facteurs peuvent intervenir dans la façon de réduire la dissonance (point 6), comme par exemple l’estime de soi (Martinie & Fointiat, 2006), ou le contexte qui peut participer à donner sens à l’inconfort psychologique lié à la dissonance (Joule & Martinie, 2008 ; Martinie & Joule, 2000; Martinie & Joule, 2004).
Ma collaboration stimulante avec des collègues hors du champ de la dissonance m’amène à porter un regard critique sur la théorie de la dissonance, regard que je livre dans le dernier chapitre de ce travail de synthèse. Par ailleurs, dans ce dernier chapitre de nouvelles perspectives de recherche sont présentées. Ces dernières s’inscrivent dans les axes définis par le Centre de Recherche sur la Cognition et l’Apprentissage (CeRCA, UMR 7295).

Membres du jury :

  • Laurengt BEGUE, Professeur d’Université, Université de Grenoble (Rapporteur)
  • Armand CHARTARD, Professeur d’Université, Université de Poitiers (Promoteur)
  • Peggy CHEKROUN, Maître de Conférences, Université de Paris (Examinateur)
  • Estelle MICHIMOV, Professeur d’Université, Université de Rennes 2 (Examinatrice)
  • François RIC, Professeur d’Université, Université de Bordeaux (Rapporteur)
  • Alain SOMAT, Professeur d’Université, Université de Rennes 2 (Rapporteur)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search