Vient de paraître : « Les îles de la Caraïbe : enjeux et perspectives » / Michel Desse

9782336291307j

Michel Desse est Professeur de Géographie à l’Université de Poitiers. Il dirige le laboratoire Ruralités. Il a co-écrit La Caraïbe, données environnementales et Les littoraux antillais : des enjeux de l’aménagement à la gestion durable. Ses travaux portent sur l’évolution socio-économique des îles ainsi que sur les modes d’utilisation et de gestion des littoraux de la Caraïbe, thème de son habilitation à diriger des recherches.

24 x 32 cm / Broché / 300 pages / L’Harmattan / ISBN : 978-2-33629-130-7

[4e de couv.]

Destinations touristiques, croisières de luxe, paradis fiscaux : zones grises de la crise financière, manifestations contre la vie chère et tremblement de terre le plus meurtrier de l’histoire ; les îles de la Caraïbe qui occupent une part importante de l’actualité, restent largement méconnues. L’objectif de cet ouvrage est d’aborder ces îles, en dresser un diagnostic, à des échelles différentes et sur le temps long afin de comprendre les dynamiques contemporaines et les capacités insulaires à s’adapter voire à dépasser les crises. Sur ces espaces parfois étroits, données environnementales, sociales, économiques et géostratégiques se chevauchent, nécessitant leur prise en compte pour un développement durable et équilibré.

L’ouvrage est structuré en quatre parties. La première interroge l’hypothétique unité de la Caraïbe. La diversité des histoires politiques, des alliances, des ancrages aux Etats-Unis ou à l’Union Européenne composent une mosaïque insulaire où chaque territoire connaît une évolution originale. Cette diversité se retrouve aussi à toutes les échelles des données environnementales, diversité des Petites et des Grandes Antilles, des îles volcaniques ou calcaires, des côtes-au-vent ou sous-le-vent. La seconde partie s’intéresse aux dynamiques fédératrices, les principes d’une histoire coloniale commune, d’une culture et d’une identité créole partagée, la dépendance et l’influence des diasporas qui constituent une autre Caraïbe aspatiale. Le troisième chapitre présente l’originalité de ces économies insulaires qui ont largement fait l’impasse de la révolution industrielle, passant directement d’économies coloniales à large base agricole à des économies tertiaires. Les choix économiques sont divers, poursuite de l’agriculture d’exportation et tourisme, primauté au développement touristique, utilisation du large spectre de la déréglementation pour devenir des plaques tournantes du commerce, de la finance, des sièges d’entreprises ou des compagnies maritimes internationales. Enfin la quatrième partie aborde la nécessité de conduire des politiques publique de développement durable. Les fortes densités, les déséquilibres spatiaux entraînant la congestion urbaine et économique s’oppose à la richesse des écosystèmes et leur fragilité. Les risques environnementaux, sismiques, cycloniques laissent présager des menaces qui doivent aussi être prises en compte.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.