Vient de paraître : « La licorne et le bézoard. Une histoire des cabinets de curiosités » / Myriam Marrache-Gouraud, Pierre Martin, Dominique Moncond’Huy, Géraldine Garcia

51WjAU6QIkL._SX385_[1]

Ce catalogue est publié à l’occasion de l’exposition La licorne et le bézoard. Une histoire des cabinets de curiosités d’hier à aujourd’hui organisée à Poitiers du 18 octobre au 16 mars 2014 au musée Sainte-Croix et à l’Espace Mendès-France avec la collaboration du CVCU (Centre de valorisation des collections de l’Université).

Coordination éditoriale

Dominique Moncond’huy

Comité scientifique

Myriam Marrache-Gouraud, Maître de conférences, Littérature française du XVIe siècle, Université de Brest – Pierre Martin, Professeur, Littérature française du XVIe siècle, Université de Poitiers – Dominique Moncond’huy, Professeur, Littérature française du XVIIe siècle, Université de Poitiers –  et Géraldine Garcia, Maître de conférences, Paléontologie, responsable des collections du CVCU, Université de Poitiers

Exposition réalisée avec le soutien du ministère de la Culture et de la communication – Direction régionale des affaires culturelles de poitou-Charentes, et de la Société des Amis des musées de Poitiers et avec la participation de la ville de Poitiers, de la région Poitou-Charentes et l’Université de Poitiers dans le cadre du Contrat de Projets Etat-Région 2007-2013 Poitou-Charentes, de la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société (MSHS), de l’Espace Mendès- France, du laboratoire FoReLL et du CVCU de l’Université de Poitiers.

29 x 23 cm / Broché / 511 pages/ Gourcuff Gradenigo / ISBN : 978-2-3534-0161-1

[4e de couverture]

Publié à l’occasion d’une exposition organisée à Poitiers, au musée Sainte-Croix et à l’Espace Mendès-France, l’ouvrage compose une somme historique sur les Cabinets de curiosités en Europe à partir du XVIe siècle. Les synthèses thématiques sur des problématiques liées à chaque type de cabinet, du studiolo de la Renaissance à une « idée de cabinet » au XXIe siècle, alternent avec des focus consacrés à des « curiosités » remarquables, crocodile, astrolabe, bézoard ou encore licorne et manucodiate, tandis que des extraits de textes anciens permettent d’observer comment l’on rendait compte de ce « collectionnisme » et comment la littérature pouvait s’en faire l’écho. Foisonnante, la mise en page contribue à l’évocation de l’accumulation propre au phénomène historique des Cabinets de curiosités, dans un ordonnancement où la profusion témoigne de la passion de la connaissance. L’iconographie abondante reflète le propos d’une exposition inédite en France, enrichie de prêts exceptionnels de grands Cabinets d’Europe et de nombreux musées français.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *