[18 octobre 2013 – 16 mars 2014] Exposition : « La licorne et le bézoard. Une his­toire des cabi­nets de curio­si­tés, d’hier à aujourd’hui »

Source : Musée Sainte Croix de Poitiers
Source : Musée Sainte Croix de Poitiers

Musée Sainte-Croix

3 bis rue Jean-Jaurès

86000 Poitiers

Organisateurs : Anne Benéteau-Péan, Myriam Marrache-Gouraud, Pierre Martin, Dominique Moncond’huy

 

Cette expo­si­tion a pour ambi­tion de don­ner à voir et à com­prendre ce que furent les cabi­nets de curio­si­tés en Europe du XVIe au XVIIIe siècle, pour en venir à ce qui nous attire aujourd’hui vers l’idée de la col­lec­tion et de la curio­sité. Dans une approche chro­no­lo­gique et géo­gra­phique, l’exposition pré­sen­tera les dif­fé­rents types d’espaces micro­cosmes qui ont pu voir le jour en Europe, un siècle après l’autre. L’« image » de l’univers qui est com­po­sée dans les cabi­nets de curio­si­tés, en réunis­sant aussi bien des natu­ra­lia que des pro­duc­tions humaines, répond à la fois à l’idée de pen­ser le monde, de l’observer pour ten­ter de mieux le com­prendre, de l’admirer au sens lit­té­ral. Par­fois ce sont aussi des lieux de pres­tige,  et du pou­voir lié au culte de la rareté ; lorsque ces lieux s’attachent à la pro­gres­sion du savoir, ils deviennent creu­sets, parmi d’autres, de l’évolution des sciences.

Grâce au concours de pres­ti­gieuses col­lec­tions locales, régio­nales, natio­nales (Musée du quai Branly) voire étran­gères (Ambras, Bologne), seront ras­sem­blés à la fois des pièces emblé­ma­tiques et rares et des objets « ordi­naires ». L’exposition s’articulera entre la salle d’exposition tem­po­raire du musée Sainte-Croix et des petites salles de l’Espace Mendès-France.

Cet évé­ne­ment sera accom­pa­gné de publi­ca­tions : cata­logue, livret pour le jeune public, publi­ca­tions élec­tro­niques… ainsi que d’une riche pro­gram­ma­tion cultu­relle et scien­ti­fique, à la fois au musée, à l’Espace Mendès-France et à l’Université.

C’est à une découverte de leur histoire qu’invite cette exposition. Chaque salle reconstitue ou donne à voir un type de cabinet. À l’évocation du studiolo d’Urbino, avec son exceptionnel décor de marqueterie lié aux différentes formes du savoir, succède une salle octogonale où s’accumulent quantité d’objets, animaux naturalisés et squelettes, monnaies et statuettes, pierres de foudre, coraux… formant une sorte d’« abrégé du monde ». Les figures des principaux amateurs de curiosités sont rassemblées dans la galerie suivante, témoignage d’un réel engouement européen. Dans le cabinet princier, conçu en écho à celui du château d’Ambras en Autriche, les objets les plus précieux côtoient armes de prestige et meubles de cabinet. Un jardin factice sert de cadre à l’évocation de l’apothicaire Contant, installé à Poitiers, et à sa collection ouverte sur l’Atlantique et les objets amérindiens. La maquette du premier cabinet de Chevalier, à Amsterdam, est entourée des descriptions qu’il a lui-même publiées de sa collection de médailles, d’œuvres d’art, de nombreux objets issus du commerce international d’alors. La collection de Ruysch, médecin anatomiste de la fin du XVIIe siècle, révèle sa double fascination pour l’histoire naturelle et pour le corps humain et ses pathologies, au travers de vanités tridimensionnelles.

Un dernier espace questionne la vivacité de la curiosité dans le monde contemporain. Autour d’œuvres du XXe et du XXIe siècle – « boîte verte » de Marcel Duchamp, œuvre de Jean-Michel Othoniel, bustes de Jan Fabre, évocation du château d’Oiron, des objets insolites revisitent la question des « reliques », des images issues de la recherche scientifique illustrent le questionnement permanent sur la connaissance du monde, et nous renvoient à notre fascination pour l’inconnu, l’étrange, le rare, le merveilleux…

L’exposition se poursuit à l’Espace Mendès-France où sont réunis des objets scientifiques du XIXe siècle, liés à l’expérimentation électrique et à l’anatomie. Ils témoignent de l’évolution des collections scientifiques, héritées des cabinets de curiosités, à l’heure des grandes découvertes des sciences modernes.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.