La Licorne, n°105 (21 octobre 2013)

Source  (image et contenu) : La Licorne
Source (image et contenu) : La Licorne

Numéro 105

Le Genre et ses qualificatifs

Publié en ligne le 21 octobre 2013

Etudes réunies et présentées par Henri SCEPI

Faisant suite au volume Le Genre de travers : littérature et transgénéricité (La Licorne, n° 82, 2008), le présent ouvrage prolonge une réflexion collective consacrée aux enjeux théoriques de la généricité. L’angle d’approche privilégie la qualification conçue comme un ensemble de procédures d’évaluation, relevant soit d’une appréciation individuelle, soit d’un mécanisme plus largement institutionnel, par quoi l’œuvre littéraire est à la fois située dans sa spécificité et rendue à ses conditions actuelles d’intelligibilité. Le propos vise moins, dans un premier temps, à interroger les œuvres littéraires approchées isolément (et à mesurer par là leur degré de conformité à tel ou tel seuil de généricité) qu’à procéder à une critique de la critique, prenant pour objets prioritaires les discours et les savoirs, les doctrines et les théories. C’est pourquoi la perspective d’ensemble de cette réflexion s’ancre dans le champ de la réception et s’attache à cerner les modes de constitution relatifs – relatifs parce que par nature historiques – par lequel un discours sur les genres ouvre la voie à une théorie de la généricité, autre versant d’une théorie de la littérature. Dans Les Fleurs de Tarbes, Jean Paulhan, se livrant à une archéologie critique de la modernité, écrivait : « Je ne sache pas de danger plus insidieux ni de malédiction plus mesquine que ceux d’un temps où maîtrise et perfectiondésignent à peu près l’artifice et la convention vaine, où beautévirtuosité et jusqu’à littérature, signifient avant tout ce qu’il ne faut pas faire. » Si puissant que soit le démon de l’original, il n’échappe pas à la généricité. S’il témoigne d’abord de la pluralité des discours critiques, le terme de « qualificatifs » révèle aussi ces déplacements, ces déports, ces détours qui fondent la « relation générique » à l’œuvre.

———————————————————————————————————————————————-

  • Avant-propos.  Par Henri SCEPI

———————————————————————————————————————————————-

IDENTIFICATION

  • Document sans titre.  Par Isabelle JOUTEUR
  • Un objet poétique mal identifié   : l’épopée à la Renaissance… et un peu au-delà.  Par Denis BJAÏ
  • Entre tradition théâtrale et mise en miroir du genre   : Le Matamore dans le théâtre du premier xvii e   siècle.  Par Françoise POULET
  • Quel genre de frontières narratives pour l’utopie   ? L’exemple des utopies françaises du règne de Louis XIV à l’aune de leur lecture ironique.  Par Patricia GAUTHIER
  • De la prose poétique au poème en prose   : Baudelaire, Bertrand et la confusion des genres.  Par Steve MURPHY
  • Une rhétorique martyrisée, ou comment un drame romantique devient poésie moderniste.  Par Ioana BOTH

———————————————————————————————————————————————-

LÉGITIMATIONS

  • Le théâtre contemporain   : un théâtre «   qualifié   ».  Par Françoise DUBOR
  • Le genre comme instance de légitimation du littéraire à l’école   : le cas des philosophes du xviii e   siècle.  Par Laetitia PERRET-TRUCHOT
  • Formes scolaires des genres littéraires ( xix e – xx e siècles).  Par Nathalie DENIZOT
    • Le roman naturaliste   : qualification et disqualification critique d’un genre. Par Alina Iuliana NASTASE
    • De La Harpe à Casimir Delavigne   : le retour problématique du dithyrambe (1780-1815).  Par Jean-Noël PASCAL
    • 2, 3, 1   : «   L’imaginaire théorique du fantastique   ».  Par Denis MELLIER

—————————————————————————————————————————–

  • DÉRIVATIONS / DÉCLINAISONS
    • Une parole qui se veut performative   : considérations génériques sur Une saison en enfer .  Par Yoshikazu NAKAJI
    • Une parole qui se veut performative   : considérations génériques sur Une saison en enfer .  Par Yoshikazu NAKAJI
    • Fantômes qualifiés.  Par Daniel SANGSUE
    • Du dramatique dans le poétique   : Lorca, le poète dramaturge.  Par Henry GIL
    • Laforgue parodiste   ? Examen critique de la dénomination de parodies appliquée aux Moralités légendaires .  Par Madeleine GUY
    • Tragique, spectaculaire, sophistique.  Par Jean-Philippe GUEZ
    ————————————————————————————————————————————–

    L’AUTRE NOM DU GENRE

    • «   A Skilful Artist has Constructed a Tale   » – La nouvelle comme texte/image   : vers une critique intermédiale.  Par Liliane LOUVEL
    • L’emblématique restreinte   : réflexion sur la Delie de Maurice Scève.  Par Pierre MARTIN
    • «   Roman pour femmes de chambre   » et légitimation du romancier (1815-1840).  Par Marie PARMENTIER
      • «   Un certain Loti de convention auquel je m’imaginais ressembler   » , Loti   : autofiction   ?.  Par Jacqueline NIPI-ROBIN
      • L’amour des «   délicates choses grises   »   : quelques variations sur le genre botanique dans la littérature contemporaine, d’André Gide à Claude Simon.  Par Alix TUBMAN-MARY
      • Roland Barthes, essayiste, et son rapport au théâtre.  Par Romain JOBEZ

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.